Archives par mot-clé : viols

Women at War – Elspeth Cameron Ritchie and Anne L. Naclerio eds. [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage sur les femmes et leur expérience de la guerre. Présentation de l’éditeur.

  • This is the first full length volume on female service members in combat.
  • Expands the discussion way past sexual assault to all medical aspects of women in deployment.

In the very first text of its kind, Women at War brings together all available information and experience on women’s physical and mental health in one resource to enlighten the practitioners caring for them. Our U.S Department of Defense is approximately 15% women with over 300,000 women having deployed since September 11th, 2001. This book reviews the epidemiology, changes in policy and demographics of women in the services, the factors affecting their health and health care while serving in austere environments, issues related to reproductive and urogenital health and how health care providers can help prepare and prevent illness. The book also looks at mental health issues to include PTSD and other psychological effects of war, intimate partner violence, sexual assault and suicide, as well as the veteran experience. The book brings together researchers, clinicians, and service member experience and presents the information in a practical, actionable format. It also highlights areas where data is lacking and more study is demanded.

Source : Oxford University Press

Miriam Gebhart : Als die Soldaten kamen

[ndlr] Parution d’une étude de Miriam Gebhart, journaliste et historienne, sur les viols de femmes allemandes à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Gebhart_AlsDie SoldatenKamen

When the Soldiers Came

The rape of German women at the end of World War II

A new look at the abusers and the victims

The soldiers who defeated the Nazi German forces National Socialist at the end of World War II also brought new suffering to many women. Countless girls and women (and no few men as well) became the victims of sexual violence – all over the country. In contrast to a widely held belief, it was not just « the Russians » who were the offenders, but also American, French and British soldiers.

Using new source material, Miriam Gebhardt has outlined the extent of the violence during the period of occupation at the end of the war – the first historically founded treatment of this topic. She also impressively describes how these women later again became victims – of doctors who arbitrarily agreed to or turned down abortion; of social workers who put pregnant women into homes. And last but not least of a society that right down to the present day would prefer not to talk about the mass crimes, that would rather just forget about the whole business.

Miriam Gebhardt is a historian and journalist and teaches history at the University of Konstanz. She was awarded a PhD for her study Fear of the Juvenile Tyrant: A History of Upbringing in the 20th Century (2009). DVA published her books on Rudolf Steiner: A modern prophet (2011) and Alice in No-Man’s Land. How the German Women’s Movement Lost the Women (2012).

Source : DVA

Pour en savoir plus :

 Image « à la une » : photo Scherl.

Le Ly Hayslip: Entre le ciel et la terre – CR de lecture par Marie-Astrid Gillier

                                                             « Que je sois encore violée ou pas ; que je sois peut-être arrêtée à nouveau par les Vietcongs, ou par les gouvernementaux, en quoi cela avait-il quelque importance ? Les balles de l’un économiseraient celles de l’autre. Dans cette terrible, interminable et STUPIDE guerre, les deux camps avaient enfin trouvé l’ennemi idéal : une paysanne terrifiée qui consentirait éternellement à être leur victime, comme tous les autres paysans vietnamiens depuis la création jusqu’à la fin des temps. Je me promis qu’à partir de maintenant je me laisserais emporter par le courant le plus fort et le vent le plus violent, sans jamais résister. Pour résister, il faut croire à quelque chose. »

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Éditions du Seuil, 1993, p. 101.

LeLyHayslip_EntreLeCiel&LaTerreEntre le ciel et la terre est le premier des deux tomes des mémoires de Le Ly Hayslip. Dans ce récit saisissant, l’auteur raconte son enfance dans le village de Ky La, à quelques kilomètres au sud du 17e parallèle, puis ses errances dans les villes de Saigon et Da Nang jusqu’à son mariage avec le soldat américain Ed Munro et son départ pour les États-Unis en 1970. Témoin du départ des Français, de l’arrivée des Américains et des luttes fratricides entre le Vietcong[1] et les troupes républicaines, elle nous livre une vision interne du déroulement de ces événements tragiques et de leur impact sur les populations du Centre Viêt Nam. Prises en tenaille entre les deux camps aux heures les plus violentes de la guerre civile, elles ont été plus durement touchées. Le témoignage de Le Ly vient donc combler le silence qui entoure l’histoire des populations les moins audibles : les femmes, les paysans, les Vietnamiens originaires des régions centrales.

Cet ouvrage est intéressant à un autre égard. Sa structure originale, qui mêle deux chronologies, nous invite à porter un regard particulier sur le Viêt Nam des années 1980 à la lumière du conflit. Chaque chapitre est ainsi composé de deux récits : celui de l’enfance de Le Ly, et celui de son retour au Viêt Nam en 1986, à l’occasion d’un voyage qu’elle entreprend pour renouer avec sa famille et ses racines.

