Archives par mot-clé : genre

Nancy Huston, Sois belle / Sois fort – CR de lecture par François Guillemot

Recension de : Nancy Huston, Sois belle / Sois fort, Paris, Parole, Main de femme, 2016.

Il y a des ouvrages qui bousculent volontairement les pensées conventionnelles et les normes établies. C’est le cas de Sois belle / Sois fort de Nancy Huston. Autant le préciser d’emblée aux lectrices/teurs de ce carnet de recherche, il ne s’agit pas d’un ouvrage académique répondant aux normes des sciences sociales mais plutôt d’un essai personnel d’une femme de lettres renommée.

En deux textes courts, l’auteure propose un questionnement puissant et subversif sur les comportements humains et les approches genrées. Ce « double essai » disposé en envers/endroit comme une carte de jeu à double pagination (SF 51 + SB 48 p.) interroge, à travers plusieurs binômes croisés, les côtés pile et face de notre humanité : fille/garçon, femme/homme, animal/humain, anthropologie/genre, filiations/rôles sociaux, individu/espèce. Dans sa démonstration que l’on peut qualifier d’anthroposophique (mêlant anthropologie/éthologie et philosophie) Nancy Huston bousculent tous les cadres qui sont habituellement donnés par la dichotomie H/F acceptée, entretenue et nourrie par nos sociétés modernes. L’écriture est vivante, le langage parfois familier, le discours radical (d’aucun le trouveront peut-être simpliste)1. L’auteure souligne d’ailleurs cette écriture alerte : « Je vais vite, brosse, trace » (SF, p. 21). Les références, mêlant contemporains et auteurs de jadis (SF, p. 12), font appel autant à la biologie, la philosophie, qu’à la poésie avec une proximité amicale pour Annie Leclerc2. Bien qu’aucun sens de lecture ne soit à priori proposé, j’ai commencé la lecture de ce texte par Sois fort sans doute par curiosité étant moi-même un homme mais aussi pour respecter le sens de la construction de l’ouvrage3.

Sois fort interroge le monde des hommes en trois points. Nancy Huston part d’un questionnement sur la violence humaine, un phénomène clé du fonctionnement du monde : « le monde contemporain est débordé par les effets incontrôlables de la violence virile » (SF, p. 22). Le postulat est fort : « le mâle humain est un problème global, un problème mondial » (SF, p. 14-15). Cette vision macro, facilement vérifiable et plutôt convaincante, propose en quelque sorte une généalogie pour penser la violence humaine, largement conduite et partagée par les hommes. Quelles explications à celle-ci ? Outre les réponses politiques, économiques, sociales, historiques, l’auteure l’aborde sous le double fait du genre et de l’espèce. La problématique de ce premier texte vise à exposer le point faible des hommes, leur violence, à la fois génétique et socialement construite (SF, p. 10). Elle inverse les valeurs communes : l’homme n’est pas le prétendu sexe fort, il est au contraire bardé de faiblesses d’où sa propension à gonfler les muscles et à se battre avec les autres ou encore à s’effondrer, décrocher, se désocialiser (SF, p. 26). Elle entend démontrer et déconstruire cette faiblesse en trois chapitres : lier la violence humaine, pas uniquement à l’éducation, mais plus spécifiquement à l’évolution de l’espèce humaine dont les femmes sont partie prenante ; exposer « la détresse du corps-esprit des garçons dans le monde contemporain » et enfin penser les remèdes pour atténuer ces états de détresse et de violence.

Le premier chapitre expose « la propension à la violence des mâles humains » en scrutant les actions individuelles mais aussi en critiquant les actions guerrières collectives du monde occidental, une barbarie qui n’a rien d’inhumain et notre faculté d’adhérer si facilement à « une politique planétaire de maraudeurs » (SF, p. 23-25). Le chapitre deux de Sois fort souligne la « faiblesse de l’individu homme » avec acuité dès les premières lignes (SB, p. 26) :

« On ne le relève pas souvent, mais les mâles ont le quasi-monopole, non seulement du minuscule barreau tout en haut de l’échelle sociale, mais aussi de l’immense dépotoir au pied de cette échelle. Ils sont majoritaires, non seulement parmi les puissants de ce monde, mais aussi, et de loin, parmi les impuissants. En effet, une vaste majorité des suicidés, des SDF, des accidentés de la route, des détenus, des alcooliques et des toxicomanes sont de sexe masculin » (SB, p. 26).

