Archives par mot-clé : colloque

L’après-génocide : trauma, transmissions et réinventions, la perspective du genre

[ndlr] Appel à communications et information sur un colloque à venir en mai 2016 à Erevan (Arménie).

Coat_of_Arms_of_YerevanRésumé : Ce colloque international rassemblera des chercheur·e·s multidisciplinaires qui travaillent sur les conséquences et séquelles genrées des génocides, tant personnelles que politiques pour répertorier ce que partagent les générations qui grandissent à l’ombre de traumas souvent indicibles. Féministes engagées, historiens, sociologues, anthropologues, psychologues, psychiatres, militants de la mémoire, juristes devront confronter leurs expériences et leurs recherches : l’intersection de leurs travaux apportera une dimension unique à ce colloque.

Argumentaire

Ce colloque international rassemblera des chercheur.e.s multidisciplinaires qui travaillent sur les conséquences et séquelles des génocides.

Nous nous fonderons sur la définition formulée par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide des Nations Unies adoptée le 9 décembre 1948.

Article II

Dans la présente Convention, le génocide s’entend de quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

  • Meurtre de membres du groupe ;
  • Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
  • Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
  • Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
  • Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.

Allant plus loin que les conférences précédentes sur cette thématique, cet événement se concentre sur les effets et répercussions genrés, tant personnels que politiques, de tout génocide, pour répertorier ce que partagent les générations qui grandissent à l’ombre de traumas souvent indicibles.

Féministes engagées, historiens, sociologues, anthropologues, psychologues, psychiatres, militants de la mémoire, juristes devront confronter leurs expériences et leurs recherches : l’intersection de leurs travaux apportera une dimension unique à ce colloque.

Des génocides et des massacres à visée génocidaire formeront le point de départ des réflexions. Nous prendrons en compte des propositions qui recouvrent des aires géographiques et historiques différentes y compris, mais non exclusivement le génocide arménien, la Shoah, le Cambodge, la Bosnie ; le Rwanda, le Liberia, le Darfur, les Hereros en Namibie, les massacres survenus à la suite de la colonisation du continent américain, africain et australien.

Axes thématiques

Les sujet des propositions pourront recouvrir les thèmes suivants, d’autres sont possibles, y compris une analyse genrée des massacres en cours ou récents.

Le génocide à l’aune du genre et de la sexualité

  •  Réflexions féministes sur le(s) génocide(s)
  •  Réflexions queers sur le(s) génocide(s)
  •  Violences sexospécifiques au cœur des génocides
  •  La reconstitution d’une identité sociale genrée après un viol durant  ou après un génocide
  •  Les enfants du viol
  •  La honte, le rejet, la réinsertion et l’impossible réinsertion

L’après génocide

  •  La mémoire traumatique et la résilience dans la reconstruction d’une identité sexuée
  •  Traumatisme transgénérationnel après le génocide, chez les descendant.es des victimes
  •  Culpabilité trangénérationnelle des descendant.es des responsables de crimes

Secrets de famille

  •  Grandir à l’ombrer d’un génocide : les formes multiples du non-dit
  •  La révélation des secrets de familles : quand une identité cachée est dévoilée
  •  Quand meurent les derniers témoins : la construction de la mémoire familiale

Les massacres « oubliés » et négligés, la dimension du genre

  • Les tribus autochtones dans le processus de colonisation
  • L’Inquisition espagnole
  • Les massacres durant les conflits nationalistes entre autres.

Ecriture et reécriture du génocide et transmission les pratiques culturelles à travers des pratiques genrées

  •  Langage, le souvenir des mots, berceuses, comptines
  •  L’aire domestique : façon de faire, cuisine, espace intérieur, pratiques corporelles.
  •  Littérature féminine
  •  Les formes que prend la transmission d’une identité de victime
  •  Un génocide peut-il être considéré comme étant terminé ?
  •  Le rôle de la prise de conscience et l’éducation dans l’évitement de génocides futurs, la place des femmes dans le récit historique.

