Archives par mot-clé : François Guillemot

François Guillemot : Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam – Sur les pas des Jeunesses de choc #1

Texte de notre communication au Séminaire d’enseignement et de recherche « Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques » de l’UMR SIRICE le mercredi 27 janvier 2016. Ce billet en deux volets vise à exposer un état partiel de ma recherche sur le sujet et une réflexion plus générale sur la guerre et les femmes au Viêt-Nam.

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam

Sur les pas des Jeunesses de choc

 

BadgeTNXP_VN

François Guillemot

Dans cette intervention sur les traces de guerre je propose de revenir sur trois aspects d’une recherche qui n’en est qu’à ses débuts et qui doit faire face à un certain nombre d’obstacles liés à la situation politique particulièrement contraignante du Viêt-Nam. Mon premier point rappelle brièvement et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France au début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois “une marge et un centre”. Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et j’évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les moyens de communication à distance1.

Genèse d’une recherche franco-vietnamienne

Mon intérêt pour l’histoire des femmes pendant la guerre du Viêt-Nam découle de plusieurs faits concordants. Le premier se passe à Hanoi en décembre 1999 dans une gargote de rue. Après avoir acheté chez un bouquiniste quelques ouvrages sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, un client, intrigué par mes achats, me mettait en garde sur l’histoire officielle qui ne reflétait pas, selon lui, la réalité du vécu des Jeunesses de choc connues aujourd’hui sous l’appellation de jeunes volontaires2 Ces ouvrages commémoratifs sont restés près de dix ans en veille dans ma bibliothèque avant que je ne me mette à travailler sur le sujet notamment grâce aux nouvelles études de Lê Thi, Nguyễn Văn Đệ, Nguyễn Hồng Thanh ou de Văn Tùng publiées au Viêt-Nam3. En particulier, l’étude de Nguyễn Văn Đệ intitulée Une époque glorieuse des filles des Jeunesses de choc publiée aux éditions Communication et Transports en 1997 me fit forte impression4. Il s’agissait d’une compilation d’articles d’auteurs différents sur le sort tragique de jeunes filles recrutées en République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN ou Nord Viêt-Nam) pour la logistique de la guerre du Viêt-Nam, période dite de « la guerre anti-américaine de salut national ».

NguyenVanDe_SachTNXP
Ouvrages de Nguyen Van De cité dans l’article © coll. FG

L’ouvrage comprenait un témoignage de l’écrivaine Lê Minh Khuê, elle-même ancienne recrue, et auteure d’une nouvelle relatant son expérience de démineuse (écrite en 1971 et publiée en 1973) pendant la guerre5. L’ouvrage de Nguyễn Văn Đệ faisait apparaître dans son titre le terme « nữ » (femmes) sous-entendant une perspective genrée et posait la question cruciale du vécu. Bien que modeste, l’ouvrage est à rapprocher du célèbre texte La guerre n’a pas un visage de femme de l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch (prix nobel de littérature en 2015) publié en France en 20046. ChienTranhKhongCoKhuonMatDanBaPour Nguyễn Văn Đệ, il s’agissait de raconter la guerre par les femmes et ainsi en proposer une vision alternative, de faire entendre une voix quelque peu délaissée pendant et après la guerre. L’originalité de l’ouvrage de Nguyễn Văn Đệ est qu’il abordait pudiquement la question des corps en guerre et de leur dégradation ou de la souffrance vécue. A l’aide de cette documentation peu connue en France et encore relativement confidentielle au Viêt-Nam – les tirages étant relativement modestes – dans les années 1990, j’ai proposé une communication sur ce sujet lors du colloque que j’ai co-organisé avec ma collègue historienne Agathe Larcher-Goscha en mai 2007 à l’ENS de Lyon7. Celui-ci a débouché en 2014 sur la publication d’un ouvrage collectif intitulé La colonisation des corps, de l’Indochine au Viêt Nam (Vendémiaire)8.

Le second fait est une rencontre avec l’historienne Bùi Trân Phượng, rectrice de l’université privée Hoa Sen à Hô Chi Minh-Ville. En 2008, j’avais été sollicité pour figurer dans le jury de sa soutenance de thèse, une importante contribution sur l’émergence du féminisme vietnamien9. Dans le contexte d’un Viêt-Nam colonisé de culture confucéenne, elle donnait une voix à celles qui avaient œuvré dans les coulisses de la colonisation pour s’émanciper, expérimenter, éduquer et transmettre de nouveaux outils de réflexion et de communication sur la société vietnamienne. En mettant l’accent sur le rôle des femmes, elle proposait de fait une nouvelle histoire du Viêt-Nam.

HieuTruongDHHoaSen_TsBuiTranPhuong
Mme Bui Tran Phuong, docteur en histoire et rectrice de l’Université Hoa Sen à HCM-Ville © Dan Tri

L’année suivante, Mme Phượng fit un séjour en tant que chercheure invitée à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) et l’idée d’un colloque sur la thématique des femmes et de la guerre a émergé puis il a été envisagé au sein de son université à Hô Chi Minh-Ville. A ma connaissance, Hoa Sen fut la première université vietnamienne à ouvrir un centre de recherche « Genre et société »10. Après quelques modifications de contenu, dues aux aléas de la censure, le colloque fut officiellement programmé et organisé en novembre 2011… Cependant, pour des raisons de politique intérieure liées aux manifestations antichinoises de l’été 2011, il fut interdit à la dernière minute par les autorités communistes. Deux sites avaient été mis alternativement sur pied en France et au Viêt-Nam pour annoncer l’événement. D’un côté, je développais la plateforme Femmes et Guerres à l’ENS de Lyon avec l’ensemble du programme et l’université Hoa Sen avait mis sur pieds le site Women & War qui fut décroché de la toile sur ordre des autorités11. Bref, cette interdiction policière du colloque a été peu médiatisée à l’époque pour des questions liées à la sécurité des intellectuels vietnamiens engagés dans cette recherche. Cette affaire a eu pour conséquence de freiner les grands projets en histoire orale prévus dans la foulée de cet événement scientifique et initié par l’équipe de recherche sur le genre et la société de l’université Hoa Sen. Pour ainsi dire, tout a été gelé. Ces entretiens pouvaient permettre de comprendre le mécanisme mit en place par la RDVN en temps de guerre et le sort réservé aux femmes. Ils diraient quelque chose sur la conduite de la guerre et permettraient d’identifier d’une façon plus générale ce que la chercheuse Michèle Riot-Sarcey nomme « la réalité d’une civilisation »12.