Une évolution de nos pratiques éducatives apparaît nécessaire pour saisir les mutations corporelles chez le garçon, examiner cette montée des hormones sans culpabilité pour mieux la dompter ou lui offrir un espace non problématique (SF, p. 32). Selon elle, l’État laïque reste muet sur cette question clé : « aider les mâles à organiser, à gérer et à contrôler leurs pulsions sexuelles » (SF, p. 29). Cette fragilité masculine est aussi sociale. La pauvreté et la relégation dans des banlieues discriminées favorisent l’exclusion et le passage à l’acte criminel et guerrier :

« Ce sont ces garçons-là, je le sais, et pas les gamins du sixième arrondissement, que je retrouverai plus tard en prison » (SF, p. 34).

Une mutation dans nos approches s’avère indispensable si l’on désire provoquer quelque changement qui viserait (on peut le lire ainsi) à « lisser notre humanité ». Il s’agirait de la rendre moins agressive et moins mortifère, de mieux canaliser les effets de la testostérone chez les jeunes mâles. Il s’agirait de limiter « les excès délirants de violence » et notamment le phénomène des guerres qui consistent à s’accaparer des richesses des autres (SF, p. 51-52). Il s’agirait également à mettre fin à « une situation hautement paradoxale » qui nous inflige quotidiennement le message primitif suivant :

« l’homme est un guerrier déchainé meurtrier musclé et violent, et la femme, une chose à décorer, à maquiller, à habiller, à déshabiller, à protéger, à sauver, à frapper et à baiser » (SF, p. 31).

Cette comédie humaine, ancrée dans nos mentalités et nos gènes, a des effets dévastateurs.

Le chapitre trois propose une prise de conscience par les femmes (mères, copines, épouses, amantes) en termes d’instincts et de besoins de l’homme mâle, animal génétiquement programmé (SF, p. 41-42). La tâche des femmes pour bousculer « la machine redoutable, huilée et rodée depuis la nuit des temps », est immense : « Nous devons […] apprendre aux filles à désirer des garçons non-violents » (SF, p. 48). Les modèles à valoriser ne doivent plus être ceux de l’agressivité et du saccage et l’éducation mutuelle des hommes et des femmes doit faire place « à la nuance et à l’humilité » (SF, p. 50). Mais dans ce monde d’hommes, la mutation paraît bien fragile et l’auteure « plutôt pessimiste » (SF, p. 13). Selon elle, c’est pourtant une utopie qu’il faudra bien relever pour notre propre survie. Le questionnement est puissant. Cependant, les solutions préconisées semblent bien dérisoires face à la complexité du problème.

Sois belle est également décliné en trois chapitres qui lient intimement anthropologie et constructions sociales. Nancy Huston débute par une remontée dans le temps en explorant les caractéristiques de notre espèce Homo sapiens, notamment la narrativité comme technique de survie (SB, p. 12)4. Elle donne des signes probants de notre soumission prédéterminée aux règles du monde animal et démontre avec efficacité le lien qui existe entre « hormones et désir » (SB, p. 16). Or, notre survie dépend beaucoup de ce lien et du danger qu’il y a « à chosifier » nos comportements « indépendamment de [leur] fonction originelle » (SB, p. 16-18)5. Les femmes ont cette spécificité particulière de mettre au monde filles et garçons : « un privilège, un avantage, un scandale ou un mystère sacré » selon les cas (SB, p. 18-19). Mais la différenciation est aussi biologique : « les hommes ont une prédisposition innée à désirer les femmes par le regard » (SB, p. 20). Or, les implications dans la reproduction, pour les deux sexes, sont bien différentes, voire inégales et dans tous les cas bien plus lourde pour la femme. Nancy Huston résume d’une formule lapidaire les rapports entre les sexes chez Homo sapiens :

« il n’est pas rare que les garçons feignent d’aimer pour pouvoir baiser, alors que les filles feignent de désirer pour piéger » (p. 22).

