Archives par mot-clé : sociologie

Encyclopédie critique du genre – Corps, sexualité, rapports sociaux (sous la direction de Juliette Rennes)

Un instrument de travail clé pour cette approche sous la direction de la sociologue Juliette Rennes, enseignante-chercheuse à l’EHESS. Présentation de l’éditeur.

rennes_encyclopediecritiquedugenre

« Désir(s) », « Mondialisation », « Nudité », « Race », « Voix »… Les soixante-six textes thématiques de cette encyclopédie explorent les reconfigurations en cours des études de genre.

Trois axes transversaux organisent cette enquête collective : le corps, la sexualité, les rapports sociaux. Dans les activités familiales, sportives, professionnelles, artistiques ou religieuses, les usages du corps constituent désormais un terrain privilégié pour appréhender les normes et les rapports de genre. Les pratiques érotiques que les sociétés, à travers l’histoire, ont catégorisées comme normales ou déviantes occupent quant à elles une place inédite pour éclairer les articulations entre hiérarchies des sexes et des sexualités. Enfin, les inégalités liées au genre sont de plus en plus envisagées en relation avec celles liées à la classe sociale, la couleur de peau, l’apparence physique, la santé ou encore l’âge. Cette approche multidimensionnelle des rapports sociaux a transformé radicalement les manières de penser la domination au sein des recherches sur le genre.

En analysant les concepts, les enquêtes empiriques et les débats caractéristiques de ces transformations saillantes, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage dessinent une cartographie critique des études de genre en ce début de XXIe siècle.

Tables des matières

Introduction. La chair des rapports sociaux, par Juliette Rennes, avec Catherine Achin, Armelle Andro, Laure Bereni, Alexandre Jaunait, Luca Greco, Rose-Marie Lagrave, Gianfranco Rebucini
Affects, par Sébastien Roux
Âge, par Juliette Rennes
Animal, par Flo Morin
Arts visuels, par Charlotte Foucher Zarmanian
Beauté, par Rossella Ghigi
Bicatégorisation, par Michal Raz
Bioéthique et techniques de reproduction, par Emmanuelle Yvert
Care, par Francesca Scrinzi
Conjugalité, par Fernanda Artigas Burr et Manuela Salcedo Robledo
Consommation, par Leora Auslander
Contraception et avortement, par Mona Claro
Corps au travail, par Natalie Benelli
Corps légitime, par Isabel Boni-Le Goff
Corps maternel, par Coline Cardi et Chiara Quagliariello
Culture populaire, par Keivan Djavadzadeh
Cyborg, par Delphine Gardey
Danse, par Violeta Salvatierra García de Quirós
Désir(s), par Mathieu Trachman
Drag et performance, par Luca Greco et Stéphanie Kunert
Éducation sexuelle, par Aurore Le Mat
Espace urbain, par Marianne Blidon
Filiation, par Sylvie Steinberg
Fluides corporels, par Nahema Hanafi et Caroline Polle
Gouvernement des corps, par Gwénaëlle Mainsant
Gynécologie, par Marilène Vuille
Handicap, par Pierre Brasseur
Hétéro/homo, par Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch
Incorporation, par Martine Court
Inné/acquis, par Pierre-Henri Gouyon
Internet, par Marie Bergström
Jeunesse et sexualité, par Jean Bérard et Nicolas Sallée
Langage, par Alice Coutant
Mâle/femelle, par Priscille Touraille
Mondialisation, par Milena Jakšić
Mythe/métamorphose, par Anne Creissels
Nation, par Brice Chamouleau et Patrick Farges
Nudité, par Juliette Gaté
Objets, par Anne Monjaret
Organes sexuels, par Sylvie Chaperon
Parenté, par Olivier Allard
Placard, par Rostom Mesli
Plaisir sexuel, par Patricia Legouge
Poids, par Solenn Carof
Pornographie, par Mathieu Trachman et Florian Vörös
Postcolonialités, par Malek Bouyahia
Prostitution, par Clyde Plumauzille
Psychanalyse, par Adrienne Harris et Eyal Rozmarin
Puberté, par Laura Piccand
Queer, par Maxime Cervulle et Nelly Quemener
Race, par Lila Belkacem, Amélie Le Renard et Myriam Paris
Regard et culture visuelle, par Giovanna Zapperi
Religion, par Béatrice de Gasquet
Santé, par Anne-Sophie Cousteaux
Scripts sexuels, par Lucas Monteil
Séduction, par Mélanie Gourarier
Sport, par Anaïs Bohuon et Grégory Quin
Taille, par Priscille Touraille
Technologie, par Lucie Dalibert
Trans’, par Emmanuelle Beaubatie
Travail domestique/domesticité, par Caroline Ibos
Vêtement, par Pascal Barbier, Lucie Bargel, Amélie Beaumont, Muriel Darmon et Lucile Dumont
VIH/Sida, par Gabriel Girard
Violence (et genre), par Ilaria Simonetti
Violence sexuelle, par Alice Debauche
Virginité, par Simona Tersigni
Voix, par Aron Arnold
Les auteur•e•s
Index thématique.