* * *

L’épreuve de la guerre au féminin

La guerre du Vietnam, en tant que conflit intra-étatique, a été particulièrement cruelle à l’égard des populations civiles. Une contribution de l’ouvrage à l’historiographie du conflit est de mettre en lumière les violences particulières subies par les femmes.

  • Les responsabilités liées à la survie de la famille

Le premier type de violence subies par les femmes résulte des responsabilités vitales qui leurs incombent dans le cercle familial en dépit du manque de moyen. On peut la rapprocher des violences que le chercheur Hugo Slim qualifie d’ « indirectes, par opposition aux massacres et aux exactions »[2], tout en soulignant qu’elles provoquent des souffrances et répercutions très concrètes dans la vie de ces personnes. Dans la famille Phung, en l’absence des fils partis combattre pour le Vietcong, les femmes célibataires portent la responsabilité tout à la fois de prendre soin des plus faibles, de subvenir à leurs besoins économiques, ainsi que de surveiller la terre familiale. Ces tâches sont assurées successivement par les femmes célibataires du foyer : Le Ly elle-même, et ses grandes sœurs Lan et Hai selon celle qui dispose du plus (ou du moins peu) de ressources. Ainsi, Le Ly se réfugie chez Lan lorsqu’elle est enceinte et chassée par son employeur tandis que, plus tard, c’est elle qui subvient aux besoins de son fils et de sa mère en travaillant sur les marchés noirs. Après la mort du père, Hai, devenue veuve, revient à son tour au village pour s’occuper de la terre familiale et de sa mère.

Dans un contexte contraint par le manque de moyen et les dangers multiples véhiculés par la guerre, ces responsabilités engendrent des souffrances perceptibles tout au long du livre. Dans une crise de colère liée au désespoir, Lan met ainsi à la porte sa jeune sœur enceinte et sans ressource (p. 182). Le Ly, qui vient de refuser l’hospitalité à un MP américain venu rendre visite à Lan, met en danger la stratégie de survie de sa sœur fondée sur la fréquentation des soldats américains.

Ces responsabilités ne sont pas accompagnées de reconnaissance, contrairement aux injonctions faites aux hommes de rejoindre la lutte dans les rangs du Vietcong : l’aîné Bon Ghe obtient ainsi un poste de fonctionnaire au sein du gouvernement central après 1975. Ce manque de reconnaissance résulte d’une dévalorisation des activités féminines présentées comme passives : alors qu’enfant Le Ly évoque son désir de devenir soldat, son père lui répond : « Le devoir d’une femme vaillante est de rester en vie pour veiller sur tout et protéger le village. Tu trouveras un mari et tu auras des enfants à qui tu raconteras l’histoire de tout ce que tu as vu » (p. 32). Dans son livre, Le Ly ne raconte pas seulement ce qu’elle a vu mais également les risques qu’elle a pris et les efforts qu’elle a fournis pour protéger sa mère et son fils. Plus tard, elle affirme d’ailleurs que « donner la vie, la développer et la défendre [requiert] la force d’un soldat » (p. 72).

  • Les violences sexuelles

Le récit montre aussi que les femmes sont très communément exposées à des violences physiques. En tant que femmes, elles doivent faire face à un risque de viol quasi-perpétuel.

Le Ly, elle-même, subit deux viols successifs. Ce passage est sans conteste le plus poignant du livre : la typographie change et c’est en majuscule que Le Ly écrit « J’AVAIS ETE VIOLEE » (p. 97). En dépit des tortures qu’elle a subies, des situations désespérées où elle s’est trouvée à errer dans la rue sans ressources, Le Ly n’évoque jamais le souhait de mourir. A l’exception de ce récit, où, à quatre reprises, elle affirme « désirer ardemment la balle du fusil de Loi » (p. 98).

Le viol apparait dans toute sa cruauté : il constitue une violence physique d’intensité rare, mais aussi une violence symbolique et sociale. « Tout ma vie était maintenant alourdie par le temps, celui que je ne passerais pas avec un mari car j’avais été souillée » pense Le Ly (p. 98). Le viol annonce sa mort sociale, elle sait désormais qu’elle n’accèdera jamais à la place qui est pressentie aux femmes dans sa société. Cette fois-ci, comme pour les tentatives de viol qu’elle subit par la suite, elle tait sa douleur : la culpabilité de ses agresseurs rejaillit sur elle et elle ne se sent plus digne d’appartenir à cette société.

