Archives par mot-clé : guerres

L’après-génocide : trauma, transmissions et réinventions, la perspective du genre

[ndlr] Appel à communications et information sur un colloque à venir en mai 2016 à Erevan (Arménie).

Coat_of_Arms_of_YerevanRésumé : Ce colloque international rassemblera des chercheur·e·s multidisciplinaires qui travaillent sur les conséquences et séquelles genrées des génocides, tant personnelles que politiques pour répertorier ce que partagent les générations qui grandissent à l’ombre de traumas souvent indicibles. Féministes engagées, historiens, sociologues, anthropologues, psychologues, psychiatres, militants de la mémoire, juristes devront confronter leurs expériences et leurs recherches : l’intersection de leurs travaux apportera une dimension unique à ce colloque.

Argumentaire

Ce colloque international rassemblera des chercheur.e.s multidisciplinaires qui travaillent sur les conséquences et séquelles des génocides.

Nous nous fonderons sur la définition formulée par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide des Nations Unies adoptée le 9 décembre 1948.

Article II

Dans la présente Convention, le génocide s’entend de quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

  • Meurtre de membres du groupe ;
  • Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
  • Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
  • Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
  • Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.

Allant plus loin que les conférences précédentes sur cette thématique, cet événement se concentre sur les effets et répercussions genrés, tant personnels que politiques, de tout génocide, pour répertorier ce que partagent les générations qui grandissent à l’ombre de traumas souvent indicibles.

Féministes engagées, historiens, sociologues, anthropologues, psychologues, psychiatres, militants de la mémoire, juristes devront confronter leurs expériences et leurs recherches : l’intersection de leurs travaux apportera une dimension unique à ce colloque.

Des génocides et des massacres à visée génocidaire formeront le point de départ des réflexions. Nous prendrons en compte des propositions qui recouvrent des aires géographiques et historiques différentes y compris, mais non exclusivement le génocide arménien, la Shoah, le Cambodge, la Bosnie ; le Rwanda, le Liberia, le Darfur, les Hereros en Namibie, les massacres survenus à la suite de la colonisation du continent américain, africain et australien.

Axes thématiques

Les sujet des propositions pourront recouvrir les thèmes suivants, d’autres sont possibles, y compris une analyse genrée des massacres en cours ou récents.

Le génocide à l’aune du genre et de la sexualité

  •  Réflexions féministes sur le(s) génocide(s)
  •  Réflexions queers sur le(s) génocide(s)
  •  Violences sexospécifiques au cœur des génocides
  •  La reconstitution d’une identité sociale genrée après un viol durant  ou après un génocide
  •  Les enfants du viol
  •  La honte, le rejet, la réinsertion et l’impossible réinsertion

L’après génocide

  •  La mémoire traumatique et la résilience dans la reconstruction d’une identité sexuée
  •  Traumatisme transgénérationnel après le génocide, chez les descendant.es des victimes
  •  Culpabilité trangénérationnelle des descendant.es des responsables de crimes

Secrets de famille

  •  Grandir à l’ombrer d’un génocide : les formes multiples du non-dit
  •  La révélation des secrets de familles : quand une identité cachée est dévoilée
  •  Quand meurent les derniers témoins : la construction de la mémoire familiale

Les massacres « oubliés » et négligés, la dimension du genre

  • Les tribus autochtones dans le processus de colonisation
  • L’Inquisition espagnole
  • Les massacres durant les conflits nationalistes entre autres.

Ecriture et reécriture du génocide et transmission les pratiques culturelles à travers des pratiques genrées

  •  Langage, le souvenir des mots, berceuses, comptines
  •  L’aire domestique : façon de faire, cuisine, espace intérieur, pratiques corporelles.
  •  Littérature féminine
  •  Les formes que prend la transmission d’une identité de victime
  •  Un génocide peut-il être considéré comme étant terminé ?
  •  Le rôle de la prise de conscience et l’éducation dans l’évitement de génocides futurs, la place des femmes dans le récit historique.

Le génocide dans la réflexion politique et juridique

  •  La reconnaissance d’un génocide et le prix politique de l’autocensure et du négationnisme
  •  Le génocide en droit international : les réparations des crimes commis contre les femmes
  •  La dimension du genre dans les interventions humanitaires dans la période post-génocide
  •  L’expérience de génocide comme revendication politique et nationale : la place du genre dans les traditions instrumentalisées.