Le génocide dans la réflexion politique et juridique

  •  La reconnaissance d’un génocide et le prix politique de l’autocensure et du négationnisme
  •  Le génocide en droit international : les réparations des crimes commis contre les femmes
  •  La dimension du genre dans les interventions humanitaires dans la période post-génocide
  •  L’expérience de génocide comme revendication politique et nationale : la place du genre dans les traditions instrumentalisées.

Langues des candidatures : anglais, français, arménien

Modalités de soumission

Envoyer vos candidatures avant

le  5 janvier 2016

(1 feuillet environ) avec une bio succincte en fichier PDF

Prière de mettre votre nom dans le ‘sujet’ du mail

info@womeninwar.org

Une réponse sera envoyée avant le 5 février 2016

Le colloque aura lieu à Erevan, 21-22-23 mai 2016

Comité scientifique

  • Carol Mann , LEGS, Université de Paris 8
  • Nona Shahnazarian, Institut d’archéologie et d’ethnographie, Erevan
  • Nermina Trbonja, Université de Sarajevo

Organisation

Ce colloque est organisé par ‘Women in War’, une association Loi 1901, fondée et dirigée par la sociologue Carol Mann, et destinée à la réflexion sur tous les aspects du genre dans les conflits armés. L’association a été fondée à Paris en 2008, par des universitaires féministes d’horizons différents, unies par leur engagement contre les injustices faites aux femmes dans toute guerre. Deux antennes existent, l’une à Sarajevo (dirigée par Nermina Trbonja), l’autre à Beyrouth (Yeghia Tashjian).Nona Shanazarian est la responsable à Erevan, assistée par Hasmik Grigorian

L’association rassemble et réunit des chercheur.es partout dans le monde qui travaillent sur le genre et les questions de conflits armés tant historiques qu’actuels, à travers des séminaires mensuels en ligne, des projets de publication et des conférences annuelles dans les zones de guerre.

De 2014 à 2018, l’association ‘Women in War’ organise chaque année de grandes conférences internationales pour commémorer le rôle joué par les femmes dans la Première Guerre mondiale. Chaque événement se déroule dans un lieu emblématique, en partenariat avec une université locale importante : Sarajevo (avec l’Université de Sarajevo), Beyrouth (avec la LAU) et pour 2016, l’Institut d’archéologie et d’ethnographie d’Erevan.

Source : Calenda

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale

Programme de la première partie d’un atelier abordant la question des femmes et de la guerre :

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale / Jeudi 4 septembre 2014, Salle 102, Bât. Formation – 09:00-11:00 (2h)

Atelier thématique coordonné par Jules Falquet

DES USAGES DE LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE « DE GENRE » DANS LE CONTEXTE DE LA MONDIALISATION NEOLIBERALE par Jules Falquet, CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes) – LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique)

La mondialisation néolibérale produit à la fois la globalisation d’un ensemble de discours et de pratiques sur la situation des femmes dans le monde ; et un notable accroissement des violences masculines contre les femmes (et/ou de leur visibilité), qu’elles soient militaires, économiques ou inter-personnelles, incluant les « féminicides ». On s’interrogera sur les discours et les pratiques de lutte contre ces violences, dans la double perspective ‘top-down’ telle qu’elle est construite par les Nations-Unies ou la Communauté européenne, et ‘bottom-up’ à partir des initiatives des mouvements de femmeset féministes.

WomenAtWar
Source : http://chrisblattman.com
  • Genre et dynamiques sociales pendant la guerre civile ougandaise de 1981-86 : Trajectoires de femmes-combattantes au sein du mouvement de guérilla de la National Resistance Army (NRA) par Pauline Bernard, Institut des Mondes Africains, Institut Français de Recherche en Afrique

Cette intervention étudie, à partir de témoignages et de récits de vie, les trajectoires de femmes engagées dans la guérilla de la National Resistance Army pendant la guerre civile de 1981-86 en Ouganda. Il s’agit d’examiner les relations de pouvoir internes à la guérilla, et de s’interroger sur la façon dont ces femmes combattantes ont renégocié leur place dans la société pendant cette période d’atomisation de l’ordre social.