En dépit de l’intensité particulière de cette violence, le viol apparait comme un événement banal pour les femmes vietnamiennes. Les quatre agressions sexuelles que Le Ly relate par la suite proviennent d’horizons divers : de soldats comme de populations civiles, et interviennent dans les espaces publics comme dans le cadre privé. Ils sont le fait de son employeur lorsqu’elle qu’elle travaille comme servante dans une maison (p. 109), d’un ancien voisin chez qui Le Ly et sa mère passent la nuit (p. 120), d’une bande de jeunes, croisés dans les rues de Saigon (p. 178), et d’un officier du Bureau de placement américain (p. 315).

Bien que non toléré par le Vietcong, le viol de Le Ly est présenté par ses deux assaillants comme une punition qui a pleinement sa place dans la guerre : « Saloperie de traître », l’insultent-ils. Il est donc une arme de guerre, au même titre que la sentence de mort qu’il vient remplacer. Comme l’a souligné l’historien François Guillemot, l’utilisation de ce type d’arme proprement sexuée montre que la guerre du Vietnam a aussi été « une guerre contre les femmes »[3].

  • L’errance et la fuite

Une troisième source de souffrance pour Le Ly, récurrente tout au long du livre, réside dans les déplacements successifs auxquels elle est contrainte. Selon Hugo Slim, « la perte de contrôle de son espace traditionnel et de ses habitudes de mouvements est un élément majeur de l’expérience vécue par les civils dans les conflits, et une importante source de souffrance ». Les migrations successives que doit subir Le Ly sont souvent liées à son statut de femme et s’accompagnent d’un déclassement, c’est-à-dire à la fois d’un appauvrissement et d’une perte en reconnaissance sociale.

Le départ de Ky La, qui suit sa condamnation à mort et son viol, constitue une rupture majeure dans la trajectoire de Le Ly. Dans son village, elle était insérée dans une communauté : au sein de sa famille, de son école, et même au sein des combattants du Vietcong qui l’avaient engagée pour donner l’alerte en cas d’attaque républicaine. Obligée de fuir, elle est réduite au statut de migrante à Saigon. Elle trouve une place dans le travail domestique, moins rémunérateur et qui pourvoit moins de reconnaissance que le travail paysan.

Alors que sa vie a tout juste retrouvé une certaine stabilité, l’enfant qu’elle porte de son employeur la contraint à un nouveau départ quand la maîtresse de maison la chasse. La mère de Le Ly sait que ce nouveau départ correspond à une nouvelle étape dans la précarisation du mode de vie de sa fille. Elle propose durement d’en faire « une seconde épouse, une concubine pour le maître et une esclave » pour sa femme (p. 141), sans considérer les larmes de honte de Le Ly. Cette dernière est finalement contrainte de partir, mais perd une nouvelle fois sa dignité et la stabilité précaire dont elle jouissait pour vivre du marché noir dans les rues de Da Nang.

Femme dans une guerre masculine, paysanne en ville, la vie de Le Ly s’organise exclusivement autour de « stratégies de survie »[4]. Elle sait qu’elle n’a rien à espérer de sa vie au Viêt Nam et organise alors sa fuite ultime : son départ pour les États-Unis. Si cette fuite-là est prévue et délibérée, elle n’en est pas pour autant gratuite. Alors que jusqu’ici Le Ly avait toujours refusé de vendre son corps pour assurer sa survie et celles de ses proches, elle repousse ses limites le jour où on lui propose quatre cent dollars : de quoi « graisser des pattes pour un évasion payante » (p. 266). Une nouvelle fois, le sacrifice qu’elle s’impose est de nature physique aussi bien que symbolique et sociale : « Je m’efforçais de faire abstraction de tout ce que j’avais appris de ma famille : honneur, respect de soi-même, maladies vénériennes, grossesse, viol, faire l’amour par amour… » (p. 266). La force de Le Ly est ainsi de savoir toujours réagir face aux violences qui l’accablent : elle est victime de la guerre mais sujet de sa propre histoire.

EntreCielEtTerre
Entre ciel et terre, image du film d’Oliver Stone © DR

« Les balles de l’un économiseraient celles de l’autre »

Parce que Le Ly a été victime de la barbarie des deux camps, elle se trouve dans une position particulièrement adaptée pour dénoncer leurs exactions sans arrière-pensée idéologique.

