Archives de catégorie : Actualités / News

Femmes & Guerres : One person crying Women and War – L’affiche

Femmes&Guerres_OnePersonCrying

ONE PERSON CRYING: Women and War, an exhibition by award winning photojournalist Marissa Roth, is a 28-year, personal global photo essay that addresses the immediate and lingering effects of war on women. Roth states, “In an endeavor to reflect on war from what I consider to be an underreported perspective, the project brought me face to face with hundreds of women who endured and survived war and it’s ancillary experiences of loss, pain and unimaginable hardship.”

The photographer’s journey took her from Novi Sad, Yugoslavia in 1984, to its conclusion in Oradour in 2013. The ninety one photographs cover twelve conflicts over a twenty-eight year time period, starting with the photographer’s own history as a child of Holocaust refugees. Additionally, the exhibition includes panels with historical perspectives and references to the wars addressed by Roth.

The exhibition is supplemented by the collection of unedited archives on the women of Oradour, which were taken from the Cahiers de Denise Bardet, institutrice a Oradour, (Denise Bardet’s Journal, teacher at Oradour) one of the 246 women that were victims of the Oradour massacre. She kept a diary from 1940 to 1944 that provided insight in to the life and thoughts of a French woman during World War II.The collection of projections (testimonials and documentaries) describes the conditions of life and the violence perpetrated against women during wars, which supports the work of Marissa Roth.

The exhibition was curated by Howard Spector, Los Angeles, CA, co-director of the South Pasadena Arts Council (SPARC), an NGO consultant, and panelist for the National Endowment for the Arts and the US Dept. of Education.

Exhibition representation made by Photokunst, agency specializes in cause-oriented fine art photography and photojournalism. Photokunst is honored to launch and travel this important and timely exhibition.

ONE PERSON CRYING: Women and War, debuted at The Museum of Tolerance, Los Angeles from August 16 to October 25, 2012. It was presented in Berlin, and now in Oradour, France. The exhibition will be available for travel to additional venues from May 2014 through December 2015.

Document PDF : One Person Crying – Women and War

Femmes et guerres : One person crying, Women and war

Le centre de la mémoire présente : « Femmes et guerres : One person crying, Women and war ».

À l’aide de plus de 90 photographies noir et blanc, Marissa Roth, photoreporter américaine, aborde les effets immédiats et durables de la guerre sur les femmes. Le voyage de la photographe débute à Novi Sad en Yougoslavie en 1984 et se conclut à Oradour en 2013. Les photographies couvrent une dizaine de conflits mondiaux au long d’une période de travail de 28 années qui commence avec l’histoire personnelle de Marissa Roth en tant que fille de réfugiés de l’Holocauste.

L’exposition inclut des panneaux qui fournissent des références historiques et reviennent sur le déroulement des guerres abordées par la photographe. Un ensemble de projections (témoignages, documentaires), d’ouvrages, d’archives se rapportant aux violences faites aux femmes lors des guerres complète le travail photographique de Marissa Roth.

« Il n’y a pas de sang ni d’armes dans ces images, juste le souvenir de ces vies passées dans un après-guerre sans fin comme toile de fond » Marissa Roth

© Marissa Roth
© Marissa Roth

Source : Centre de la mémoire / Oradour-sur-Glane

Kim Van Chien : Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Vietnam [thèse]

Soutenance de thèse le mercredi 26 juin 2013 à 14h

Université Paris-Ouest – Nanterre La Défense – Bât. B – salle B015 René Rémond

M. KIM Van Chien, présente ses travaux de recherche en vue de l’obtention du doctorat en Lettres et Sciences Humaines

Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Viêt Nam

NuTNXPThaiBinh
Jeunes femmes volontaires (TNXP) de la province de Thai Binh

Section CNU: 19 –  Sociologie, démographie
Directeur de thèse : M. Alain CAILLÉ, Professeur Emérite

Membres du jury :

M. Jacques BAROU, Directeur de recherche CNRS, Sciences Politiques
M.  Alain CAILLÉ, Professeur Emérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Mme Myriam DE LOENZIEN, Chargé de Recherche, Institut de recherche et de développement
M. LE Huu Khoa, Professeur des Universités, Université Lille 3
M. TRINH Van Thao, Professeur émérite, Université Aix Marseille 1

Résumé

Trente cinq ans ont passé depuis la fin de la Guerre du Viêt Nam, mais pour les femmes ex-volontaires le combat continue. Combat pour une vie décente. A leur retour, pour s’intégrer à une vie normale, il leur a fallu dépasser toutes sortes de difficultés : d’abord celles liées à leur état de santé, puis les difficultés économiques, sociales et familiales. Bien que l’État vietnamien ait enfin adopté des mesures en leur faveur, celles-ci se sont révélées impuissantes à améliorer leur niveau de vie et à compenser leurs souffrances. Elles ont donc le sentiment de ne pas avoir été reconnues.

