Archives par mot-clé : Jeunesses de choc

Mở đường 111 huyền thoại và sự hy sinh của cả trăm TNXP [Giao Thông]

Article intéressant sur le travail titanesque  des Jeunesses de choc dans la construction de la route menant à Dien Bien Phu.

Đầu tháng 8/1954, gần 8.000 TNXP thuộc Đội TNXP 34 và 40 nhận lệnh tiếp tục ở lại Tây Bắc nhận nhiệm vụ mới.

Sau hơn 600 ngày đêm dốc sức, dốc lòng với vô vàn mồ hôi, nước mắt và cả máu, 8.000 chiến sỹ thanh niên xung phong (TNXP) đã hoàn thành con đường chiến lược 111 nối từ TX Lai Châu (cũ) đến biên giới Việt – Trung (nay là đường giao thông huyết mạch từ Điện Biên đi Mường Lay – Pa Tần lên TX Lai Châu). Trong quá trình mở đường ấy, hơn 100 TNXP ở khắp vùng miền của Tổ quốc đã “nằm lại” cùng còn đường ấy, mãi mãi ở lứa tuổi đôi mươi!

Mỗi kilomet đường, hơn 1 chiến sỹ TNXP “nằm lại”

Phó chủ tịch Hội Cựu TNXP Nguyễn Cao Vãng cho biết, chiến dịch Điện Biên Phủ thắng lợi, đầu tháng 8/1954, gần 8.000 TNXP thuộc Đội TNXP 34 và 40 nhận được lệnh tiếp tục ở lại Tây Bắc nhận nhiệm vụ mới: Mở tuyến đường chiến lược mang bí danh “Công trường 111” nối liền từ TX Lai Châu (cũ) đến biên giới Việt – Trung (điểm giáp ranh với tỉnh Vân Nam, Trung Quốc).

Do yêu cầu nhiệm vụ cấp bách, các đơn vị vừa khảo sát, vừa mở đường tìm tuyến, vừa thi công. Đây là vùng rừng nguyên sinh, chưa có đường, phải lần theo từng đoạn đường mòn đi xuyên trong núi cao, rừng rậm. Bên cạnh khó khăn về địa hình, cơ sở vật chất, điều kiện thi công…, cái khó không kém là phải đảm bảo hoàn toàn bí mật.

Lire la suite : Báo Giao Thông, 01/05/2016.

François Guillemot : Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam – Sur les pas des Jeunesses de choc #2

[ndlr] Suite de notre communication mise en ligne le 2 mars 2016. Second volet.

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam

Sur les pas des Jeunesses de choc

BadgeTNXP_VN

François Guillemot

Féminisation et « marges multi-situées » de la guerre

Sans le travail mémoriel et commémoratif d’anciens responsables des unités des Jeunesses de choc, cette histoire aurait probablement été noyée dans l’immensité de la guerre. Disparue comme tant de corps. Le second point sur lequel je voudrais m’arrêter est la question de la féminisation de la guerre et plus spécifiquement celle des « marges de la guerre ». Comme nous l’avons vu précédemment la mobilisation des marges a joué un rôle déterminant dans la conduite de la guerre et la victoire nord-vietnamienne. Ceci est arrivé au terme d’un processus de féminisation du corps militaire dans le contexte particulier de l’étroite relation communiste sino-vietnamienne. Si l’on s’intéresse aux rapports de domination au sein du communisme asiatique, notamment à la relation spécifique sino-vietnamienne, on observe un changement de paradigme dans la conduite de la guerre du côté de la RDVN à partir de 1950. En quête de plus d’efficacité dans la construction d’une armée moderne et professionnelle, la RDVN épouse le modèle chinois en s’imposant une nouvelle politique de ressources humaines et des contraintes internes radicales à la suite du Deuxième Congrès de février 1951 (politique de Rectification idéologique « chỉnh huấn« ). Selon l’historien Qiang Zhai, le général Chen Geng, conseiller militaire spécial, dépêché auprès de l’armée populaire de Võ Nguyên Giáp, incita les dirigeants du Viêt-Minh à mobiliser l’autre moitié de la population (les femmes) pour mener la guerre. La guerre civile et la guerre antijaponaise menées en Chine avait été gagnées grâce à la mobilisation réussie des femmes chinoises sur le principe de la « guerre du peuple »1. Les Vietnamiens dont la tradition militaire possédait des héroïnes guerrières n’hésitèrent pas. Un processus fut expérimenté d’abord à travers les « dân công », travailleurs/ses civiques, corvéables à merci (mais pour des durées déterminées et sur des territoires localisés), puis à travers l’invention des Jeunesses de choc (TNXP), une forme de professionnalisation des « dân công », sans contraintes de temps ou d’espace. Plus de 50% des recrues des Jeunesses de choc furent des femmes sans compter les dizaines de milliers de miliciennes, filles des forces régionales d’autodéfense, agentes de liaisons, apprenties terroristes pour les missions urbaines, guerilleras sudistes et autres femmes snipers de la Défense anti-aérienne, toutes « glorieuses filles du Viêt-Nam ». Cette féminisation fut aussi déclinée dans les tabloïds de la propagande illustrée du régime communiste du nord.

GlorieusesFillesDuViêtNamEn effet, en RDVN, les images de la femme en guerre et en résistance ont été très nombreuses et ont abondement servi la cause nationale. Comprendre les conditions et mécanismes de cette production visuelle et décrypter avec soin les images sélectionnées par la propagande d’État me paraît essentiel. Au sujet des photographies, de nombreuses questions restent en suspens. J’avais évoqué rapidement dans un compte-rendu de lecture l’analyse qui peut-être faite de la guerre à partir des images animées ou non animées2. Quelle était la réalité de terrain, qui prenait les photos, dans quel but, pour quelles raisons ? politiques, sociales, esthétiques… Un voile pudique se lève sur la condition des jeunes filles dans la jungle mais il est aussi « neutralisé » par les images kitch et aseptisée d’aujourd’hui qui mettent en scène de jeunes femmes mannequins poudrées dans un décor harmonieux de jungle3. Les sourires radieux en temps de guerre obligent le chercheur à s’interroger. La dure réalité est rarement mise en avant. Encore aujourd’hui, elle a beaucoup de mal à percer car les Jeunesses de choc et en particulier les héroïnes collectives sont inscrites au panthéon des martyrs volontaires de la guerre : les dix jeunes filles de Đồng Lộc, les douze de Truông Bồn, les treize de Nhồi – Thanh Hoá, les douze jeunes de Ga Gôi – Nam Hà ou encore les huit filles sacrifiées sur la route Quyết Thắng (Déterminé à vaincre)… Sacralisées et par conséquent quelque peu dénaturées, les anciennes femmes TNXP restent cantonnées dans une marge parmi la marge de la guerre.

Lê Minh Khuê - Copie
L’écrivaine Lê Minh Khuê, engagée volontaire dans les TNXP © DR

Dans la littérature ou dans les reportages de guerre, les textes concernant les femmes à l’épreuve de la guerre sont également importants. Les œuvres de Dương Thu Hương (en particulier Roman sans titre) ou de Lê Minh Khuê sont des exemples bien connus4. Dans une étude remarquable, Đoàn Cầm Thi a analysé quelques-uns de ces ouvrages et nouvelles qui mettent en scène des figures féminines au contact de la guerre ou qui en subissent les conséquences sur le long terme5. La guerre, dirigée et organisée par des hommes au profit d’un idéal national-communiste, possède les canons spécifiques de l’idéologie : tout doit être héroïsme, abnégation, volontarisme, détermination. Sa représentation est aseptisée comme les images retouchées de la propagande.  Le pouvoir nord-vietnamien entend effacer, le temps du conflit, les distinctions de genre. Ce ne fut guère possible car même au quotidien de la guerre, la problématique du genre, en tant qu’espace de domination masculine, ne devait pas disparaître. L’armée des filles aux cheveux longs de Nguyen Thi Dinh à Ben Tre pourrait faire exception à la règle6.

