Archives par mot-clé : histoire des femmes

Pour une histoire populaire des femmes. Michelle Zancarini-Fournel à la Bibliothèque Diderot de Lyon

La Bibliothèque Diderot de Lyon recevra l’historienne Michelle Zancarini-Fournel à propos de son livre les Luttes et les rêves, publié aux éditions la Découverte. Actuellement professeure à l’Université Claude Bernard Lyon 1, membre du Larhra, elle nous parlera aussi de son métier d’historienne, et de sa carrière tournée vers l’histoire populaire et vers l’histoire des femmes.

La rencontre sera animée par Muriel Salle, maîtresse de conférences à l’Université Claude Bernard Lyon 1, membre du Larhra.

Mardi 7 novembre
17h – 19h
Hall de la bibliothèque – site Descartes

Entrée libre

____________

BIBLIOTHÈQUE DIDEROT DE LYON
____________

Site Descartes
5, parvis René Descartes | Lyon 7e
Métro/Tram Debourg | Vélo’v 7005 Debourg/JeanJaurès
+33 (0) 4 37 37 65 00
www.bibliotheque-diderot.fr

Séminaire de l’axe « Genre et sociétés » – LARHRA 2017-2018

Programme de l’axe « Genre et sociétés » organisé par le Larhra.

Dates : du 28/09/2017 au 17/05/2018
Horaires : 10:0017:00
Type : Séminaire

Responsables : Pascale Barthélémy, Manuela Martini et Marianne Thivend

L’axe « Genre et société » du LARHRA travaille sur la dimension sexuée des phénomènes et processus historiques, partant du constat que les sociétés et les institutions que nous étudions sont confrontées aux questions propres à l’identification du « masculin » et du « féminin » et aux rapports de pouvoir qui en découlent. Le fil rouge du genre, c’est-à-dire la construction sociale des identités masculines et féminines, permet de revisiter l’histoire des politiques publiques, celle des acteurs et des actrices à l’échelle individuelle comme celle des groupes sociaux et socio-professionnels. L’équipe souhaite mettre l’accent sur les relations entre identités et pratiques sociales, entre réalités et modèles, entre stratégies individuelles et expériences collectives. Les questions abordées dans ce séminaire concernent tout autant la présence des femmes que les constructions sociales du genre et les définitions mouvantes et historicisables du « féminin » et du « masculin ».

Le séminaire de l’axe s’organise en deux semestres et en trois journées, de 10h à 17h, pour chaque semestre. Les matinées sont consacrées à un travail avec les étudiant.es, c’est-à-dire à la lecture critique d’articles écrits par les intervenant.es de l’après-midi.

Le séminaire est ouvert aux étudiant.es de master 1 et 2 (Master Études sur le genre / Matilda et Master histoire moderne et contemporaine) mais aussi aux doctorant.es et à toute personne intéressée. Les étudiant.es peuvent le valider dans le cadre de leur cursus de Master à l’ENS de Lyon et à l’Université Lyon 2. La validation de chaque semestre (5 ECTS par semestre) se fait sur la base d’une participation active aux séances, d’un compte-rendu de lecture oral sur l’un des thèmes proposés ou d’une synthèse de quelques pages (12 000 signes max) mettant en valeur l’apport des séances pour les recherches individuelles en master.

1er semestre (Genre et société 1 et 3)       Lieu : ENS- Site Descartes- D2 018

Genre et histoire transnationale

* 28 septembre : Genre, religions et Histoire transnationale (séance animée par Caroline Muller)

               1/ Carol HARRISON  (University of South Carolina) : « Les vacances romaines d’Alphonse de Ratisbonne. Une conversion entre Rome et Paris au XIXe siècle »

               2/ Xenia von TIPPELSKIRCH (Humboldt – Universität zu Berlin) : « L’intersectionnalité et l’histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne. Études de cas ».

