Archives par mot-clé : exposition

DdM : Lame de fond pour l’intégration ou trois femmes passionnées par l’étranger

Lame de fond pour l’intégration ou trois femmes passionnées par l’étranger :

Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales

Par Dominique de Miscault

Le 1er avril, le décor de la demie journée d’étude et de l’exposition est planté : un travail d’universitaires à direction pédagogique. Il n’en demeure pas moins que le sujet dépasse et la région toulousaine et sa visée didactique, puisqu’il s’agit du Viêt Nam qui s’inscrit dans l’Histoire de la colonisation et des guerres qui s’ensuivent avec leurs avatars : expatriation brutale, l’immigration et l’intégration pour ceux qui feront souche.

ExpoIndochinoisGuerresToulouse_LKL
© Photo François Trieu

Trois femmes réunies, passionnées par l’intégration et la pédagogie y afférant. Le sujet est tiré de la thèse de Liêm-Khê LUGUERN soutenue en 2014 à l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction de Gérard NOIRIEL, Les « Travailleurs Indochinois » – Étude socio-historique d’une immigration coloniale (1939- 1945).

Dzu LÊ LIÊU DdM
© DdM

Enseignante au collège de Gaillac (Tarn), Dzu LÊ LIÊU, fille de Cong Binh est enseignante en audiovisuel au Lycée des Arènes de Toulouse, elle a également réalisé le premier documentaire faisant témoigner des travailleurs indochinois requis lors de la Seconde Guerre mondiale : Les Hommes des Trois Ky (Hulot Prod., Cerravhis, La Médiathèque des Trois Mondes, 1996) et Laure TEULIÈRES Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, rattachée au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136) et codirectrice de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire. Spécialiste d’histoire de l’immigration, elle a publié Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées, XIXè-XXè siècles (Loubatières) et coordonné en partenariat les ouvrages Mémoires des migrations, temps de l’histoire (Presses universitaires F. Rabelais), Migrations, mémoires, musées (Éd. Méridiennes)… Elle est membre du conseil d’orientation du Musée national de l’histoire de l’immigration.

Laure TEULIÈRES et Mireille LÊ VAN VÔ DdM
Mireille Lê Van Hô et Laure Teulières © DdM

Trop de monde dans la salle 30 de la maison de la recherche du Mirail, trop de monde au vernissage à l’Espace Diversité Laïcité avec tous les encouragements de la Mairie. Nos trois militantes se sont effacées devant les intervenants : Laurent DORNEL, Mireille LÊ VAN VÔ ou les descendants des ONS (ouvriers non spécialistes), comme elles ont redonné la parole aux sans voix. Les descendants sont mobilisés, à la recherche de leurs origines. Au regard de la mondialisation, le phénomène peut paraître marginal : 200 Vietnamiens sont restés en France après la seconde guerre mondiale et 1 à 2000 après 1952. Mais le sujet est très approfondi et donne des réponses pleines d’espoir avec l’ouverture de ce site https://travindo.hypotheses.org/ qui appelle à d’autres perspectives et d’autres rencontres, ailleurs.

DdM

NB : chaque intervention de cet après-midi mériterait au moins une demi page de CR

Image « à la une » : photographie de Dominique de Miscault

Bộ ảnh “Nữ thanh niên xung phong” gây xúc động [Expo Photos]

Mise en scène « kitch » de la résistance des filles des Jeunesses de choc. Bien loin de la réalité de la guerre. 19 photos de Dinh Van Linh. A voir sur Dan Viet.

Nhân dịp kỷ niệm 40 năm ngày giải phóng hoàn toàn miền nam, thống nhất đất nước, nhiếp ảnh gia tự do Đinh Văn Linh đã thực hiện bộ ảnh “Nữ thanh niên xung phong” gây xúc động.

DinhVanLinh_NuTNXP_2015_1

A voir sur : Dan Viet, 30/04/2015. Reprises sur dbv.vn

« De si lointains regards » : Visages de femmes au Nord-Vietnam

« De si lointains regards » est une série de portraits, fruits du regard croisé que posent trois photographes français sur les femmes du Nord-Vietnam d’aujourd’hui.

Le projet est né à Hanoi quand, de retour de la région de Sapa, où ils avaient été à la rencontre des ethnies montagnardes, les photographes du projet se sont trouvés au bord du lac Hoan-Kiem, au milieu des séances de prises de vues organisées pour l’élection de Miss Asie… 250 kilomètres à vol d’oiseau séparent les deux villes : « Franchie en quelques heures, cette distance et l’incroyable diversité culturelle dont elle nous a fait prendre conscience a immédiatement suscité l’envie d’en rendre compte au travers des portraits de toutes ces femmes d’Asie ».