Ces dispositions en tête, l’auteure en vient à décrypter comment, dans le monde académique, les différences sexuelles ont été gommées et participent du clivage au sein du milieu scientifique (différences naturelles, « de droite » et constructions sociales, « de gauche) (SB, p. 24). Elle déconstruit les excès ou la tendance de la théorie du genre à nier la différenciation sexuelle et psychique (les hommes et les femmes ne pensent pas de la même façon) et à gommer la pluralité des sexes (SB, p. 25). Elle fait cette critique elle-même aussi avec excès ne mesurant pas suffisamment les apports des études sur le genre. Dans Sois fort, elle souligne également la différenciation sexuelle, utile pour les femmes : « pour donner un sens à sa vie, une femme a toujours un recours, et elle le sait : elle peut devenir mère » (SF, p. 34). L’utérus, seul porteur du futur, fait toute la différence (SB, pp. 26-27). Dans son second chapitre, Nancy Huston met en avant la « double contrainte » de la modernité (SB, p. 37) qui habite la femme : être putain ou mannequin ?, reflet paradoxal des deux idéaux féminins (non-maternels) que véhiculent la société actuelle à l’excès (SB, p. 33). Le dernier chapitre propose une revalorisation de la pudeur comme cadre social correctif d’une humiliation qu’illustrent la pornographie et la prostitution, drogues mercantiles du monde moderne occidental. En ce sens, « la pudeur n’a rien de dérisoire », elle se présente comme une résistance à notre culture « allumeuse » et exhibitionniste (SB, p. 46). Le texte Sois belle se termine de façon abrupte sur un programme éducatif en sept points ouvrant sur une possible discussion révélant aussi l’importance du culturel pour corriger les effets du naturel. On en revient toujours à l’éducation.

Les deux faces de cet essai nous poussent à réfléchir à la fois sur le genre de notre monde mais aussi sur les perspectives féministes. Elles questionnent profondément ce que nous sommes (un envers, un endroit en interaction) et ce que nous pouvons devenir, la possibilité d’une société plus égalitaire et moins brutale, car si une prise de conscience s’élabore, des correctifs sont possibles. En bousculant les perspectives de nature (notre génétique) et de culture (notre construction sociale), Nancy Huston nous invite à les prendre en compte, non pas l’une au détriment de l’autre, mais l’une et l’autre et, par ce geste-là, sa réflexion est déjà une forme de réconciliation entre les deux approches : « c’est dans la nature humaine d’avoir une culture mais celle-ci ne nous propulse pas magiquement hors-nature » rappelle-t-elle (SB, p. 29-30). Être conscient, c’est admettre notre part d’animalité, notre « continuité biologique avec le monde animal » (SB, p. 27), une disposition intellectuelle qui apparaît être, selon elle, le meilleur moyen d’agir sur les questions de genre et de culture.

La combinaison argumentative de Nancy Huston est claire : exposer le problème (postulats du premier chapitre des deux textes), l’admettre, le comprendre et l’analyser (les chapitres deux) permettraient d’en trouver les solutions (les chapitres trois). Faire entrer la différenciation sexuelle et l’éthologie dans la théorie du genre pour la refondre en une anthroposophie plus large, telle est l’ambition de ces deux textes percutants. Les opinions que l’auteure défend, souvent remises en cause dans les recherches sur le genre dans le domaine des sciences sociales, se situent dans un autre champ, plus philosophique. En se plaçant au niveau terre-à-terre de notre animalité pour formuler son analyse, elle bouscule les disciplines et les oblige à dialoguer. Et si chaque assertion de cet essai, plus riche et profond qu’il n’y paraît, mériterait des approfondissements élaborés, son grand avantage est qu’il pose intellectuellement et publiquement le débat.

François Guillemot, 27/02/2017.

 

Image « à la une » : Nancy Huston en 2015, photo publiée par marina53 sur Babelio © DR

Notes

  1. L’ouvrage a fait l’objet d’une recension anonyme cinglante sur un blog féministe []
  2. On peut citer dans SF : Cervantès, la philosophe des sciences Peggy Sastre, l’éditeur Hubert Nyssen, les écrivains Romain Gary, Bruce Chatwin, Rober Bly, le philosophe François Flahaut, l’anthropologue Dounia Bouzar, l’écrivaine Elena Ferrante, le dramaturge Mohamed Kacimi, le sociologue Pierre Bourdieu… et dans SB : Jared Diamond, Elisabeth Badinter, Roland Barthes, Michel Raymond, Simone de Beauvoir, Gilles Lipovetscky… []
  3. La liste des ouvrages de la collection « Main de femme » située à la fin de Sois belle est en soi une indication []
  4. Ce point de départ chronologique pourrait indiquer que la lecture débute ici. L’ouvrage lui-même est référencé sous le titre Sois belle / Sois fort. Laissons à chacun de loisir de choisir le sens de la lecture []
  5. Elle cite trois exemples concrets susceptibles de graves dérives : la nourriture, la violence et la beauté féminine []

Sois belle / Sois fort de Nancy Huston dans la collection main de femme [2016]

Paru en septembre 2016. Présentation de l’éditeur. Deux textes courts et un questionnement puissant.

