Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Yuki Tanaka : Continuing Denial of the Victimization of Women. Japan’s military sex slaves in World War II – 1er Juin 2016

Annonce d’une conférence à ne pas manquer.

Continuing Denial of the Victimization of Women: Japan’s military sex slaves in World War II

Yuki Tanaka, Research Professor, Hiroshima Peace Institute, Hiroshima City University

Mercredi 1 juin | 14h00

Sciences Po-CERI

56, rue Jacob 75006 Paris (salle de conférences)

Dans le cadre du groupe de recherche Réflexion sur la violence de masse du CERI

En partenariat avec le Centre d’Histoire de Sciences Po et le programme PRESAGE-OFCE

Yuki Tanaka will describe the systematic sexual enslavement of women (the so called “comfort women system”) that was operated in Asia by the Japanese Imperial Forces during the Asia-Pacific War between 1931 and 1945. He will examine the distinctive characteristics of this system, comparing it with violence against women committed by forces of other nations, such as Germany and the U.S. during World War II and the post-war occupation period. He will also discuss the history of the movement that denies the existence of the Japanese military sex slave system and examine its roots in gender relations.

Discussant : Elissa Mailänder, Associate Professor, Sciences Po-CHSP

Chair: Karoline Postel-Vinay, Senior Research Fellow, Sciences Po-CERI

Responsables scientifiques: Claire Andrieu (Sciences Po-CHSP & CERI), Ariel Colonomos (Sciences Po-CERI), Riva Kastoryano (Sciences Po-CERI), Elissa Maïlander (Sciences Po-CHSP), Mario del Pero (Sciences Po-CHSP), Karoline Postel-Vinay (Sciences Po-CERI)

 

Photo credit: Action Images / Danny Moloshok Livepic.

EN APPLICATION DU DISPOSITIF EXCEPTIONNEL DE SÉCURITÉ, L’INSCRIPTION A CET ÉVÉNEMENT EST OBLIGATOIRE.

Source : SciencesPo

Sarah Helm : Si c’est une femme [parution]

[ndlr] Une enquête minutieuse, une étude dense de la journaliste anglaise. Présentation de l’éditeur.

Les femmes, qui arrivaient parfois de nuit, croyaient être près de la côte car le vent y avait un goût de sel et elles sentaient le sable sous leurs pieds. Quand venait le jour, elles voyaient que le camp était construit au bord d’un lac et entouré de forêts. Himmler aimait que ses camps soient dans des lieux d’une grande beauté naturelle, et de préférence dissimulés. Aujourd’hui, le camp est toujours hors de vue ; les horribles crimes qui y ont été commis et le courage des victimes restent largement ignorés.
SarahHelm_SiCestUneFemme

De 1939 à 1945, au camp de Ravensbrück, 132 000 femmes et enfants furent les victimes silencieuses des nazis. Résistantes, Tziganes, Témoins de Jéhovah, handicapées, prostituées ou juives, elles étaient pour le Reich des déclassées, des « bouches inutiles ». Parmi elles, 8 000 Françaises dont Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

Fruit d’un travail d’enquête minutieux à travers le monde à la rencontre des dernières rescapées et des familles des déportées, ce livre exceptionnel redonne la parole à ces femmes, vibrantes héroïnes d’une histoire restée trop longtemps marginale.

Source : Calmann-Lévy

Voir aussi :

De la même auteure :

  • Helm, Sarah, Vera Atkins, une femme de l’ombre. La résistance anglaise en France, Paris, Éditions du Seuil, 2010, 503 p. Traduction de  « A life in secrets : the story of Vera Atkins and the lost agents of SOE » par Jean-François Sené.

Résistantes – documentaire de Pierre Hurel

A voir, le documentaire sur les résistantes françaises à l’occupation nazie.

Résistantes

On a oublié d’inscrire leurs noms dans les livres d’Histoire. Et pourtant, lorsqu’elles avaient 20 ans, ces vieilles dames ont sauvé la France.

Marie-Jo Chombart de Lauwe, 92 ans. Entrée dans la résistance à 16. Arrêtée par la Gestapo. Déportée en Allemagne.

Madeleine Riffaud, 91 ans. L’une des seules femmes devenue franc-tireur. Elle a affronté les Allemands les armes à la main.

Cécile Rol-Tanguy, 95 ans. Elle a tapé à la machine l’appel à l’insurrection de Paris. Transportait des armes dans le landau de sa petite fille.

Ces femmes se sont dressées contre l’incarnation du mal : l’ordre nazi. Chacune à leur manière, sans jamais se rencontrer, Marie-Jo, Madeleine et Cécile ont traversé la guerre avec le même idéal : Résister.

Aujourd’hui, elles ont 90 ans ou plus. Les survivantes. Et elles témoignent toujours. Pas seulement de leurs 20 ans héroïques, mais aussi des 70 années qui ont suivi, de la bataille de la mémoire, du bilan de leur vie. Avec un leitmotiv commun : transmettre la vigilance. Car demain, il faudra peut-être à nouveau entrer en résistance.

