PTT Trương Vĩnh Trọng: “Không được bỏ sót bất kỳ TNXP nào chưa được hưởng chế độ chính sách” [2010]

Bilan mitigé : Le 10 mars 2010 le vice-Premier ministre de la RSVN, M. Truong Vinh Trong déclarait : « Il ne faut laisser sur le bord de la route aucun anciens des Jeunesses de choc qui n’ait  encore pu bénéficier du régime de pension réglementaire ». En 2010, près de 10 ans après la Décision 104 du 14 avril 1999 (104/1999/QĐ-TTg) visant à assurer un traitement social aux anciens des Jeunesses de choc, seul un peu plus de 125.000 personnes (soit près de 50% sur les 253.055 officiellement répertoriés) touchaient effectivement une pension. Quelques 127.103 personnes (50, 3%) attendaient toujours la validation de leurs dossiers. En outre, on estimait à 350.000 le nombre des anciens TNXP à l’échelle de tout le pays.

* * *

NDĐT- Sáng 10-3, tại Hà Nội, Trung ương Đoàn TNCS Hồ Chí Minh phối hợp Bộ Lao động, Thương binh và Xã hội tổng kết 10 năm thực hiện Quyết định 104 của Thủ tướng Chính phủ về chính sách đối với thanh niên xung phong (TNXP) đã hoàn thành nhiệm vụ trong kháng chiến.

Nữ dân quân, anh hùng LLVT Ngô Thị Tuyển, một trong những ngọn cờ tiêu của cuộc chiến tranh nhân dân tại xã Nam Ngạn - Hàm Rồng (đơn vị Anh hùng - TP Thanh Hóa).
Nữ dân quân, anh hùng LLVT Ngô Thị Tuyển, một trong những ngọn cờ tiêu của cuộc chiến tranh nhân dân tại xã Nam Ngạn – Hàm Rồng (đơn vị Anh hùng – TP Thanh Hóa).

Lire la suite sur Viet Studies (doc. pdf).

Kim Van Chien : Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Vietnam [thèse]

Soutenance de thèse le mercredi 26 juin 2013 à 14h

Université Paris-Ouest – Nanterre La Défense – Bât. B – salle B015 René Rémond

M. KIM Van Chien, présente ses travaux de recherche en vue de l’obtention du doctorat en Lettres et Sciences Humaines

Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam

NuTNXPThaiBinh
Jeunes femmes volontaires (TNXP) de la province de Thai Binh

Section CNU: 19 –  Sociologie, démographie
Directeur de thèse : M. Alain CAILLÉ, Professeur Emérite

Membres du jury :

M. Jacques BAROU, Directeur de recherche CNRS, Sciences Politiques
M.  Alain CAILLÉ, Professeur Emérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Mme Myriam DE LOENZIEN, Chargé de Recherche, Institut de recherche et de développement
M. LE Huu Khoa, Professeur des Universités, Université Lille 3
M. TRINH Van Thao, Professeur émérite, Université Aix Marseille 1

Résumé

Trente cinq ans ont passé depuis la fin de la Guerre du Viêt Nam, mais pour les femmes ex-volontaires le combat continue. Combat pour une vie décente. A leur retour, pour s’intégrer à une vie normale, il leur a fallu dépasser toutes sortes de difficultés : d’abord celles liées à leur état de santé, puis les difficultés économiques, sociales et familiales. Bien que l’État vietnamien ait enfin adopté des mesures en leur faveur, celles-ci se sont révélées impuissantes à améliorer leur niveau de vie et à compenser leurs souffrances. Elles ont donc le sentiment de ne pas avoir été reconnues.

Les résultats scientifiques de cette thèse ont montré que le choix altruiste de leur engagement pendant la guerre s’était fait sur une base « rationnelle ». Malgré certains cas d’engagements « forcés », la majorité d’entre elles se sont déterminées à partir d’un intérêt privé : venger la mort d’un proche, obéir à l’esprit révolutionnaire familial, ou goût de l’uniforme, peur du « qu’en-dira-t-on », désir d’indépendance, fuir la pauvreté familiale, laisser un garçon à la maison pour s’occuper des ancêtres et s’engager à sa place. Intérêt d’ordre personnel, familial, économique ou révolutionnaire. Rarement purement patriotique.

Sur les champs de bataille, elles ont non seulement aidé les combattants en assumant les transports de munitions, de vivres, de blessés ou les travaux reconstruction des routes, mais elles ont aussi combattu aux côtés des hommes, armes à la main.

Nous avons vu l’importance des éléments extérieurs, « exogènes », ayant contribué à leur souffrance, comme l’environnement géographique (montagnes, jungle et présence d’animaux dangereux ou porteurs de maladies ; le climat (alternance de pluies ou de sécheresses intenses) ; les circonstances de guerre (bombardements, produits chimiques, blessures, exposition à la mort) et les circonstances dues aux déplacements (faim, soif, fatigue, épuisement du corps).