En termes d’espaces, la jungle possède aussi son « envers », celui de l’urbanité, de la ville en guerre, attaquée par les guérilleros et guerilleras du FNL-SVN. Peu d’études se sont intéressées au terrorisme urbain pendant la guerre du Viêt-Nam, aux volontaires de la mort, à leurs motivations, à leur modus operandi, à cette frontière perméable entre résistance armée et volonté de terroriser la bourgeoisie saigonnaise que l’on présente souvent soumise au « néocolonialisme américain » comme le martelait la propagande communiste. « Aux marges » de la guerre classique, des jeunes filles qui commettent des attentats à la bombe ont été érigées en modèle de la lutte de libération. Mortes au champ d’honneur de la lutte anti-impérialiste, elles prennent le statut de martyr officiel que leur confère le titre d’ « héroïnes des forces armées populaires » (nữ anh hùng lực lượng  trang nhân dân). Mais toutes ne bénéficièrent de ce statut. Prisonnières, souvent torturées par le régime sudiste, elles pouvaient devenir suspectes d’être passées dans l’autre camp comme le démontre le témoignage de Lê Ly Hayslip7. Là encore, le rôle des guerilleras et des agentes de liaison dans la déstabilisation de la fragile démocratie sudiste est assez mal connu et nous semble sous-estimé. De même, les processus de violence et notamment la violence des femmes ou les conséquences de la violence révolutionnaire ont assez peu relevé l’attention des chercheur.e.s8.

NguyenThiBinh68
Nguyen Thi Binh, égérie diplomatique du FNL-Sud Viêt-Nam en 1968 © AP

Enfin, une troisième marge après la jungle et la ville serait celle de la propagande extérieure en temps de guerre. C’est encore une femme incarne cette dimension et remplit ce rôle avec une grande efficacité. Nguyễn Thị Bình, représentante du FNL-SVN et future vice-présidente de la RSVN, fit forte impression sur le plan international9. Elle défendait le programme du mouvement de résistance, la neutralité du Sud, une fiction balayée avec empressement après la conquête de Saigon10. Ainsi, jungle, villes, théâtre extérieur et autres enclaves diplomatiques furent les terrains de lutte privilégiés (en terme d’intensité) des femmes engagées dans la guerre de réunification.

Traces mémorielles, cicatrices corporelles, gestion patrimoniale

Pour conserver la trace de cet immense sacrifice, les dirigeants du Viêt-Nam réunifié ont, à partir des années 1990, reconsidérer avec sérieux le destin de celles et ceux qu’ils avaient dirigé pendant la guerre. Cela tient essentiellement à la proximité de certains dirigeants eux-mêmes autrefois responsables des groupements de jeunesses comme l’ancien Président de la RSVN Nguyễn Minh Triết (mandat 2006-2011). Cette reconnaissance devait s’accompagner de la construction de mémoriaux dédiés aux groupes des Jeunesses de choc sacrifiés pendant la guerre. Un immense chantier fut ouvert dans la province de Hà Tĩnh pour faire émerger le mémorial de Đồng Lộc, haut lieu des bombardements américains sur une piste stratégique en amont de la piste Ho Chi Minh. Le carrefour martyr de Đồng Lộc (Ngã ba Đồng Lộc) fut classé vestige national en 1989. Selon les données officielles, ce lieu martyr de la guerre, régulièrement bombardé entre 1964 et 1972, fut un croisement de communication sans cesse réparé pour maintenir le ravitaillement en armes et en ressources humaines de la Piste Ho Chi Minh. Pas loin de 50.000 tonnes de bombes défigurèrent hommes et paysages entre avril et octobre 196811. On comprend alors l’adage terrible et imagé qui qualifie la tâche incroyable et surhumaine qui incombait aux Jeunesses de Choc : “tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc” (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Pour commémorer le sacrifice de dix jeunes filles tombées sous les bombes le 24 juillet 1968, sur lesquelles une littérature existait, l’État-Parti décida la construction d’un mémorial sur 0,6 km2. La construction d’un gigantesque monument aux morts désigné Statue de la Victoire débuta en juillet 1995 et fut officiellement inauguré le 15 juillet 1998 à l’occasion du trentième anniversaire du sacrifice des jeunes filles12.

ThapChuongDongLoc
Tour et statue de la victoire du Mémorial de Dong Loc dans la province de Ha Tinh © SGGP

En construisant ces mausolées, les autorités communistes donnent la priorité au symbolique. Les sommes d’argent considérables engagées pour construire ces lieux de mémoire et leur entretien sont autant d’argent qui ne sera jamais reversé aux anciens membres des Jeunesses de choc encore dans le besoin aujourd’hui et souvent en détresse. Ces lieux sont devenus des lieux de pouvoir dans lesquels les hauts dirigeants se recueillent les jours de commémorations officiels des anciens combattants mêlant aux pratiques cultuelles (de retour) la symbolique du sacrifice révolutionnaire. Pourtant cette quête du symbolique n’est peut-être pas totalement inutile. Elle permet de créer du lien entre les différents membres, d’organiser des rencontres amicales et de perpétuer la mémoire d’un sacrifice occulté des décennies après la guerre. Cependant, la couverture du sacrifice des Jeunesses de choc en termes d’espace national est une affaire encore discutée aujourd’hui car elle présente un déséquilibre. Peu de choses ont été faites pour les autres générations et en particulier pour les recrues du Sud. En novembre 2015, pour rendre hommage à ses Jeunesses de choc tombées pendant la guerre sur la célèbre voie de communication 1C, particulièrement meurtrière, le comité populaire de la cité-province de Cần Thơ projetait la construction sur 3,5 hectares entre 2016 et 2020 d’un mémorial au coût de 188 milliards de Đồng13 (env. 7,8 M. d’Euros). Mais cette proposition toujours en débat n’a pas été encore validée par la ville. Les cadres du Sud se plaignent de ne pas bénéficier d’un mémorial d’envergure à l’instar de Đồng Lộc pour imprimer dans le paysage le sacrifice des « Jeunesses de choc de libération du Sud » fondées en 1965. A la différence de celles du Nord, celles-ci étaient armées et engagées au feu contre l’ennemi. C’est au Sud également que des recrues rejoignent les unités et rompent avec leur famille (thoát ly) dès 13 ou 14 ans.

NuDuKich_DonViTuVeLang
Jeune milicienne d’un village en soutien à l’armée populaire régulière © DR

La guerre est terminée depuis trois décennies et le pays est lancé dans une modernisation d’envergure. Pour les TNXP, tout semble avoir été fait. La reconnaissance bien que tardive est effective et se mesure chaque année. Le processus mémoriel a été canalisé et contrôlé au plus haut niveau de l’État. Dans le même temps d’autres problèmes concrets surgissent, les pensions des TNXP doivent faire l’objet d’une révision à la hausse en 2016, d’anciens membres vivent toujours dans des conditions misérables. Leur santé déclinante, sans suffisamment de ressources, ils peinent à se soigner et disparaissent silencieusement. Aux cicatrices et aux conséquences terribles de la guerre sur la santé des derniers survivants, l’État-Parti répond à la question au fil de l’eau sans grand programme national d’envergure. En 2009, une enquête officielle révélait que 64% des ex-volontaires officiellement reconnus par l’État, ne bénéficiaient toujours de carte d’assistance médicale gratuite14. La gestion des TNXP reste patrimoniale et éminemment politique. D’une certaine façon, tout en reconnaissant leur rôle essentiel et leur immense sacrifice, l’État-Parti les maintient dans une relative marginalité et une position subalterne. Ils sont nés pour servir l’armée et la guerre. Ils ont grandi dans le feu et souffert dans leurs chairs. Ils ont toujours été « à côté » des soldats réguliers pendant la guerre et pour la majorité d’entre eux « à part » de la société d’après-guerre qui ne désirait plus recevoir ce miroir atroce de la guerre. Ils sont seuls jusque dans les opérations de recherche des « restes » des corps de leur camarade décimés qu’ils organisent le plus souvent sur leurs propres deniers15.

Grâce à quelques bonnes volontés, l’histoire ne les a pas enterrées. Mais comme catégorie de subalternes de la guerre, elles aspirent désormais à leur indépendance d’esprit et d’action.

