Archives par mot-clé : féminisme

Dictionnaire des féministes. France – XVIIIe-XXIe siècle [parution]

Parution d’un instrument de travail incontournable (1754 p.). Saluons cette immense contribution pour les études sur le genre. Présentation de l’éditeur.

Qu’est-ce que le féminisme au juste ? Ce dictionnaire apporte une réponse large (la contestation de l’inégalité entre les sexes), plurielle (les mouvements de femmes, les philosophies ou idéologies qui les nourrissent) et contextualisée. Il n’y a pas de définition universelle et diachronique du féminisme, forme de résistance à un contexte oppressif spécifique. La diversité des vies de militant.e.s, des moyens d’action et d’expression, des revendications et objectifs montre au contraire combien le féminisme prend les couleurs du temps et des lieux qu’il investit. Mais il est aussi, en retour, une force de transformation culturelle sociale et politique de tout premier plan.

Issu de recherches universitaires récentes, ce dictionnaire est à la fois biographique et thématique. Il rend compte, avec méthode et pédagogie, de toute la richesse du mouvement féministe en France. Il pourra accompagner les découvertes et les approfondissements pour tous les publics, à l’université, dans les médias, dans les mouvements militants. En effet, le féminisme reste un mouvement peu connu ; il est pourtant à l’œuvre dans l’une des plus profondes transformations sociétales des deux derniers siècles : le recul de la domination masculine, les progrès de l’égalité des sexes et des libertés, la mise en question de la différenciation hiérarchisée (le genre). Autant de luttes toujours d’actualité, même si le féminisme d’aujourd’hui se différencie des premières mobilisations collectives pour les droits civils et politiques.

Sous la direction de :

Christine Bard est professeure à l’université d’Angers, membre du CERHIO (IUF). Elle est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’histoire des femmes, du genre et du féminisme dont Les Filles de Marianne (1995). Elle préside l’association Archives du féminisme et anime le musée virtuel Musea. Cet ouvrage est publié avec le soutien du programme GEDI.

Avec la collaboration de :

Sylvie Chaperon, professeure à l’université Toulouse-Jean Jaurès, membre de FRAMESPA, est spécialiste de l’histoire du féminisme et de la sexualité. Elle est notamment l’auteure des Années Beauvoir (2000).

Source : PUF

 

 

Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme

Annonce d’une conférence intéressante.

Cette première session des « Rencontres du genre », organisée par l’ISH, sera consacrée à la parution de la première traduction française du livre Ne suis-je pas une femme ? de bell hooks* (éditions Cambourakis, 2016).

Vendredi 3 Juin 2016 – 17:00 à 19:00

ENS de Lyon, 15 parvis René descartes, Lyon 7e (salle F106)



Isabelle Cambourakis, responsable de la collection « Sorcières » aux éditions Cambourakis, présentera la collection dans le contexte plus large de l’histoire et de l’actualité de l’édition féministe. Nassira Hedjerassi évoquera le parcours biographique de Bell Hooks et les apports de son œuvre aux féminismes africains-américains.

NeSuisJePasUneFemme_ISH_2016

Intervenantes :

  • Isabelle Cambourakis, responsable de la collection « Sorcières » aux éditions Cambourakis, présentera la collection dans le contexte plus large de l’histoire et de l’actualité de l’édition féministe ;

  • Nassira Hedjerassi, professeure d’université en sociologie de l’éducation, évoquera le parcours biographique de Bell Hooks et les apports de son œuvre aux féminismes africains-américains et s’interrogera sur la réception très limitée des travaux de bell hooks en France.

Evénement organisé par : Marianne Thivend (LARHRA, Université Lyon 2) et Christine Detrez (Centre Max Weber CMW, ENS de Lyon)

*NDLR : le nom bell hooks est volontairement  tout en minuscules. Explications : Née Gloria Jean Watkins, elle choisit comme pseudonyme le nom de sa grand-mère maternelle, connue pour son franc-parler, en l’écrivant avec des minuscules pour mettre l’accent sur son travail plutôt que sur sa personne.

