Coline Cardi & Geneviève Pruvost : Penser la violence des femmes [réédition]

Réédition chez La Découverte / Poche de l’ouvrage dirigé par Coline Cardi et Geneviève Pruvost. Présentation de l’éditeur.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.

Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au cœur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.

  • Coline Cardi est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris-VIII, chercheuse au CRESPPA-CSU.
  • Geneviève Pruvost, médaille de bronze du CNRS, est sociologue, chargée de recherche au CESDIP. Elle est l’auteure de Profession : policier. Sexe : féminin (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007).

Source : La Découverte

Réf. : Coline Cardi, Geneviève Pruvost (sous la dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Sciences humaines et sociales » n° 471, 2017,  464 p. ISBN : 9782707196422.

Recension :

Sophie Maunier, « Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 12 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/9308

Thanh niên xung phong : création d’une notice Wikipedia en janvier 2017

Le fait devait être relevé : le 26 janvier 2017, le doctorant Nguyễn Tiến Hải alias Future ahead a créé la notice Wikipedia en vietnamien sur les Jeunesses de choc (TNXP). Félicitations !

Cliquer sur l’image pour accéder à la notice en ligne.

Elizabeth D. Herman : The Women Who Fought for Hanoi

Signalement d’un article sur l’engagement des femmes du côté de la RDVN (Hanoi) à travers cinq témoignages.

Gen. Vo Nguyen Giap, who had led the North Vietnamese military during the Vietnam War, was looking for the woman who had shot down an American bomber in June 1968. In the nearly four decades that had passed, she had worked many jobs and raised three children. Few people outside her family had heard her wartime stories.

Heroines and striking female figures are not new in Vietnam — they have played an integral role in Vietnamese history for millenniums. In the 1st century A.D., the Trung sisters, often called Vietnam’s earliest national patriots, led a three-year rebellion against the Chinese Han dynasty, which ruled their country. The female legacy persists in the modern era; in all of Vietnam’s recent conflicts, women have been crucial. They fought alongside men and carried heavy loads down the Ho Chi Minh Trail.

Yet as the historian Karen G. Turner notes in her book “Even the Women Must Fight,” “Women warriors, so essential to Vietnam’s long history and so important in the most photographed war in history, have remained invisible.”

Lire la suite / Read more : New York Times, 07/06/2017.

Elizabeth D. Herman is a freelance photographer and a doctoral student in political science at the University of California, Berkeley

Table ronde « genre et migration » en présence de Nadia Mounchit

Annonce.

Dans le cadre de ses activités, le laboratoire junior Mouvances organise une table ronde sur le thème « Genre et Migration ». L’invitée de cette table ronde sera Nadia Mounchit, doctorante en sociologie de l’immigration au centre Max Weber de l’Université Lyon II.

Son intervention portera sur le travail et l’autonomisation des femmes en situation migratoire. Cette table ronde appelle au dialogue entre chercheurs et l’intervention de Nadia Mounchit sera suivie d’un moment de questions et d’échanges.

Labo junior Mouvances
18 mai 2017
15h – 17 h
Site Descartes – 15 parvis René Descartes
salle F106
Source : ENS de Lyon

Dictionnaire des féministes. France – XVIIIe-XXIe siècle [parution]

Parution d’un instrument de travail incontournable (1754 p.). Saluons cette immense contribution pour les études sur le genre. Présentation de l’éditeur.

Qu’est-ce que le féminisme au juste ? Ce dictionnaire apporte une réponse large (la contestation de l’inégalité entre les sexes), plurielle (les mouvements de femmes, les philosophies ou idéologies qui les nourrissent) et contextualisée. Il n’y a pas de définition universelle et diachronique du féminisme, forme de résistance à un contexte oppressif spécifique. La diversité des vies de militant.e.s, des moyens d’action et d’expression, des revendications et objectifs montre au contraire combien le féminisme prend les couleurs du temps et des lieux qu’il investit. Mais il est aussi, en retour, une force de transformation culturelle sociale et politique de tout premier plan.

Issu de recherches universitaires récentes, ce dictionnaire est à la fois biographique et thématique. Il rend compte, avec méthode et pédagogie, de toute la richesse du mouvement féministe en France. Il pourra accompagner les découvertes et les approfondissements pour tous les publics, à l’université, dans les médias, dans les mouvements militants. En effet, le féminisme reste un mouvement peu connu ; il est pourtant à l’œuvre dans l’une des plus profondes transformations sociétales des deux derniers siècles : le recul de la domination masculine, les progrès de l’égalité des sexes et des libertés, la mise en question de la différenciation hiérarchisée (le genre). Autant de luttes toujours d’actualité, même si le féminisme d’aujourd’hui se différencie des premières mobilisations collectives pour les droits civils et politiques.

Sous la direction de :

Christine Bard est professeure à l’université d’Angers, membre du CERHIO (IUF). Elle est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’histoire des femmes, du genre et du féminisme dont Les Filles de Marianne (1995). Elle préside l’association Archives du féminisme et anime le musée virtuel Musea. Cet ouvrage est publié avec le soutien du programme GEDI.

Avec la collaboration de :

Sylvie Chaperon, professeure à l’université Toulouse-Jean Jaurès, membre de FRAMESPA, est spécialiste de l’histoire du féminisme et de la sexualité. Elle est notamment l’auteure des Années Beauvoir (2000).

Source : PUF

 

 

Expériences transnationales