Conclusion : Pour une socio-histoire du monde féminin en guerre

Dernier point sur lequel je terminerai cette courte intervention concerne la nécessite d’élaborer une socio-histoire du monde féminin de la guerre vietnamienne comprenant toutes les composantes de la société en guerre. Combattantes, volontaires, femmes issues des ethnies minoritaires mais aussi civils, paysannes ou citadines. La femme révolutionnaire dans une perspective transnationale a été étudiée à travers plusieurs cas d’école, au Moyen-Orient dans le conflit israélo-palestinien, en Amérique Latine, en Afrique au sein des groupes marxistes-léninistes-maoïstes de lutte de libération nationale et en Europe à travers les mouvements d’extrême gauche des années 70 et 80. La psychologie des « amazones de la terreur » attire l’attention des spécialistes du terrorisme urbain16. Le terrorisme, la guérilla, l’action militaire clandestine menée par des femmes sont assez bien connus. Par contre, la sortie de guerre, les situations d’après-guerre, la réinsertion sociale, la réadaptation à la vie quotidienne, les traumatismes et les soins, la place des femmes dans les sociétés d’après-guerre sont moins étudiés en particulier dans le cas des populations de la péninsule indochinoise17. Il existe cependant des études récentes qui s’intéressent à ces questions.

NuQuanNhan_VNCH_VoThiVui
La parachutiste sud-vietnamienne Vo Thi Vui © DR

Dans le champ de l’histoire orale, Nathalie Huynh Chau Nguyen a enquêté chez les femmes vétérans de l’armée vaincue en 1975 (celle de la République du Viêt-Nam)18. Soulevant un tabou sur ces femmes vaincues, marginalisées deux fois par l’histoire officielle et en tant que femmes, Nathalie Huynh Chau Nguyen a poursuivi son travail sur les motivations de départ et les rêves d’accomplissement des femmes réfugiées. Vatthana Pholsena, dans une perspective anthropologique, a pris pour terrain de recherche les populations bombardées au Sud du Laos en questionnant le silence des femmes et les interactions avec les ethnies minoritaires19. D’autres chercheuses comme Mai Thu Van (dès 1983 et quelque part la pionnière sur ce plan) ont recueilli les paroles de femmes à l’époque de la difficile période de l’économie subventionnée en RSVN après la réunification20. Dans sa thèse, Kim Văn Chiến a étudié les trajectoires d’après-guerre de 60 anciennes recrues des Jeunesses de choc. La sociologue Lê Thi a enquêté auprès des femmes célibataires reléguées dans les fermes d’État après la guerre21. Taylor_VietnameseWomenAtWarMais il reste beaucoup à faire sur le sujet : le destin des intellectuelles en situation de guerre et leur positionnement est relativement méconnu22, celui des ethnies itinérantes au cœur du conflit est éclipsé des histoires officielles, la condition des ouvrières du nord et du sud en temps de guerre n’est pas plus étudiée, le rôle des épouses de militaires du Nord comme du Sud n’est jamais abordé23, l’attitude de la femme au combat (nord et sud) commence à être esquissée24, le rôle des femmes dans le processus informel de réconciliation nationale mériterait d’être analysé comme le démontre les exemples de Kim Phuc (l’enfant brûlée au napalm en 1972) et Lê Ly Hayslip. On pourrait multiplier ainsi les sujets. Le colloque interdit de 2011 ouvrait la voie à toutes ces questions dans une perspective transnationale25.

Sur la question de l’approche historique, la sociohistoire chère à Gérard Noiriel, pourrait être d’un heureux concours. Cette « boîte à outils » qui emprunte des concepts et pratiques à la sociologie permettrait d’étudier en détail les relations de pouvoir entre les Jeunesses de choc et leurs dirigeants et entre les Jeunesses de choc entre elles, mettre à jour les processus (par exemple de recrutement) et les acteurs et voir comment les liaisons à distance qui lient les individus entre eux ont fonctionné avant, pendant et après la guerre. De même, dans cette perspective il serait intéressant de voir plus précisément comment le passé pèse aujourd’hui sur le pouvoir vietnamien et comment il a recours à ce passé pour légitimer sa position actuelle quarante ans après la guerre civile.

C’est pour toutes ces raisons qu’il faut entreprendre de nouvelles études intégrant ce que j’ai appelé dans mon petit ouvrage « l’autre moitié de la guerre » dans son sens le plus large en termes de groupes sociaux ou d’individus qu’ils fussent emblématiques ou des plus ordinaires.

FG

LaThiTam
La Thị Tám, héroïne des forces armées populaires © DR

Sitographie, ressources :

 

Principales références :

  • Alexievitch, Svetlana, La guerre n’a pas un visage de femme, Paris, Presses de la Renaissance, 2004.
  • Bugnon, Fanny, Les « amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée rouge à Action directe, Paris, Payot & Rivages, Bibliothèque historique Payot, 2015.
  • Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité. Emergence de nouvelles perceptions et expérimentations, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Françoise Thébaud, Faculté GHHAT, Université Lumière Lyon 2, 2008.
  • Dauphin, Cécile et Farge, Arlette (dir.), De la violence et des femmes, Albin Michel, Bibliothèque Histoire, 1997.
  • Doan Cam Thi, Écrire le Vietnam contemporain : guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, Asies, 2010.
  • Demery, Monique B., Finding the Dragon Lady : the mystery of Vietnam’s Madame Nhu, New York, Public Affairs, 2013.
  • Duong Thu Huong, Roman sans titre, Paris, Sabine Wespieser, 2010. Traduction de : Tiểu thuyết vô đề (Văn Nghệ, 1991).
  • Goscha, Christopher, Vietnam, un État né de la guerre, Paris, Armand Colin, 2011.
  • Gottschang, Karen Turner & Phan Thanh Hao, Even the women must fight : memories of war from North Vietnam, New York, Wiley, 1998.
  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile : l’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014.
  • Guillemot, François & Larcher-Goscha, Agathe (dir.), La colonisation des corps, de l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, 2014. (voir en particulier Heonik Kwon)
  • Hội cựu TNXP Viêt Nam, Thanh niên xung phong Việt Nam, 60 Năm làm theo lời Bác Hồ dạy [Les Jeunesses de choc, 60 ans à suivre les enseignements de l’Oncle Hô], Hanoi, NXB Quân đội Nhân dân, 2010.
  • Hugon, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie XXe siècle, Paris, Karthala, 2004. (voir en particulier Bui Tran Phuong)
  • Jourdan, Laurence, Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, documentaire, Sunset Press, 2003.
  • Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam, Thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Alain Caillé, Université Paris-Ouest – Nanterre La Défense, 2013.
  • Kwon, Heonik, Ghosts of war, Cambridge, Cambridge University Press, Studies in the social and cultural history of modern warfare, 2008.
  • Lê Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993.
  • Lê Minh Khuê et al., Lointaines étoiles, Hanoi, Éditions en Langue Étrangère, 1973.
  • Lê Thi (Duong Thi Thoa), Single women in Vietnam, Hanoi, The Gioi Publishers, 2006.
  • Mai Thu Vân, Viêtnam, un peuple, des voix, Paris, Pierre Horay, 1983.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays : femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve, 2013. Traduction de : Memory is another country : women of the vietnamese diaspora (ABC Clio, 2009).
  • Nguyen Thi Binh, Family, friends, and country: autobiography, Hanoi, Tri Thức Publishing House, 2013.
  • Nguyen Thi Dinh, No other road to take, Ithaca, NY, Cornell University, SEAP, Data Paper 102, 1976.
  • Nguyễn Văn Đệ, Thanh niên xung phong phục vụ giao thông vận tải thời chống Mỹ, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 1996.
  • Nguyễn Văn Đệ, Một thời oanh liệt của nữ thanh niên xung phong, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 1997. (réédité chez Thanh Niên en 2007).
  • Nguyễn Văn Đệ, Lịch sử truyền thống của lực lượng thanh niên xung phong chống Mỹ cứu nước, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 2002 (réédité en 2004).
  • Noiriel, Gérard, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, Repères, 2008.
  • Perrot, Michelle, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, Champs / Histoire, 1998.
  • Pholsena, Vatthana & Tappe, Oliver (eds.), Interactions with a Violent Past. Reading post-conflict landscapes in Cambodia, Laos and Vietnam, Singapore and Bangkok, NUS Press / Irasec, 2013.
  • Riot-Sarcey, Michèle, Le genre en questions. Pouvoir, politique, écriture de l’histoire, Paris, Creaphis éditions, 2016.
  • Stathis N. Kalyvas, The logic of violence in civil war, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.
  • Taylor, Sandra, Vietnamese women at war : fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Thébaud, Françoise, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS éditions, 2007.
  • Union des Femmes, Glorieuses filles du Viêt Nam, Hanoi, Union des Femmes, 1974.
  • Văn Tùng & Nguyễn Hồng Thanh, Lịch sử niên xung phong Việt Nam (1950-2001), Hà Nội, NXB Thanh Niên, 2002.
  • Virgili, Fabrice (dir.), Les lois genrées de la guerre, Clio. Femmes, Genre, Histoire,  revue française semestrielle, Belin, n° 39/2014.

