Julie Osborn: Women, War, Vietnam: The Mobilization of Female Images, 1954-1978 [PhD diss.]

NuDuKichVNWomen, War, Vietnam: The Mobilization of Female Images, 1954-1978 proceeds with two deeply interwoven goals in mind: mapping the experience of women in the Viet Nam War and evaluating the ways that ideas about women and gender influenced the course of American involvement in Viet Nam.  Julie Osborn argues that between 1954 and 1978, ideas about women and femininity were crucially involved in impelling, sustaining, and later restraining American actions and prerogatives in Viet Nam.  The dissertation evaluates literal images such as photographs, film and television footage as well as images evoked by texts in the form of news reports, magazine articles, and fiction, focusing specifically on images that reveal deeply gendered ways of seeing and representing the conflict for Americans.  Some of the images Julie Osborn analyzes include a French nurse known as the « Angel of Dien Bien Phu, » refugees regrouping to southern Viet Nam in 1954, the de facto « first lady » of the Republic of Viet Nam under Ngo Dinh Diem, Tran Le Xuan, a.k.a. « Madame Nhu, » and female members of the National Liberation Front.  Juxtaposing images of American women, Julie Osborn also focuses on the figure of the housewife protesting American atrocities and the use of napalm in Viet Nam, and images wrought by American women intellectuals that shifted focus away from the military and toward the larger social and psychological impact of the war.

Femmes et Guerres au Viêt-Nam

La polé­mo­lo­gie – dans sa voca­tion à étudier les conflits et la vio­lence dans leurs rap­ports avec la vie des hommes – démon­tre que la ques­tion des femmes est une dimen­sion essen­tielle des conflits. Le cas du Viêt-Nam cons­ti­tue un exem­ple par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant à étudier. D’une part, parce que les femmes y jouent un rôle impor­tant – cultu­rel mais aussi poli­ti­que et économique, et sou­vent encore méconnu dans l’his­toire contem­po­raine de ce pays – mais sur­tout parce qu’elles furent lar­ge­ment mobi­li­sées par la guerre au cours des dif­fé­ren­tes déchi­ru­res que ce pays a tra­versé tout au long du XXe siècle.

Le seul cas des groupements des Jeunesses de choc ou « Jeunes volon­tai­res » (Thanh Niên Xung Phong), enrô­lés pour la logis­ti­que de guerre et com­po­sés par­fois de plus de 70% de recrues fémi­ni­nes inter­pelle natu­rel­le­ment l’his­to­rien. La thématique centrale du carnet concernera l’étude du rôle des femmes au cours des guerres du Viêt-Nam à travers une perspective transnationale. Les expériences de femmes vietnamiennes du fait de l’exil, du fait de l’impact de l’image de la combattante au délà du Viêt Nam, du fait des guerres avec les pays voisins, sont transnationales. Il paraît intéressant d’étudier cette dimension en l’articulant avec la recherche actuelle sur les autres conflits tout en ne négligeant pas la dimension interne de la guerre du Viêt-Nam et le devenir des femmes après la guerre.

Expériences transnationales