Archives par mot-clé : résistance

Nỗi Đau Mất Đất (Bleeding Lands)

Reportage sur la question foncière et l’accaparement des terres par le pouvoir communiste au Viêt-Nam. Témoignage sur les luttes paysannes de ces vingt dernières années. Présentation bilingue.

ỖI ĐAU MẤT ĐẤT là một phần của bộ phim phóng sự – tài liệu VƯỢT QUA NỖI SỢ HÃI.
BLEEDING LANDS is a part of the documentary series OVERCOME THE FEARS.

Do nghệ sỹ Kim Chi và Hélèna Lee cùng một số người yêu chuộng hoà bình và công lý cho dân Việt thực hiện. Nỗi Đau Mất Đất là bức tranh toàn cảnh của những vụ cưỡng chế đất xảy ra trên khắp mọi miền của đất nước.
Produced by artist Kim Chi and Hélèna Lee and friends who are passionate in the search for peace and justice to the Vietnamese people. BLEEDING LANDS is the panoramic view of the land confiscation miseries occurring in all regions of Vietnam.

30 phút có thể là quá dài để bạn kịp lướt mắt qua trên trang Facebook. Nhưng nó lại ngắn vô cùng so với khối lượng phim khổng lồ mà nó được gạn lọc. Nó cũng ngắn vô cùng so với hàng triệu giờ đau khổ mà những người dân oan bị cướp đất đã phải trải qua.
30 minutes may be too long for a glance on Facebook. But it is too short compared to the huge numbers of footage being extracted from. It is also too short compared to the million painful hours that the poor people who lost their lands have been suffering.

Cấn Thị Thêu và Dương Nội, Đoàn Văn Vươn và Tiên Lãng là hai trường hợp điển hình.
Can Thi theu and Duong Noi, Doan Van Vuon and Tien Lang are the two highlighted cases.

Đây không phải là những thước phim hoàn hảo vì nó đơn thuần được quay lại bởi cán nạn nhân trong cuộc, nhưng những thước phim này là vô giá bởi nó được trả bằng máu của chính họ.
These are not perfect footage because they were simply recorded by the victims of the cases. But they are priceless for being paid by their own bloods.

Résistantes – documentaire de Pierre Hurel

A voir, le documentaire sur les résistantes françaises à l’occupation nazie.

Résistantes

On a oublié d’inscrire leurs noms dans les livres d’Histoire. Et pourtant, lorsqu’elles avaient 20 ans, ces vieilles dames ont sauvé la France.

Marie-Jo Chombart de Lauwe, 92 ans. Entrée dans la résistance à 16. Arrêtée par la Gestapo. Déportée en Allemagne.

Madeleine Riffaud, 91 ans. L’une des seules femmes devenue franc-tireur. Elle a affronté les Allemands les armes à la main.

Cécile Rol-Tanguy, 95 ans. Elle a tapé à la machine l’appel à l’insurrection de Paris. Transportait des armes dans le landau de sa petite fille.

Ces femmes se sont dressées contre l’incarnation du mal : l’ordre nazi. Chacune à leur manière, sans jamais se rencontrer, Marie-Jo, Madeleine et Cécile ont traversé la guerre avec le même idéal : Résister.

Aujourd’hui, elles ont 90 ans ou plus. Les survivantes. Et elles témoignent toujours. Pas seulement de leurs 20 ans héroïques, mais aussi des 70 années qui ont suivi, de la bataille de la mémoire, du bilan de leur vie. Avec un leitmotiv commun : transmettre la vigilance. Car demain, il faudra peut-être à nouveau entrer en résistance.

 

Réalisation : Pierre Hurel
Production : Eléphant Doc, Chrysalide
Participation : France 3, CNC
Producteurs délégués : Emmanuel Chain, Thierry Bizot, Gaël Leiblang, Béatrice Schönberg
Producteur exécutif : Fabrice Frank
Montage : Laure Matthey

Source : France 3

Image « à la une » : Marie-Jo Chombart de Lauwe

Phạm Thanh Nghiên : Dẫu chỉ một ngày [Même s’il ne s’agit que d’un jour]

Un message de la blogueuse Pham Thanh Nghien. Demain, le 11 juin 2015, elle se mettra en grève de la faim par solidarité et pour protester contre l’emprisonnement de la blogueuse Ta Phong Tan, également en grève de la faim depuis 29 jours et actuellement dans une situation critique. Le 30e jour de grève de Ta Phong Tan sera célébré par cette action solidaire de Pham Thanh Nghien « même s’il ne s’agit que d’un jour »… La lutte opiniâtre de deux femmes de tête en faveur de la liberté, des droits humains et de la démocratie.