Image « à la une » : offrandes sur la tombe de Nguyễn Thị Nhỏ, Mémorial de Dong Loc © 2010 VOV (reportage photographique)

Notes

  1. Qiang Zhai, China and the Vietnam wars, 1950-1975, Chapel Hill, The University of California Press, 2000, p. 28 []
  2. François Guillemot, « Photographier les deux Viêt-Nam en guerre », in « Images, lettres et sons », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 3/2015 (N° 127), pp. 292-298 []
  3. Voir à titre d’exemple : Bộ ảnh “Nữ thanh niên xung phong” gây xúc động, Dân Việt, 30 avril 2015, page consultée le 26 novembre 2015 []
  4. Duong Thu Huong, Roman sans titre, Paris, Sabine Wespieser, 2010 (nouvelle edition) ; Lê Minh Khuê, Lointaines étoiles, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1973 (recueil de nouvelles) []
  5. Doan Cam Thi, Ecrire le Vietnam contemporain : guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010 []
  6. Voir ses mémoires : Nguyen Thi Dinh, No other road to take, Ithaca, NY, Cornell University, 1976 []
  7. Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993 []
  8. Sur ce dernier point voir l’ouvrage collectif : Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Albin Michel, Bibliothèque Histoire, 1997, voir en particulier la troisième partie consacrée aux violences du XXe siècle ; voir aussi l’étude majeure de Kalyvas N. Stathis, The logic of violence in civil war, Cambridge, Cambridge University Press, 2006 []
  9. Voir le programme de recherche en cours de Lien-Hang Nguyen mentionné sur son profil : « the role of gender, people’s diplomacy, and transnational networks of anti-war activism during the Vietnam War » []
  10. Nguyen Thi Binh, Family, friends, and country: autobiography, Hanoi, Tri Thức Publishing House, 2013 []
  11. Cf. site Đồng Lộc : Giới thiệu Khu di tích TNXP Ngã ba Đồng Lộc, 09/09/2011, page consultée le 4 mars 2016 []
  12. Cf. idem []
  13. Cf. Cần Thơ đề xuất xây tượng đài TNXP 188 tỉ đồng, Tuoi Tre, 03/11/2015 ;  Cần Thơ xây tượng đài TNXP vì chưa có cái nào « tầm cỡ », Tuoi Tre, 03/11/2015, pages consultées le 03/03/2016 []
  14. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 178 []
  15. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, pp. 314-315 ; voir aussi les travaux d’Heonik Kwon sur les disparus : Heonik Kwon, Ghosts of war, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. []
  16. Fanny Bugnon, Les « amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée rouge à Action directe, Paris, Payot & Rivages, Bibliothèque historique Payot, 2015. Voir notre CR de lecture en ligne sur ce carnet : http://guerillera.hypotheses.org/1949 []
  17. Cf. Françoise Thébaud, « Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], n°39, 2014, pp. 157-182 []
  18. Nathalie Huynh Chau Nguyen, Memory is another country: women of the Vietnamese diaspora, Santa Barbara, ABC Clio, 2009. Ouvrage traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013 ; voir notre CR de lecture en ligne : http://guerillera.hypotheses.org/589 []
  19. Vatthana Pholsena & Oliver Tappe (eds.), Interactions with a Violent Past. Reading post-conflict landscapes in Cambodia, Laos and Vietnam, Singapore and Bangkok, NUS Press / Irasec, 2013 []
  20. Mai Thu Van, Vietnam un peuple, des voix, Paris, Pierre Horay, 1983 []
  21. Lê Thi, Single women in Vietnam, Hanoi, The Gioi, 2006 []
  22. Sur ce point, le colloque interdit de 2011 pouvait apporter des éclairages précieux à travers les communications sur Mme Ngo Ba Thanh : Ngo Thi Phuong Thien, « Struggling move­ments of women in the urban areas in the South (About Madam Ngo Ba Thanh) » []
  23. Figure emblématique de la Première République au Sud (1955-1963), Mme Tran Le Xuan dite Mme Nhu constitue une exception notoire, voir : Monique Demery, Finding the Dragon Lady : the mystery of Vietnam’s Madame Nhu, New York, Public Affairs, 2013 ; voir aussi ses mémoires posthumes []
  24. Voir en particulier les travaux de Sandra Taylor, Karen Gottschang et Phan Thanh Hao cités dans les références. On attend une étude dans la veine de Paul Fussell sur ce conflit : Paul Fussell, A la guerre. Psychologie et comportements pendant la Seconde guerre mondiale, Paris, Seuil, Histoire H331, 1992 []
  25. Voir le programme en ligne []

François Guillemot : Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam – Sur les pas des Jeunesses de choc #1

Texte de notre communication au Séminaire d’enseignement et de recherche « Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques » de l’UMR SIRICE le mercredi 27 janvier 2016. Ce billet en deux volets vise à exposer un état partiel de ma recherche sur le sujet et une réflexion plus générale sur la guerre et les femmes au Viêt-Nam.

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam

Sur les pas des Jeunesses de choc

 

BadgeTNXP_VN

François Guillemot

Dans cette intervention sur les traces de guerre je propose de revenir sur trois aspects d’une recherche qui n’en est qu’à ses débuts et qui doit faire face à un certain nombre d’obstacles liés à la situation politique particulièrement contraignante du Viêt-Nam. Mon premier point rappelle brièvement et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France au début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois “une marge et un centre”. Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et j’évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les moyens de communication à distance1.

Genèse d’une recherche franco-vietnamienne

Mon intérêt pour l’histoire des femmes pendant la guerre du Viêt-Nam découle de plusieurs faits concordants. Le premier se passe à Hanoi en décembre 1999 dans une gargote de rue. Après avoir acheté chez un bouquiniste quelques ouvrages sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, un client, intrigué par mes achats, me mettait en garde sur l’histoire officielle qui ne reflétait pas, selon lui, la réalité du vécu des Jeunesses de choc connues aujourd’hui sous l’appellation de jeunes volontaires2 Ces ouvrages commémoratifs sont restés près de dix ans en veille dans ma bibliothèque avant que je ne me mette à travailler sur le sujet notamment grâce aux nouvelles études de Lê Thi, Nguyễn Văn Đệ, Nguyễn Hồng Thanh ou de Văn Tùng publiées au Viêt-Nam3. En particulier, l’étude de Nguyễn Văn Đệ intitulée Une époque glorieuse des filles des Jeunesses de choc publiée aux éditions Communication et Transports en 1997 me fit forte impression4. Il s’agissait d’une compilation d’articles d’auteurs différents sur le sort tragique de jeunes filles recrutées en République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN ou Nord Viêt-Nam) pour la logistique de la guerre du Viêt-Nam, période dite de « la guerre anti-américaine de salut national ».

