Archives par mot-clé : Etats-Unis

Media Release : peaceful blogger Nguyen Ngoc Nhu Quynh “Mother Mushroom” sentenced to 10 years in prison

Dix ans de prison pour une blogueuse et activiste des droits sociaux. L’Ambassade des États-Unis à Hanoi proteste. Communiqué ci-dessous.

U.S. Department of State
Spokesperson Heather Nauert

Department Press Briefing
Washington, DC
June 29, 2017

We are deeply concerned about the Vietnamese courts and its conviction of the 2017 International Woman of Courage awardee and peaceful blogger, Nguyen Ngoc Nhu Quynh. She’s also known as “Mother Mushroom.” She was sentenced to 10 years in prison under the vague charge of conducting propaganda against the state. […]

The United States calls on Vietnam to release Mother Mushroom and all other prisoners of conscience immediately and to allow all individuals in Vietnam to express their views freely and assemble peacefully without fear of retribution. We’ve seen some positive steps on human rights in Vietnam over the past few years. However, the trend of increased arrests and convictions of peaceful protests since early 2016 is deeply troubling. Progress on human rights will allow the U.S.-Vietnam partnership to reach its fullest potential.

Source : US Embassy Hanoi

Tuyên bố của Phát ngôn viên Bộ Ngoại giao Hoa Kỳ Heather Nauert về việc kết án Nguyễn Ngọc Như Quỳnh

Họp báo của Bộ Ngoại giao

Washington, DC

29/6/2017

Tôi quan ngại sâu sắc về các phiên tòa của Việt Nam và việc kết án người được trao Giải thưởng Phụ nữ Quốc tế Can đảm 2017 và blogger ôn hòa Nguyễn Ngọc Như Quỳnh. Cô còn được gọi là “Mẹ Nấm”. Cô đã bị kết án 10 năm tù với buộc tội mơ hồ tuyên truyền chống nhà nước. […]

Hoa Kỳ kêu gọi Việt Nam thả Mẹ Nấm và tất cả các tù nhân lương tâm ngay lập tức và cho phép tất cả cá nhân tại Việt Nam tự do thể hiện quan điểm của mình và tụ họp ôn hòa mà không lo sợ bị trừng phạt. Chúng tôi đã chứng kiến một số bước tích cực về nhân quyền tại Việt Nam trong vài năm qua. Tuy nhiên, xu hướng gia tăng các vụ bắt giữ và kết án các biểu tình ôn hòa kể từ đầu năm 2016 rất đáng lo ngại. Sự tiến bộ về nhân quyền sẽ cho phép quan hệ đối tác Hoa Kỳ-Việt Nam đạt được tiềm năng tối đa.

Source : US Embassy Hanoi

Voir également :

Image « à la une » : Nguyen Ngoc Nhu Quynh à la barre du tribunal lors de son procès le 29 juin 2017. © Tuoi Tre / Thanh Trúc

Ta Phong Tan, libérée mais « expulsée » aux États-Unis

Les médias concernés par la protection des journalistes et des droits de l’homme ont annoncé la bonne nouvelle hier. La célèbre blogueuse dissidente Ta Phong Tan, ancienne policière, a finalement été libérée  après trois ans d’enfermement et une grève de la faim éprouvante.

Son cas a été pris très au sérieux par les autorités américaines et sa défense portée inlassablement par son compatriote dissident Nguyen Van Hai lui même libéré et expulsé aux États-Unis en octobre 2014. En mars 2013, alors qu’elle était toujours emprisonnée, Ta Phong Tan avait reçu le prix des « Femmes de Courage du Monde » décerné par Michelle Obama. Lors de son expulsion vers les États-Unis, Nguyen Van Hai avait prévenu qu’il ferait tout pour faire libérer Ta Phong Tan, celle avec qui il avait créé le Club des Journalistes Libres au Viêt-Nam huit ans plus tôt. Grâce à l’intervention américaine auprès des autorités vietnamiennes l’ancienne policière est certes libérée mais comme pour Nguyen Van Hai, elle est expulsée en urgence vers les États-Unis, destination traditionnelle pour les exilés politiques vietnamiens. Arrivée hier soir en Californie, visiblement émue, Ta Phong Tan a pu s’exprimer sur les conditions de son départ devant les journalistes de la communauté vietnamienne qui ont relayé l’information. Comme pour Nguyen Van Hai, la difficulté pour Tan sera désormais de se reconstruire et de s’insérer dans un tissu local encore largement hostile au pouvoir communiste vietnamien. La communauté vietnamienne des États-Unis reste divisée sur le soutien à apporter aux anciens prisonniers d’opinion issus de l’appareil communiste comme c’est le cas pour cette ancienne policière (expulsée du PCV et interdite d’exercer son métier en 2006). Janet Nguyen, la sénatrice de l’État de Californie, très engagée aux côtés des dissidents vietnamiens, se tenait à ses côtés lors de son entretien express à l’aéroport de Los Angeles.