Source : ENS de Lyon // Institut des Sciences de l’Homme

Stéphanie Arc : Journée des femmes – la véritable histoire du 8 mars [Journal du CNRS]

Article à lire en ligne.

La manifestation new-yorkaise censée être à l’origine de la Journée internationale des femmes n’a… jamais eu lieu ! Retour sur ce mythe démasqué par l’historienne Françoise Picq.

La Journée internationale des femmes fête ses 104 ans ! Ses origines reposent en réalité sur un mythe. Françoise Picq, historienne, l’a « démasqué » dès la fin des années 1970 : « À l’époque, toute la presse militante, du PCF et de la CGT, comme celle des “groupes femmes” du Mouvement de libération des femmes, relayée par les quotidiens nationaux, écrivait que la Journée des femmes commémorait le 8 mars 1857, jour de manifestation des couturières à New York. » Or cet événement n’a jamais eu lieu ! « Les journaux américains de 1857, par exemple, n’en ont jamais fait mention », indique Françoise Picq. Et il n’est même pas évoqué par celles qui ont pris l’initiative de la Journée internationale des femmes : les dirigeantes du mouvement féminin socialiste international.

ClaraZetkin
Clara Zetkin (1857-1933)

Une itiniative du mouvement socialiste

Car c’est un fait, « c’est en août 1910, à la IIe conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, à l’initiative de Clara Zetkin, militante allemande, qu’a été prise la décision de la célébrer », ajoute l’historienne. La date du 8 mars n’est pas avancée, mais le principe est admis : mobiliser les femmes « en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat dotées de la conscience de classe ». La Journée des femmes est donc l’initiative du mouvement socialiste et non du mouvement féministe pourtant très actif à l’époque. « C’est justement pour contrecarrer l’influence des groupes féministes sur les femmes du peuple que Clara Zetkin propose cette journée, précise Françoise Picq. Elle rejetait en effet l’alliance avec les “féministes de la bourgeoisie”. »

Lire la suite : CNRS le journal

Fanny Bugnon, Les « Amazones de la terreur » – CR de lecture de François Guillemot

LES AMAZONES DE LA TERREUR.inddCet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat d’Histoire sous la direction de Christine Bard soutenue en 2011. L’étude intitulée Les « amazones de la terreur » et sous-titrée « Sur la violence politique des femmes de la Fraction armée rouge à Action directe » repose sur « un corpus de trois mille articles tirés de six titres de la presse française entre 1970 et 1994 » (p. [213])1. La première difficulté qui apparaît dans ce signalement est le manque d’archives disponibles sur le sujet2 et le fait que la presse étudiée ne fait pas (assez) dans l’ouvrage l’objet d’une présentation critique nécessaire donnant ainsi l’impression que des articles de Libération, de L’Humanité, du Monde, de France-Soir, du Figaro ou de Paris Match, parus entre 1970 et 1994, sont à mettre sur un même plan. Hormis cette remarque préalable sur les sources, l’étude tente de briser un double tabou : celui des possibilités d’analyse de l’expérience révolutionnaire d’Action directe, sujet encore très sensible en France compte-tenu de son impact sur l’appareil d’État (p. 18-19) et, en second lieu, celui de mesurer l’espace attribué aux femmes dans cette lutte.

Sur le plan formel, l’étude est divisée six chapitres thématiques proposant un décryptage minutieux de la réception par la presse française de la violence révolutionnaire féminine. Chaque chapitre est divisé en trois ou quatre sous parties (sauf pour le chapitre 4 divisé en deux), ces sous-parties elles-mêmes divisées en paragraphes titrés en majuscules annonçant des points particuliers de l’étude. Cette structure très sériée impacte la lecture car on perd parfois le fil de l’argumentation principale signalée par les sous-titres en gras et en italiques et ouvrant sur des paragraphes aux intitulés différents. D’un autre côté, ce découpage permet de retrouver facilement tel ou tel point de la démonstration. Pour autant, l’étude se lit très bien et le vocabulaire conceptuel abstrait qui est souvent utilisé dans les études sur le discours est ici toujours accompagné d’une référence académique présente dans les notes de bas de page ou dans la bibliographie.