BandeauWomen&War_HoaSen
Bandeau du site Women & War (aujourd’hui disparu) de l’université Hoa Sen © 2011 DHHS

Mon travail de recherche portant sur la réception de la guerre par les Vietnamiennes elles-mêmes, toutes tendances confondues, figurant dans le programme initial du colloque, avait été écarté lors de la reprise en main du programme par le Comité d’éducation et de propagande d’Hô Chi Minh-Ville via l’Union des femmes. J’abordais des sujets sensibles tels que la violence sexuelle faite aux femmes pendant la guerre et la question des traumatismes et exils intérieurs après la victoire de 1975, notamment la question des épouses des soldats prisonniers des camps de rééducation. Ce refus de considérer avec sérieux ces questions inhérentes à tous les conflits et les mouvements de résistance m’a poussé à publier dans une certaine urgence l’ouvrage intitulé Des Vietnamiennes dans la guerre civile en regroupant deux textes portant sur mes recherches en cours13. Il me paraissait important de poser un premier jalon pour une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam et en particulier voir ce que recouvrait la réalité du terme « nữ » (femme / féminin) dans le conflit vietnamien.

Au delà de la conjoncture, la censure effectuée par la Comité d’éducation et de propagande (Ban tuyên giáo) du Parti communiste vietnamien sur le programme initial du colloque avait d’emblée écarté ce qui abordait de front les questions de violences de guerre, des corps en guerre et de la sexualité14. La guerre ne devait pas paraître comme un état de violence ou un exercice de viol contre les femmes dans le contexte d’une lutte de libération nationale. La question du genre dérangeait et laissait apparaître la distorsion entre histoire du genre et histoire positiviste. Les rapports de domination bousculaient les hiérarchies politiques et conventionnelles (colonisateurs/colonisés ; oppresseurs/libérateurs) de l’historiographie officielle. Ces rapports de domination ne pouvaient s’entendre au sein de la catégorie des subalternes comme par exemple au sein des Jeunesses de choc du Viêt-Nam. Ils existaient pourtant bien.

Perrot_LesFemmesOuLesSilencesDeLhistoireEnfin, comme pour tout historien, il y avait cette volonté de savoir et de comprendre un pan non négligeable de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam, encore si peu évoqué dans la recherche française sur ce pays15. Ce vide historiographique me tourmentait et j’avais en tête le préalable de Michelle Perrot sur toute recherche sur l’histoire des femmes : « Au cœur de tout récit historique, il y a la volonté de savoir. En ce qui concerne les femmes, elle a longtemps manqué. Écrire l’histoire des femmes suppose qu’on les prenne au sérieux, qu’on accorde au rapport des sexes un poids, même relatif, dans les événements ou dans l’évolution des sociétés »16. Qu’en était-il au Viêt-Nam ?17. Les travaux de Françoise Thébaud et de Fabrice Virgili ont également nourri ma réflexion tant sur le plan historiographique que sur ce que Fabrice Virgili nomme « l’utilité du genre » pour étudier la guerre18. C’est cette volonté de savoir qui a guidé mes premiers pas vers le champ miné des Jeunesses de choc. Une volonté de savoir qui, au Viêt-Nam même, a mis près de trente ans pour émerger.

L’autre aspect qu’il me paraît important de souligner est la profondeur de champ qu’offre la perspective du genre, résumée ici par Michèle Riot-Sarcey : « […] il ne suffit pas d’isoler une catégorie sociale minorée, marginalisée ou exclue pour lui restituer la place qui lui avait été déniée dans l’histoire [ici les TNXP], encore faut-il comprendre comment et à partir de quels a priori historiques, les processus d’inclusion et d’exclusion se sont effectuées »19. Autrement dit, dans notre cas d’étude, comment interpréter la « négation du négatif », le déni des aspects négatifs du processus guerrier nord-vietnamien.

Les Jeunesses de choc (TNXP), une marge de la guerre ?

Dans un premier temps, mon attention s’est portée sur la notion de marge. « Marge historiographique, marge sociale, marge territoriale… » dans quelle mesure les Jeunesses de choc constituaient-elles une marge ? Pour ce faire, la première approche que je mettrais en avant concerne ce que l’historien Alain Corbin a nommé « l’histoire des marges », une problématique que je trouve pertinente à l’aune de l’exemple des Jeunes volontaires, car à mon sens, nous avons à faire avec les marges de la guerre20. Ce décentrage/recentrage de la guerre s’observe sur deux points : d’une part, l’objet de recherche ne s’intéresse pas tant aux soldats et aux champs de bataille au centre de la guerre mais porte désormais sur les civils et les « agents périphériques » de la guerre. D’autre part, en termes de lieux géographiques, le centre laisse place également aux « espaces périphériques » ; jungle, mangrove, hauts-plateaux, espaces transfrontaliers dans le cas du Viêt-Nam. Il me paraît important d’étudier ces espaces et ces populations (par ailleurs pas uniquement vietnamiennes d’un point de vue ethnique) à la marge de la guerre. Pour ainsi dire la marge devenait le centre de mon intérêt et se repositionnait ainsi au centre de la guerre.