  • L’usage de la torture chez les Républicains

Le Ly est arrêtée à trois reprises par les Républicains. Elle subit différentes formes de torture dans la prison de Don Tri Tran, proche de son village. Ses tortures sont appliquées comme techniques d’interrogatoires douteuses : elle est trainée par les cheveux et battue (p. 50), et comme technique d’usure lorsqu’elle est enfermée dans une cage « trop petite pour s’y tenir debout ou s’étendre » (p. 51). A la prison redoutée de My Thi, ses interrogatoires sont conduits avec des électrochocs (p. 85). A des fins d’usure, elle est attachée à un poteau avec d’autres une journée entière, les jambes enduites de miel que viennent manger des fourmis venimeuses (p. 88). L’intensité des tortures varie donc en fonction des installations disponibles dans chaque prison, tandis que la procédure change peu, ce qui témoigne de l’usage répandu de ces méthodes. Cette induction est validée par l’historien Christopher E. Goscha, selon qui « l’usage de la torture au Sud Vietnam est devenue une pratique commune en 1949 »[5], l’année de la naissance de Le Ly. Pour autant, il n’existe pas, selon lui, de preuves permettant de dénoncer un recours systématique à de telles pratiques.

D’autres fois, ces tortures sont simplement gratuites. Le Ly se souvient ainsi d’avoir été à la prison pour y chercher sa sœur restée introuvable, une après-midi de son enfance. Elle y voit une femme attachée par les pieds et dont la tête est plongée à intervalle régulier dans un sceau d’eau savonneuse sans qu’on lui pose aucune question, « sans qu’on puisse savoir si c’était pour [ses interrogateurs] un jeu, un amusement ou une punition » (p. 167).

  • Les exécutions sommaires du Vietcong

Alors qu’elle est d’abord enthousiasmée par les discours des militants Vietcong au village, au point d’affirmer un jour à ses parents son « engagement comme ‘cadre politique’ » (p. 42), la brutalité dont elle est victime et témoin la conduit à revoir sa position.

Elle dénonce en particulier la terreur qui règne dans le village après les exécutions aléatoires de paysans : « Ils rassemblaient les villageois pour des procès factices avec des tribunaux d’exception qui condamnaient les accusés et les faisaient exécuter aussitôt. Tout le monde savait que ces prétendus procès étaient en fait des avertissements pour s’assurer que nous ferions ce qu’on nous ordonnerait » se souvient-elle (p. 71). Plusieurs voisins sont ainsi exécutés sous ses yeux pour des faits de collaboration ou espionnage pour le compte de l’ennemi. Quelques années plus tard, Le Ly est elle-même condamnée à mort sous les acclamations craintives de ses voisins sans même que son identité ne leur soit dévoilée (p. 93). De même, sa mère est condamnée à mort avec quatre autres femmes pour avoir failli à prévenir deux soldats vietcongs qui venaient dans le village de la présence de Républicains (p. 114). Cette fois encore, l’expérience de Le Ly ne relève pas de l’exception : François Guillemot relate d’autres exécutions de ce type[6], qui permettent de susciter la peur de la population quand l’adhésion n’est pas garantie.

C’est surtout le viol de Le Ly par les deux insurgés chargés de l’éliminer qui éradique le reste d’admiration qu’elle avait ressenti pour le Vietcong. Les idéaux nationalistes qui l’avaient fait vibrer n’ont plus de sens devant l’horreur des faits réels, comme le dit François Guillemot « l’équation pureté révolutionnaire/pureté sexuelle s’effondre »[7] et Le Ly se résigne à ne compter plus que sur elle-même.

  • Une situation de double contrainte

La population de Ky La, par sa position géographique centrale au Viêt Nam, est particulièrement vulnérable à cette violence multilatérale. Le Ly montre le dilemme imposé à la population de son village : d’une part, il lui est impossible d’éviter tout lien avec l’un des deux camps, d’autre part, des liens répétés avec un côté apparaissent nécessairement suspicieux aux yeux de l’autre. Cela tient du fait que les « gens ordinaires sont rarement totalement innocent en tant de guerre » car leurs contacts avec les deux parties qui s’affrontent pèsent toujours d’une manière ou d’une autre dans la balance des forces en opposition, comme l’a montré Hugo Slim[8].

Prouver sa bonne foi à l’égard d’un camp est d’autant plus difficile que la population est soumise de manière répétée à des injonctions contradictoires. Ils sont particulièrement visibles dans les recommandations qui sont faites aux enfants : à l’instituteur qui les interroge sur leur réaction s’ils voient des Vietcongs, ils répondent « nous le livrerons aux soldats » (p. 33) ; quelques pages plus loin pourtant, le drapeau vietcong est hissé sur le mât de l’école et un officier leur ordonne « prenez tous ces poteaux et allez les cacher ailleurs pour que les Républicains ne les trouvent pas » (p. 36). Dans le contexte où la population est prise à partie, la qualité de paysan, de civil, ne suffit donc pas à faire valoir un statut de victime. C’est donc sur son âge que la mère de Le Ly lui conseille d’organiser sa défense : « Fais comme si tu ne savais rien parce que tu es trop jeune et trop bête », et surtout : « C’est valable pour les deux camps » (p. 50).