Les résultats scientifiques de cette thèse ont montré que le choix altruiste de leur engagement pendant la guerre s’était fait sur une base « rationnelle ». Malgré certains cas d’engagements « forcés », la majorité d’entre elles se sont déterminées à partir d’un intérêt privé : venger la mort d’un proche, obéir à l’esprit révolutionnaire familial, ou goût de l’uniforme, peur du « qu’en-dira-t-on », désir d’indépendance, fuir la pauvreté familiale, laisser un garçon à la maison pour s’occuper des ancêtres et s’engager à sa place. Intérêt d’ordre personnel, familial, économique ou révolutionnaire. Rarement purement patriotique.

Sur les champs de bataille, elles ont non seulement aidé les combattants en assumant les transports de munitions, de vivres, de blessés ou les travaux reconstruction des routes, mais elles ont aussi combattu aux côtés des hommes, armes à la main.

Nous avons vu l’importance des éléments extérieurs, « exogènes », ayant contribué à leur souffrance, comme l’environnement géographique (montagnes, jungle et présence d’animaux dangereux ou porteurs de maladies ; le climat (alternance de pluies ou de sécheresses intenses) ; les circonstances de guerre (bombardements, produits chimiques, blessures, exposition à la mort) et les circonstances dues aux déplacements (faim, soif, fatigue, épuisement du corps).

A leur retour, ces femmes n’ont pas été reconnues. Les traces laissées sur leur corps par la guerre ont gravement perturbé leur intégration : solitude, mariage difficile, santé maladive. Leur faible niveau d’éducation ne leur permettant pas de trouver un emploi correct, c’est donc sur tous les fronts qu’elles ont dû se battre : personnel, familial et professionnel. La société, à ce jour, les distingue en six catégories : mariées, divorcées, séparées, célibataires, sans enfant et sans-abri. C’est ainsi, avec l’ensemble des ex-jeunes volontaires qui réclamaient une identité et des droits particuliers, qu’ils ont d’abord « lutté pour la reconnaissance ». Puis ont participé à la création du Comité de liaison des ex-jeunes volontaires, auquel a succédé l’Association des ex-jeunes volontaires. Cette association a constitué LA nouvelle force motrice. Elle a joué pleinement son rôle de témoin historique, exigeant du Parti et des autorités locales la mise en œuvre de politiques sociales appropriées. Mais ces politiques n’ont répondu que partiellement aux attentes. « Le don et le contre-don » ne sont donc pas équitables, car cette aide demeure très insuffisante et ne touche qu’un nombre restreint de femmes, celles ayant pu conserver durant toutes ces années les fameux papiers justifiant leur engagement, et justifiant leurs blessures.

Mots clés: Vietnam, guerre, femme, volontaire, reconnaissance, identité, don

Source : Ecole doctorale EOS

The Second Annual International Women & War Conference [July 2013]

WAW_logoPostgraduate Symposia: ‘Performing Trauma: The Narrative of Pain’

June 14, 2013, Toronto, CANADA
July 13, 2013, Poros, GREECE

Sponsored by: Ryerson University, the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC), the University of Athens

We are pleased to announce The Second Annual International Women & War Conference featuring two Postgraduate Symposia.

Performing Trauma: The Narrative of Pain’

These Symposia will examine historical, aesthetic, theoretical, psychological and imaginative investigations into the enactment of trauma, while simultaneously examining the nature of practice-as-research.

There will be two, one-day events.  The first one-day symposium will take place on Friday 14 June 2013 at the Ryerson Theatre School (Ryerson University). The second one-day symposium will take place on Saturday 13 July at the Poros Library (in connection with the University of Athens).

ABOUT THE SYMPOSIA

Symposia will focus on the reception of classical and contemporary tragedy and comedy, exploring the role of trauma in dramatic texts and in performance by both writers and practitioners across all genres and periods. Speakers will give papers on the performance and reception of trauma. This year’s guest respondents are: Dr. Julia Fawcett (Ryerson University, English) in Toronto; and Professor Liana Sakelliou (University of Athens), Professor Candice Monson (Ryerson University, Psychology) and Professor Peggy Shannon (Ryerson University, Theatre) in Greece.

PARTICIPANTS

Postgraduates from around the world working on the reception and/or enactment of classical and contemporary drama are welcome to participate. Symposia are open to presenters from different disciplines, including researchers in the fields of theatre and performance studies, English, classics, modern languages and literature. This year’s theme, ‘trauma’ is an open-ended prompt to consider ideas about our relationship to physical and psychic wounds, especially in and around war.

Practitioners are welcome to contribute their personal experience of working on drama. Papers may also include demonstrations. Undergraduates are very welcome to attend.

Those who wish to offer a short paper (20 mins) or performative presentation on ‘Performing Trauma: The Narrative of Pain’ in either Toronto or on Poros are invited to send an abstract of up to 200 words outlining the proposed subject of their discussion to peggy.shannon@ryerson.ca by Friday 29th MARCH 2012 AT THE LATEST. Proposals should include the full name of each applicant, their discipline, year of study, their university, name of supervisor, the title of their project, whether it is a paper or a performance, which symposium location is preferred, and an email address.  Successful applicants will be informed of their inclusion in one of the Symposia in early April.