A leur retour, ces femmes n’ont pas été reconnues. Les traces laissées sur leur corps par la guerre ont gravement perturbé leur intégration : solitude, mariage difficile, santé maladive. Leur faible niveau d’éducation ne leur permettant pas de trouver un emploi correct, c’est donc sur tous les fronts qu’elles ont dû se battre : personnel, familial et professionnel. La société, à ce jour, les distingue en six catégories : mariées, divorcées, séparées, célibataires, sans enfant et sans-abri. C’est ainsi, avec l’ensemble des ex-jeunes volontaires qui réclamaient une identité et des droits particuliers, qu’ils ont d’abord « lutté pour la reconnaissance ». Puis ont participé à la création du Comité de liaison des ex-jeunes volontaires, auquel a succédé l’Association des ex-jeunes volontaires. Cette association a constitué LA nouvelle force motrice. Elle a joué pleinement son rôle de témoin historique, exigeant du Parti et des autorités locales la mise en œuvre de politiques sociales appropriées. Mais ces politiques n’ont répondu que partiellement aux attentes. « Le don et le contre-don » ne sont donc pas équitables, car cette aide demeure très insuffisante et ne touche qu’un nombre restreint de femmes, celles ayant pu conserver durant toutes ces années les fameux papiers justifiant leur engagement, et justifiant leurs blessures.

Mots clés: Vietnam, guerre, femme, volontaire, reconnaissance, identité, don

Source : Ecole doctorale EOS

Huyền thoại 1C – Cận cảnh chiến tranh [VTV1]

Réalisée avec un budget de plus de 20 milliards de dong (environ 600.000 euros), une nouvelle série télévisée dédiée aux Jeunesses de choc du Sud est projetée en début de semaine (lundi, mardi et mercredi) à 20h35 sur la chaîne VTV1. Intitulée « La route mythique 1C », elle déroule au fil de ses 22 épisodes le combat épique et ardu de ces groupes de jeunesse dans l’Ouest du delta du Mékong (Tay Nam Bo) en guerre. La production n’a pas lésiné sur les moyens pour restituer le réalisme d’un des fronts de guerre les plus meurtriers du Sud : 457 fusils, 1.500 kg d’explosifs, 2.800 détonateurs, des milliers de fumigènes noirs et blancs ou de toutes sortes de couleurs, 2 hélicoptères américains, des blindés, des jeeps, des centaines de barques. Le film retrace les exploits, le sacrifice et les douleurs de l’Unité 1 (Lien Doi 1) engagée dans plus de deux cents combats pendant une période de « 2.000 jours et nuits ». Les 800 combattants de cette unité ont accueilli plus de 20.000 cadres, fantassins, blessés, et fait transiter dans cette zone de résistance plus de 13.000 tonnes d’armes ainsi que des milliers de tonnes de nourriture ou de médicaments. Issue d’une commande du Ministère de la culture, du sport et du tourisme, cette série entièrement consacrée aux combattants du Sud est assez rare pour ne pas être signalée.

FG, 24/06/2013.

* * *

HuyenThoai1C
Cảnh trong phim Huyền thoại 1C © 2013 ANTD

ANTĐ – Huyền thoại 1C – bộ phim truyền hình 22 tập tái hiện cuộc chiến đấu khốc liệt của lực lượng thanh niên xung phong (TNXP) miền Tây Nam bộ trên tuyến đường 1C bắt đầu lên sóng VTV1 vào 20h35 các ngày thứ 2, thứ 3, thứ 4. Bộ phim hứa hẹn mang đến những thước phim sống động về “một thời để nhớ”, về tinh thần chiến đấu của lực lượng TNXP.

Lire la suite : An Ninh Thu Do, 13/06/2013.

Les femmes pendant la guerre du Vietnam

Une vidéo réalisée par les élèves de 1ère ES du lycée Yersin de Hanoï dans le cadre des TPE. Date de publication 04/03/2011. Durée 05:55.


Les femmes pendant la guerre du Vietnam par videoseshanoi

Notre avis : En un peu moins de six minutes, ces élèves de 1ère ES ont réussi l’exploit de résumer en quelques dates clés la mobilisation des femmes en RDVN pendant la période de la guerre tout en échappant en partie au discours officiel. Ainsi est rappelé d’emblée la dimension « guerre civile »du conflit. Le rôle des Jeunes volontaires (TNXP) sur le front et leurs difficiles conditions de vie sur la piste Ho Chi Minh est évoqué ainsi que la campagne dites des « Trois charges » (production, famille, patrie). La seconde partie s’intéresse aux productions artistiques faisant référence au rôle des femmes pendant la guerre puis bifurque sur l’aspect commémoratif de leur sacrifice : remise de la médaille Ho Chi Minh à 1718 femmes ; reconnaissance du statut de Mères héroïques à 44253 femmes dont les enfants ont été tués à la guerre (exemple de Nguyen Thi Thu à l’appui) ou encore édification d’un imposant mémorial TNXP à Dong Loc.