Langues des candidatures : anglais, français, arménien

Modalités de soumission

Envoyer vos candidatures avant

le  5 janvier 2016

(1 feuillet environ) avec une bio succincte en fichier PDF

Prière de mettre votre nom dans le ‘sujet’ du mail

info@womeninwar.org

Une réponse sera envoyée avant le 5 février 2016

Le colloque aura lieu à Erevan, 21-22-23 mai 2016

Comité scientifique

  • Carol Mann , LEGS, Université de Paris 8
  • Nona Shahnazarian, Institut d’archéologie et d’ethnographie, Erevan
  • Nermina Trbonja, Université de Sarajevo

Organisation

Ce colloque est organisé par ‘Women in War’, une association Loi 1901, fondée et dirigée par la sociologue Carol Mann, et destinée à la réflexion sur tous les aspects du genre dans les conflits armés. L’association a été fondée à Paris en 2008, par des universitaires féministes d’horizons différents, unies par leur engagement contre les injustices faites aux femmes dans toute guerre. Deux antennes existent, l’une à Sarajevo (dirigée par Nermina Trbonja), l’autre à Beyrouth (Yeghia Tashjian).Nona Shanazarian est la responsable à Erevan, assistée par Hasmik Grigorian

L’association rassemble et réunit des chercheur.es partout dans le monde qui travaillent sur le genre et les questions de conflits armés tant historiques qu’actuels, à travers des séminaires mensuels en ligne, des projets de publication et des conférences annuelles dans les zones de guerre.

De 2014 à 2018, l’association ‘Women in War’ organise chaque année de grandes conférences internationales pour commémorer le rôle joué par les femmes dans la Première Guerre mondiale. Chaque événement se déroule dans un lieu emblématique, en partenariat avec une université locale importante : Sarajevo (avec l’Université de Sarajevo), Beyrouth (avec la LAU) et pour 2016, l’Institut d’archéologie et d’ethnographie d’Erevan.

Source : Calenda

Women at War – Elspeth Cameron Ritchie and Anne L. Naclerio eds. [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage sur les femmes et leur expérience de la guerre. Présentation de l’éditeur.

  • This is the first full length volume on female service members in combat.
  • Expands the discussion way past sexual assault to all medical aspects of women in deployment.

In the very first text of its kind, Women at War brings together all available information and experience on women’s physical and mental health in one resource to enlighten the practitioners caring for them. Our U.S Department of Defense is approximately 15% women with over 300,000 women having deployed since September 11th, 2001. This book reviews the epidemiology, changes in policy and demographics of women in the services, the factors affecting their health and health care while serving in austere environments, issues related to reproductive and urogenital health and how health care providers can help prepare and prevent illness. The book also looks at mental health issues to include PTSD and other psychological effects of war, intimate partner violence, sexual assault and suicide, as well as the veteran experience. The book brings together researchers, clinicians, and service member experience and presents the information in a practical, actionable format. It also highlights areas where data is lacking and more study is demanded.

Source : Oxford University Press

Jean Bethke Elshtain : Women and War [1995]

Présentation de l’éditeur suivie d’un avis de Mary Drake McFeely.

Jean Elshtain examines how the myths of Man as « Just Warrior » and Woman as « Beautiful Soul » serve to recreate and secure women’s social position as noncombatants and men’s identity as warriors. Elshtain demonstrates how these myths are undermined by the reality of female bellicosity and sacrificial male love, as well as the moral imperatives of just wars (source : UCP).

Elshtain_Women&War_1995

Refusing to accept the inevitability of war, Elshtain, a political scientist who teaches a course on war and peace, disputes theorists from the Greeks to Michael Walzer (Just and Unjust Wars, 1977). Using an impressive range of literary, historical, and mythological examples, she examines the rhetoric and iconography of war. She classifies the assigned or adopted roles of women from Minerva to the Greenham Common women, from Spartan mother to warrior to victim. Finally, she proposes a leap of imagination, a search for new alternatives to the war/peace dichotomy. Elshtain does not argue that the world would be better if women ran it; she does insist upon the responsibility of women and men, as citizens, to reflect on history and experience, to find new forms of civic virtue, and not to leave everything to the experts. A challenging book of the first importance which should be in most libraries. (Mary Drake McFeely, Univ. of Georgia Libs., Athens. Copyright 1987 Reed Business Information, Inc. –This text refers to an out of print or unavailable edition of this title – Source : Amazon).

Réf. : Jean Bethke Elshtain, Women and War, with a new epilogue, Chicago, University Of Chicago Press, 1995, 318 p.

Couverture de la première édition de 1987 :

Elshtain_Woman&War_1987

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale

Programme de la première partie d’un atelier abordant la question des femmes et de la guerre :

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale / Jeudi 4 septembre 2014, Salle 102, Bât. Formation – 09:00-11:00 (2h)

Atelier thématique coordonné par Jules Falquet

DES USAGES DE LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE « DE GENRE » DANS LE CONTEXTE DE LA MONDIALISATION NEOLIBERALE par Jules Falquet, CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes) – LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique)

La mondialisation néolibérale produit à la fois la globalisation d’un ensemble de discours et de pratiques sur la situation des femmes dans le monde ; et un notable accroissement des violences masculines contre les femmes (et/ou de leur visibilité), qu’elles soient militaires, économiques ou inter-personnelles, incluant les « féminicides ». On s’interrogera sur les discours et les pratiques de lutte contre ces violences, dans la double perspective ‘top-down’ telle qu’elle est construite par les Nations-Unies ou la Communauté européenne, et ‘bottom-up’ à partir des initiatives des mouvements de femmeset féministes.