UlrikeMeinhof
Ulrike Meinhof (1934-1976)

En introduction, l’historienne pose le tableau de sa grille de lecture. Il s’agit de décrypter les différentes représentations et constructions proposées par la presse sous l’angle du genre « parce qu’il permet de penser, ensemble et de manière sexuée, la normativité et les mécanismes de régulation sociale, l’évolution des normes et leurs permanences à travers le temps, et donc les dissonances » (p. 15). Le défi est important et l’étude s’attaque à un quasi tabou : celui de « la terroriste », une construction sociale qui suscite dans la presse, au fil des chapitres, fascination, stigmatisation, répulsion, mythification, érotisation et, au final, beaucoup d’incompréhension.

La catégorie de la « femme terroriste », véritable « énigme sociale » (p. 15 et p. [175]) est analysée par l’auteure à l’appui de son corpus sous de nombreux aspects clés : place et rôle des femmes dans les organisations révolutionnaires, « exceptionnalité » de la femme armée, « vulnérabilité » de la compagne, stigmatisation des militantes, convocation de figures mythiques, relégation sociale du phénomène « genre et violence » replacé dans son contexte politico-social. Fanny Bugnon part de « l’indéniable constat de la présence de femmes dans les groupes révolutionnaires violents » (p. 20) du premier chapitre pour terminer sur la « redéfinition des identités de genre » dans le sixième et dernier chapitre.

RAF_fahndungsplakat
Avis de recherche des membres de la Fraction Armée Rouge / Groupe Baader-Meinhof © 1972 DR

 

Le chapitre 1 fait la démonstration de la « féminisation du terrorisme » à l’appui des avis de recherches de la police allemande contre les membres de la Fraction Armée Rouge (Rote Armee Fraktion, RAF) (p. 25) et de portraits thématisés des femmes actrices de l’organisation Action directe (pp. 35-43) ou encore à travers l’énumération de militantes simplement « mises en cause » (p. 28). Plus de quarante noms de femmes sont en effet cités dans ce long chapitre d’ouverture. Cette « féminisation » est raccrochée par la presse française à un « modèle allemand » plongeant ses racines dans un mal germanique non résolu depuis la Seconde guerre mondiale (pp. 43-53). Fanny Bugnon souligne avec justesse que « la difficulté à penser la violence politique féminine comme un phénomène proprement français est manifeste » (p. 53). Tout comme la République Fédérale d’Allemagne ne peut dissoudre la RAF dans une cause exogène (celle de la guerre du Viêt-Nam par exemple), la République française ne peut réduire Action directe à une influence étrangère ou à une opération d’envergure internationale.

Le chapitre 2 interroge avec beaucoup de sens ce que l’auteure appelle « la fabrique de l’exceptionnalité » « autour de la femme armée » (p. [55]). « Cette volonté de se saisir de la violence bouscule l’interdit anthropologique d’accès aux armes et redéfinit les déclinaisons de l’ordre des sexes » rappelle Fanny Bugnon (p. 61). L’apparition de la violence révolutionnaire légale est replacée dans l’histoire de la Révolution française puis l’auteure aborde l’avènement de la femme armée « symbole révolutionnaire sexué » pour terminer ce chapitre très intéressant par la catégorie « des femmes tueuses ». Les pages consacrées à la détermination des deux responsables de l’assassinat de Georges Besse (p. 67-80) sont particulièrement convaincantes illustrant le glissement de sens au fil de l’histoire de la « citoyenne en armes » à la criminelle endurcie.

RouillanMénigon
Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménigon © DR
Baader-Ensslin
Andreas Baader et Gudrun Ensslin lors du procès de 1968 © AP

 

Le chapitre 3 investit l’intimité des actrices/acteurs des organisations révolutionnaires. Les « duos » fragiles à la Bonnie & Clyde sont décortiqués par la presse dans le but de relativiser l’aura des « amoureuses » ou « des malgré nous » et leur rôle en tant qu’actrices authentiques d’un projet révolutionnaire. Cet espace dual masculin/féminin présente des femmes « sous la tutelle des hommes », à l’autonomie réduite (p. 82). La médiatisation de la violence révolutionnaire vue sous le prisme des normes sexuées habituelles « bute [ainsi] sur l’impensable et l’impensé des femmes violentes » (p. 82).