Quelques portraits sont mis en avant au long du court récit : celui de Truong Thi Khue, capitaine de la 7e compagnie, de Nguyen Thi Lien, ouvrière dans une usine de textile, de Dang Thuy Tram, infirmière sur le front et auteure d’un journal intime publié trente cinq ans après ans après sa mort [1], celui de Ngo Thi Tuyen, milicienne sur le 17e Parallèle puis de Vo Thi Thang, membre d’un commando Viet-Cong spécialisé dans le terrorisme urbain. Le reportage se termine sur le sort de Nguyen Thi Nhung qui, blessée pendant la guerre et soumise à des troubles mentaux, ne reçoit aucune pension. Il soulève de cette façon les difficultés qu’ont certaines anciennes volontaires des Jeunesses de choc d’accéder à un statut et de bénéficier d’une aide de l’État aussi modeste soit-elle.

Réalisé à Hanoi, il était difficile d’évoquer le destin des vaincues, égéries, espionnes, combattantes, miliciennes de la République du Viêt-Nam dont le rôle fut bien moindre dans l’exercice direct de la guerre. On notera au passage que les « cartes militaires de femmes » présentées à 1’37 sont en fait des cartes d’identité classiques appartenant à des femmes de la République du Viêt-Nam (Sud).

Pour un travail scolaire réalisé au Viêt-Nam, soulignons l’originalité et la pertinence de cette initiative.

FG, 22/06/2013.

[1] Véritable best-seller, le texte fut publié la première fois à Hanoi en 2005 puis traduit en français. Dang Thuy Tram, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, éditions Philippe Picquier, 2010.

Femmes et guerres au Viêt-Nam : expériences transnationales

Ouverture officielle du carnet de recherche sur hypotheses.org :

Femmes et guerres au Viêt-Nam : expériences transnationales

En septembre 2011, le site « Femmes & Guerres, une approche transnationale » était officiellement inauguré sur le portail de l’ENS de Lyon. Il s’articulait autour d’un colloque international prévu au mois d’octobre de la même année à Hô Chi Minh-Ville au sein de l’Université Hoa Sen. Le site avait été organisé en conséquence autour de cet événement scientifique d’envergure.

Près de deux ans après, « Femmes & Guerres » renaît sous la forme d’un carnet de recherche chez Hypotheses. Il n’est donc plus lié à l’ancien objectif de promotion du colloque et se concentre désormais plus spécifiquement sur nos travaux de recherche tout en continuant d’offrir une information plus générale sur la thématique de la guerre et du genre. Désormais intitulé « Femmes & Guerres au Viêt-Nam, expériences transnationales », il reprend en partie des éléments présents sur l’ancien site sous la forme d’onglets spécifiques (Sitographie, Vietnamese Songs, Virtual Library) régulièrement augmentés et mis à jour. Ce nouveau carnet de recherche nous laisse toutefois plus de latitude pour établir les liens de cette recherche et/ou se focaliser sur des points précis de celle-ci.

Femmes&GuerresVN
© 2013 FGVN

Comme annoncé dans le résumé de « Présentation » et l’« À propos » nous réitérons ci-après les trois objectifs principaux de ce carnet :

  • étudier avec soin le rôle des femmes au sein de la guerre civile vietnamienne en excluant aucune partie, aucun camp, aucune situation et plus largement étudier la transformation de la société vietnamienne pendant les guerres.
  • approfondir notre connaissance des groupements des Jeunesses de choc ou « Jeunes volon­tai­res » (Thanh Niên Xung Phong) mobilisés au cours de trois guerres entre 1950 et 1989, travail qui a fait l’objet d’une première étude dans le Journal of Vietnamese Studies (Berkeley).
  • considérer autant que possible les expériences transnationales des femmes dans la guerre, confronter ces expériences, les décrypter dans leur diversité ou leur singularité.

D’une façon générale, le carnet de recherche « Femmes & Guerres au Viêt-Nam » est dédié à la connais­sance des phé­no­mè­nes des guer­res et de leur rela­tion au genre à partir de l’exemple vietnamien. Qu’elles soient actrices, victimes, engagées ou non concernées, les femmes et leur positionnement social dans le phénomène guerre nous paraît intéressant à étudier à plus d’un titre.

Outre son objectif principal d’outil accompagnant une recherche spécifique, ce carnet pro­po­se aux chercheur-e-s et visi­teurs une docu­men­ta­tion textuelle, iconographique, audiovisuelle en ligne, riche et variée, et une réflexion sur la thé­ma­ti­que plus générale des femmes et de leurs expériences croisées de la guerre.

FG, 21/06/2013

Expériences transnationales