HeThongDuongMonHCM
D’une longueur de 17 000 kilomètres, la Piste Ho Chi Minh comprend cinq routes transversales et 21 routes horizontales reliant l’Est à l’Ouest de la cordillère de Truong Son © VOV5

Les Jeunesses de choc du Viêt-Nam constituaient bien un corps à part au cours du conflit. Ce groupement, formé de civils pour soutenir la logistique de guerre, bien que totalement intégré dans la structure politico-militaire de la RDVN, fut un corps à part, placé à cheval entre les organisations de jeunesse et les miliciens régionaux, une main d’œuvre sans formation militaire de base mise à la disposition de plusieurs ministères. Peu de gens le savent, la bataille de Điện Biên Phủ fut remportée grâce aux efforts inimaginables des civils mobilisés qu’ils fassent partie des Jeunesses de choc ou des Dân Công, les travailleurs civiques, porteurs et ravitailleurs21. Ce fait a été particulièrement bien étudié par l’historien Christopher E. Goscha dans sa nouvelle histoire de la guerre et de la construction étatique communiste vietnamienne22. Dans la stratigraphie de l’appareil du communisme de guerre, la jeunesse constituait une large base qu’il fallait modeler par la propagande et dans laquelle on pouvait puiser. Le postulat de base des autorités communistes était que la population devait (ou ne pouvait pas ne pas) soutenir l’effort de guerre contre « l’envahisseur étranger », l’osmose peuple/guerre devait être totale. Les grandes campagnes d’émulation de 1964 à 1967, à destination des femmes et des jeunes, allaient dans ce sens23. Il était alors inconcevable de se mettre en retrait de cette aventure pour la reconquête de l’autre moitié du pays située au dessous du 17e Parallèle. Cela relevait d’une forme de trahison.

NguyenVanDe
Pionnier des études sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, le chercheur-vétéran Nguyễn Văn Đệ en 2011 © Lan Phương

En dépit de l’effort éditorial indéniable menée depuis les années 1990, il reste de nombreuses zones d’ombre sur les statistiques concernant les différents groupements des Jeunesses de choc. Nguyễn Văn Đệ a compilé les grandes vagues de recrutement qui épousent la conduite et les besoins de la guerre au Nord. Le chiffre officiel habituellement avancé dans la presse de plus de 350.000 recrues depuis 1950 peut être considéré à minima. Dans sa thèse, le chercheur Kim Văn Chiến précise cette donnée : sur les 350.190 membres comptabilisés en 2009, 29.547 appartiennent à la génération de la première guerre d’Indochine ; 202.913 à la période de la guerre du Viêt-Nam (1965-1975)24 et la dernière génération liée à la réunification et à la troisième guerre d’Indochine rassemble près de 120.000 recrues (117.730) (Voir notre graphique ci-dessous). En effet, comme ce chercheur le souligne dans sa thèse : « Il n’y a pas de chiffres exacts sur la mortalité à l’époque, car, contrairement aux statistiques du front, on ne s’est pas soucié de comptabiliser avec précision les décès qui ne répondaient pas aux critères conventionnels d’héroïsme »25. Autrement dit, le chiffre de quelques milliers de morts semble encore largement sous-estimé. Les chiffres officiels de 2010 annoncent 5927 décès dont 4897 martyrs (liệt sĩ), officiellement morts pour la patrie26. On estime d’autre part que plus de 300.000 Vietnamiens ont disparus pendant la guerre. Combien de TNXP parmi ce chiffre lui-même sujet à caution ?

TNXP_Graphique

Le flou entretenu par le pouvoir sur l’utilisation de cette jeunesse dans la logistique de guerre se reflète au cours de la guerre mais aussi dans la gestion des vétérans après la guerre. A l’époque de la guerre, à la lecture des données de Nguyễn Văn Đệ, la gestion des bataillons apparaît approximative, tout comme leur soutien en fourniture et nourriture. Comment interpréter ces données chiffrées et ces traces lorsqu’elles sont identifiables ? Michelle Perrot rappelle ce fait très juste : « La difficulté de l’histoire des femmes tient d’abord à l’effacement de leurs traces, tant publique que privées »27. Dans le cas vietnamien, cet effacement des traces, dû à la violence du conflit, s’est révélé brutal. Beaucoup de corps ont disparu et parmi l’ensemble des jeunes qui ont survécu beaucoup également, malades, se sont éteints prématurément.

C’est à partir du milieu des années 1990 que les autorités commencèrent à promouvoir des solutions pour résoudre la question du statut de ce personnel « à part ». La reconnaissance officielle intervint le 19 décembre 2004 avec la création de l’association officielle des Jeunesses de Choc, rattachée à la Jeunesse communiste du Viêt-Nam. Kim Văn Chiến a raison de souligner qu’il s’agit d’une association sociale typique et non politique28. Cette reconnaissance est importante et ne put se faire que dans le cadre d’une soumission au pouvoir politique. Il fallut attendre septembre 2013 pour qu’un site dédié aux activités de l’association puisse voire le jour29. Durant ces quarante dernières années, de nombreuses anciennes recrues sont décédées dans l’oubli sans que la question de leur statut ne soit réglée.

SachTNXP_3

Constituée à partir des années 1990, l’historiographie vietnamienne des Jeunesses de choc peut se décliner en deux étapes principales. Parallèlement au processus politique menant à la reconnaissance du rôle clé des Jeunesses de choc dans la guerre de réunification, une première vague d’ouvrages (ceux que je mentionnais au début de cet article) ont été publiés soit par d’anciens responsables de ce groupe, comme Nguyễn Văn Đệ, soit par les écrivains militaires du PCV. Les travaux de Nguyễn Văn Đệ, Nguyễn Hồng Thanh, Trần Dân, Văn Tùng ont été publiés à partir de 1990 donnant naissance à une première histoire relativement exhaustive des quatre différentes vagues des Jeunesses de choc de 1950 à aujourd’hui publiée en 2002 aux éditions de la Jeunesse : la résistance antifrançaise correspondant à la guerre d’Indochine (1950-1954) ; la reconstruction et l’élaboration d’une économie socialiste en RDVN de 1954 à 1964 ; la lutte anti-américaine de salut national de 1965 à 1975 (au nord et au sud) ; la reconstruction et l’édification patriotique à partir de 197630. Une seconde vague de publication débute en 2009 épousant le temps commémoratif avec, à titre d’exemple, une série d’ouvrages publiés en 2010 lors du soixantième anniversaire de la création des Jeunesses de choc du Viêt-Nam, date à laquelle le mouvement est décoré de la médaille Étoile d’or, une des plus hautes distinctions de l’État-Parti vietnamien31.