PhamThanhNghienPham Thanh Nghien présentant le portrait de Ta Phong Tan accompagné de la mention « 29e jour [de grève de la faim] » © 2015 Dan Lam Bao

Ngày mai 11 tháng 6 năm 2015, tôi sẽ tuyệt thực để như là một cách bày tỏ sự đồng cảm, sự sẻ chia nỗi khổ đau mà Tù nhân lương tâm Tạ Phong Tần đang phải gánh chịu trong nhà tù cộng sản.

Ngày mai, Blogger Tạ Phong Tần sẽ bước sang ngày thứ 30 tuyệt thực trong nhà tù để phản đối hành vi ngược đãi tù nhân chính trị của cán bộ Trại giam số 5 Thanh Hóa.

Một ngày so với ba mươi ngày là quá ít ỏi. Nhưng với tình trạng sức khỏe của một người bệnh đang phải điều trị tại nhà sau khi ra viện, và với thân phận của một người tù đang bị quản chế, tôi không thể làm nhiều hơn những gì mình mong muốn.

Hành động rất nhỏ bé này, xin được góp một tiếng nói, góp một bàn tay cho bước hai của chiến dịch Nhân quyền 2015 “tranh đấu cho Tù Nhân Lương Tâm” tại Việt Nam.

Hành động rất nhỏ bé này cũng là để “bày tỏ sự khâm phục và sẻ chia tinh thần tranh đấu” với Blogger Tạ Phong Tần cũng như với tất cả những Tù Nhân Lương Tâm can trường khác: Bùi Thị Minh Hằng, Ba Sàm Nguyễn Hữu Vinh, Trần Huỳnh Duy Thức, Hồ Đức Hòa, Nguyễn Đặng Minh Mẫn, Linh mục Nguyễn Văn Lý, Đặng Xuân Diệu, Ngô Hào…

 Và qua hành động rất nhỏ bé này xin được gửi một lời nhắn nhủ rằng “Không một ai phải độc hành trên con đường tìm kiếm Tự do và Công bằng cho dù người đó đang trong chốn ngục tù.”

Hy vọng, cuộc tuyệt thực của người phụ nữ phi thường Tạ Phong Tần trong nhà tù sẽ được công luận và những người yêu chuộng tự do- công lý quan tâm, tiếp sức như đã dành những điều ấy cho cuộc tuyệt thực của tiến sĩ Cù Huy Hà Vũ, của Blogger Điếu Cày Nguyễn Văn Hải.

Hải Phòng ngày 10 tháng 6 năm 2015.

Source : Dan Lam Bao + Blog de Pham Thanh Nghien

Femmes en résistance [bande dessinée]

Publication d’une série de quatre albums dédiée à des figures importantes de la résistance européenne pendant la Seconde guerre mondiale. Numéros 1, 2 et 3 édités et 4 à venir. Présentation de l’éditeur.

Entièrement scénarisée par Régis Hautière et Francis Laboutique, avec le concours de l’historienne Emmanuelle Polack, cette tétralogie dont chacun des albums est mis en images par un dessinateur différent s’attache aux destins et parcours croisés de cinq femmes d’exception au cours de la Seconde Guerre mondiale. Quatre d’entre elles, toutes mortes très jeunes (Amy Johnson, Sophie Scholl, Bertie Albrecht et Mila Racine), ont réellement existé. Seule la cinquième, Anna Schaerer, journaliste, est un personnage fictif, qui permet de faire le lien entre ces différentes héroïnes, qui au cours du conflit n’ont pas toutes été dans le même camp. Chacun des albums de cette grande saga en forme de biopic peut se lire séparément, l’ensemble formant néanmoins un ensemble narratif cohérent.

Dessiné par Pierre Wachs, le premier tome de Femmes en résistance évoque l’itinéraire mouvementé de l’aviatrice britannique Amy Johnson, dont la passion et le talent pour l’aviation, alors totalement inhabituels pour une femme, ont constitué un formidable défi face aux préjugés de son époque.