★ ★ ★

* 19 octobre : Genre et travail à l’échelle transnationale (séance animée par Michelle Zancarini-Fournel)

            1/ Isabelle MORET (Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne) : « Universalité versus genre, l’OIT et le travail des femmes dans l’entre-deux-guerres »

            2/ Françoise THÉBAUD (université d’Avignon) : « Le genre de l’Organisation internationale du travail (OIT) : quelques enseignements à partir de la carrière de Marguerite Thibert (1886-1982) »

★ ★ ★

* 30 novembre : Histoire inter/transnationale et Histoire des femmes et du genre (séance animée par Manuela Martini)

            1/ Francisca DE HAAN (CEU – Budapest) : «Writing Inter/Transnational History: The Case of Women’s Movements and Feminisms, XXe C. »

           2/ Barbara CURLI (Université de Turin) : « Politiques et actrices de l’égalité en Europe: du Traité de Rome aux directives des années 1970 »

2ème semestre (Genre et société 2 et 4)

Genre et Sexualités

* 8 février 2018 : « Démasqué.e.s » (séance animée par Mathilde Méheust-Rossigneux)

            1/ Pauline MORTAS  pour son livre : Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France, PUR 2017, coll. Mnémosyne.

            2/ Romain JAOUEN pour le prix Mnémosyne 2017 : L’inspecteur et l’ « inverti ». La police face aux sexualités masculines à Paris, (1919-1940). A paraître en 2018.

★ ★ ★

* 15 mars 2018 : Sexualités et éducations à la sexualité (séance animée par Muriel Salle)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 018

            1/ Rachel JEAN-BAPTISTE (University of California-Davis) : « Métissage et sexualités en contexte colonial ».

            2/ Muriel SALLE (Université Lyon 1) : « Éducation à la sexualité, France des années 1960-1980 ».

★ ★ ★

* 5 avril 2018 : Archives de soi, photographies (séance animée par Damien Delille)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 020

            1/ Philippe ARTIÈRES (CNRS-EHESS) : « Archives de soi : rapports entre écrits et photographies »

            2/ Damien DELILLE ( LARHRA- Université Lyon 2) : Archives médicales et image photographique des « sexualités intermédiaires » : le cas Magnus Hirschfeld »

★ ★ ★

* 17 mai 2018 :   Séance de conclusion. Retour sur l’histoire transnationale et globale. (séance animée par Manuela Martini)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 002

            1/ Sandrine KOTT (Université de Genève) : « Les Organisations internationales,  terrains pour une histoire transnationale L’exemple de l’OIT »

            2/ Dorit GEVA (CEU-Budapest) : « Globalising gender : la sociologie du genre dans une perspective globale ».

Source : Larhra

Écrire l’histoire des femmes et du genre : un projet scientifique collectif, un parcours individuel – 21 septembre 2017

Annonce d’une grande conférence à l’occasion des trente ans de l’ENS.

Écrire l’histoire des femmes et du genre : un projet scientifique collectif, un parcours individuel

CONFÉRENCE GRAND PUBLIC
21 septembre 2017
Séance : 18h30

Lieu(x) : Site Descartes – 15 parvis René Descartes

Françoise Thébaud est professeure émérite de l’Université d’Avignon, codirectrice de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire, membre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » et chercheuse associée à l’Institut des études Genre de l’Université de Genève.

Histoire des hommes écrite par des hommes, la discipline historique a longtemps été pensée au masculin. Tissant l’individuel et le collectif, la conférence propose de retracer près d’un demi-siècle de développement d’un champ de recherches qui a peu à peu imposé le sujet Femmes puis les approches de genre.

Accessibilité : personne à mobilité réduite (accès total)

Durée : 1h30

Lieu : Amphithéâtre Descartes

Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre [exposition]

Jusqu’au 13 avril 2014, le CHRD explore une nouvelle facette de la vie à Lyon pendant la guerre, en se penchant sur un thème rarement abordé : celui de la mode et du vêtement.

Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre retrace l’énergie déployée par les femmes pour continuer à se vêtir avec élégance malgré les restrictions et les difficultés de la vie quotidienne.

Bien loin de la légèreté supposée du sujet, le vêtement et la mode représentent un enjeu culturel et économique important pendant la guerre et révèlent les stratégies mises en place par une société soumise à la pression des événements. Tandis que l’immense majorité des femmes, subissant de plein fouet les restrictions, récupère, recycle et transforme pour conserver allure et dignité, une minorité d’entre elles reste cliente de quelques maisons de haute couture et s’achète les robes de créateurs réputés, dont l’activité et la main d’oeuvre qualifiée sont jalousées par les Allemands. La presse féminine de l’époque se charge d’établir un lien entre ces deux manières d’être et de s’habiller, offrant aux premières les informations sur les collections et les astuces nécessaires pour suivre la mode « en toutes circonstances ».

Source : CHRD – Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation

Femmes et guerres au Viêt-Nam : expériences transnationales

Ouverture officielle du carnet de recherche sur hypotheses.org :

Femmes et guerres au Viêt-Nam : expériences transnationales

En septembre 2011, le site « Femmes & Guerres, une approche transnationale » était officiellement inauguré sur le portail de l’ENS de Lyon. Il s’articulait autour d’un colloque international prévu au mois d’octobre de la même année à Hô Chi Minh-Ville au sein de l’Université Hoa Sen. Le site avait été organisé en conséquence autour de cet événement scientifique d’envergure.

Près de deux ans après, « Femmes & Guerres » renaît sous la forme d’un carnet de recherche chez Hypotheses. Il n’est donc plus lié à l’ancien objectif de promotion du colloque et se concentre désormais plus spécifiquement sur nos travaux de recherche tout en continuant d’offrir une information plus générale sur la thématique de la guerre et du genre. Désormais intitulé « Femmes & Guerres au Viêt-Nam, expériences transnationales », il reprend en partie des éléments présents sur l’ancien site sous la forme d’onglets spécifiques (Sitographie, Vietnamese Songs, Virtual Library) régulièrement augmentés et mis à jour. Ce nouveau carnet de recherche nous laisse toutefois plus de latitude pour établir les liens de cette recherche et/ou se focaliser sur des points précis de celle-ci.

Femmes&GuerresVN
© 2013 FGVN

Comme annoncé dans le résumé de « Présentation » et l’« À propos » nous réitérons ci-après les trois objectifs principaux de ce carnet :

  • étudier avec soin le rôle des femmes au sein de la guerre civile vietnamienne en excluant aucune partie, aucun camp, aucune situation et plus largement étudier la transformation de la société vietnamienne pendant les guerres.
  • approfondir notre connaissance des groupements des Jeunesses de choc ou « Jeunes volon­tai­res » (Thanh Niên Xung Phong) mobilisés au cours de trois guerres entre 1950 et 1989, travail qui a fait l’objet d’une première étude dans le Journal of Vietnamese Studies (Berkeley).
  • considérer autant que possible les expériences transnationales des femmes dans la guerre, confronter ces expériences, les décrypter dans leur diversité ou leur singularité.

D’une façon générale, le carnet de recherche « Femmes & Guerres au Viêt-Nam » est dédié à la connais­sance des phé­no­mè­nes des guer­res et de leur rela­tion au genre à partir de l’exemple vietnamien. Qu’elles soient actrices, victimes, engagées ou non concernées, les femmes et leur positionnement social dans le phénomène guerre nous paraît intéressant à étudier à plus d’un titre.

Outre son objectif principal d’outil accompagnant une recherche spécifique, ce carnet pro­po­se aux chercheur-e-s et visi­teurs une docu­men­ta­tion textuelle, iconographique, audiovisuelle en ligne, riche et variée, et une réflexion sur la thé­ma­ti­que plus générale des femmes et de leurs expériences croisées de la guerre.

FG, 21/06/2013