 

Réalisation : Pierre Hurel
Production : Eléphant Doc, Chrysalide
Participation : France 3, CNC
Producteurs délégués : Emmanuel Chain, Thierry Bizot, Gaël Leiblang, Béatrice Schönberg
Producteur exécutif : Fabrice Frank
Montage : Laure Matthey

Source : France 3

Image « à la une » : Marie-Jo Chombart de Lauwe

Miriam Gebhart : Als die Soldaten kamen

[ndlr] Parution d’une étude de Miriam Gebhart, journaliste et historienne, sur les viols de femmes allemandes à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Gebhart_AlsDie SoldatenKamen

When the Soldiers Came

The rape of German women at the end of World War II

A new look at the abusers and the victims

The soldiers who defeated the Nazi German forces National Socialist at the end of World War II also brought new suffering to many women. Countless girls and women (and no few men as well) became the victims of sexual violence – all over the country. In contrast to a widely held belief, it was not just « the Russians » who were the offenders, but also American, French and British soldiers.

Using new source material, Miriam Gebhardt has outlined the extent of the violence during the period of occupation at the end of the war – the first historically founded treatment of this topic. She also impressively describes how these women later again became victims – of doctors who arbitrarily agreed to or turned down abortion; of social workers who put pregnant women into homes. And last but not least of a society that right down to the present day would prefer not to talk about the mass crimes, that would rather just forget about the whole business.

Miriam Gebhardt is a historian and journalist and teaches history at the University of Konstanz. She was awarded a PhD for her study Fear of the Juvenile Tyrant: A History of Upbringing in the 20th Century (2009). DVA published her books on Rudolf Steiner: A modern prophet (2011) and Alice in No-Man’s Land. How the German Women’s Movement Lost the Women (2012).

Source : DVA

Pour en savoir plus :

 Image « à la une » : photo Scherl.

Femmes en résistance [bande dessinée]

Publication d’une série de quatre albums dédiée à des figures importantes de la résistance européenne pendant la Seconde guerre mondiale. Numéros 1, 2 et 3 édités et 4 à venir. Présentation de l’éditeur.

Entièrement scénarisée par Régis Hautière et Francis Laboutique, avec le concours de l’historienne Emmanuelle Polack, cette tétralogie dont chacun des albums est mis en images par un dessinateur différent s’attache aux destins et parcours croisés de cinq femmes d’exception au cours de la Seconde Guerre mondiale. Quatre d’entre elles, toutes mortes très jeunes (Amy Johnson, Sophie Scholl, Bertie Albrecht et Mila Racine), ont réellement existé. Seule la cinquième, Anna Schaerer, journaliste, est un personnage fictif, qui permet de faire le lien entre ces différentes héroïnes, qui au cours du conflit n’ont pas toutes été dans le même camp. Chacun des albums de cette grande saga en forme de biopic peut se lire séparément, l’ensemble formant néanmoins un ensemble narratif cohérent.

Dessiné par Pierre Wachs, le premier tome de Femmes en résistance évoque l’itinéraire mouvementé de l’aviatrice britannique Amy Johnson, dont la passion et le talent pour l’aviation, alors totalement inhabituels pour une femme, ont constitué un formidable défi face aux préjugés de son époque.

L.10EBBN001732.N001_FEMRESIT1_C_FRL’aviatrice britannique Amy Johnson

Après l’évocation de l’aviatrice britannique Amy Johnson par Pierre Wachs, voici le deuxième volet de cet ambitieux projet : l’histoire tragique de Sophie Scholl, une très jeune allemande qui osa résister de l’intérieur au régime nazi avec son mouvement la Rose Blanche – au prix de sa vie.

1942, Munich. Sophie Scholl, jeune étudiante, dénonce le régime nazi au travers d’actions non violentes. Mais son combat au nom de la liberté et de l’honneur, elle devra le payer au prix fort.

SophieScholl_BDL’étudiante antinazie Sophie Scholl

Arrêté par la Gestapo en 1943, la résistante communiste Berty Albrecht avait fondé le journal Combat avec Henri Frenay. Focus didactique sur une figure forte de la Résistance française.

Après avoir hérité d’un mystérieux carnet de notes légué par sa tante à sa mort, Claire a entamé de solides investigations dans le passé de quatre femmes résistantes durant la seconde guerre mondiale. L’une d’entre elle, Berty Albrecht, communiste, féministe et idéaliste, fait même partie des 6 figures féminines de la Résistance qui ont aujourd’hui mérité leur place au sein du mausolée mémorial du mont Valérien. En mai 1943, elle est l’une des principales rédactrices du journal Combat, au côté de Henri Frenay, lorsque la Gestapo la cerne dans un square de Mâcon. La Gestapo échoue ce jour-là à capturer Frenay… et pour cause : il n’est pas à Mâcon. Berty Albrecht est emmenée pour un interrogatoire musclé… qui ne donne rien, en raison de la force de caractère de cette femme. On la confie alors à un interrogatoire plus doux, face à l’espionne Ana Schaerer. Ana lui fait raconter les différentes phases de sa vie, depuis son enfance, jusqu’à sa rencontre avec Frenay, en passant par son mariage et ses engagements politiques. Comment elle, la communiste, a-t-elle pu se trouver un combat commun et respectueux avec Frenay, ex-militaire profondément de droite ?

BertyAlbrecht_BDLa résistante communiste Berty Albrecht

Source : Casterman

Voir aussi : La Résistance féminine en bande dessinée (Blog d’Alexandra Oury).