Le chapitre 4 renverse l’analyse. Les jeunes « suiveuses » du chapitre précédent deviennent les « têtes-pensantes » de l’action révolutionnaire et des « exterminatrices » froides et monstrueuses. Elles sont au premier plan de la théorie à la pratique. Elles portent ainsi une dangerosité décuplée par rapports aux hommes, elles sont impitoyables et doivent être même abattues en premier selon la police (p. 61, 78-79). Et Fanny Bugnon de conclure sur ces représentations partielles et partiales de la presse : « Résolument dépolitisé, le traitement dont elles font l’objet, qu’il passe par leur vie sentimentale, leur corps ou leur trajectoire militante, s’inscrit dans le registre d’une dangerosité proportionnelle à la dissonance qu’elles incarnent à l’égard des normes de genre » (p. 125).

Le chapitre 5 (le plus court de l’ouvrage) s’intéresse aux figures mythiques en proposant une lecture du phénomène à travers les grands mythes féminins. Les imaginaires de la furie, la sorcière, la pétroleuse, l’amazone ou de la pasionaria sont tour à tous mobilisés par l’auteure pour signifier ce « fantasme de la destruction au féminin » véhiculée par la presse. La figure mythique de l’Amazone (« un monde féminin à l’envers », p. 135) s’impose comme clé « permettant de penser l’impensable violence des femmes » (p. 133 et 135). Cette figure des amazones, femmes « libres et fortes », « femmes combattantes pour la révolution » devient dans les années 70 un « fait de société » mondial qui mine les démocraties mais s’inscrit aussi et surtout dans les luttes de libération nationale tiers-mondistes (ce qui demanderait à notre avis un approfondissement dans l’étude).

UlrikeMeinhof_prison
Ulrike Meinhof en prison © DR

 

Le chapitre 6, sans doute le chapitre le plus percutant de cet ouvrage, apporte une analyse fine du contexte politique et social de l’époque, indispensable pour comprendre les représentations décrites dans les chapitres précédents. En particulier, il retrace avec soin l’impact de mai 1968 sur la libération des mœurs, l’avènement de « l’érotico-gauchisme »3 ou encore le féminisme de la seconde vague. La dynamique d’émancipation de ces combattantes « est perçue comme synonyme d’un facteur de désordre » (p. 167) et « l’équation féminisme = terrorisme » est finalement avancée par les détracteurs de la cause des femmes (p. 169-170).

En conclusion, l’analyse faite par l’historienne dans un de ses précédents articles en ligne résume le propos : « En somme, on observe un double processus qui jalonne les discours médiatiques : soit on inscrit dans la catégorie « femmes » ces actrices de la violence politique, et on tend alors à relativiser leurs actes, soit leur action est actée et on tend à les considérer alors comme « hors nomenclature ». Dans ces deux cas, la tendance consiste à placer hors du politique celles qui ont pourtant choisi de s’engager, par conviction idéologique, dans la lutte armée » 4.

MilitantesDeLaRAF
Extrait d’affiche : Avis de recherche de militantes de la RAF © 1977 DR

 

De fait, retour à la case départ, « pour une femme, recevoir ou prendre le droit de faire usage de la violence demeure sujet à controverse » (p. 61). Le principal intérêt de l’ouvrage est de soulever, à partir de cette lecture genrée de l’avènement d’une violence armée féminine inédite inscrite dans les mouvements révolutionnaires ouest-européens des années 70 et 80, les contradictions intrinsèques aux normes du genre et leur interprétation/réception par les médias. L’étude est essentiellement une analyse du discours français sur les actions terroristes de femmes révolutionnaires et s’attèle à une déconstruction en règle des stéréotypes portés sur ces « femmes terroristes ». A travers de multiples portraits d’Ulrike Meinhof, de Gudrun Ensslin, de Nathalie Ménigon, de Joëlle Aubron ou de Frédérique Germain, rappelant leurs écrits, leurs actions, leurs attitudes au procès, leur façon d’être (corps, sourires, gestuelle), les oppositions qui les caractérisent (descriptions physiques et psychologiques à travers le prisme des chroniqueurs), Fanny Bugnon offre une dimension posopographique à son étude sans jamais en tirer de grandes conclusions définitives. Les représentations sexuées et parfois inversées sont exposées pour nous faire réfléchir et même douter sur nos multiples représentations sociales de la femme.