  • Intervention militaire et libération des femmes par Aurélie Knüfer, Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne
L’objet de notre exposé sera d’examiner une controverse politique et

philosophique virulente – celle qui, au milieu du XIXème siècle, divisa partisans et opposants d’une intervention militaire en faveur de la liberté des femmes mormones supposées être opprimées et victimes de la polygamie. Cette controverse est particulièrement intéressante car elle pose sans doute pour la première fois, de manière aussi explicite, l’émancipation féminine comme visée d’une entreprise guerrière.

Dans De la Liberté (1859), en effet, John Stuart Mill récuse le projet d’une « civilisade », c’est-à-dire d’une « croisade civilisatrice » contre les Mormons ; projet défendu notamment par Thomas Taylor Meadows dans un « Essai sur la civilisation » (1856) aujourd’hui oublié. Pour celui-ci, tandis que la polygamie des “barbares” musulmans ou chinois serait acceptable, parce qu’elle serait l’expression de leur “arriération” quasi-naturelle, chez un peuple “civilisé”, en revanche, il ne serait pas possible d’admettre une telle institution, et ce parce qu’elle menacerait de l’intérieur la “civilisation” elle-même dont le mariage monogame serait un des principaux piliers : les Mormons constituent donc l’ennemi intérieur qu’il s’agit à ses yeux tout simplement de détruire. L’enjeu pour John Stuart Mill est de montrer qu’une telle argumentation est en réalité l’expression de la domination masculine et la perversion d’un “libéralisme” véritablement soucieux de l’affranchissement des femmes.

Définitions de la “civilisation” et de la “barbarie”, réflexion sur le statut du mariage, sur l’asservissement des femmes ainsi que sur les modalités de leur libération constituent alors l’horizon de ce débat dont il n’est pas nécessaire de rappeler ici les prolongements contemporains. Cette étude sera donc l’occasion d’interroger, d’une manière plus générale, les discours de légitimation de la guerre au nom de l’émancipation féminine, ainsi que la défense de la liberté des femmes comme argument privilégié de l’intervention dite “humanitaire”. Se contenter d’évacuer cet argument, en affirmant qu’il ne serait qu’un prétexte visant à dissimuler des entreprises de conquête n’est en effet pas suffisant : il est au contraire nécessaire, pour la théorie du genre, de le prendre au sérieux, d’en saisir toutes les implications afin d’en produire une véritable critique.

  • Visibilité et occultation des violences masculines envers les femmes au Nicaragua (1979-2013)  par Delphine Lacombe, École des hautes études en sciences sociales, Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace

La communication abordera les modes d’occultation et de visibilité des violences masculines contre les femmes dans le contexte nicaraguayen (1979-2013). En réinscrivant l’analyse dans le long terme, il s’agit de repositionner les registres de visibilité des violences dans leur historicité et dans leur articulation avec les configurations guerrières, les régimes politiques, les actions collectives des femmes et le contexte international de « l’aide au développement ». Nous montrons par quels processus de qualifications la dénonciation des violences envers les femmes est devenue sinon légitime, du moins audible, mais toujours au prix de l’occultation de leurs ressorts de genre.

The place of women in war 1914-2014 [call for papers]

Résumés avant le 12 avril – Sarajevo

 

The place of women in war 1914-2014

Sarajevo, June 7th and 8th 2014

The Women in War inaugural conference will take place in Sarajevo on June 7th and 8th, with the support of the University of Sarajevo’s Gender department.

2014 marks the centennial of the start of World War One and a greater visibility of women in armed conflict.

As well as the numerous commemorative events and conferences that will be taking place, this centennial is a unique opportunity to assess the experience and consequences of war on women twenty years after the war in the ex-Yugoslav area (1991-1995), with a look towards the past as well as at conflicts of the same period, namely Rwanda.

