Archives par mot-clé : Nguyen Dang Minh Man

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

Au mois d’août 2016, un groupe de travail du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a enquêté sur ce cas de détention arbitraire et produit un document de 11 pages relatant l’histoire de Nguyen Dang Minh Man. Rendu public le 20 septembre 2016, il expose en détail l’acharnement dont cette jeune femme est victime1.

Née le 10 janvier 1985, Nguyen Dang Minh Man purge, depuis sa condamnation en janvier 2013, une peine de huit années de prison (arrêtée en 2011 et donc libérable en 2019 si son enfermement est maintenu à son terme). Le destin de cette jeune activiste a basculé lors des tensions sino-vietnamiennes de 2010-2011. Avant son engagement militant, Minh Man exerçait la profession d’esthéticienne (en 2006-2007). A partir de 2008, révoltée par les injustices dont étaient victimes ses compatriotes sur le plan social, elle a décidé de témoigner de la violence d’État en s’armant d’une simple caméra et en se déplaçant à moto sur les fronts chauds notamment pour rendre compte des luttes contre les expulsions brutales et la confiscation des terres dans les campagnes2. Interviewé par John Sifton, membre de l’association Human Rights Watch, son père évoque son engagement :

« Elle a commencé son activisme quand elle avait environ 24 ans. Elle ne pouvait pas accepter les injustices tout autour d’elle. Elle avait une caméra et une moto. Elle se rendait dans différents endroits. Elle a pris des photographies témoignant de la brutalité policière. Elle a pris des photographies de manifestations. Elle a pris des clichés des opulentes villas et des immeubles (condominiums) construits par des fonctionnaires gouvernementaux corrompus »3.

Elle devient au fil des événements sociaux du pays une photo-journaliste reconnue pour son efficacité. Au même titre que Nguyen Lan Thang, elle rapporte la dure réalité des rapports sociaux et la détresse des plus faibles dans un Viêt-Nam en pleine évolution.

A partir de 2010, Minh Man milite activement contre les menées chinoises en Mer de Chine méridionale, la Mer de l’Est pour les Vietnamiens. D’avril 2010 à juillet 2011, elle photographie l’acronyme « HS.TS VN » qui s’affiche un peu partout dans le pays. Décrypté, celui-ci fait référence aux îles Paracels et Spratleys revendiquées par le Viêt-Nam. Sur fond de résistance au fait accompli chinois en Mer de l’Est, ce slogan symbolise le nouveau nationalisme vietnamien. Il dérange la politique harmonieuse que le Parti communiste vietnamien (PCV) entend promouvoir sur le long terme avec son homologue chinois. Le débat sur l’allégeance du PCV à Pékin prend de l’ampleur d’abord chez les intellectuels et les étudiants puis secoue la société dans son ensemble. Minh Man en tant que photo-journaliste couvre la grande manifestation antichinoise qui se déroule à Ho Chi Minh-Ville le 5 juillet 2011.

hs-ts-vn-2
Exemple de graffiti revendiquant la souveraineté du Viêt-Nam sur les îles Paracels et Spratleys © 2015 Chan Troi Moi Media

Minh Man ne cache pas son affiliation politique. Selon son père et selon l’organisation dont elle se réclame, elle serait membre du Viêt Tân (Parti révolutionnaire pour la réforme du Viêt-Nam), une formation clandestine à l’intérieur du pays prônant la lutte pacifique et placée par les autorités communistes dans la liste des « organisations terroristes » au regard du passé de la branche militaire de cette organisation dans les années 1980. Mais aujourd’hui, sans tomber dans le ridicule, qui peut prétendre que cette jeune photo-journaliste est une dangereuse terroriste ? En réalité, il est reprochée à Minh Man d’avoir travaillé pour la radio vietnamienne « Chan Troi Moi » (Radio Nouvelle Horizon), un média de lutte appartenant à l’organisation politique sur lequel « elle a publié les photos des évènements non relatés par les médias d’État »4.

Arrêtée le 31 juillet 2011 à l’aéroport de Tan Son Nhat (HCM-Ville), avec sa mère et son frère, elle est maintenue au secret en détention provisoire dans différentes prisons, d’abord dans un camp à Tra Vinh dans le Sud où vit sa famille, puis pendant douze mois au centre B-34 à Ho Chi Minh-Ville destiné aux prisonniers politiques. Elle est ensuite transférée dans le Centre B-14 à Hanoi le 12 août 2012 jusqu’au 5 janvier 20135 quelques jours avant son procès. Au total, le groupe de travail qui a enquêté sur son cas relève que neuf ordres de détention et ordres de prolongation de détention ont été produits par différents organes policiers et juridiques de l’État-Parti pour la maintenir en prison. La décision d’un procès n’intervint que le 17 décembre 2012 soit après seize mois de détention arbitraire au cours desquels elle dut subir pression psychologique, interrogatoires et humiliations6.