Parallèlement aux vagues d’éditions commémoratives qui se répètent tous les cinq ans pour entretenir la « tradition historique » du mouvement (lịch sử truyền thống), d’autres recherches plus académiques sont menées. Aujourd’hui cette « marge » est mieux étudiée. Le développement parallèle des études en France et dans le monde commence au milieu des années 2000 avec la publication d’un article en 2007 de Kim Văn Chiến, mon intervention au colloque de l’ENS de Lyon la même année ; colloque lors duquel l’écrivaine Lê Minh Khuê livra un témoignage inédit sur les relations sexuelles pendant la guerre32. En outre, quelques années auparavant (2003), devançant ainsi la recherche, Laurence Jourdan avait réalisé un documentaire très intéressant intitulé à juste titre Les oubliées de la piste Ho Chi Minh qui offre quelques portraits saisissants d’anciennes recrues soulevant la délicate question de leur vie personnelle après la guerre. Cette question a été de nouveau étudiée par Kim Văn Chiến dans sa thèse de sociologie soutenue en France en juin 2013 sur l’engagement des jeunes filles volontaires et leur devenir à la sortie du conflit.33. Des témoignages d’anciennes recrues apparaissent régulièrement dans la presse vietnamienne autour de la date anniversaire du 15 juillet. Dans ces récits la question des corps n’est plus complètement taboue34.

Le flou auparavant entretenu sur la contribution des TNXP pendant la guerre est enfin perceptible dans l’accès aux archives. La documentation reste difficile à localiser, à identifier et à obtenir35. C’est pour cette raison que la construction de nouveaux corpus en histoire orale fait sens. Il faut recueillir la parole de celles et ceux qui ont traversé ces expériences, c’est une question de temps qui avait été soulevé par le centre de recherche de l’université Hoa Sen.

TNXP_UneRechercheEmergente
Femmes et guerre au Viêt-Nam, une recherche émergente (États-Unis, Australie et France).

Quelle est la place de « cette marge » dans l’histoire contemporaine du Viêt-Nam et dans l’histoire de la guerre de reconquête du Sud ? Les études, les récits, les témoignages publiés sur la Piste Ho Chi Minh démontrent à tous points de vue que cette marge fut absolument centrale36. Les centaines de milliers de recrues constituent-elles réellement une marge ou au contraire ont-elles joué un rôle majeur dans ce processus guerrier ? Comment mesurer l’efficacité de leur action sur le terrain ? Sur quelles traces s’appuyer ? Que reste-t-il du terrain de guerre ? Tels des archéologues, les historiens auraient tout intérêt à recueillir des témoignages, des vestiges, mener des fouilles…

Dans un ouvrage commémoratif publié à l’occasion du 60e anniversaire de la création des TNXP, l’écrivain Nguyễn Quang Thiều rapporte un échange qu’il eut avec un écrivain américain lors d’un colloque sur la littérature de la guerre du Viêt-Nam organisé à Boston en 1993, un an avant la levée de l’embargo. La grande question que se posaient les Américains était celle de leur défaite au Viêt-Nam et plus exactement la raison de la victoire des Vietnamiens. Au cours du colloque, l’Américain lut et présenta le carnet de guerre imprégné de sang séché d’une fille des Jeunesses de choc. Il projetait de publier une compilation de journaux intimes de bộ đội comme clé d’explication de la défaite. Puis, l’écrivain américain interrogea Nguyễn Quang Thiều : « Qu’est-ce que les Jeunesses de choc ? », l’écrivain vietnamien lui répondit ce qu’il savait sur le sujet. Deux ans plus tard, le 25 avril 1995, Nguyễn Quang Thiều recevait la visite dans sa modeste demeure de quelques anciens membres des Jeunesses de choc. Il se rappela immédiatement de la question qui lui avait été posée à Boston. Il raconte : « Si cet écrivain américain avait été présent chez moi, je lui aurais répondu avec fierté : ‘Regardez, les gens qui sont assis devant nous font partie des jeunesses de choc. Ils sont également une réponse à la question qui tenaillent actuellement les Américains’» 37. Il soulignait ainsi que les TNXP avaient été la cause majeure de la défaite américaine au Viêt-Nam. Mobilisation de masse, don de soi à l’Etat-Parti, sacrifice personnel, héros collectifs, agents de liaison, « présence invisible » sur tous les champs de la guerre… et qui permit à la guerre de fonctionner. La Piste Ho Chi Minh comme un immense moyen de communication à distance pour envahir le Sud.

NhomNuTNXP_1972
Groupe féminin des Jeunesses de choc des TNXP issu des Đại đội 7 – Đội TNXP 253 – Tổng đội TNXP 572, photo prise au Laos (Sầm Nưa) en 1972 © DR

Ces questions sont relayées par celle du rôle des femmes dans ces « marges de la guerre », des femmes souvent mises en « marge parmi la marge ». Ce sera mon deuxième point.

[Lire la suite : http://guerillera.hypotheses.org/2253]

FG

Image « à la une » : Filles des Jeunesses de choc au travail de remblayage après un bombardement.