Source : La Découverte

Christine Détrez : Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?

Parution en 2016 d’un petit ouvrage de Christine Détrez plein de vérités à rappeler. Le sous-titre précise le propos : « Sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences ». Présentation de l’éditeur.

detrez_lesfemmespeuventellesetredegrandshommes

« Pourquoi les femmes ne sont-elles pas reconnues et célébrées à l’égal des hommes ? »

Le génie a-t-il un sexe ? Les femmes illustres font figure d’exception, en littérature, dans les arts ou les sciences, sans parler de la vie publique. Des lois garantissent pourtant l’égalité d’accès des deux sexes à l’école et à l’université, dont les filles sortent plus nombreuses et plus diplômées que les garçons. Comment alors expliquer qu’il y ait toujours si peu de femmes célébrées ? Pour donner la place qui leur revient aux femmes de talent, les initiatives se multiplient. Leur généralisation est indispensable pour construire une société égalitaire.

Christine Détrez est maîtresse de conférences en sociologie à l’École normale supérieure de Lyon. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages en sociologie de la culture et du genre.

Réf. : Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes?, Paris, Belin, coll. Égale à égal, 2016, 71 p.

Source : Belin

Autres ouvrages de cette auteure (sélection) :

« Le sexe des ordinateurs : décrire et comprendre la trajectoire sexuée des carrières en sciences et techniques informatiques » – Journée d’étude

Journée d’étude Genre et Sciences

« Le sexe des ordinateurs : décrire et comprendre la trajectoire sexuée des carrières en sciences et techniques informatiques »

Vendredi 10 juin 2016
9h30 – 17h30
salle 1 place de l’École, ENS Lyon site Monod


Cette journée d’étude porte sur l’actualité des analyses concernant la réticence féminine et la domination masculine à l’égard du monde numérique, telles qu’elles se donnent à voir en particulier dans les trajectoires de formation et les parcours d’insertion professionnelle des jeunes. 

Nous aborderons à la fois les questions de compétences socio-cognitives facilitantes à l’égard des mathématiques qui fondent l’accès aux filières de sciences de l’ingénieur en France ; de la masculinisation des représentations associées à l’univers numérique ; de la dé-féminisation des études supérieures en informatique ; de l’impact des dispositifs d’inclusion et de parité dans ces filières ; des premières carrières des diplômées en informatique.

La journée sera l’occasion de mettre en perspective les méthodes d’enquête et la portée de travaux renouvelés en sociologie, sciences de l’information et psychologie sociale.

Entrée libre sans inscription.