WomenAtWar
Source : http://chrisblattman.com
  • Genre et dynamiques sociales pendant la guerre civile ougandaise de 1981-86 : Trajectoires de femmes-combattantes au sein du mouvement de guérilla de la National Resistance Army (NRA) par Pauline Bernard, Institut des Mondes Africains, Institut Français de Recherche en Afrique

Cette intervention étudie, à partir de témoignages et de récits de vie, les trajectoires de femmes engagées dans la guérilla de la National Resistance Army pendant la guerre civile de 1981-86 en Ouganda. Il s’agit d’examiner les relations de pouvoir internes à la guérilla, et de s’interroger sur la façon dont ces femmes combattantes ont renégocié leur place dans la société pendant cette période d’atomisation de l’ordre social.

  • Intervention militaire et libération des femmes par Aurélie Knüfer, Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne
L’objet de notre exposé sera d’examiner une controverse politique et

philosophique virulente – celle qui, au milieu du XIXème siècle, divisa partisans et opposants d’une intervention militaire en faveur de la liberté des femmes mormones supposées être opprimées et victimes de la polygamie. Cette controverse est particulièrement intéressante car elle pose sans doute pour la première fois, de manière aussi explicite, l’émancipation féminine comme visée d’une entreprise guerrière.

Dans De la Liberté (1859), en effet, John Stuart Mill récuse le projet d’une « civilisade », c’est-à-dire d’une « croisade civilisatrice » contre les Mormons ; projet défendu notamment par Thomas Taylor Meadows dans un « Essai sur la civilisation » (1856) aujourd’hui oublié. Pour celui-ci, tandis que la polygamie des “barbares” musulmans ou chinois serait acceptable, parce qu’elle serait l’expression de leur “arriération” quasi-naturelle, chez un peuple “civilisé”, en revanche, il ne serait pas possible d’admettre une telle institution, et ce parce qu’elle menacerait de l’intérieur la “civilisation” elle-même dont le mariage monogame serait un des principaux piliers : les Mormons constituent donc l’ennemi intérieur qu’il s’agit à ses yeux tout simplement de détruire. L’enjeu pour John Stuart Mill est de montrer qu’une telle argumentation est en réalité l’expression de la domination masculine et la perversion d’un “libéralisme” véritablement soucieux de l’affranchissement des femmes.

Définitions de la “civilisation” et de la “barbarie”, réflexion sur le statut du mariage, sur l’asservissement des femmes ainsi que sur les modalités de leur libération constituent alors l’horizon de ce débat dont il n’est pas nécessaire de rappeler ici les prolongements contemporains. Cette étude sera donc l’occasion d’interroger, d’une manière plus générale, les discours de légitimation de la guerre au nom de l’émancipation féminine, ainsi que la défense de la liberté des femmes comme argument privilégié de l’intervention dite “humanitaire”. Se contenter d’évacuer cet argument, en affirmant qu’il ne serait qu’un prétexte visant à dissimuler des entreprises de conquête n’est en effet pas suffisant : il est au contraire nécessaire, pour la théorie du genre, de le prendre au sérieux, d’en saisir toutes les implications afin d’en produire une véritable critique.

  • Visibilité et occultation des violences masculines envers les femmes au Nicaragua (1979-2013)  par Delphine Lacombe, École des hautes études en sciences sociales, Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace

La communication abordera les modes d’occultation et de visibilité des violences masculines contre les femmes dans le contexte nicaraguayen (1979-2013). En réinscrivant l’analyse dans le long terme, il s’agit de repositionner les registres de visibilité des violences dans leur historicité et dans leur articulation avec les configurations guerrières, les régimes politiques, les actions collectives des femmes et le contexte international de « l’aide au développement ». Nous montrons par quels processus de qualifications la dénonciation des violences envers les femmes est devenue sinon légitime, du moins audible, mais toujours au prix de l’occultation de leurs ressorts de genre.

Les lois genrées de la guerre – CLIO, Femmes, Genre, Histoire

L’équipe « Genre et société » du LARHRA et le comité de rédaction de la revue CLIO, Femmes, Genre, Histoire présente :

Les lois genrées de la guerre

Le 26 juin 2014

Table ronde organisée de 18h30 à 20h

au Centre d’histoire de la résistance et de la déportation

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude a été renouvelée d’un côté par l’approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

  • Avec Fabrice Virgili, historien, directeur de recherche au CNRS-IRICE Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du comité de rédaction de CLIO, Femmes, Genre, Histoire,
  • Isabelle Delpla, professeur de philosophie à l’Université Jean Moulin-Lyon III,
  • Françoise Thébaud, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon,
  • Christiane Klapisch-Zuber, directrice d’études à l’EHESS.
Flyer d’invitation en PDF : Invitation CLIO CHRD