Notes

  1. Entendus ici dans le sens que lui donne Gérald Noiriel en socio-histoire soit « l’ensemble des formes de communication à distance comme champ d’investigation socio-historique » (Cf. le CR de lecture de Philippe Hamman : https://questionsdecommunication.revues.org/7762). Cependant, ce dernier point fera l’objet d’un article à part []
  2. Il s’agissait entre autres des ouvrages suivants : C812, Thanh Niên Xung Phong chống Mỹ cứu nước Thủ đô N43, Hà Nội, 1995 ; Nguyễn Hồng Thanh (chủ biên), Thanh Niên Xung Phong những trang oanh liệt, Hà Nội, NXB Thanh Niên, 1996 ; Nguyễn Văn Đệ, Thanh Niên Xung Phong phục vụ giao thông vận tải thời chống Mỹ, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 1996 ; Trần Dân, Thanh Niên Xung Phong ngày ấy, Hà Nội, NXB Thanh Niên, 1997 ; Văn Tùng (chủ biên), 40 năm Thanh Niên Xung Phong (1950-1990), Hà Nội, NXB Thanh Niên, 1990. []
  3. Voir les deux ouvrages de référence : Văn Tùng & Nguyễn Hồng Thanh (chủ biên), Lịch sử thanh niên xung phong Việt Nam (1950-2001) [Histoire des Jeunesses de Choc du Viêt-Nam, 1950-2001], Hà Nội, NXB Thanh Niên, 2002 ; Nguyễn Văn Đệ, Lịch sử truyền thống của lực lượng thanh niên xung phong chống Mỹ cứu nước [La tradition historique des forces des Jeunesses de choc antiaméricaines de salut national], Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 2002 []
  4. Nguyễn Văn Đệ, Một thời oanh liệt của nữ thanh niên xung phong, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 1997. Réédition corrigée et complétée aux éditions Thanh Niên en 2007 []
  5. Cette nouvelle est enseignée au collège en classe de 9e en RSVN (3e en France). Voir une analyse en ligne sur Facebook []
  6. Cf. Svetlana Alexievitch, У войны не женское лицо, Minsk : Mastatskaya litaratura, 1985. Une traduction vietnamienne de Nguyễn Ngọc intitulée Chiến tranh không có khuôn mặt đàn bà a été publiée en 1987 aux éditions de Danang en plein Renouveau (Đổi mới) littéraire. Cf. : http://vanviet.info/tu-lieu/svetlana-alexievitch-va-tac-pham-chien-tranh-khong-co-guong-mat-nguoi-phu-nu/ ; page consultée le 2 mars 2016 []
  7. Voir programme en ligne sur le site du CNRS : http://www.cnrs.fr/infoslabos/conferences-colloques/Docs-PDF/colloque-vietnam14052007.pdf (page consultée le 26 novembre 2015) []
  8. Résumé et table des matières en ligne : https://indomemoires.hypotheses.org/16651 (page consultée le 26 novembre 2015) []
  9. Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité. Emergence de nouvelles perceptions et expérimentations, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Françoise Thébaud, Faculté GHHAT, Université Lumière Lyon 2, 2008. Thèse en ligne : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2008/bui_tp/info ; site actuellement en maintenance []
  10. Site du centre de recherche : http://gas.hoasen.edu.vn/index.php ; page consultée le 2 mars 2016 []
  11. Cf. le site Femmes et guerres : une approche transnationale (http://femmes-guerres.ens-lyon.fr/). Le site initial donna naissance le 21 juin 2013 à ce carnet de recherche sur Hypotheses : http://guerillera.hypotheses.org/ []
  12. Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions. Pouvoir, politique, écriture de l’histoire, Paris, Creaphis éditions, 2016, p. 40 []
  13. François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014. Voir en particulier la première partie : « Brutalités, flottements, exils. Perceptions et voix féminines de la guerre du Viêt-Nam » []
  14. Les communications furent classée en termes de positionnement politique vis-à-vis du pouvoir communiste : « favorables/neutres/réactionnaires », un clivage pour/contre réducteur ne correspondant à aucune perspective de recherche []
  15. A quelques exceptions près, par exemple le chercheur Nguyễn Văn Ký fit une intervention à Hanoi en juillet 1998 sur « La femme vietnamienne à travers l’histoire, les légendes et les traditions orales » et l’historienne Bùi Trân Phượng publia une analyse du champ : « Femmes vietnamiennes pendant et après la colonisation française et la guerre américaine : réflexions sur les orientations bibliographiques », in Anne Hugon, Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie XXe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 71-94. Il existe quelques ouvrages clés publiés aux États-Unis et en Australie sur lesquels nous reviendrons []
  16. Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, Champs / Histoire, 1998, p. V []
  17. Une revue consacrée à ces thématiques est éditée à Hanoi depuis 1987 : Nghiên cứu Gia đình và Giới (Journal of Family and Gender Studies) []
  18. Cf. le numéro thématique de Clio : http://clio.revues.org/11814 []
  19. Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions, p. 32 []
  20. Alain Corbin cité dans Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre», Genèses 4/2003 (no 53), pp. 154-177, en ligne : https://www.cairn.info/revue-geneses-2003-4-page-154.htm (page consultée le 26 novembre 2015). L’ouvrage de Corbin est le suivant : Le Temps, le Désir et l’Horreur. Essais sur le dix-neuvième siècle, Paris, Aubier, 1991 []
  21. Cf. Bạn biết gì về chiến dịch Điện Biên Phủ, Hà Nội, NXB Tre, 2004 ; Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 107-109 []
  22. Christopher Goscha, Vietnam, un État né de la guerre, Paris, Armand Colin, 2011, voir son chapitre 10 sur la mobilisation de masse []
  23. Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 111-113 []
  24. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam, Thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Alain Caillé, Université Paris-Ouest – Nanterre La Défense, 2013, p. 298-299 []
  25. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 149, voir aussi p. 270) []
  26. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 298 et 299 []
  27. Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, p. 9 []
  28. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 295 []
  29. Sur le long processus de reconnaissance, voir : Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 186-189 []
  30. Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 102-103 []
  31. Cf. Ng. Tống, « Lực lượng TNXP đón nhận Huân chương Sao Vàng » : http://nld.com.vn/thoi-su-trong-nuoc/luc-luong-tnxp-don-nhan-huan-chuong-sao-vang-2010071411326776.htm (Lao Dong online, 15/07/2010, page consultée le 29 février 2016) []
  32. Mon article fut d’abord publié en anglais à Berkeley dans le Journal of Vietnamese Studies en 2009 puis traduit en vietnamien et mis en ligne en 2010 sur le site Talawas et enfin publié en français en 2014. La version vietnamienne en ligne a circulé au Viêt-Nam : http://femmes-guerres.ens-lyon.fr/IMG/pdf/Guillemot_VanDeTNXP_1950-1975.pdf []
  33. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam, op. cit. Résumé en ligne : http://guerillera.hypotheses.org/360 ; Laurence Jourdan, Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, documentaire, Sunset Press, 2003 []
  34. Voir par exemple l’article sur les jeunes filles de la Piste Ho Chi Minh sur le site officiel de l’association : « Nữ thanh niên xung phong ở Trường Sơn », cuutnxpvietnam, 5 mai 2015, en ligne : http://www.cuutnxpvietnam.org.vn/Nu-thanh-nien-xung-phong-o-Truong-Son-i804.html (page consultée le 26 novembre 2015) []
  35. Cf. Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 179-180, note 298 []
  36. Đặng Phong, Five Ho Chi Minh Trails, Hanoi, The Gioi, 2012 []
  37. Nguyễn Quang Thiều, « Thanh niên xung phong là gì ? », in Hội cựu TNXP Viêt Nam, Thanh niên xung phong Việt Nam, 60 Năm làm theo lời Bác Hồ dạy [Les Jeunesses de choc, 60 ans à suivre les enseignements de l’Oncle Hô], Hanoi, NXB Quân đội Nhân dân, 2010, pp. 57-58 []