La stratégie des autorités vietnamiennes qui consiste à expulser manu militari les dissidents les plus notoires vers les États-Unis suite aux fortes pressions exercées par ces derniers vise à épuiser les forces de la dissidence intérieure. Cette stratégie appliquée par la Chine populaire s’est révélée payante pour le pouvoir en place. Il est en effet plus difficile d’agir sur la situation intérieure en étant coupé du contexte économique et social tout en étant éloigné du pays. Mais selon la dissidente, il ne s’agit pas d’une expulsion sur le plan juridique mais du résultat de la pression américaine pour la faire libérer, elle s’explique à son arrivée à l’aéroport de Los Angeles :

« Ce n’est pas une expulsion parce que les Américains les ont forcés à me libérer et ils ont décrété « une suspension temporaire de l’exécution de la peine d’emprisonnement«  et non pas une décision d’expulsion ». [1]

Quoi qu’il en soit, Ta Phong Tan est ainsi la troisième dissidente à rejoindre les États-Unis après Cu Huy Ha Vu en avril 2014 et Nguyen Van Hai alias Dieu Cay en octobre 2014. Cependant, cette relative impuissance d’action des dissidents politiques exilés est compensée par leur regroupement dans un même pays et la possibilité de faire entendre leurs voix pour peser de l’extérieur sur l’évolution politique du Viêt-Nam. Ces dissidents parient beaucoup sur la puissance d’internet et, désormais libres de leurs faits et gestes, hissent leur action au niveau international. Symbolique forte : cette libération du 19 septembre intervient huit ans jour pour jour après la fondation du Club des Journalistes Libres à Saigon. Notons qu’il reste une douzaine de cyberdissidents journalistes dans les geôles de l’État communiste.

FG, MàJ 21/09/2015.

[1] Entretien retranscrit par le blog Dan Lam Bao : Blogger Tạ Phong Tần vừa đặt chân đến Mỹ, Dan Lam Bao, 21/09/2015.

TaPhongTan-cpj

La libération de Ta Phong Tan :

Son portrait sur le site d’Amnesty International :

Biểu tình chống Trung Quốc tại Washington DC [June 2, 2014]

Manifestation d’environ deux cents Vietnamiens contre la Chine devant l’ambassade de Chine populaire à Washington DC puis devant l’ambassade du Viêt-Nam toujours dans cette ville. Deux manifestantes exposent les raisons de leur présence à la fois contre l’expansionnisme de Pékin mais aussi contre la faiblesse des dirigeants de Hanoi. On notera à l’image l’apparition du drapeau du Parti National du Viêt-Nam (ou du Dai Viêt) à l’étoile blanche aux côtés des bannières vietnamo-américaines.

* * *

200 người Việt hải ngoại tập trung biểu tình trước tòa đại sứ Trung Quốc tại Washington, tố cáo Trung Quốc xâm lấn lãnh hải Việt Nam. Đoàn biểu tình sau đó kéo sang tòa đại sứ Việt Nam, phản đối Hà Nội mềm yếu trước hành động bành trướng của Bắc Kinh.