NathalieMenigon
Portrait de Nathalie Ménigon accompagné du sigle politique d’Action directe © 2014 DR

 

Parsemée d’extraits d’articles tirés de titres de la presse française d’inspiration politique différente, la démonstration peut parfois se révéler ambiguë ou périlleuse dans l’interprétation de ce qui est avancé par les auteur.e.s des articles qui ne sont quasiment jamais identifiés (sauf Francis Puyalte [Le Figaro], p. 64, Françoise Héritier [Le Monde] et Ménie Grégoire en p. 171-172). Or, derrière les étiquettes des six titres de la presse convoqués se cachent des journalistes (hommes ou femmes ?), parfois des polémistes, que le travail de l’historienne aurait dû faire surgir ou du moins informer la/le lectrice/lecteur de l’absence de signature si tel est le cas. La principale faiblesse de l’ouvrage, selon moi, réside dans ce que l’historienne souligne paradoxalement dans sa conclusion : « l’absence de la parole des actrices de cette histoire ». Elle le démontre parfaitement au fil de son texte, cette absence est le « point commun » des discours véhiculés par la presse. Les actrices ne méritent pas d’être entendues : « leur sexe joue comme un écran, un indépassable obstacle qui rend inaudible ce qu’elles affirment lorsque cela n’est pas conforme aux normes de genre » (p. [175]-176). La presse française sélectionnée par l’auteure répond à quelques-unes de ces questions avec des biais politiques, à l’appui d’analyses psychiatriques succinctes ou de représentations sexuées convenues mais y répond insuffisamment car elle reste prisonnière d’une normativité de genre pesante.

Pourquoi alors ne pas avoir fait dialoguer (dans un chapitre supplémentaire) sur ces sujets les principales intéressées à partir de leurs écrits, de leurs entretiens ou des archives militantes disponibles ? Comment se positionnaient ces jeunes femmes révolutionnaires par rapport à leur propre histoire familiale, que contenaient leurs projets politiques sur la « question des femmes » ? Qu’elle était leur vision de l’homme et de la société, quels étaient leur rapport initial à la violence ? Quid du passage à l’acte de tuer ? Une sociogenèse de leur parcours apporterait-elle plus de sens ? Comment concevait-elle leur propre évolution politique ?5. Les textes d’Ulrike Meinhof et sa vision de la revue Konkret (p. 111-114, p. 149-150) sont certes rappelés mais on aimerait en savoir plus sur leurs motivations personnelles.

FusakoShigenobu
Portrait de Fusako Shigenobu, co-fondatrice de l’Armée Rouge Japonaise © DR

 

D’autres « femmes terroristes » pouvaient également figurer dans l’analyse de l’auteure : par exemple Fusako Shigenobu, dite la « reine rouge » de l’Armée rouge japonaise officiant au Liban ou Yoko Nagata, co-dirigeante avec Tsuneo Mori de l’Armée rouge unifiée6 et certaines figures féminines des guérillas de libération nationale des années 70 (sud-américaines, vietnamiennes, palestiniennes) moins connues en France mais impliquées dans ce terrorisme transnational aux répercutions internationales. La « femme kamikaze » est-elle d’ailleurs un contre-exemple aux yeux de la presse ? Bien entendu, cela obligeait à mobiliser des sources journalistes ou académiques supplémentaires et à sortir du cadre franco-allemand7.