Pour une socio-histoire des actrices/acteurs du Viêt-Nam en guerre : réponse amicale à Pierre Brocheux

Le compte rendu de lecture de Pierre Brocheux concernant mon petit ouvrage sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam appelle une réponse de ma part. C’est le sens de ce billet qui entend élargir le débat.

clio_41_2015

J’ai lu avec intérêt le CR de lecture de Pierre Brocheux sur Clio Femmes, Genre, Histoire. Il s’inscrit dans un numéro de la revue intitulé Le « socialisme réel » à l’épreuve du genre (41 | 2015) dirigé par François Thébaud et Sandrine Kott. Le fait de figurer dans la collection des CR de lecture de ce numéro est tout à fait pertinent car d’une certaine façon, mon ouvrage interroge le « socialisme réel » vietnamien à l’épreuve du genre et de la guerre.

Ce compte-rendu de lecture très intéressant me permet de me relire pour mesurer ce qui a été retenu par la critique. Je connais les faiblesses (que je qualifierai globalement de « théoriques ») de cet ouvrage et qui m’ont d’ailleurs été amicalement soufflée par ma collègue historienne Phi Van Nguyen lorsque je lui ai soumis le premier texte du livre pour avis1. Phi Van Nguyen m’invita à deux pistes de réflexions : d’une part, elle me poussa à proposer une analyse de la catégorie de la femme et de voir comment celle-ci avait changé avec la guerre. Elle s’interrogeait très justement sur l’émergence d’un nouveau paradigme du fait même de la guerre. Et d’autre part, sur un plan autant social que juridique, elle aurait aimé trouver une discussion « nord/sud » sur les droits de la femme avec l’avènement et l’expérience de la guerre. Deux pistes de réflexions que ma modeste contribution soulevaient sans les traiter. On ne peut être totalement satisfait lorsque l’on entreprend d’étudier un tel sujet. Ce serait bien prétentieux.

J’ai relu le passage consacré à la « mystification » (p. 156) qui a retenu l’attention particulière de Pierre Brocheux. Il illustrait à point nommé un extrait de Roman sans titre de Duong Thu Huong, citation littéraire évoquée par ailleurs avec certaines précautions. Pourtant, tout le vécu de cette auteure dans la guerre me permet de croire que ce qu’elle écrit et dit a propos de ce conflit a du crédit2. Le terme de « mystification » rappelé par deux fois en conclusion du CR de lecture a, du coup, pris de l’importance hors et bien au-delà de ce contexte.

Néanmoins, malgré sa force, je le trouve pertinent dans sa seconde acceptation de sens : « Action d’abuser (une personne ou une collectivité) en déformant, en embellissant la réalité »3. La propagande de guerre sert à cela, que ce soit sous les tropiques ou chez nous à l’époque de la Grande Guerre. La propagande de l’Etat-Parti en République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN, 1945-1976) n’avait (comme dans d’autres pays en guerre) qu’un seul but : la faire accepter par tous. La sécurité publique (Công An) ne rigolait pas avec le citoyen récalcitrant. Il faut lire les auteurs vietnamiens au cœur du système pour le comprendre (Bui Tin, Bui Ngoc Tan, Dang Van Viet, To Hai…). Effectivement, j’aurai dû développer cet aspect « culture de guerre » en RDVN, une thématique qui reste finalement assez peu abordée dans les études consacrées à l’histoire de ce pays.

Un autre terme n’est pas discuté dans mon ouvrage, celui de « guerre civile », dénomination qui m’apparaissait comme un évidence mais qui nécessitait un développement serré. J’y consacre actuellement une recherche pour en exposer la réalité, ses fondements théoriques et conceptuels, voire historiques, et les enjeux qu’elle contenait entre 1945 et 19754.

A ce stade, mon travail présente sans aucun doute plusieurs failles. Je n’ai guère eu le temps de problématiser plus largement la question dans une perspective transnationale avec d’autres exemples à l’appui (comme par exemple celui des guerilleras salvadoriennes ou des expériences angolaises ou bosniaques)5. Cependant, comme le souligne Pierre Brocheux, mon livre questionne tout azimut : « Il pose des questions inévitables sur le volontariat, le bien-fondé de la lutte de libération nationale qui puisse justifier les douloureux sacrifices de générations entières, tous genres confondus ». Et de fait, ce travail pose peut-être plus de questions qu’il n’apporte de réponses. C’est une façon d’ouvrir le champ des possibles dans l’étude de ce sujet.

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - small

Sur le plan historiographique, je sais que cette histoire dérange. D’une part, car il s’agit bien d’une révision et donc d’une sorte de contre-expertise sur un terrain où l’enquête est difficile, d’autre part car il s’agit de « femmes » (même si nous n’en sommes plus à une « histoire des femmes » aujourd’hui mais bien à celle du genre), parti pris de cette étude comme cela a été très justement souligné dans le CR de lecture. Double contrainte pour un sujet relativement neuf que peu d’historiens du Viêt-Nam contemporain ont évoqué. La thèse de sociologie de Kim Van Chien soutenue en 2013 sur les motivations des « Jeunesses de choc » est à ce titre une contribution socio-historique très importante6.