Voir programme détaillé : programme-sexe-des-ordinateurs

Source : ENS de Lyon

Kim Van Chien : Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Vietnam [thèse]

Soutenance de thèse le mercredi 26 juin 2013 à 14h

Université Paris-Ouest – Nanterre La Défense – Bât. B – salle B015 René Rémond

M. KIM Van Chien, présente ses travaux de recherche en vue de l’obtention du doctorat en Lettres et Sciences Humaines

Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam

NuTNXPThaiBinh
Jeunes femmes volontaires (TNXP) de la province de Thai Binh

Section CNU: 19 –  Sociologie, démographie
Directeur de thèse : M. Alain CAILLÉ, Professeur Emérite

Membres du jury :

M. Jacques BAROU, Directeur de recherche CNRS, Sciences Politiques
M.  Alain CAILLÉ, Professeur Emérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Mme Myriam DE LOENZIEN, Chargé de Recherche, Institut de recherche et de développement
M. LE Huu Khoa, Professeur des Universités, Université Lille 3
M. TRINH Van Thao, Professeur émérite, Université Aix Marseille 1

Résumé

Trente cinq ans ont passé depuis la fin de la Guerre du Viêt Nam, mais pour les femmes ex-volontaires le combat continue. Combat pour une vie décente. A leur retour, pour s’intégrer à une vie normale, il leur a fallu dépasser toutes sortes de difficultés : d’abord celles liées à leur état de santé, puis les difficultés économiques, sociales et familiales. Bien que l’État vietnamien ait enfin adopté des mesures en leur faveur, celles-ci se sont révélées impuissantes à améliorer leur niveau de vie et à compenser leurs souffrances. Elles ont donc le sentiment de ne pas avoir été reconnues.

Les résultats scientifiques de cette thèse ont montré que le choix altruiste de leur engagement pendant la guerre s’était fait sur une base « rationnelle ». Malgré certains cas d’engagements « forcés », la majorité d’entre elles se sont déterminées à partir d’un intérêt privé : venger la mort d’un proche, obéir à l’esprit révolutionnaire familial, ou goût de l’uniforme, peur du « qu’en-dira-t-on », désir d’indépendance, fuir la pauvreté familiale, laisser un garçon à la maison pour s’occuper des ancêtres et s’engager à sa place. Intérêt d’ordre personnel, familial, économique ou révolutionnaire. Rarement purement patriotique.

Sur les champs de bataille, elles ont non seulement aidé les combattants en assumant les transports de munitions, de vivres, de blessés ou les travaux reconstruction des routes, mais elles ont aussi combattu aux côtés des hommes, armes à la main.

Nous avons vu l’importance des éléments extérieurs, « exogènes », ayant contribué à leur souffrance, comme l’environnement géographique (montagnes, jungle et présence d’animaux dangereux ou porteurs de maladies ; le climat (alternance de pluies ou de sécheresses intenses) ; les circonstances de guerre (bombardements, produits chimiques, blessures, exposition à la mort) et les circonstances dues aux déplacements (faim, soif, fatigue, épuisement du corps).

A leur retour, ces femmes n’ont pas été reconnues. Les traces laissées sur leur corps par la guerre ont gravement perturbé leur intégration : solitude, mariage difficile, santé maladive. Leur faible niveau d’éducation ne leur permettant pas de trouver un emploi correct, c’est donc sur tous les fronts qu’elles ont dû se battre : personnel, familial et professionnel. La société, à ce jour, les distingue en six catégories : mariées, divorcées, séparées, célibataires, sans enfant et sans-abri. C’est ainsi, avec l’ensemble des ex-jeunes volontaires qui réclamaient une identité et des droits particuliers, qu’ils ont d’abord « lutté pour la reconnaissance ». Puis ont participé à la création du Comité de liaison des ex-jeunes volontaires, auquel a succédé l’Association des ex-jeunes volontaires. Cette association a constitué LA nouvelle force motrice. Elle a joué pleinement son rôle de témoin historique, exigeant du Parti et des autorités locales la mise en œuvre de politiques sociales appropriées. Mais ces politiques n’ont répondu que partiellement aux attentes. « Le don et le contre-don » ne sont donc pas équitables, car cette aide demeure très insuffisante et ne touche qu’un nombre restreint de femmes, celles ayant pu conserver durant toutes ces années les fameux papiers justifiant leur engagement, et justifiant leurs blessures.

Mots clés: Vietnam, guerre, femme, volontaire, reconnaissance, identité, don

Source : Ecole doctorale EOS