This conference is the first academic one of its kind to be held in Sarajevo, we invite proposals for papers in the following or related areas. Although the focus is Bosnia, the examples can be taken from other regions of the world.

  • Gender and Armed Conflict
  • Women in and around the Military
  • War time rape
  • Gender and Nationalism
  • Gender and Post-war reconstruction
  • Men, Masculinity and War
  • Gendered Memories of War and Political Violence

Abstracts of max. 350 words should be submitted by April 12 to carolmann33@gmail.com and nermina.trbonja@gmail.com

Authors of abstracts (selected or not) will be informed by May 1st 2014

Keynote speakers :

Cynthia Cockburn (to be confirmed)
Elissa Helms (confirmed) Gender Studies at the Central European University in Budapest, Hungary
Stef Jansen, University of Manchester (to be confirmed)

Source : RING, 04/03/2014

[Appel à communications] Etudes de genre en France – propositions avant le 15 octobre 2013 – Lyon

arton2812Congrès organisé par l’Institut du Genre (CNRS) et l’Université de Lyon (ENS de Lyon)

Lyon, 3, 4, 5 septembre 2014

Comité d’organisation :

Pascale Barthélémy, Claude Gautier, Violaine Sebillotte Cuchet, Isabelle Pastor-Sorokine.

Présentation :

Les études de genre sont depuis plusieurs décennies en plein développement à l’échelle internationale. Créé en janvier 2012 à l’initiative de l’InSHS-CNRS, l’Institut du Genre organise son premier congrès international des « Etudes de genre en France » les 3, 4 et 5 septembre 2014 à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

Cette rencontre internationale a plusieurs objectifs : contribuer à la reconnaissance scientifique des études de genre en France et à leur visibilité internationale, faciliter la coordination institutionnelle de ces recherches et de nouvelles formes de coopération, encourager l’émergence de nouvelles thématiques ainsi que les approches interdisciplinaires et transversales au sein des Sciences humaines et sociales mais aussi entre SHS et autres domaines scientifiques.

Ouvert à toutes et à tous, jeunes chercheur.e.s ou chercheur.e.s confirmé.e.s, ce congrès articulera séances plénières et ateliers.

Les propositions attendues peuvent prendre la forme de communications individuelles ou d’ateliers coordonnés par un-e ou deux responsables. Les propositions de posters sont bienvenues. Les propositions s’inscriront de façon privilégiée dans les dix axes thématiques définis par l’IdGenre – Epistémologie et théories du genre : genèse et généalogie du champ ; Catégories opératoires et modes d’analyse ; Politique, Care, Justice ; Territorialités, Espaces, Mondialisation ; Genre et Temporalités ; Genre, Production, Marché ; Création, Arts et Littératures ; Sexualités, Hétéronormativités et LGBT ; Genre, Famille, Parenté ; Genre, Religions et Sécularisations ; Corps, Santé, Société. Elles pourront aussi s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et approches : droit, sciences du langage, archéologie, sciences cognitives etc. Les regards « croisés » sur une problématique ou une thématique sont encouragés.

Date limite d’envoi des propositions :

15 octobre 2013 à isabelle.pastor-sorokine@mshparisnord.fr

Source : RING, 15/07/2013

[Appel à contributions]: Histoire des femmes, histoire du genre, histoire genrée

Suffragette_VotesForWomenColloque co-organisé par l’Université Paris 8 et par le LabEx EHNE – Avec le soutien de la Fédération RING

5 et 6 décembre 2013

Propositions de contribution avant le 30 septembre 2013

Responsables :

Valérie Pouzol, MCF, histoire contemporaine, (Paris 8, EA 1571, RING)
Yannick Ripa, Pr, histoire contemporaine (Paris 8, EA 1571, LabEx EHNE, Ecrire une nouvelle histoire de l’Europe-Axe 6 : Genre et identités européennes)

Résumé :