Sois belle / Sois fort est un double essai qui reprend l’essentiel de deux conférences données par Nancy Huston : « Belle comme une image » et « Damoiseaux en détresse ». Point de vue sans concession, il permet de mieux comprendre et accepter les forces et les faiblesses des hommes et des femmes, la part animale qui les assemble et les oppose ainsi que leurs souffrances respectives dans notre monde actuel. Ce petit livre à deux faces nous fait profiter du regard clair de Nancy Huston sur des questions souvent mal posées. Ses propositions concrètes font la part belle à l’urgence d’éduquer. C’est un cadeau à s’offrir et à offrir.

Source : Éditions Parole

Encyclopédie critique du genre – Corps, sexualité, rapports sociaux (sous la direction de Juliette Rennes)

Un instrument de travail clé pour cette approche sous la direction de la sociologue Juliette Rennes, enseignante-chercheuse à l’EHESS. Présentation de l’éditeur.

rennes_encyclopediecritiquedugenre

« Désir(s) », « Mondialisation », « Nudité », « Race », « Voix »… Les soixante-six textes thématiques de cette encyclopédie explorent les reconfigurations en cours des études de genre.

Trois axes transversaux organisent cette enquête collective : le corps, la sexualité, les rapports sociaux. Dans les activités familiales, sportives, professionnelles, artistiques ou religieuses, les usages du corps constituent désormais un terrain privilégié pour appréhender les normes et les rapports de genre. Les pratiques érotiques que les sociétés, à travers l’histoire, ont catégorisées comme normales ou déviantes occupent quant à elles une place inédite pour éclairer les articulations entre hiérarchies des sexes et des sexualités. Enfin, les inégalités liées au genre sont de plus en plus envisagées en relation avec celles liées à la classe sociale, la couleur de peau, l’apparence physique, la santé ou encore l’âge. Cette approche multidimensionnelle des rapports sociaux a transformé radicalement les manières de penser la domination au sein des recherches sur le genre.

En analysant les concepts, les enquêtes empiriques et les débats caractéristiques de ces transformations saillantes, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage dessinent une cartographie critique des études de genre en ce début de XXIe siècle.

Tables des matières

Introduction. La chair des rapports sociaux, par Juliette Rennes, avec Catherine Achin, Armelle Andro, Laure Bereni, Alexandre Jaunait, Luca Greco, Rose-Marie Lagrave, Gianfranco Rebucini
Affects, par Sébastien Roux
Âge, par Juliette Rennes
Animal, par Flo Morin
Arts visuels, par Charlotte Foucher Zarmanian
Beauté, par Rossella Ghigi
Bicatégorisation, par Michal Raz
Bioéthique et techniques de reproduction, par Emmanuelle Yvert
Care, par Francesca Scrinzi
Conjugalité, par Fernanda Artigas Burr et Manuela Salcedo Robledo
Consommation, par Leora Auslander
Contraception et avortement, par Mona Claro
Corps au travail, par Natalie Benelli
Corps légitime, par Isabel Boni-Le Goff
Corps maternel, par Coline Cardi et Chiara Quagliariello
Culture populaire, par Keivan Djavadzadeh
Cyborg, par Delphine Gardey
Danse, par Violeta Salvatierra García de Quirós
Désir(s), par Mathieu Trachman
Drag et performance, par Luca Greco et Stéphanie Kunert
Éducation sexuelle, par Aurore Le Mat
Espace urbain, par Marianne Blidon
Filiation, par Sylvie Steinberg
Fluides corporels, par Nahema Hanafi et Caroline Polle
Gouvernement des corps, par Gwénaëlle Mainsant
Gynécologie, par Marilène Vuille
Handicap, par Pierre Brasseur
Hétéro/homo, par Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch
Incorporation, par Martine Court
Inné/acquis, par Pierre-Henri Gouyon
Internet, par Marie Bergström
Jeunesse et sexualité, par Jean Bérard et Nicolas Sallée
Langage, par Alice Coutant
Mâle/femelle, par Priscille Touraille
Mondialisation, par Milena Jakšić
Mythe/métamorphose, par Anne Creissels
Nation, par Brice Chamouleau et Patrick Farges
Nudité, par Juliette Gaté
Objets, par Anne Monjaret
Organes sexuels, par Sylvie Chaperon
Parenté, par Olivier Allard
Placard, par Rostom Mesli
Plaisir sexuel, par Patricia Legouge
Poids, par Solenn Carof
Pornographie, par Mathieu Trachman et Florian Vörös
Postcolonialités, par Malek Bouyahia
Prostitution, par Clyde Plumauzille
Psychanalyse, par Adrienne Harris et Eyal Rozmarin
Puberté, par Laura Piccand
Queer, par Maxime Cervulle et Nelly Quemener
Race, par Lila Belkacem, Amélie Le Renard et Myriam Paris
Regard et culture visuelle, par Giovanna Zapperi
Religion, par Béatrice de Gasquet
Santé, par Anne-Sophie Cousteaux
Scripts sexuels, par Lucas Monteil
Séduction, par Mélanie Gourarier
Sport, par Anaïs Bohuon et Grégory Quin
Taille, par Priscille Touraille
Technologie, par Lucie Dalibert
Trans’, par Emmanuelle Beaubatie
Travail domestique/domesticité, par Caroline Ibos
Vêtement, par Pascal Barbier, Lucie Bargel, Amélie Beaumont, Muriel Darmon et Lucile Dumont
VIH/Sida, par Gabriel Girard
Violence (et genre), par Ilaria Simonetti
Violence sexuelle, par Alice Debauche
Virginité, par Simona Tersigni
Voix, par Aron Arnold
Les auteur•e•s
Index thématique.