La sphère de socialisation d’une personne civile suffit à lui faire porter l’étiquette de membre d’un des deux camps. Pour le Vietcong, tout lien avec des personnalités officielles républicaines peut donner lieu à une sentence de mort sous le chef d’accusations « d’espionnage pour le compte de l’ennemi » (p. 71). A l’inverse, ce sont ses liens avec le Vietcong qui sauvent la mère de Le Ly : « Cette femme a actuellement six neveux et deux gendres en train de combattre l’ennemi. […] Comment osez-vous l’accuser de trahison ? » (p. 114). Cet étiquetage prématuré existe des deux côtés. Les soldats qui interrogent Le Ly en prison tentent eux-aussi d’identifier son milieu de socialisation pour déterminer sa culpabilité : ils lui chantent « Nous sommes heureux et radieux/ Au Vietnam jouons et dansons/ Et chantons tous à l’unissons/ car l’Oncle Hô nous rend heureux » et évaluent sa réaction (p. 53). Le Ly a compris cette stratégie et s’empresse de changer le dernier vers avec le nom de Ngô Dinh Diêm [Président de la Première République au Sud], ce qui lui vaut d’être épargnée pour cette fois.

L’expérience de Le Ly illustre parfaitement la voie sans issue qui guette les paysans de Ky La. Torturée pendant trois jours en prison par les Républicains sans divulguer d’informations, elle est mise à mort par le Vietcong car sa libération rapide est suspicieuse. Le simple fait d’avoir corrompu l’ennemi pour organiser son évasion la rend coupable.

Un regard sur le Vietnam des années 1980 à la lumière du passé

Le récit du voyage de Le Ly, entrecoupé de souvenirs d’enfance, nous permet enfin d’identifier quelques conséquences à long terme que la guerre civile a fait peser sur la société vietnamienne, notamment dans l’articulation délicate entre mémoire et reconstruction.

  • La mémoire familiale du conflit

Les ressentiments qui subsistent entre les anciens partisans de chaque camp pèsent sur la famille de Le Ly. Sa sœur Ba, mariée au policier républicain Chin, est tenue à distance et constitue un objet de rancune pour son frère Bon Ghe, fonctionnaire du nouveau régime. Le Ly sait que cette dispute remonte à leur passé douloureux : elle dit à propos de sa sœur, « plus elle parle, et plus je me prends compte que son différend avec notre mère et avec Bon Ghe est plus profond qu’une simple histoire de vol de colis d’Amérique » (p. 349). Ces différends sont suffisamment profonds pour prendre le dessus sur les valeurs bouddhistes qui prônent l’unité de la famille : à travers les conflits de mémoire, la représentation des rôles de chacun par rapport aux autres est en jeu. La mémoire du conflit est ainsi au cœur de la crise du lien familial matérialisée par l’exclusion de Ba.

LeLy2
Le Ly et sa famille aux Etats-Unis @ The Face of the Enemy

Dans le discours de celle-ci, des revendications apparaissent contre la mémoire partiale des vainqueurs. Elle cherche ainsi à faire reconnaître un statut de victime que l’issue de la guerre lui a refusé : « Chin était alors toujours au camp, et, comme j’étais mariée à un Républicain, je n’ai reçu aucune aide de l’État » (p. 350). De son côté, son frère, qui incarne l’autorité officielle, adhère pleinement à l’idéologie binaire des vainqueurs contre les vaincus, et l’accuse clairement d’avoir choisi le mauvais camp : « “Ba a commis sa première faute quand elle a oublié quel oiseleur veille le mieux sur ses poulets. ” Il fait allusion au divorce de Ba avec son premier mari parti pour le Nord. » (p. 351). Dix ans après le conflit, les blessures restent vives et la réconciliation n’est pas encore à l’ordre du jour.

Pourtant, dernière étape du travail de mémoire selon le philosophe Paul Ricoeur[9], un travail collectif d’oubli semble faire son chemin dans la famille Phung. Il s’agit explicitement pour la mère de Le Ly de parvenir au pardon : « Qu’est-ce que j’enseigne à Ba ? La rancune ! J’ai décidé que non, ça ne pouvait pas aller. […] Ta famille est de nouveau réunie » (p. 348). Le pardon permet ainsi la reconstruction du lien familial : la réintégration de Ba est lente et douloureuse mais l’oubli collectif permet progressivement de déplacer le regard du passé vers le futur.