No registration fees will be charged for these symposia.

To help build links between international students, artists, military members and researchers, mental health providers and scholars, these Symposia are designed to foster a shared community of global, multidisciplinary research.

The Symposia working language is English.

Source : Ryerson University + PDF document

[Appel à contributions]: Histoire des femmes, histoire du genre, histoire genrée

Suffragette_VotesForWomenColloque co-organisé par l’Université Paris 8 et par le LabEx EHNE – Avec le soutien de la Fédération RING

5 et 6 décembre 2013

Propositions de contribution avant le 30 septembre 2013

Responsables :

Valérie Pouzol, MCF, histoire contemporaine, (Paris 8, EA 1571, RING)
Yannick Ripa, Pr, histoire contemporaine (Paris 8, EA 1571, LabEx EHNE, Ecrire une nouvelle histoire de l’Europe-Axe 6 : Genre et identités européennes)

Résumé :

Qu’il soit instrument d’analyse, axe ou champ de recherche, le genre est sorti de sa confidentialité pour s’affirmer comme un concept particulièrement dynamique de la recherche scientifique. Dans ce processus d’affirmation global qui a touché les sciences humaines, la discipline historique reste en retrait. Ce colloque aimerait interroger cette réserve, ces doutes, tout en donnant à voir l’essor de cet outil d’analyse en histoire contemporaine, toutes aires culturelles confondues (particulièrement en Europe), en insistant sur l’évolution qui a conduit de l’histoire des femmes à l’histoire du genre et sur le renouvellement historiographique apporté par ces recherches qui semblent aboutir à une histoire genrée. Aussi une place importante sera accordée aux travaux des jeunes chercheur-e-s doctorant-e-s et post-doctorant-e-s : analyse des thématiques de recherche, questionnements méthodologiques et épistémologiques. Ce moment d’échanges autour des usages du genre en histoire pourrait s’accompagner d’une réflexion sur les circulations interdisciplinaires.

Argumentaire :

Ce colloque ambitionne de réfléchir aux effets du passage d’une histoire des femmes à une histoire du genre, voire à une histoire genrée, à travers des parcours de chercheur-e-s et des présentations de travaux récents, actuels, et à venir. Il se veut attentif à l’articulation entre les trois termes de son intitulé : l’affirmation du genre a-t-elle conduit à un enrichissement de l’histoire des femmes ou à son effacement ; l’institutionnalisation de l’histoire du genre a-t-elle contribué à stimuler des recherches novatrices ou, au contraire, a amoindri le potentiel subversif de ce concept ?

En effet, qu’il soit instrument d’analyse, axe ou champ de recherche, le genre, terme pour le moins polysémique, semble avoir atteint l’âge de la maturité : en quelques années, les études sur le genre sont sorties de la confidentialité, voire de la marginalité dont elles pâtirent durant deux décennies, pour acquérir visibilité et respectabilité.

D’emblée, on postulera à son actif : d’une part, la fin d’une certaine ghettoïsation des études sur la différence des sexes et, de ce fait, l’essor des recherches sur le masculin et la virilité, d’autre part un indéniable enrichissement de la réflexion et donc des recherches (le genre de la justice, le genre des territoires, genre et nationalismes, les politiques de genre, genre et conflits…), en raison notamment de l’intérêt nouveau porté par des collègues jusqu’alors réticents à prendre au sérieux un sujet « femme », d’autre part, l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheur-e-s dont la mixité fait rupture avec les années de jeunesse et même de maturité de l’histoire des femmes.

On avancera à son passif : d’une part, une dilution de la définition du concept, dont le symptôme majeur est, sans doute, son usage au pluriel, inconciliable avec sa définition et son objectif premiers – désigner et étudier la construction de la différence des sexes, détachés du biologique. Rappelons que cette démarche fut initialement dérangeante : doit-on en conclure à une sorte de rentrée dans le rang des études de genre ? D’autre part, et consécutivement à cette évolution, certains écrits emploient « genre » en lieu et place de « sexe » ; ce détournement de sens rend inopérant cet outil pour penser ladite différence des sexes. La banalisation du terme semble donc vider le genre de sa charge, d’autant plus qu’il tend – dernier effet négatif qu’il conviendra de vérifier – à faire disparaître les individus de chair et de sang pour les remplacer par des catégories (masculin/féminin) ; cette évolution ne risque-t-elle pas de renvoyer les femmes à l’invisibilité ?

Cette montée en gloire du genre n’est donc pas exempte d’inquiétudes propres à faire débat, comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis ; elle peut être néanmoins prometteuse invitant à écrire une histoire genrée : ainsi il est n’est plus concevable d’envisager d’écrire une nouvelle histoire de l’Europe sans prendre en compte le rôle du genre dans la constitution des identités européennes.

Conditions de soumission :

Les propositions de contribution ne devront pas dépasser 1500 signes (langues possibles : anglais, français, espagnol) et devront être adressées impérativement avant le 30 septembre 2013 à yannick.ripa@orange.fr et valerie.pouzol@univ-paris8.fr