NguyenVanDe_SachTNXP
Ouvrages de Nguyen Van De cité dans l’article © coll. FG

L’ouvrage comprenait un témoignage de l’écrivaine Lê Minh Khuê, elle-même ancienne recrue, et auteure d’une nouvelle relatant son expérience de démineuse (écrite en 1971 et publiée en 1973) pendant la guerre5. L’ouvrage de Nguyễn Văn Đệ faisait apparaître dans son titre le terme « nữ » (femmes) sous-entendant une perspective genrée et posait la question cruciale du vécu. Bien que modeste, l’ouvrage est à rapprocher du célèbre texte La guerre n’a pas un visage de femme de l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch (prix nobel de littérature en 2015) publié en France en 20046. ChienTranhKhongCoKhuonMatDanBaPour Nguyễn Văn Đệ, il s’agissait de raconter la guerre par les femmes et ainsi en proposer une vision alternative, de faire entendre une voix quelque peu délaissée pendant et après la guerre. L’originalité de l’ouvrage de Nguyễn Văn Đệ est qu’il abordait pudiquement la question des corps en guerre et de leur dégradation ou de la souffrance vécue. A l’aide de cette documentation peu connue en France et encore relativement confidentielle au Viêt-Nam – les tirages étant relativement modestes – dans les années 1990, j’ai proposé une communication sur ce sujet lors du colloque que j’ai co-organisé avec ma collègue historienne Agathe Larcher-Goscha en mai 2007 à l’ENS de Lyon7. Celui-ci a débouché en 2014 sur la publication d’un ouvrage collectif intitulé La colonisation des corps, de l’Indochine au Viêt Nam (Vendémiaire)8.

Le second fait est une rencontre avec l’historienne Bùi Trân Phượng, rectrice de l’université privée Hoa Sen à Hô Chi Minh-Ville. En 2008, j’avais été sollicité pour figurer dans le jury de sa soutenance de thèse, une importante contribution sur l’émergence du féminisme vietnamien9. Dans le contexte d’un Viêt-Nam colonisé de culture confucéenne, elle donnait une voix à celles qui avaient œuvré dans les coulisses de la colonisation pour s’émanciper, expérimenter, éduquer et transmettre de nouveaux outils de réflexion et de communication sur la société vietnamienne. En mettant l’accent sur le rôle des femmes, elle proposait de fait une nouvelle histoire du Viêt-Nam.

HieuTruongDHHoaSen_TsBuiTranPhuong
Mme Bui Tran Phuong, docteur en histoire et rectrice de l’Université Hoa Sen à HCM-Ville © Dan Tri

L’année suivante, Mme Phượng fit un séjour en tant que chercheure invitée à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) et l’idée d’un colloque sur la thématique des femmes et de la guerre a émergé puis il a été envisagé au sein de son université à Hô Chi Minh-Ville. A ma connaissance, Hoa Sen fut la première université vietnamienne à ouvrir un centre de recherche « Genre et société »10. Après quelques modifications de contenu, dues aux aléas de la censure, le colloque fut officiellement programmé et organisé en novembre 2011… Cependant, pour des raisons de politique intérieure liées aux manifestations antichinoises de l’été 2011, il fut interdit à la dernière minute par les autorités communistes. Deux sites avaient été mis alternativement sur pied en France et au Viêt-Nam pour annoncer l’événement. D’un côté, je développais la plateforme Femmes et Guerres à l’ENS de Lyon avec l’ensemble du programme et l’université Hoa Sen avait mis sur pieds le site Women & War qui fut décroché de la toile sur ordre des autorités11. Bref, cette interdiction policière du colloque a été peu médiatisée à l’époque pour des questions liées à la sécurité des intellectuels vietnamiens engagés dans cette recherche. Cette affaire a eu pour conséquence de freiner les grands projets en histoire orale prévus dans la foulée de cet événement scientifique et initié par l’équipe de recherche sur le genre et la société de l’université Hoa Sen. Pour ainsi dire, tout a été gelé. Ces entretiens pouvaient permettre de comprendre le mécanisme mit en place par la RDVN en temps de guerre et le sort réservé aux femmes. Ils diraient quelque chose sur la conduite de la guerre et permettraient d’identifier d’une façon plus générale ce que la chercheuse Michèle Riot-Sarcey nomme « la réalité d’une civilisation »12.

BandeauWomen&War_HoaSen
Bandeau du site Women & War (aujourd’hui disparu) de l’université Hoa Sen © 2011 DHHS

Mon travail de recherche portant sur la réception de la guerre par les Vietnamiennes elles-mêmes, toutes tendances confondues, figurant dans le programme initial du colloque, avait été écarté lors de la reprise en main du programme par le Comité d’éducation et de propagande d’Hô Chi Minh-Ville via l’Union des femmes. J’abordais des sujets sensibles tels que la violence sexuelle faite aux femmes pendant la guerre et la question des traumatismes et exils intérieurs après la victoire de 1975, notamment la question des épouses des soldats prisonniers des camps de rééducation. Ce refus de considérer avec sérieux ces questions inhérentes à tous les conflits et les mouvements de résistance m’a poussé à publier dans une certaine urgence l’ouvrage intitulé Des Vietnamiennes dans la guerre civile en regroupant deux textes portant sur mes recherches en cours13. Il me paraissait important de poser un premier jalon pour une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam et en particulier voir ce que recouvrait la réalité du terme « nữ » (femme / féminin) dans le conflit vietnamien.

Au delà de la conjoncture, la censure effectuée par la Comité d’éducation et de propagande (Ban tuyên giáo) du Parti communiste vietnamien sur le programme initial du colloque avait d’emblée écarté ce qui abordait de front les questions de violences de guerre, des corps en guerre et de la sexualité14. La guerre ne devait pas paraître comme un état de violence ou un exercice de viol contre les femmes dans le contexte d’une lutte de libération nationale. La question du genre dérangeait et laissait apparaître la distorsion entre histoire du genre et histoire positiviste. Les rapports de domination bousculaient les hiérarchies politiques et conventionnelles (colonisateurs/colonisés ; oppresseurs/libérateurs) de l’historiographie officielle. Ces rapports de domination ne pouvaient s’entendre au sein de la catégorie des subalternes comme par exemple au sein des Jeunesses de choc du Viêt-Nam. Ils existaient pourtant bien.

Perrot_LesFemmesOuLesSilencesDeLhistoireEnfin, comme pour tout historien, il y avait cette volonté de savoir et de comprendre un pan non négligeable de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam, encore si peu évoqué dans la recherche française sur ce pays15. Ce vide historiographique me tourmentait et j’avais en tête le préalable de Michelle Perrot sur toute recherche sur l’histoire des femmes : « Au cœur de tout récit historique, il y a la volonté de savoir. En ce qui concerne les femmes, elle a longtemps manqué. Écrire l’histoire des femmes suppose qu’on les prenne au sérieux, qu’on accorde au rapport des sexes un poids, même relatif, dans les événements ou dans l’évolution des sociétés »16. Qu’en était-il au Viêt-Nam ?17. Les travaux de Françoise Thébaud et de Fabrice Virgili ont également nourri ma réflexion tant sur le plan historiographique que sur ce que Fabrice Virgili nomme « l’utilité du genre » pour étudier la guerre18. C’est cette volonté de savoir qui a guidé mes premiers pas vers le champ miné des Jeunesses de choc. Une volonté de savoir qui, au Viêt-Nam même, a mis près de trente ans pour émerger.

L’autre aspect qu’il me paraît important de souligner est la profondeur de champ qu’offre la perspective du genre, résumée ici par Michèle Riot-Sarcey : « […] il ne suffit pas d’isoler une catégorie sociale minorée, marginalisée ou exclue pour lui restituer la place qui lui avait été déniée dans l’histoire [ici les TNXP], encore faut-il comprendre comment et à partir de quels a priori historiques, les processus d’inclusion et d’exclusion se sont effectuées »19. Autrement dit, dans notre cas d’étude, comment interpréter la « négation du négatif », le déni des aspects négatifs du processus guerrier nord-vietnamien.

Les Jeunesses de choc (TNXP), une marge de la guerre ?