  • La difficile reconstruction de la société

Si la famille de Le Ly peine à sortir du conflit, c’est que la société dans laquelle elle évolue n’est elle-même pas encore parvenue à une pacification totale. Pour une certaine part de la population, notamment pour le gouvernement, la distinction ennemi / allié opère toujours. Bon Ghe, qui porte la parole officielle, se méfie ainsi de sa sœur parce qu’elle appartient à « l’autre monde » : « il ne faut pas oublier que Bay Ly est une capitaliste. Moi je suis un communiste » rappelle-t-il (p. 174). Ces lignes de fractures empêchent la société d’aller de l’avant, comme le souligne encore Bon Ghe plus tard « la guerre continue pour nous. La confiance n’est pas un bouton qu’on allume et qu’on éteint » (p. 239). Pourtant, la sortie de la pauvreté exige d’abolir cette distinction. Les deux fonctionnaires que rencontrent Le Ly l’ont bien compris : « nous avons besoin d’être acceptés à nouveau au sein de la communauté des nations, pour avoir des partenaires commerciaux, des touristes, de la monnaie étrangère » (p. 277). Ainsi, la guerre se fait ainsi toujours sentir au Viêt Nam, à travers la pauvreté dont elle est responsable et que la société peine à faire disparaitre.

Les conflits de mémoire dans la famille de Le Ly et leurs conséquences sur les relations familiales semblent produire des effets analogues à l’échelle de la société : de même que la famille de Le Ly cherche à renouer les liens familiaux distendus par les lignes de fractures établies par la guerre, la reconstruction de la société exige de recréer le lien social détruit par les rivalités héritées de la guerre. Ainsi, à mesure que la guerre avance, l’insécurité permanente contribue à distendre les solidarités paysannes et les relations sociales de Le Ly avec ses voisins se chargent de suspicion : « nous prenions soin de ne pas parler à quelqu’un de suspect et de ne pas aller au mauvais endroit au mauvais moment », dit Le Ly, par crainte des « accusations erronées de voisins jaloux » (p. 72). Or, la structure du livre fait apparaitre de troublantes similitudes entre les deux périodes sur ce point. Dix ans plus tard, la guerre continue de définir la nature des relations sociales, qui sont toujours marquées par la méfiance réciproque : la famille de Le Ly ne veut pas exposer la venue de cette « capitaliste » car elle a « peur du mouchard communiste aussi bien que de [ses] voisins » (p. 223).

Pour autant, cette fois encore, la situation décrite par Le Ly n’est pas univoque. Le long chapitre dédié à sa rencontre avec deux fonctionnaires désireux d’entendre son point de vue semble indiquer que des initiatives positives de reconstruction se mettent en place. L’attitude de ces deux personnages officiels contraste avec celle de Bon Ghe : alors que ce dernier mettait en valeur les continuités depuis la guerre, eux martèlent « LA GUERRE EST FINIE » (p. 278). Ils soulignent eux-aussi l’importance de la mémoire collective du conflit de l’oubli comme préalable à la reconstruction : « la guerre continuera sans répit tant que ceux qui en ont souffert des deux côtés n’oublieront pas leur douleur ». Par cette assertion, ils balaient d’un seul mouvement les représentations manichéennes du conflit et proposent d’accéder directement à l’étape de réconciliation qui, seule, peut entériner la fin de la guerre.

* * *

Cette première partie des mémoires[10] de Le Ly Hayslip est poignante par deux aspects : elle est tout à la fois le récit d’un destin exceptionnel et un discours qui a une valeur exemplaire en ce qu’il nous donne à voir le quotidien de la guerre pour les moins bien dotés. La grande force du livre est ainsi de mettre en valeur les violences structurelles vécues par les populations pendant la guerre, aussi bien que leurs marges d’action, de réaction, les arrangements qu’ils parviennent à créer et les stratégies de résistance et de contournement qu’ils mettent en place. Une forme très particulière de suspense est véhiculée par la double chronologie de l’ouvrage tant il semble improbable que Le Ly puisse s’en sortir. C’est parce qu’elle maîtrise brillamment cet art de la résistance imperceptible à l’oppression qu’elle est aujourd’hui en mesure de nous raconter son histoire.

Marie-Astrid Gillier, promotion ASIOC 2014-2015.

Notes

[1] J’utilise ici le terme employé de manière non-péjorative par l’auteur tout au long de l’ouvrage pour désigner le Front national de libération du Sud Vietnam.