Mary Louise Roberts: Des GI et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération [parution]

Roberts_DesGIsEtDesFemmesAvis de parution. Traduction d’une étude clé de Mary Louise Roberts sur les soldats américains à la Libération, loin des images d’Épinal…

Comment convaincre les GI de débarquer sur les plages de Normandie et de se jeter sous le feu ennemi au péril de leur vie ? En invoquant le patriotisme, la solidarité entre les démocraties, les crimes barbares des nazis ? Sans nul doute. Mais un autre argument fut employé au sein de l’armée américaine en 1944 : « Pensez à la beauté des femmes françaises qui n’attendent que vous et sauront comment récompenser leurs libérateurs. »

S’appuyant sur de très nombreux documents d’archives, ce livre raconte une histoire fascinante et dérangeante : le commandement militaire américain a « vendu » le Débarquement à ses GI comme une aventure érotique et a sciemment exploité le mythe de la femme française experte en matière sexuelle et disponible. Il jette une lumière crue sur les conséquences de cette propagande : la prostitution débordante partout où se trouvaient des GI, exposant leurs relations sexuelles au vu et au su de tous, mais aussi les agressions sexuelles et les viols.

Loin d’être anecdotique, la sexualité des GI fut l’un des enjeux de la bataille politique qui se jouait sur le territoire libéré, celle entre l’impérialisme américain et la souveraineté française. Humiliante, elle a contribué à nourrir l’antiaméricanisme d’après-guerre.

Mary Louise Roberts enseigne l’histoire de France à l’université du Wisconsin. Elle est une spécialiste réputée de l’histoire des femmes et du genre.

Réf. : Roberts, Mary Louise, Des GI’s et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Éditions du Seuil, coll. L’Univers Historique, 2014.

Source : site des éditions du Seuil

A lire : Mary Louise Roberts : « Le sexe a été une manière d’assurer la domination américaine », Le Monde, 18/07/2013.

Fiche profil de l’auteure : Mary Lou Roberts Professor

Congresswoman Barbara Lee Introduces Victims of Agent Orange Relief Act

Agent_Orange_CropdustingJune 26, 2013
Contact: Carrie Adams (202) 225-2661

Washington, D.C.– Today, Congresswoman Barbara Lee (D-CA) introduced the Victims of Agent Orange Relief Act of 2013, which would address the ongoing challenges faced by the victims of Agent Orange, four decades after the toxic defoliants were heavily used during the Vietnam War.

« Generations of Vietnamese and Vietnamese Americans continue to suffer from the tragic effects of the Agent Orange defoliants, » said Congresswoman Lee. « I am proud to introduce this legislation, which would provide important services and protections for those exposed to Agent Orange and their descendants. »

From 1961-1971, approximately 19 million gallons of Agent Orange were sprayed over the southern region of Vietnam, exposing millions of Vietnamese and tens of thousands of Americans to the toxic chemical. A variety of diseases stem from Agent Orange exposure, including birth defects, Parkinson’s disease, leukemia, and respiratory cancers.

The Victims of Agent Orange Relief Act would direct the Departments of Veterans Affairs, State and Health and Human Services to provide medical services and resources to affected communities, including those still living in contaminated environments, and the descendants of exposed veterans and Vietnamese Americans. The legislation also includes provisions for future research into the impact of Agent Orange exposure.

« We need ensure that individuals affected by Agent Orange have access to medical services relating to their exposure. Our policies addressing Agent Orange do not adequately provide for the children of veterans exposed to Agent Orange, nor for the Vietnamese and Vietnamese Americans who have been exposed to this toxic substance, » said Congresswoman Lee. « This legislation would continue lifesaving research into the continuing effects of Agent Orange, as well as provide medical services to those affected by it. »

The former Representative Bob Filner previously introduced the Victims of Agent Orange Relief Act as H.R. 2634 in the 112th Congress. Congresswoman Lee is reintroducing the legislation in the 113th Congress order to ensure that the victims of Agent Orange receive medical services and resources.  Original cosponsors include Representatives Faleomavaega, Cohen, Conyers, Grijalva, Honda, McGovern, and Pingree.

* * *

Follow Barbara Lee on Facebook and Twitter at @RepBarbaraLee. To learn more, visit lee.house.gov.

Congresswoman Lee is a member of the Appropriations and Budget Committees, the Steering and Policy Committee, is a Senior Democratic Whip, as well as the Whip of the Congressional Progressive Caucus (CPC), where she serves as the Co-Chair of the CPC Peace and Security Task Force.

Source : Barbara Lee