La Sécurité publique (Công An) enquête. Des perquisitions sont menées dans sa famille et son matériel est confisqué. Son appartenance au Viêt Tân est mise en avant par les liens qu’elle a développé avec l’organisation. Parmi les « activités criminelles » présentées par l’acte d’accusation, elle aurait participé à trois séminaires en Thaïlande et deux au Cambodge sur les « méthodes de lutte non violentes » initiées par ce parti. On reproche également à Minh Man d’avoir graffité le slogan « HS.TS VN » sur une école publique et d’avoir participé à la manifestation antichinoise de juillet 20117.

Accusée d’avoir comploté dans le but de « renverser le gouvernement populaire », en vertu de l’article 79 du code pénal de la RSVN, les 8 et 9 janvier 2013, elle est jugée à Vinh ainsi qu’un groupe de 13 jeunes catholiques de la région ayant développé des liens avec le Viêt Tân sur les méthodes de lutte non violente8. Lors d’un procès expéditif le 9 janvier 2013, lors duquel les droits de la défense sont bafoués, Minh Man est condamnée à huit ans de prison ferme, une peine augmentée de cinq années d’assignation à résidence9. Deux autres membres de sa famille (sa mère et son frère), sont, ce jour là, condamnés pour l’avoir soutenue dans son action.

vietnam-activists_2013
Tribunal populaire de Nghe An, procès des 14 activistes pro-démocrates et catholiques. Nguyen Dang Minh Man se situe au centre de l’image © 2013 Nguyen Van Nhat/Reuters

 

D’après l’enquête produite par la groupe de travail de l’ONU, sa famille n’a jamais vraiment accepté le régime actuel. Le 19 avril 1989, elle avait quitté le Viêt-Nam et trouvé asile pendant quelques années dans un camp de réfugiés du HCR en Thaïlande. Sa famille était retournée au Viêt-Nam en octobre 1996 date à laquelle Minh Man débute une éducation scolaire qu’elle devait achever en 2006 avant d’entreprendre des études de Pharmacie dans la province de Tra Vinh10.

En janvier 2013, en condamnant lourdement les quatorze jeunes activistes catholiques, l’appareil d’État s’enferme dans sa paranoïa habituelle. Le régime policier est-il persuadé d’avoir mis la main sur un groupe de « dangereux terroristes » capables de renverser le « pouvoir révolutionnaire » ou s’agit-il de donner un coup d’arrêt à l’organisation de méthodes de lutte non violente susceptibles de prendre de l’ampleur ? La réponse est dans les deux. Le pouvoir en place redoute plus que tout une « révolution pacifique » de type révolution de couleurs ou révolution de jasmin qui, partie de la rue, provoquerait un changement radical au Viêt-Nam, autrement dit l’avènement d’un régime démocratique.

Réfutant les accusations portées par le régime contre elle, Minh Man est soumise à une rude détention. Elle est enfermée depuis le 8 janvier 2013 au Camp n° 5 de Yen Dinh dans la province de Thanh Hoa. Les visites familiales sont limitées, sa nourriture rationnée et dégradée et les fouilles au corps répétées11. Le 11 juin 2015, son père témoigne des maltraitances qu’elle doit subir :

« En tant que prisonnière de conscience qui n’a jamais accepté sa culpabilité, les autorités ont été particulièrement brutales et inhumaines envers elle. Ils la nourrissent de riz avec du sel, lui donnent seulement un litre d’eau potable par jour, ne lui fournissent pas d’eau pour des ablutions, et ne dispose pas d’un sac de couchage. Elle ne reçoit qu’un seul changement de vêtements tous les 15 à 20 jours au cours d’un mois »12.

Humiliation psychologique et dégradation physique, travaux forcés et mesures disciplinaires, il s’agit de casser son esprit de résistance. Par deux fois, elle est placée en isolement : en 2011 pendant 40 jours et le 12 avril 2015 pendant dix jours. Avec deux codétenues, elle entame, par deux fois également, en décembre 2014 et en mars 2015, une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention13. Ces épreuves peu à peu l’affaiblissent et elle ne pèse plus que 35 kg au terme de ses actions de résistance éprouvantes14. Selon ses proches, elle serait actuellement toujours placée en isolement dans un quartier de haute-sécurité15.

En novembre 2016, son cas est sérieusement étudié par le groupe de travail du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Ce groupe exige sa libération immédiate aux vues des très maigres charges qui pèsent contre elle16.