FrauenUndGewalt
Couverture de Der Spiegel (33/1977) intitulé « Femmes et violence » avec le portrait de Suzanne Albrecht © 1977

L’étude se termine sur une « brève chronologie » (p. [179]-193) très utile et suffisamment détaillée déclinant sur plus de quarante ans (1970-2011) les actions et les destins des révolutionnaires ouest-européens. Les nombreuses références sont divisées en deux groupes : les sources (p. [213]-216) et la bibliographie générale de plus de 140 références (p. [217]-228). Curieusement une source n’est pas mentionnée en bibliographie : deux recueils de la collection « Nuits Câlines » sur « L’Automne allemand 77 » (n° 5, 1988) et sur « Action Directe Première époque » (n° 8, 1989), regroupant pour chaque volume quelques 500 pages d’articles de presse. Cela n’a évidemment aucune incidence sur les précieuses sources rappelées plus haut. Un index aurait cependant été des plus utiles car des dizaines de noms apparaissent dans l’ouvrage. De même, le texte faisant souvent référence à une multitude d’images, un cahier photographique central aurait été bienvenu.

Ces diverses remarques générales n’enlèvent rien à l’originalité de cette étude qui interroge avec succès cette nouvelle catégorie médiatique de la « femme terroriste » qui apparaît dans les années 70 dans la presse française. Comme le stipule le texte en dos de couverture, « ce livre pionnier » « propose une réflexion de fond sur [un] sujet encore tabou ». Il ouvre la voie pour interroger cette fameuse catégorie médiatique dans le contexte du terrorisme islamiste et messianique des nouvelles converties d’aujourd’hui (soit à une religion soit à une pratique). Ce livre est aussi et surtout un travail de réflexion nécessaire sur l’histoire politique et sociale de nos propres « années de plomb » et peut-être sur celles que nous allons ou sommes déjà en train de vivre. Plus généralement, il invite à nous interroger sur la construction de toute nouvelle catégorie faisant appel au genre.

FG, 02/01/2016

Réf. : Bugnon, Fanny, Les « amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Éditions Payot & Rivages, Bibliothèque historique Payot, 2015, 234 p.

Bazooka_AffaireAllemande_Libération
Couverture de l’édition spéciale de Libération consacrée au terrorisme allemand, graphisme de Bazooka © 1977 Libération

 

Liste des 56 activistes et militantes révolutionnaires citées dans l’ouvrage.