L.10EBBN001732.N001_FEMRESIT1_C_FRL’aviatrice britannique Amy Johnson

Après l’évocation de l’aviatrice britannique Amy Johnson par Pierre Wachs, voici le deuxième volet de cet ambitieux projet : l’histoire tragique de Sophie Scholl, une très jeune allemande qui osa résister de l’intérieur au régime nazi avec son mouvement la Rose Blanche – au prix de sa vie.

1942, Munich. Sophie Scholl, jeune étudiante, dénonce le régime nazi au travers d’actions non violentes. Mais son combat au nom de la liberté et de l’honneur, elle devra le payer au prix fort.

SophieScholl_BDL’étudiante antinazie Sophie Scholl

Arrêté par la Gestapo en 1943, la résistante communiste Berty Albrecht avait fondé le journal Combat avec Henri Frenay. Focus didactique sur une figure forte de la Résistance française.

Après avoir hérité d’un mystérieux carnet de notes légué par sa tante à sa mort, Claire a entamé de solides investigations dans le passé de quatre femmes résistantes durant la seconde guerre mondiale. L’une d’entre elle, Berty Albrecht, communiste, féministe et idéaliste, fait même partie des 6 figures féminines de la Résistance qui ont aujourd’hui mérité leur place au sein du mausolée mémorial du mont Valérien. En mai 1943, elle est l’une des principales rédactrices du journal Combat, au côté de Henri Frenay, lorsque la Gestapo la cerne dans un square de Mâcon. La Gestapo échoue ce jour-là à capturer Frenay… et pour cause : il n’est pas à Mâcon. Berty Albrecht est emmenée pour un interrogatoire musclé… qui ne donne rien, en raison de la force de caractère de cette femme. On la confie alors à un interrogatoire plus doux, face à l’espionne Ana Schaerer. Ana lui fait raconter les différentes phases de sa vie, depuis son enfance, jusqu’à sa rencontre avec Frenay, en passant par son mariage et ses engagements politiques. Comment elle, la communiste, a-t-elle pu se trouver un combat commun et respectueux avec Frenay, ex-militaire profondément de droite ?

BertyAlbrecht_BDLa résistante communiste Berty Albrecht

Source : Casterman

Voir aussi : La Résistance féminine en bande dessinée (Blog d’Alexandra Oury).

Exposition : Femmes et Résistance – 29 avril/2 juin 2015

Annonce de l’inauguration d’une exposition consacrée aux résistantes pendant la Seconde guerre mondiale.

Expo_Femmes&Résistance_2015

Alors que l’on célèbre le 70e anniversaire du premier vote des femmes (pour les élections municipales du 29 avril 1945) et que les résistantes Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz entrent au Panthéon, il est désormais certain que l’histoire ne saura plus s’écrire sans elles. Durant la Seconde Guerre mondiale elles furent nombreuses à s’engager dans la Résistance, à se battre et parfois mourir pour leurs idéaux. À travers les portraits de quarante-six héroïnes, cette exposition est l’occasion de rendre hommage à l’ensemble de ces femmes. Après la fin des hostilités de nombreuses résistantes continuent le combat, en témoignant inlassablement pour dénoncer les méfaits de l’Occupation ou de la barbarie nazie, s’engager dans les luttes contre tous les racismes, contre le colonialisme ou pour les droits des femmes. Aujourd’hui, ces combats continuent, particulièrement ceux pour la parité, la lutte contre les violences ou encore l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Pour que l’égalité soit réelle. L’exposition sera sur l’esplanade de l’Hôtel de ville de Paris du 29 avril au 2 juin 2015 puis sur les grilles du Panthéon du 6 juin au 6 juillet 2015.

Cette exposition a été conçue sous le commissariat de Julie d’Andurain et de Pascal Blanchard et réalisée par l’agence les bâtisseurs de mémoire (Emmanuelle Collignon, Tiffany Roux et Thierry Palau) en collaboration avec le secrétariat auprès du ministère de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, le secrétariat auprès du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des Femmes, chargé des Droits des Femmes et la Mairie de Paris.

Renseignements :

Hotel de ville de Paris

Place de l’Hôtel de ville

75004 Paris

01 42 76 40 40

Source : ACHAC

Pour en savoir plus :  Inauguration de l’exposition « Femmes et Résistance »