Dans un premier temps, mon attention s’est portée sur la notion de marge. « Marge historiographique, marge sociale, marge territoriale… » dans quelle mesure les Jeunesses de choc constituaient-elles une marge ? Pour ce faire, la première approche que je mettrais en avant concerne ce que l’historien Alain Corbin a nommé « l’histoire des marges », une problématique que je trouve pertinente à l’aune de l’exemple des Jeunes volontaires, car à mon sens, nous avons à faire avec les marges de la guerre20. Ce décentrage/recentrage de la guerre s’observe sur deux points : d’une part, l’objet de recherche ne s’intéresse pas tant aux soldats et aux champs de bataille au centre de la guerre mais porte désormais sur les civils et les « agents périphériques » de la guerre. D’autre part, en termes de lieux géographiques, le centre laisse place également aux « espaces périphériques » ; jungle, mangrove, hauts-plateaux, espaces transfrontaliers dans le cas du Viêt-Nam. Il me paraît important d’étudier ces espaces et ces populations (par ailleurs pas uniquement vietnamiennes d’un point de vue ethnique) à la marge de la guerre. Pour ainsi dire la marge devenait le centre de mon intérêt et se repositionnait ainsi au centre de la guerre.

HeThongDuongMonHCM
D’une longueur de 17 000 kilomètres, la Piste Ho Chi Minh comprend cinq routes transversales et 21 routes horizontales reliant l’Est à l’Ouest de la cordillère de Truong Son © VOV5

Les Jeunesses de choc du Viêt-Nam constituaient bien un corps à part au cours du conflit. Ce groupement, formé de civils pour soutenir la logistique de guerre, bien que totalement intégré dans la structure politico-militaire de la RDVN, fut un corps à part, placé à cheval entre les organisations de jeunesse et les miliciens régionaux, une main d’œuvre sans formation militaire de base mise à la disposition de plusieurs ministères. Peu de gens le savent, la bataille de Điện Biên Phủ fut remportée grâce aux efforts inimaginables des civils mobilisés qu’ils fassent partie des Jeunesses de choc ou des Dân Công, les travailleurs civiques, porteurs et ravitailleurs21. Ce fait a été particulièrement bien étudié par l’historien Christopher E. Goscha dans sa nouvelle histoire de la guerre et de la construction étatique communiste vietnamienne22. Dans la stratigraphie de l’appareil du communisme de guerre, la jeunesse constituait une large base qu’il fallait modeler par la propagande et dans laquelle on pouvait puiser. Le postulat de base des autorités communistes était que la population devait (ou ne pouvait pas ne pas) soutenir l’effort de guerre contre « l’envahisseur étranger », l’osmose peuple/guerre devait être totale. Les grandes campagnes d’émulation de 1964 à 1967, à destination des femmes et des jeunes, allaient dans ce sens23. Il était alors inconcevable de se mettre en retrait de cette aventure pour la reconquête de l’autre moitié du pays située au dessous du 17e Parallèle. Cela relevait d’une forme de trahison.

NguyenVanDe
Pionnier des études sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, le chercheur-vétéran Nguyễn Văn Đệ en 2011 © Lan Phương

En dépit de l’effort éditorial indéniable menée depuis les années 1990, il reste de nombreuses zones d’ombre sur les statistiques concernant les différents groupements des Jeunesses de choc. Nguyễn Văn Đệ a compilé les grandes vagues de recrutement qui épousent la conduite et les besoins de la guerre au Nord. Le chiffre officiel habituellement avancé dans la presse de plus de 350.000 recrues depuis 1950 peut être considéré à minima. Dans sa thèse, le chercheur Kim Văn Chiến précise cette donnée : sur les 350.190 membres comptabilisés en 2009, 29.547 appartiennent à la génération de la première guerre d’Indochine ; 202.913 à la période de la guerre du Viêt-Nam (1965-1975)24 et la dernière génération liée à la réunification et à la troisième guerre d’Indochine rassemble près de 120.000 recrues (117.730) (Voir notre graphique ci-dessous). En effet, comme ce chercheur le souligne dans sa thèse : « Il n’y a pas de chiffres exacts sur la mortalité à l’époque, car, contrairement aux statistiques du front, on ne s’est pas soucié de comptabiliser avec précision les décès qui ne répondaient pas aux critères conventionnels d’héroïsme »25. Autrement dit, le chiffre de quelques milliers de morts semble encore largement sous-estimé. Les chiffres officiels de 2010 annoncent 5927 décès dont 4897 martyrs (liệt sĩ), officiellement morts pour la patrie26. On estime d’autre part que plus de 300.000 Vietnamiens ont disparus pendant la guerre. Combien de TNXP parmi ce chiffre lui-même sujet à caution ?

TNXP_Graphique

Le flou entretenu par le pouvoir sur l’utilisation de cette jeunesse dans la logistique de guerre se reflète au cours de la guerre mais aussi dans la gestion des vétérans après la guerre. A l’époque de la guerre, à la lecture des données de Nguyễn Văn Đệ, la gestion des bataillons apparaît approximative, tout comme leur soutien en fourniture et nourriture. Comment interpréter ces données chiffrées et ces traces lorsqu’elles sont identifiables ? Michelle Perrot rappelle ce fait très juste : « La difficulté de l’histoire des femmes tient d’abord à l’effacement de leurs traces, tant publique que privées »27. Dans le cas vietnamien, cet effacement des traces, dû à la violence du conflit, s’est révélé brutal. Beaucoup de corps ont disparu et parmi l’ensemble des jeunes qui ont survécu beaucoup également, malades, se sont éteints prématurément.

C’est à partir du milieu des années 1990 que les autorités commencèrent à promouvoir des solutions pour résoudre la question du statut de ce personnel « à part ». La reconnaissance officielle intervint le 19 décembre 2004 avec la création de l’association officielle des Jeunesses de Choc, rattachée à la Jeunesse communiste du Viêt-Nam. Kim Văn Chiến a raison de souligner qu’il s’agit d’une association sociale typique et non politique28. Cette reconnaissance est importante et ne put se faire que dans le cadre d’une soumission au pouvoir politique. Il fallut attendre septembre 2013 pour qu’un site dédié aux activités de l’association puisse voire le jour29. Durant ces quarante dernières années, de nombreuses anciennes recrues sont décédées dans l’oubli sans que la question de leur statut ne soit réglée.

SachTNXP_3

Constituée à partir des années 1990, l’historiographie vietnamienne des Jeunesses de choc peut se décliner en deux étapes principales. Parallèlement au processus politique menant à la reconnaissance du rôle clé des Jeunesses de choc dans la guerre de réunification, une première vague d’ouvrages (ceux que je mentionnais au début de cet article) ont été publiés soit par d’anciens responsables de ce groupe, comme Nguyễn Văn Đệ, soit par les écrivains militaires du PCV. Les travaux de Nguyễn Văn Đệ, Nguyễn Hồng Thanh, Trần Dân, Văn Tùng ont été publiés à partir de 1990 donnant naissance à une première histoire relativement exhaustive des quatre différentes vagues des Jeunesses de choc de 1950 à aujourd’hui publiée en 2002 aux éditions de la Jeunesse : la résistance antifrançaise correspondant à la guerre d’Indochine (1950-1954) ; la reconstruction et l’élaboration d’une économie socialiste en RDVN de 1954 à 1964 ; la lutte anti-américaine de salut national de 1965 à 1975 (au nord et au sud) ; la reconstruction et l’édification patriotique à partir de 197630. Une seconde vague de publication débute en 2009 épousant le temps commémoratif avec, à titre d’exemple, une série d’ouvrages publiés en 2010 lors du soixantième anniversaire de la création des Jeunesses de choc du Viêt-Nam, date à laquelle le mouvement est décoré de la médaille Étoile d’or, une des plus hautes distinctions de l’État-Parti vietnamien31.