Source : La Découverte

Christine Détrez : Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?

Parution en 2016 d’un petit ouvrage de Christine Détrez plein de vérités à rappeler. Le sous-titre précise le propos : « Sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences ». Présentation de l’éditeur.

detrez_lesfemmespeuventellesetredegrandshommes

« Pourquoi les femmes ne sont-elles pas reconnues et célébrées à l’égal des hommes ? »

Le génie a-t-il un sexe ? Les femmes illustres font figure d’exception, en littérature, dans les arts ou les sciences, sans parler de la vie publique. Des lois garantissent pourtant l’égalité d’accès des deux sexes à l’école et à l’université, dont les filles sortent plus nombreuses et plus diplômées que les garçons. Comment alors expliquer qu’il y ait toujours si peu de femmes célébrées ? Pour donner la place qui leur revient aux femmes de talent, les initiatives se multiplient. Leur généralisation est indispensable pour construire une société égalitaire.

Christine Détrez est maîtresse de conférences en sociologie à l’École normale supérieure de Lyon. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages en sociologie de la culture et du genre.

Réf. : Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes?, Paris, Belin, coll. Égale à égal, 2016, 71 p.

Source : Belin

Autres ouvrages de cette auteure (sélection) :

« Le sexe des ordinateurs : décrire et comprendre la trajectoire sexuée des carrières en sciences et techniques informatiques » – Journée d’étude

Journée d’étude Genre et Sciences

« Le sexe des ordinateurs : décrire et comprendre la trajectoire sexuée des carrières en sciences et techniques informatiques »

Vendredi 10 juin 2016
9h30 – 17h30
salle 1 place de l’École, ENS Lyon site Monod


Cette journée d’étude porte sur l’actualité des analyses concernant la réticence féminine et la domination masculine à l’égard du monde numérique, telles qu’elles se donnent à voir en particulier dans les trajectoires de formation et les parcours d’insertion professionnelle des jeunes. 

Nous aborderons à la fois les questions de compétences socio-cognitives facilitantes à l’égard des mathématiques qui fondent l’accès aux filières de sciences de l’ingénieur en France ; de la masculinisation des représentations associées à l’univers numérique ; de la dé-féminisation des études supérieures en informatique ; de l’impact des dispositifs d’inclusion et de parité dans ces filières ; des premières carrières des diplômées en informatique.

La journée sera l’occasion de mettre en perspective les méthodes d’enquête et la portée de travaux renouvelés en sociologie, sciences de l’information et psychologie sociale.

Entrée libre sans inscription.

Voir programme détaillé : programme-sexe-des-ordinateurs

Source : ENS de Lyon