Qu’il soit instrument d’analyse, axe ou champ de recherche, le genre est sorti de sa confidentialité pour s’affirmer comme un concept particulièrement dynamique de la recherche scientifique. Dans ce processus d’affirmation global qui a touché les sciences humaines, la discipline historique reste en retrait. Ce colloque aimerait interroger cette réserve, ces doutes, tout en donnant à voir l’essor de cet outil d’analyse en histoire contemporaine, toutes aires culturelles confondues (particulièrement en Europe), en insistant sur l’évolution qui a conduit de l’histoire des femmes à l’histoire du genre et sur le renouvellement historiographique apporté par ces recherches qui semblent aboutir à une histoire genrée. Aussi une place importante sera accordée aux travaux des jeunes chercheur-e-s doctorant-e-s et post-doctorant-e-s : analyse des thématiques de recherche, questionnements méthodologiques et épistémologiques. Ce moment d’échanges autour des usages du genre en histoire pourrait s’accompagner d’une réflexion sur les circulations interdisciplinaires.

Argumentaire :

Ce colloque ambitionne de réfléchir aux effets du passage d’une histoire des femmes à une histoire du genre, voire à une histoire genrée, à travers des parcours de chercheur-e-s et des présentations de travaux récents, actuels, et à venir. Il se veut attentif à l’articulation entre les trois termes de son intitulé : l’affirmation du genre a-t-elle conduit à un enrichissement de l’histoire des femmes ou à son effacement ; l’institutionnalisation de l’histoire du genre a-t-elle contribué à stimuler des recherches novatrices ou, au contraire, a amoindri le potentiel subversif de ce concept ?

En effet, qu’il soit instrument d’analyse, axe ou champ de recherche, le genre, terme pour le moins polysémique, semble avoir atteint l’âge de la maturité : en quelques années, les études sur le genre sont sorties de la confidentialité, voire de la marginalité dont elles pâtirent durant deux décennies, pour acquérir visibilité et respectabilité.

D’emblée, on postulera à son actif : d’une part, la fin d’une certaine ghettoïsation des études sur la différence des sexes et, de ce fait, l’essor des recherches sur le masculin et la virilité, d’autre part un indéniable enrichissement de la réflexion et donc des recherches (le genre de la justice, le genre des territoires, genre et nationalismes, les politiques de genre, genre et conflits…), en raison notamment de l’intérêt nouveau porté par des collègues jusqu’alors réticents à prendre au sérieux un sujet « femme », d’autre part, l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheur-e-s dont la mixité fait rupture avec les années de jeunesse et même de maturité de l’histoire des femmes.

On avancera à son passif : d’une part, une dilution de la définition du concept, dont le symptôme majeur est, sans doute, son usage au pluriel, inconciliable avec sa définition et son objectif premiers – désigner et étudier la construction de la différence des sexes, détachés du biologique. Rappelons que cette démarche fut initialement dérangeante : doit-on en conclure à une sorte de rentrée dans le rang des études de genre ? D’autre part, et consécutivement à cette évolution, certains écrits emploient « genre » en lieu et place de « sexe » ; ce détournement de sens rend inopérant cet outil pour penser ladite différence des sexes. La banalisation du terme semble donc vider le genre de sa charge, d’autant plus qu’il tend – dernier effet négatif qu’il conviendra de vérifier – à faire disparaître les individus de chair et de sang pour les remplacer par des catégories (masculin/féminin) ; cette évolution ne risque-t-elle pas de renvoyer les femmes à l’invisibilité ?

Cette montée en gloire du genre n’est donc pas exempte d’inquiétudes propres à faire débat, comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis ; elle peut être néanmoins prometteuse invitant à écrire une histoire genrée : ainsi il est n’est plus concevable d’envisager d’écrire une nouvelle histoire de l’Europe sans prendre en compte le rôle du genre dans la constitution des identités européennes.

Conditions de soumission :

Les propositions de contribution ne devront pas dépasser 1500 signes (langues possibles : anglais, français, espagnol) et devront être adressées impérativement avant le 30 septembre 2013 à yannick.ripa@orange.fr et valerie.pouzol@univ-paris8.fr