Parallèlement aux vagues d’éditions commémoratives qui se répètent tous les cinq ans pour entretenir la « tradition historique » du mouvement (lịch sử truyền thống), d’autres recherches plus académiques sont menées. Aujourd’hui cette « marge » est mieux étudiée. Le développement parallèle des études en France et dans le monde commence au milieu des années 2000 avec la publication d’un article en 2007 de Kim Văn Chiến, mon intervention au colloque de l’ENS de Lyon la même année ; colloque lors duquel l’écrivaine Lê Minh Khuê livra un témoignage inédit sur les relations sexuelles pendant la guerre32. En outre, quelques années auparavant (2003), devançant ainsi la recherche, Laurence Jourdan avait réalisé un documentaire très intéressant intitulé à juste titre Les oubliées de la piste Ho Chi Minh qui offre quelques portraits saisissants d’anciennes recrues soulevant la délicate question de leur vie personnelle après la guerre. Cette question a été de nouveau étudiée par Kim Văn Chiến dans sa thèse de sociologie soutenue en France en juin 2013 sur l’engagement des jeunes filles volontaires et leur devenir à la sortie du conflit.33. Des témoignages d’anciennes recrues apparaissent régulièrement dans la presse vietnamienne autour de la date anniversaire du 15 juillet. Dans ces récits la question des corps n’est plus complètement taboue34.

Le flou auparavant entretenu sur la contribution des TNXP pendant la guerre est enfin perceptible dans l’accès aux archives. La documentation reste difficile à localiser, à identifier et à obtenir35. C’est pour cette raison que la construction de nouveaux corpus en histoire orale fait sens. Il faut recueillir la parole de celles et ceux qui ont traversé ces expériences, c’est une question de temps qui avait été soulevé par le centre de recherche de l’université Hoa Sen.

TNXP_UneRechercheEmergente
Femmes et guerre au Viêt-Nam, une recherche émergente (États-Unis, Australie et France).

Quelle est la place de « cette marge » dans l’histoire contemporaine du Viêt-Nam et dans l’histoire de la guerre de reconquête du Sud ? Les études, les récits, les témoignages publiés sur la Piste Ho Chi Minh démontrent à tous points de vue que cette marge fut absolument centrale36. Les centaines de milliers de recrues constituent-elles réellement une marge ou au contraire ont-elles joué un rôle majeur dans ce processus guerrier ? Comment mesurer l’efficacité de leur action sur le terrain ? Sur quelles traces s’appuyer ? Que reste-t-il du terrain de guerre ? Tels des archéologues, les historiens auraient tout intérêt à recueillir des témoignages, des vestiges, mener des fouilles…

Dans un ouvrage commémoratif publié à l’occasion du 60e anniversaire de la création des TNXP, l’écrivain Nguyễn Quang Thiều rapporte un échange qu’il eut avec un écrivain américain lors d’un colloque sur la littérature de la guerre du Viêt-Nam organisé à Boston en 1993, un an avant la levée de l’embargo. La grande question que se posaient les Américains était celle de leur défaite au Viêt-Nam et plus exactement la raison de la victoire des Vietnamiens. Au cours du colloque, l’Américain lut et présenta le carnet de guerre imprégné de sang séché d’une fille des Jeunesses de choc. Il projetait de publier une compilation de journaux intimes de bộ đội comme clé d’explication de la défaite. Puis, l’écrivain américain interrogea Nguyễn Quang Thiều : « Qu’est-ce que les Jeunesses de choc ? », l’écrivain vietnamien lui répondit ce qu’il savait sur le sujet. Deux ans plus tard, le 25 avril 1995, Nguyễn Quang Thiều recevait la visite dans sa modeste demeure de quelques anciens membres des Jeunesses de choc. Il se rappela immédiatement de la question qui lui avait été posée à Boston. Il raconte : « Si cet écrivain américain avait été présent chez moi, je lui aurais répondu avec fierté : ‘Regardez, les gens qui sont assis devant nous font partie des jeunesses de choc. Ils sont également une réponse à la question qui tenaillent actuellement les Américains’» 37. Il soulignait ainsi que les TNXP avaient été la cause majeure de la défaite américaine au Viêt-Nam. Mobilisation de masse, don de soi à l’Etat-Parti, sacrifice personnel, héros collectifs, agents de liaison, « présence invisible » sur tous les champs de la guerre… et qui permit à la guerre de fonctionner. La Piste Ho Chi Minh comme un immense moyen de communication à distance pour envahir le Sud.

NhomNuTNXP_1972
Groupe féminin des Jeunesses de choc des TNXP issu des Đại đội 7 – Đội TNXP 253 – Tổng đội TNXP 572, photo prise au Laos (Sầm Nưa) en 1972 © DR

Ces questions sont relayées par celle du rôle des femmes dans ces « marges de la guerre », des femmes souvent mises en « marge parmi la marge ». Ce sera mon deuxième point.

[Lire la suite : http://guerillera.hypotheses.org/2253]

FG

Image « à la une » : Filles des Jeunesses de choc au travail de remblayage après un bombardement.