C’est ce pan de l’histoire, et non l’autre (celui de l’histoire officielle) qui est au cœur de cet ouvrage. C’est précisément cette « autre moitié de la guerre » (ce qui signifie en creux qu’une moitié n’apparaît pas ou peu) qui fait l’objet de ce travail, première étape de l’enquête historique. Ce pan de l’histoire fut délaissé pendant des décennies par les historiens français et cela soulève d’autres questions. Des auteures comme Mai Thu Van, Françoise Corrèze ou plus récemment Doan Cam Thi l’ont investi sur les champs littéraires et sociologiques7. Plus récemment encore, Nathalie Huynh Chau Nguyen a publié une étude remarquable (que Pierre Brocheux qualifie même d’excellente) sur un sujet totalement inédit : celui des femmes militaires de la République du Viêt-Nam8. Je ne saurai également oublier la thèse de Bui Tran Phuong sur l’avènement du féminisme au Viêt-Nam, l’ouvrage de Caroline Grillot consacrée aux Vietnamiennes migrantes de Chine et l’ouvrage collectif Le Viêt Nam au féminin bien que ces études n’abordent pas directement la question de la guerre9.

Enfin, ce travail dérange parce qu’il contient une forte charge émotionnelle mais aussi parce qu’il bouscule les normes d’une histoire nationale aseptisée. Cette première enquête enfonce une porte qui fut longtemps bien fermée, à double tour. Grâce à des vétérans comme Nguyen Van De, elle fut entrouverte (son travail personnel est pionnier et remarquable) et avec le soutien de certains hauts dirigeants communistes éclairés comme Vo Van Kiet ou Nguyen Minh Triet le destin des TNXP fut officiellement reconnu et enfin assumé.

Quant à la question du récit, à sa nature, c’est une question cruciale qui n’en finit pas d’interroger les historiens. Voir à ce propos ce que disent François Hartog ou Paul Ricoeur de la trame du récit qui se dessine dans La Méditerranée de Fernand Braudel, malgré la volonté de l’auteur de la longue durée de s’en détacher. Histoire et récit ne sont jamais réellement déconnectés, l’histoire présentant des récits aux formes diverses10.

Mon texte n’entend pas juger définitivement des « hommes », il interroge des pratiques, celles du pouvoir et de l’élite politico-militaire de la RDVN, et cette interrogation sur la conduite de la guerre n’est pas unilatérale comme le démontre la première partie de l’ouvrage. Les pratiques autoritaires du Viêt-Nam socialiste ne méritent-elles pas d’être étudiées ? Une archéologie de la violence dans ce pays n’est-elle pas envisageable ?11 Pourquoi la question des responsabilités de la guerre du Viêt-Nam ne pourraient être posées ? Celle des Japonais, des Français, des Américains, des Sud-Vietnamiens tout comme des Nord-Vietnamiens ? Je suis étonné par exemple qu’aucune étude historique d’envergure (je peux me tromper) n’ait été entreprise sur la question des bombardements et de leur acceptation/contestation/refus par les sociétés nord et sud-vietnamiennes12.

Les nouvelles études proposées par d’autres historiens « révisionnistes » comme Lien-Hang T. Nguyen, Pierre Asselin et ou encore Christopher E. Goscha permettent d’entrevoir comment et pourquoi la guerre vue de Hanoi fut organisée et comment la population du Nord fut mobilisée13. Il reste beaucoup à faire sur ce conflit mais j’espère – c’est du moins les retours positifs que j’ai de cet ouvrage – avoir contribué à poser un dossier important sur la table de la recherche historique sur le Viêt-Nam contemporain. Cette première pierre permet d’envisager une socio-histoire plus large sur les acteurs/actrices de ce conflit.

FG, 23/07/2015.

  1. Echanges par mails les 14 janvier et 8 février 2013. []
  2. Voir l’article de Delphine Peras, « Rithy Panh – Duong Thu Huong : Rencontre entre deux artistes qui croient au pouvoir des mots, L’Express, 14/06/2007 []
  3. Définition empruntée au Trésor de la Langue Française informatisé []
  4. Voir notre communication du 19 mai 2015 au Collège de France []
  5. Cf. à titre d’exemple le dernier ouvrage en date de Carol Mann, La résistance des femmes de Sarajevo, Bellecombre-en-Bauges, Editions du Croquant, 2014 []
  6. Cf. le résumé de sa thèse sur ce carnet de recherche. []
  7. Voir leurs ouvrages : Mai Thu Van, Vietnam, un peuple, des voix, Paris, Pierre Horay, 1983 ; Françoise Corrèze, Vietnamiennes au quotidien, Paris, L’Harmattan, 1982 et Doan Cam Thi, Ecrire le Viêt-Nam contemporain :  guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. []
  8. Cf. mon CR de lecture dans le Bulletin de l’Afrase, n° 83, Eté/Automne 1983, pp. 41-43 et également en ligne sur ce carnet de recherche []
  9. Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations, Thèse de doctorat d’Histoire, Université Lumière Lyon 2, 2008, en ligne ; Caroline Grillot, Volées, Envolées, Convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées: les “fiancées” vietnamiennes en Chine. Paris: Connaissances et Savoirs, 2010 ; et surtout Gisèle Bousquet et Nora Taylor, Le Viêt Nam au féminin / Viet Nam: Women’s Realities, Paris, les Indes savantes, 2005, voir en particulier les contributions de Diane Niblack Fox, Doan Cam Thi et Pham Thi Kim Dung. []
  10. François Hartog, « L’art du récit historique », in Jean Boutier et Dominique Julia (sous la dir.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Autrement, série Mutations, n° 150-151, janvier 1995, pp. 184-193, voir en particulier p. 192. []
  11. Voir notre article « De l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’. Vrai et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam, 1945-1967, in Communisme 2013, Paris, Vendémiaire, pp. 259-302. []
  12. Voir l’ouvrage collectif : Vatthana Pholsena & Oliver Tappe (ed.), Interactions with a Violent Past: Reading Post-Conflict Landscapes in Cambodia, Laos, and Vietnam, NUS Press / IRASEC, 2013 ; voir également l’article de Diane Niblack Fox, « Speaking with Vietnamese Women on the Consequences of War: Writing againts Silence and Forgetting », in Bousquet & Taylor, Le Viêt Nam au féminin, Paris, Les Indes savantes, 2005, pp. 107-120. Pour la recherche anglo-saxonne voir la bibliographie de mon ouvrage aux pp. 207-231. []
  13. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War, an International History of the War for Peace in Vietnam, Chapell Hill, University of North Carolina Press, 2012 ; Pierre Asselin, Hanoi’s Road to the Vietnam War, 1954-1965, Berkeley, University of California Press, 2013 et Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre, Paris, Armand Colin, 2011 []