[2] Hugo Slim, Les civils dans la guerre, identifier et casser les logiques de la violence, Genève : Éditions Labor et Fides, 2009, p.103

[3] François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014, p. 86

[4] Ibid., p. 25

[5] Christopher Goscha, “Intelligence in a Time of Decolonisation. The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50)”, Intelligence and National Security, Vol. 22, n°1, February 2007, p.129

[6] François Guillemot, op. cit., p. 29

[7] Ibid., p. 31

[8] Hugo Slim, op. cit., p. 230

[9] Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Compte-rendu de lecture par Pauline Seguin.

[10] La seconde partie a été publiée sous le titre : Child of War, Woman of Peace (Doubleday, 1993). L’ensemble de ses deux textes a été utilisé pour le scénario du film d’Oliver Stone Entre ciel et terre (1993).

Références :

  • Goscha, Christopher E., “Intelligence in a Time of Decolonisation. The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50)”, Intelligence and National Security, Vol. 22, n°1, February 2007, pp. 100 – 138
  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014, 246 p.
  • Hayslip, Le Ly (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Éditions du Seuil, 1993, 381 p.
  • Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, cité par Pauline Seguin : « Compte-rendu de lecture pour le séminaire ASIOC », disponible en ligne : https://indomemoires.hypotheses.org/3261, consulté le 6.11.14
  • Slim, Hugo, Les civils dans la guerre, identifier et casser les logiques de la violence, Genève : Éditions Labor et Fides, 2009, 373 p.

Marie-Astrid Gillier est étudiante en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’ENS de Lyon, dans le cadre d’un double diplôme avec Sciences Po Lille. Elle est actuellement à Pékin, où elle effectue  des recherches sur le tourisme sexuel pour son mémoire de recherche en sociologie.

Penser la guerre à partir des femmes et du genre : l’exemple de la Grande Guerre

Signalement d’un article clé de l’historienne Françoise Thébaud.

Résumé :

Francoise-ThebaudFrançoise Thébaud, en posant la question de savoir comment le genre structure les politiques de guerre, présente une intervention qui fait le point sur la « barbarisation » de la guerre dans le cadre de l’histoire du genre, à partir de la mise en évidence du passage du problème de l’émancipation, ou de l’autonomisation (cf. travaux des années 1960-1970), des femmes à celui de la réflexion plus récente sur la violence de guerre (depuis les années 1980) qui conteste la thèse de la guerre « émancipatrice » (si provisoire et superficielle qu’ait été cette émancipation). Dans ce cadre-là, la guerre en ex-Yougoslavie a pu jouer un rôle d’accélérateur de la prise de conscience du caractère très relatif de l’émancipation des femmes par la guerre des hommes. Certains historiens récents de la Première Guerre mondiale en viennent à travailler sur la culture de guerre qui serait le fondement d’une « brutalisation » du conflit au nom d’une « ethnicisation » de l’ennemi. Leurs thèses sont contestées par ceux qui rejettent l’idée d’un simple consentement à la guerre au profit d’un mélange complexe de contraintes, fraternité, patriotisme et refusent que la « culture de guerre » prenne le pas sur les autres cultures pré-existantes. La place des femmes et du genre dans la guerre est d’abord abordée par F. Thébaud à la lumière d’une double mythologie sexualisée (l’équation pureté nationale/pureté sexuelle et la féminisation de l’ennemi comme décadent) et de l’autre mythe de la femme « naturellement » pacifiste en tant que mère potentielle. Or, les féministes ont adhéré massivement à l’effort de guerre et l’internationalisme « féministe » s’est effondré. Par ailleurs, la relative « humanisation » du conflit dont sont porteuses les femmes aux armées se fait toujours au service exclusif de la patrie. Dans un dernier volet de son intervention, F. Thébaud s’attarde sur la réalité des violences faites aux femmes et les réactions qu’elles ont pu susciter. Les viols ont eu lieu pendant l’invasion plus que pendant l’occupation et le débat sur l’« enfant de l’ennemi » s’il a été animé d’un point de vue discursif ne permet pas d’en savoir beaucoup plus sur la réalité. Les déportations de femmes hors des villes occupées suscitèrent, quant à elles, suffisamment de réactions violentes pour que les Allemands mettent fin à cette pratique dès 1916. Certaines interventions féministes visèrent à modifier les lois de la guerre mais on en sait peu sur la place des femmes dans l’humanisation de la guerre. Par ailleurs, une comparaison s’avérerait nécessaire entre les histoires respectives de la guerre dans les pays dits occidentaux et dans les pays de l’Est.