Notes

  1. Entendus ici dans le sens que lui donne Gérald Noiriel en socio-histoire soit « l’ensemble des formes de communication à distance comme champ d’investigation socio-historique » (Cf. le CR de lecture de Philippe Hamman : https://questionsdecommunication.revues.org/7762). Cependant, ce dernier point fera l’objet d’un article à part []
  2. Il s’agissait entre autres des ouvrages suivants : C812, Thanh Niên Xung Phong chống Mỹ cứu nước Thủ đô N43, Hà Nội, 1995 ; Nguyễn Hồng Thanh (chủ biên), Thanh Niên Xung Phong những trang oanh liệt, Hà Nội, NXB Thanh Niên, 1996 ; Nguyễn Văn Đệ, Thanh Niên Xung Phong phục vụ giao thông vận tải thời chống Mỹ, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 1996 ; Trần Dân, Thanh Niên Xung Phong ngày ấy, Hà Nội, NXB Thanh Niên, 1997 ; Văn Tùng (chủ biên), 40 năm Thanh Niên Xung Phong (1950-1990), Hà Nội, NXB Thanh Niên, 1990. []
  3. Voir les deux ouvrages de référence : Văn Tùng & Nguyễn Hồng Thanh (chủ biên), Lịch sử thanh niên xung phong Việt Nam (1950-2001) [Histoire des Jeunesses de Choc du Viêt-Nam, 1950-2001], Hà Nội, NXB Thanh Niên, 2002 ; Nguyễn Văn Đệ, Lịch sử truyền thống của lực lượng thanh niên xung phong chống Mỹ cứu nước [La tradition historique des forces des Jeunesses de choc antiaméricaines de salut national], Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 2002 []
  4. Nguyễn Văn Đệ, Một thời oanh liệt của nữ thanh niên xung phong, Hà Nội, NXB Giao thông vận tải, 1997. Réédition corrigée et complétée aux éditions Thanh Niên en 2007 []
  5. Cette nouvelle est enseignée au collège en classe de 9e en RSVN (3e en France). Voir une analyse en ligne sur Facebook []
  6. Cf. Svetlana Alexievitch, У войны не женское лицо, Minsk : Mastatskaya litaratura, 1985. Une traduction vietnamienne de Nguyễn Ngọc intitulée Chiến tranh không có khuôn mặt đàn bà a été publiée en 1987 aux éditions de Danang en plein Renouveau (Đổi mới) littéraire. Cf. : http://vanviet.info/tu-lieu/svetlana-alexievitch-va-tac-pham-chien-tranh-khong-co-guong-mat-nguoi-phu-nu/ ; page consultée le 2 mars 2016 []
  7. Voir programme en ligne sur le site du CNRS : http://www.cnrs.fr/infoslabos/conferences-colloques/Docs-PDF/colloque-vietnam14052007.pdf (page consultée le 26 novembre 2015) []
  8. Résumé et table des matières en ligne : https://indomemoires.hypotheses.org/16651 (page consultée le 26 novembre 2015) []
  9. Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité. Emergence de nouvelles perceptions et expérimentations, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Françoise Thébaud, Faculté GHHAT, Université Lumière Lyon 2, 2008. Thèse en ligne : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2008/bui_tp/info ; site actuellement en maintenance []
  10. Site du centre de recherche : http://gas.hoasen.edu.vn/index.php ; page consultée le 2 mars 2016 []
  11. Cf. le site Femmes et guerres : une approche transnationale (http://femmes-guerres.ens-lyon.fr/). Le site initial donna naissance le 21 juin 2013 à ce carnet de recherche sur Hypotheses : http://guerillera.hypotheses.org/ []
  12. Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions. Pouvoir, politique, écriture de l’histoire, Paris, Creaphis éditions, 2016, p. 40 []
  13. François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014. Voir en particulier la première partie : « Brutalités, flottements, exils. Perceptions et voix féminines de la guerre du Viêt-Nam » []
  14. Les communications furent classée en termes de positionnement politique vis-à-vis du pouvoir communiste : « favorables/neutres/réactionnaires », un clivage pour/contre réducteur ne correspondant à aucune perspective de recherche []
  15. A quelques exceptions près, par exemple le chercheur Nguyễn Văn Ký fit une intervention à Hanoi en juillet 1998 sur « La femme vietnamienne à travers l’histoire, les légendes et les traditions orales » et l’historienne Bùi Trân Phượng publia une analyse du champ : « Femmes vietnamiennes pendant et après la colonisation française et la guerre américaine : réflexions sur les orientations bibliographiques », in Anne Hugon, Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie XXe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 71-94. Il existe quelques ouvrages clés publiés aux États-Unis et en Australie sur lesquels nous reviendrons []
  16. Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, Champs / Histoire, 1998, p. V []
  17. Une revue consacrée à ces thématiques est éditée à Hanoi depuis 1987 : Nghiên cứu Gia đình và Giới (Journal of Family and Gender Studies) []
  18. Cf. le numéro thématique de Clio : http://clio.revues.org/11814 []
  19. Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions, p. 32 []
  20. Alain Corbin cité dans Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre», Genèses 4/2003 (no 53), pp. 154-177, en ligne : https://www.cairn.info/revue-geneses-2003-4-page-154.htm (page consultée le 26 novembre 2015). L’ouvrage de Corbin est le suivant : Le Temps, le Désir et l’Horreur. Essais sur le dix-neuvième siècle, Paris, Aubier, 1991 []
  21. Cf. Bạn biết gì về chiến dịch Điện Biên Phủ, Hà Nội, NXB Tre, 2004 ; Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 107-109 []
  22. Christopher Goscha, Vietnam, un État né de la guerre, Paris, Armand Colin, 2011, voir son chapitre 10 sur la mobilisation de masse []
  23. Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 111-113 []
  24. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam, Thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Alain Caillé, Université Paris-Ouest – Nanterre La Défense, 2013, p. 298-299 []
  25. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 149, voir aussi p. 270) []
  26. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 298 et 299 []
  27. Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, p. 9 []
  28. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires, p. 295 []
  29. Sur le long processus de reconnaissance, voir : Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 186-189 []
  30. Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 102-103 []
  31. Cf. Ng. Tống, « Lực lượng TNXP đón nhận Huân chương Sao Vàng » : http://nld.com.vn/thoi-su-trong-nuoc/luc-luong-tnxp-don-nhan-huan-chuong-sao-vang-2010071411326776.htm (Lao Dong online, 15/07/2010, page consultée le 29 février 2016) []
  32. Mon article fut d’abord publié en anglais à Berkeley dans le Journal of Vietnamese Studies en 2009 puis traduit en vietnamien et mis en ligne en 2010 sur le site Talawas et enfin publié en français en 2014. La version vietnamienne en ligne a circulé au Viêt-Nam : http://femmes-guerres.ens-lyon.fr/IMG/pdf/Guillemot_VanDeTNXP_1950-1975.pdf []
  33. Kim Van Chien, Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam, op. cit. Résumé en ligne : http://guerillera.hypotheses.org/360 ; Laurence Jourdan, Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, documentaire, Sunset Press, 2003 []
  34. Voir par exemple l’article sur les jeunes filles de la Piste Ho Chi Minh sur le site officiel de l’association : « Nữ thanh niên xung phong ở Trường Sơn », cuutnxpvietnam, 5 mai 2015, en ligne : http://www.cuutnxpvietnam.org.vn/Nu-thanh-nien-xung-phong-o-Truong-Son-i804.html (page consultée le 26 novembre 2015) []
  35. Cf. Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, pp. 179-180, note 298 []
  36. Đặng Phong, Five Ho Chi Minh Trails, Hanoi, The Gioi, 2012 []
  37. Nguyễn Quang Thiều, « Thanh niên xung phong là gì ? », in Hội cựu TNXP Viêt Nam, Thanh niên xung phong Việt Nam, 60 Năm làm theo lời Bác Hồ dạy [Les Jeunesses de choc, 60 ans à suivre les enseignements de l’Oncle Hô], Hanoi, NXB Quân đội Nhân dân, 2010, pp. 57-58 []

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam : sur les pas des Jeunesses de choc

Intervention au Séminaire d’enseignement et de recherche « Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques » de l’UMR SIRICE. Le mercredi de 17h30 à 19h30, salle F 603 (université Paris 1 – Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage).

Guillemot_Marges&TracesTNXP

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam : sur les pas des Jeunesses de choc

François Guillemot, IR CNRS, IAO, ENS de Lyon

Mercredi 27 janvier de 17h30 à 19h30

Cette communication sur les traces de guerre se propose de revenir sur trois aspects d’une recherche émergente sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, fil conducteur de notre propos. Mon premier point rappelle et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France à partir du début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois « une marge et un centre » comme le stipule l’adage terrible et imagé “tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc” (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les moyens de communication à distance.

Image « à la une » : boîte d’allumette à l’effigie des Jeunesses de choc anti-américaine de salut national (1965-1975).

Mãi ngời sáng truyền thống lực lượng Thanh niên xung phong [15/07/2015]

A l’occasion du 65e anniversaire de la création des groupements Jeunesses de choc rappel de leur rôle historique et de la situation actuelle.

Cách đây 65 năm, ngày 15/7/1950, thực hiện chỉ đạo của Bác Hồ, tại Núi Hồng, huyện Đại Từ, tỉnh Thái Nguyên, Đội thanh niên xung phong công tác Trung ương (tiền thân của lực lượng Thanh niên xung phong Việt Nam) được thành lập.

Quyết định lịch sử ấy đã tạo ra một môi trường thuận lợi để lớp lớp thế hệ thanh niên thể hiện lòng yêu nước, rèn luyện tinh thần chịu đựng khó khăn, gian khổ, dũng cảm chiến đấu, hy sinh, cống hiến, sáng tạo, hoàn thành xuất sắc các nhiệm vụ được giao.

Phát huy cao độ chủ nghĩa Anh hùng cách mạng

Đội TNXP công tác đầu tiên gồm 225 cán bộ, chiến sĩ do đồng chí Vương Bích Vượng, Ủy viên BCH Trung ương Đoàn làm Đội trưởng.

Đội thực hiện mục tiêu “giác ngộ lòng yêu nước và lý tưởng cách mạng để phát huy sức mạnh dời non lấp biển của lớp người trẻ tuổi phục vụ công cuộc kháng chiến cứu nước thành công; đồng thời làm một “Trường học lớn” của cách mạng để đào tạo, rèn luyện các thế hệ cán bộ ngay từ tuổi thanh niên, ngay từ trong khói lửa chiến tranh có bản lĩnh, trí tuệ và phẩm chất cách mạng “vừa hồng vừa chuyên” phục vụ công cuộc kiến quốc, phát triển đất nước và bảo vệ Tổ quốc lâu dài về sau”.

Chỉ sau 2 tháng ra đời, đầu tháng 9/1950 Đội TNXP công tác Trung ương đã nhận lệnh lên đường phục vụ chiến dịch Biên giới. Các chiến sĩ TNXP đã dũng cảm vượt qua lửa đạn, phục vụ bộ đội tiêu diệt hoàn toàn cứ điểm Đông Khê, diệt 300 tên địch mở màn thắng lợi chiến dịch Biên giới (1950-1952).

Đội TNXP công tác Trung ương vinh dự được Bác Hồ gửi thư khen và một sự kiện đặc biệt là ngày 20/3/1951, trên đường đi kiểm tra chiến dịch, Bác Hồ đã đến thăm đơn vị TNXP 312 đang làm nhiệm vụ tại khu rừng cầu Nà Cù, Bắc Kạn.

Lire la suite : Tin Tuc, 15/07/2015.