Après avoir pris connaissance de l’avis de ce groupe de travail, la mère de Minh Man, elle même ancienne prisonnière d’opinion, faisait part de son inquiétude :

« J’espère que Minh Man sera libérée sans conditions : mais je pense que s’ils [les autorités] la libèrent sans conditions, Minh Man ne sera pas autorisée à rejoindre sa famille, ils l’expulseront à l’étranger. Le souhait de la famille est que Minh Man puisse revenir en son sein et poursuivre la lutte à nos côtés. S’il s’avère que les autorités vietnamiennes ne la laissent pas revenir à la maison, ce sera contre notre volonté »17.

Minh Man sera-t-elle prochainement libérée face à la mobilisation ? Sera-t-elle expulsée aux États-Unis comme son ancienne codétenue Ta Phong Tan ? Bénéficiera-t-elle d’une libération sans conditions ? Le pouvoir communiste aurait tout intérêt à remettre en liberté une jeune activiste qui suscita quelques années auparavant la prise de conscience générale du danger maritime chinois, une courageuse « lanceuse d’alerte » ni plus ni moins à l’image de son prénom Minh Mẫn qui signifie « lucide ».

François Guillemot, 10/12/2016. MàJ 12/12/2016

Pour en savoir plus, voir les notices Wikipedia en anglais :

Notes

  1. Cf. Human Rights Council, Working Group on Arbitrary Detention, « Opinions adopted by the Working Group on Arbitrary Detention at its seventy-sixth session, 22-26 August 2016: Opinion No. 40/2016 concerning Nguyen Dang Minh Man (Viet Nam)« . Nous nous appuierons principalement sur celui-ci, désormais cité « Opinion No. 40/2016 » []
  2. Cf. son portrait sur le site Bars for Blogging dédié aux blogueurs emprisonnés : Nguyễn Đặng Minh Mẫn ; désormais cité « Bars for Blogging » []
  3. Cf. John Sifton, « It’s Time for the Obama Administration to Get Tough on Human Rights in Vietnam« , Nguyen Dang Minh Man’s story reminds us that Vietnam’s record on human rights remains deeply troubling, The Diplomat, 24/06/2015 ; voir aussi Nguyen Van Loi, « Advocating for my daughter Nguyen Dang Minh Man« , 11/06/2015 publié sur le site du Viêt Tân, version anglaise []
  4. Cf. Media Legal Defence Initiative (MLDI), « Une victoire dans le combat pour la liberté d’expression au Vietnam« , [traduction] Viet Tan, 18/11/2016. Voir le document original en anglais sur le site du MDLI :  « A victory in the fight for freedom of expression in Vietnam« , 04/11/2016 []
  5.  « Opinion No. 40/2016 », point 8, doc. cit. []
  6. « Opinion No. 40/2016 », point 9, doc. cit. []
  7. « Opinion No. 40/2016 », points 6 et 11, doc. cit. []
  8. Voir l’article en ligne sur le site la Sécurité publique de la province de Nghe An : Hình phạt cho những kẻ “Hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân”, Công An Nghệ An, 10/01/2013 ; Hoàng Lam, Gần 80 năm tù cho nhóm đối tượng hoạt động nhằm lật đổ chính quyền, Dân Trí, 10/01/2013 []
  9. Cf. « Opinion No. 40/2016 », points 11, 12 et 13, doc. cit. ; « Cô Nguyễn Đặng Minh Mẫn tiếp tục bị sách nhiễu, biệt giam« , RFA, 25/04/2015 []
  10. « Opinion No. 40/2016 », point 4, doc. cit. []
  11. « Cô Nguyễn Đặng Minh Mẫn tiếp tục bị sách nhiễu, biệt giam », art. cit. []
  12. Advocating for my daughter Nguyen Dang Minh Man, art. cit. []
  13. « Advocating for my daughter Nguyen Dang Minh Man », art. cit. []
  14. Cf. Bars for Blogging, doc. cit. ; « Phóng viên nhiếp ảnh Nguyễn Đặng Minh Mẫn vẫn tiếp tục tuyệt thực trong tù« , Viet Nam Thoi Bao, 23/03/2015 ; « Vietnamese Photojournalist Continues Hunger Strike After Four Years Behind Bars« , MDLI, 16/03/2015 []
  15. Cf. « Opinion No. 40/2016 », point 20, doc. cit. []
  16. Cf. « Une victoire dans le combat pour la liberté d’expression au Vietnam », art. cit. []
  17. « LHQ kêu gọi trả tự do cho nhà hoạt động Nguyễn Đặng Minh Mẫn« , RFA, 18/11/2016 ; en anglais : « U.N. Working Group Seeks Release of Vietnamese Photographer Jailed in 2013 », RFA, 18/11/2016 []