Nom, Prénom Dates Affiliation ou assimilé
Pages
Albrecht, Suzanne  1951- RAF 33, 155, 189
Arago-Eltur, Maria ass. AD 25
Argano, Gloria ass. AD 25, 65, 89
Asdonck, Brigitte  1947- RAF 25, 180
Aubron, Joëlle 1959-2006 AD 11, 12, 28, 39, 40-41, 51, 66-67, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 85, 86, 116-118, 121-122, 128, 131, 133, 136, 139, 146, 152-153, 154, 157-158, 160, 164, 185-186, 188, 190, 191, 192
Barabass, Ingrid  1949- ass. RAF 49
Barz, Ingeborg  1948- RAF 25
Baudrillart, Dominique ass. AD 25
Becker, Verena  1952- ass. M2J 32, 34, 183
Benoit, Annelyse ass. AD 25, 85, 86, 146, 180, 187
Berberich, Monika  1942- RAF 25, 35
Bess, Hellyette 1930- AD 28, 41-43, 85, 87, 124, 164, 186, 187
Cagol, Mara [Margherita]  1945-1975 BR 189
Courtin, Suzanne ass. AD 25
Crépet, Joëlle AD Lyon 185
Dümlein, Christine  1949- RAF 189
Ensslin, Gudrun 1940-1977 RAF 25, 31, 34-35, 45, 46, 51, 99-100, 106, 108-111, 151, 152, 163-164, 180, 181, 182, 183, 184
Germain, Frédérique AD 25, 86, 87-93, 94, 95, 97, 187, 190
Girotto, Olga AD 25, 36-37, 38, 180
Goergens, Irene  1951- RAF 25
Grosbonnet, Françoise ass. AD 25
Hammerschmidt, Katharina  1943-1975 RAF 25
Hearst, Patty  1954- SLA 65, 66
Hofmann, Sieglinde  1945- ass. RAF 49
Hogefeld, Birgit  1956- RAF 25, 192
Jacques [Abadi], Paula 1949- AD 25, 85, 86, 87, 93-97
Kamp, Karin ass. RAF 49
Keser, Rose-Marie RAF 25
Krabbe, Hanna  1945- RAF 33, 35, 183
Kröcher-Tiedemann, Gabriele  1951-1995 M2J 32
Leclerc, Nicole ass. AD 25
Luther, Angela  1940- M2J 32
Magg, Karola ass. RAF 49
Maier-Witt, Silke  1950- RAF 33, 34, 189
Meinhof, Ulrike 1934-1976 RAF 23, 25, 30, 31, 45, 46, 51, 99, 102, 106, 107-108, 109, 110, 111-113, 135, 137-138, 149-150, 163, 164, 169, 179, 180, 181, 182
Ménigon, Nathalie 1957- AD 12, 28, 37-40, 41, 50, 51, 62-64, 66-67, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 85, 86, 89, 100, 101-103, 116-118, 122-124, 128, 129-130, 131, 133, 136, 139-141, 157-158, 159, 164, 170-171, 185, 188, 190, 191, 192
Mohnhaupt, Brigitte 1949- RAF 25, 31, 34, 181
Möller, Irmgard 1947- RAF 25, 31, 35, 46, 181, 183, 184
Moulin, Martine ass. AD 25
Munoz, Mireille ass. AD 25
Nicolaï, Régina ass. RAF 49
Plambeck, Suzanne  1952-1980 RAF 34
Poensgen, Eleonore-Maria  1954- RAF 34
Poirée, Dominique ass. AD 25, 85, 86, 187
Rollnick, Gabriele  1950- M2J 34
Schelm, Petra 1950-1971 RAF 25, 180
Schiller, Margrit  1948- RAF 25
Schubert, Ingrid 1944-1977 RAF 25, 35, 180, 184
Schul, Adelheid-Barbara  1955- RAF 34
Siepmann, Ingrid  1944- ass. M2J 32
Speitel, Angelika 1952- RAF 34
Stachowiak, Ise  1954- RAF 25
Sternebeck, Sigrid  1949- RAF 34, 189
Viett, Inge  1944- RAF 25, 189
Voisine, Marie-Claire ass. AD 25
Von Dyck, Elisabeth 1951-1978 RAF 33, 188

Notes

  1. Le titre de la thèse est plus explicite : « La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994) » []
  2. Outre le choix volontaire de travailler sur la presse, rien n’est dit sur les difficultés d’appréhender un tel sujet : impossibilité d’accès aux pièces judiciaires, aux archives policières, difficulté pour les membres d’Action directe de s’exprimer sur leur parcours révolutionnaire, détachement nécessaire… []
  3. Sujet de prédilection des films des réalisateurs japonais Nagisa Oshima ou Koji Wakamatsu tournés dans les années 60 et 70 dans lesquels l’image de la femme est souvent controversée []
  4. Cf. Fanny Bugnon, « Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d’Action directe et les médias ». Liens : http://www.sens-public.org/article683.html ; voir aussi sur la page Infokiosques : https://infokiosques.net/spip.php?article735 []
  5. Pour des réponses à quelques-unes de ces questions voir au sujet de la RAF le long-métrage de Jean-Gabriel Périot, Une jeunesse allemande (2015), basé sur des archives visuelles produites par des membres de l’organisation et juxtaposées avec celles des médias allemands []
  6. Sur ce sujet voir l’étude fouillée de Michaël Prazan, Les Fanatiques. Histoire de l’Armée rouge japonaise, Paris, Seuil, L’Épreuve des faits, 2002 []
  7. Voir par exemple : Luisella de Cataldo Neuburger & Tiziana Valentini, Women and terrorism, Palgrave Macmillan, 1996 ; Paige Whaley Eager, From Freedom Fighters to Terrorists: Women and Political Violence, Ashgate Publishing, 2008 ; Kim Cragin & Sara A. Daly, Women as terrorists: Mothers, recruiters, and martyrs, Praeger Security International, ABC Clio, 2009 ; sur l’Armée rouge japonaise : William Regis Farrell, Blood and Rage: The Story of the Japanese Red Army, Lexington Books, 1990 []