Le Vietnam compte aujourd’hui 92 millions d’habitants répartis en 54 ethnies. Bien que les Kinh représentent environ 86 % d’une population aux deux tiers rurale, la diversité culturelle est partout. Entre les montagnardes des ethnies Hmong ou Dao et les jeunes femmes concourant pour devenir la plus belle femme d’Asie, les millions de vietnamiennes des campagnes et de la rue créent la transition. Portant le chapeau conique traditionnel au milieu d’une capitale en pleine effervescence, ou l’áo dài pour les études ou lors de cérémonies, elles sont aussi ces jeunes femmes filant sur un scooter et portant des vêtements dernier-cri.

Pierre LARUELLE, David LEONARD et Olivier ROBERT se proposent de faire découvrir certaines de ces femmes, aussi différentes les unes que les autres au travers de photographies grand format afin de créer une rencontre saisissante. La plupart sont vietnamiennes, quelques autres viennent de pays voisins, mais toutes étaient présentes dans le Nord-Vietnam en 2013 et 2014. Surtout nulle comparaison, la modernité n’étant pas plus garante de l’esthétisme que la tradition. « De si lointains regards » n’entrera justement pas dans le jeu du concours de beauté, mais tentera simplement de rendre compte du charme extraordinaire de tous ces visages, de tous ces regards, si différents et pourtant si proches …

L’exposition se compose d’une cinquantaine d’images scénographiées par thème dans l’immense hall de l’Esplanade du Lac de Divonne les bains. Au rez-de chaussée, les tirages grand-format permettront véritablement au public d’aller à la rencontre de toutes ces femmes d’Asie qui ont accepté de poser, parfois au cours de longs échanges, parfois le temps d’une éphémère rencontre…

 Visites commentées les week-ends. 

Vernissage le vendredi 12 septembre à partir de 19H00

L’esplanade du Lac Divonne des Bains

9 sept. / 27 sept.

181, avenue de la Plage
01220 – Divonne les bains

© Olivier ROBERT Photographies

Source : De si lointain regards

Femmes & Guerres : One person crying Women and War – L’affiche

Femmes&Guerres_OnePersonCrying

ONE PERSON CRYING: Women and War, an exhibition by award winning photojournalist Marissa Roth, is a 28-year, personal global photo essay that addresses the immediate and lingering effects of war on women. Roth states, “In an endeavor to reflect on war from what I consider to be an underreported perspective, the project brought me face to face with hundreds of women who endured and survived war and it’s ancillary experiences of loss, pain and unimaginable hardship.”

The photographer’s journey took her from Novi Sad, Yugoslavia in 1984, to its conclusion in Oradour in 2013. The ninety one photographs cover twelve conflicts over a twenty-eight year time period, starting with the photographer’s own history as a child of Holocaust refugees. Additionally, the exhibition includes panels with historical perspectives and references to the wars addressed by Roth.

The exhibition is supplemented by the collection of unedited archives on the women of Oradour, which were taken from the Cahiers de Denise Bardet, institutrice a Oradour, (Denise Bardet’s Journal, teacher at Oradour) one of the 246 women that were victims of the Oradour massacre. She kept a diary from 1940 to 1944 that provided insight in to the life and thoughts of a French woman during World War II.The collection of projections (testimonials and documentaries) describes the conditions of life and the violence perpetrated against women during wars, which supports the work of Marissa Roth.

The exhibition was curated by Howard Spector, Los Angeles, CA, co-director of the South Pasadena Arts Council (SPARC), an NGO consultant, and panelist for the National Endowment for the Arts and the US Dept. of Education.

Exhibition representation made by Photokunst, agency specializes in cause-oriented fine art photography and photojournalism. Photokunst is honored to launch and travel this important and timely exhibition.

ONE PERSON CRYING: Women and War, debuted at The Museum of Tolerance, Los Angeles from August 16 to October 25, 2012. It was presented in Berlin, and now in Oradour, France. The exhibition will be available for travel to additional venues from May 2014 through December 2015.

Document PDF : One Person Crying – Women and War

Femmes et guerres : One person crying, Women and war

Le centre de la mémoire présente : « Femmes et guerres : One person crying, Women and war ».

À l’aide de plus de 90 photographies noir et blanc, Marissa Roth, photoreporter américaine, aborde les effets immédiats et durables de la guerre sur les femmes. Le voyage de la photographe débute à Novi Sad en Yougoslavie en 1984 et se conclut à Oradour en 2013. Les photographies couvrent une dizaine de conflits mondiaux au long d’une période de travail de 28 années qui commence avec l’histoire personnelle de Marissa Roth en tant que fille de réfugiés de l’Holocauste.

L’exposition inclut des panneaux qui fournissent des références historiques et reviennent sur le déroulement des guerres abordées par la photographe. Un ensemble de projections (témoignages, documentaires), d’ouvrages, d’archives se rapportant aux violences faites aux femmes lors des guerres complète le travail photographique de Marissa Roth.

« Il n’y a pas de sang ni d’armes dans ces images, juste le souvenir de ces vies passées dans un après-guerre sans fin comme toile de fond » Marissa Roth

© Marissa Roth
© Marissa Roth

Source : Centre de la mémoire / Oradour-sur-Glane