Lire l’article : Astérion (2/2004)

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale

Programme de la première partie d’un atelier abordant la question des femmes et de la guerre :

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale / Jeudi 4 septembre 2014, Salle 102, Bât. Formation – 09:00-11:00 (2h)

Atelier thématique coordonné par Jules Falquet

DES USAGES DE LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE « DE GENRE » DANS LE CONTEXTE DE LA MONDIALISATION NEOLIBERALE par Jules Falquet, CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes) – LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique)

La mondialisation néolibérale produit à la fois la globalisation d’un ensemble de discours et de pratiques sur la situation des femmes dans le monde ; et un notable accroissement des violences masculines contre les femmes (et/ou de leur visibilité), qu’elles soient militaires, économiques ou inter-personnelles, incluant les « féminicides ». On s’interrogera sur les discours et les pratiques de lutte contre ces violences, dans la double perspective ‘top-down’ telle qu’elle est construite par les Nations-Unies ou la Communauté européenne, et ‘bottom-up’ à partir des initiatives des mouvements de femmeset féministes.

WomenAtWar
Source : http://chrisblattman.com
  • Genre et dynamiques sociales pendant la guerre civile ougandaise de 1981-86 : Trajectoires de femmes-combattantes au sein du mouvement de guérilla de la National Resistance Army (NRA) par Pauline Bernard, Institut des Mondes Africains, Institut Français de Recherche en Afrique

Cette intervention étudie, à partir de témoignages et de récits de vie, les trajectoires de femmes engagées dans la guérilla de la National Resistance Army pendant la guerre civile de 1981-86 en Ouganda. Il s’agit d’examiner les relations de pouvoir internes à la guérilla, et de s’interroger sur la façon dont ces femmes combattantes ont renégocié leur place dans la société pendant cette période d’atomisation de l’ordre social.

  • Intervention militaire et libération des femmes par Aurélie Knüfer, Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne
L’objet de notre exposé sera d’examiner une controverse politique et

philosophique virulente – celle qui, au milieu du XIXème siècle, divisa partisans et opposants d’une intervention militaire en faveur de la liberté des femmes mormones supposées être opprimées et victimes de la polygamie. Cette controverse est particulièrement intéressante car elle pose sans doute pour la première fois, de manière aussi explicite, l’émancipation féminine comme visée d’une entreprise guerrière.

Dans De la Liberté (1859), en effet, John Stuart Mill récuse le projet d’une « civilisade », c’est-à-dire d’une « croisade civilisatrice » contre les Mormons ; projet défendu notamment par Thomas Taylor Meadows dans un « Essai sur la civilisation » (1856) aujourd’hui oublié. Pour celui-ci, tandis que la polygamie des “barbares” musulmans ou chinois serait acceptable, parce qu’elle serait l’expression de leur “arriération” quasi-naturelle, chez un peuple “civilisé”, en revanche, il ne serait pas possible d’admettre une telle institution, et ce parce qu’elle menacerait de l’intérieur la “civilisation” elle-même dont le mariage monogame serait un des principaux piliers : les Mormons constituent donc l’ennemi intérieur qu’il s’agit à ses yeux tout simplement de détruire. L’enjeu pour John Stuart Mill est de montrer qu’une telle argumentation est en réalité l’expression de la domination masculine et la perversion d’un “libéralisme” véritablement soucieux de l’affranchissement des femmes.

Définitions de la “civilisation” et de la “barbarie”, réflexion sur le statut du mariage, sur l’asservissement des femmes ainsi que sur les modalités de leur libération constituent alors l’horizon de ce débat dont il n’est pas nécessaire de rappeler ici les prolongements contemporains. Cette étude sera donc l’occasion d’interroger, d’une manière plus générale, les discours de légitimation de la guerre au nom de l’émancipation féminine, ainsi que la défense de la liberté des femmes comme argument privilégié de l’intervention dite “humanitaire”. Se contenter d’évacuer cet argument, en affirmant qu’il ne serait qu’un prétexte visant à dissimuler des entreprises de conquête n’est en effet pas suffisant : il est au contraire nécessaire, pour la théorie du genre, de le prendre au sérieux, d’en saisir toutes les implications afin d’en produire une véritable critique.

  • Visibilité et occultation des violences masculines envers les femmes au Nicaragua (1979-2013)  par Delphine Lacombe, École des hautes études en sciences sociales, Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace

La communication abordera les modes d’occultation et de visibilité des violences masculines contre les femmes dans le contexte nicaraguayen (1979-2013). En réinscrivant l’analyse dans le long terme, il s’agit de repositionner les registres de visibilité des violences dans leur historicité et dans leur articulation avec les configurations guerrières, les régimes politiques, les actions collectives des femmes et le contexte international de « l’aide au développement ». Nous montrons par quels processus de qualifications la dénonciation des violences envers les femmes est devenue sinon légitime, du moins audible, mais toujours au prix de l’occultation de leurs ressorts de genre.