Des Vietnamiennes dans la guerre civile – CR de lecture par Pierre Brocheux

A lire dans la revue en ligne Clio Femmes, Genre, Histoire : 41 | 2015 : Le « socialisme réel » à l’épreuve du genre.

François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975

Paris, Les Indes savantes, 2014, 241 p.

Pierre Brocheux

Référence(s) :

François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014, 241 p.

Ce livre révisionniste (sans connotation péjorative) s’inscrit dans la littérature historienne nous parlant des guerres qui ont ensanglanté le Viêt-nam pendant trente ans (1945-1975). L’intention première de son auteur est de rompre avec une historiographie dominante, héroïsante et partisane qui donne le beau rôle au Nord Viêt-nam qui faisait une « guerre juste » contre l’impérialisme étranger « et ses valets sud vietnamiens », pour accomplir un noble dessein, celui de la libération puis celui de la réunification. L’auteur postule qu’il s’agit d’une guerre civile et veut faire reconnaître le rôle et le sacrifice des femmes dans un conflit jusqu’ici présenté comme une affaire d’hommes. Par conséquent, François Guillemot affiche clairement son approche ‘genrée’ du sujet, autrement dit les rapports des femmes à la guerre, au pouvoir et aux normes sociales.

Il situe également sa démarche dans le courant historiographique illustré par les ouvrages de G. Mosse et S. Audoin-Rouzeau sur les conflits armés européens et, en particulier, de C. Goscha sur la guerre franco-vietnamienne de 1945 à 1954 (A. Colin, 2011). Il s’attache à la dimension humaine, collective et individuelle, masculine et féminine en donnant le primat aux traumatismes infligés aux corps et aux esprits. F. Guillemot a donc mis au centre de son exposé la « brutalisation » dont les femmes vietnamiennes ont été victimes.

Lire la suite : Clio Femmes, Genre, Histoire.

Référence papier

Pierre Brocheux, « François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 305-308.

Référence électronique

Pierre Brocheux, « François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2015. URL : http://clio.revues.org/12586

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile – 3 CR de lecture

Nous signalons trois compte-rendus de lecture de cet ouvrage parus sur le blog académique « L’Asie de l’Est et du Sud-Est entre conquêtes et émancipations » du Département d’histoire (Université Lumière-Lyon 2) dédié à un enseignement de Christian Henriot, historien de la Chine contemporaine (histoire sociale et urbaine).

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - small

 

 

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile [parution]

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - smallLe livre de François Guillemot éclaire un aspect de la guerre du Viêt-Nam relativement peu souligné dans l’historiographie plus large du conflit : les expériences et les points de vue des femmes vietnamiennes durant la guerre. Son étude, divisée en deux sections, examine en premier lieu, au sein de contextes multiples, les vécus de ces femmes des deux côtés du 17e parallèle et de milieux très variés, avant de resserrer son attention dans un second temps sur l’histoire des « Jeunesses de Choc ou TNXP » pendant les guerres d’Indochine et du Viêt-Nam, et plus particulièrement sur la féminisation de ces troupes lors de cette dernière guerre.

Dans chacune de ces parties, l’auteur se penche longuement sur les blessures infligées par la guerre aux corps et aux esprits des femmes. Il consigne la violence qui fut faite aux femmes et le prix à payer sur les corps et la santé des femmes que la guerre leur a imposé. Il livre de nombreux exemples issus d’une grande variété de récits — allant des mémoires d’hommes et de femmes qui avaient été civils ou militaires pendant la guerre, aux récits de guerre, en s’appuyant aussi bien sur les reportages de presse que sur la figuration de la guerre dans des œuvres de fiction.

Nathalie Huynh Chau Nguyen

Réf. : Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris, Les Indes Savantes, 2014, 240 p.

* * *

[extrait de l’introduction]

La guerre du Viêt-Nam n’a pas livré tous ses secrets. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a une guerre que l’on connaît encore relativement peu. La guerre qui fut livrée aux femmes, la guerre qui fut menée par les femmes, la guerre qui toucha les femmes.

La première partie de cet ouvrage s’intéresse à la perception de la guerre par les femmes à travers différents témoignages : leur place, leur rôle et leur utilisation pendant la guerre, à la fois « actrices et victimes ». Les sujets de la violence de guerre, du fanatisme, de la relégation en temps de guerre civile sont abordés par les femmes elles-mêmes. Aucun camp n’en ressort indemne.

La deuxième partie « Féminiser la guerre » interroge à la fois les corps en guerre pendant le conflit des années soixante et les pratiques mémorielles mises en place en RSVN pour rendre hommage aux jeunesses délabrées par la guerre.

Si l’ensemble de cette étude offre une vision apocalyptique de la guerre de libération nationale mise en œuvre par Hanoi, il faut noter que les hommes et femmes, corps sociaux et corps instruments de la guerre du Viêt-Nam, se sont souvent retrouvés face à l’extrême, face à l’ennemi intime, face au frère, au parent de l’autre camp. Toute reconstruction sociale, psychologique, humaine doit passer par une introspection nécessaire pour mieux comprendre le passé et permettre de vivre ensemble aujourd’hui.