Femmes et Guerres au Viêt-Nam

La polé­mo­lo­gie – dans sa voca­tion à étudier les conflits et la vio­lence dans leurs rap­ports avec la vie des hommes – démon­tre que la ques­tion des femmes est une dimen­sion essen­tielle des conflits. Le cas du Viêt-Nam cons­ti­tue un exem­ple par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant à étudier. D’une part, parce que les femmes y jouent un rôle impor­tant – cultu­rel mais aussi poli­ti­que et économique, et sou­vent encore méconnu dans l’his­toire contem­po­raine de ce pays – mais sur­tout parce qu’elles furent lar­ge­ment mobi­li­sées par la guerre au cours des dif­fé­ren­tes déchi­ru­res que ce pays a tra­versé tout au long du XXe siècle.

Le seul cas des groupements des Jeunesses de choc ou « Jeunes volon­tai­res » (Thanh Niên Xung Phong), enrô­lés pour la logis­ti­que de guerre et com­po­sés par­fois de plus de 70% de recrues fémi­ni­nes inter­pelle natu­rel­le­ment l’his­to­rien. La thématique centrale du carnet concernera l’étude du rôle des femmes au cours des guerres du Viêt-Nam à travers une perspective transnationale. Les expériences de femmes vietnamiennes du fait de l’exil, du fait de l’impact de l’image de la combattante au délà du Viêt Nam, du fait des guerres avec les pays voisins, sont transnationales. Il paraît intéressant d’étudier cette dimension en l’articulant avec la recherche actuelle sur les autres conflits tout en ne négligeant pas la dimension interne de la guerre du Viêt-Nam et le devenir des femmes après la guerre.