Archives de catégorie : Lectures / Readings

Wendy Lower : Les Furies de Hitler. Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah

Lower_LesFuriesDeHitler[ndlr] Parution le 18 septembre 2014 de la traduction française de l’ouvrage de Wendy Lower. Présentation de l’éditeur.

Envoyées dans les pays occupés par l’Allemagne nazie, des femmes jeunes, endoctrinées et ambitieuses, se sont transformées en meurtrières. Cette enquête fait voler en éclats bien des idées reçues.

Non, les femmes allemandes n’ont pas été les témoins passifs de meurtres de masse accomplis par les Einsatzgruppen, leurs maris, leurs fiancés, leurs amants ou leurs supérieurs. Elles leur ont prêté main forte. De 1941 à 1945, près d’un demi-million d’entre elles – secrétaires, infirmières, maîtresses d’école, dactylos, assistantes, auxiliaires – se sont portées volontaires pour rejoindre les rangs des persécuteurs, des assassins, des bourreaux. Établissant des listes de Juifs à éliminer, apportant à boire et à manger aux soldats pendant les exécutions de masse, les encourageant, ou les réconfortant, voire en tirant elles aussi sur les Juifs affectés aux travaux forcés.

Plongée dans les archives, journaux intimes, correspondances pendant la guerre et compte-rendus d’audience de procès tenus après-guerre, Wendy Lower nous brosse un tableau saisissant de ces femmes qu’elle qualifie de véritables furies tant elles ont donné libre cours à leur haine, avec violence, en brutalisant des êtres humains qu’elles pouvaient dominer, malmener, voire tuer.

Un livre choc.

Traduit de l’anglais par Simon Duran et Evelyne Werth.

Source : Tallandier

Image à la une : Female auxilliaries with SS officers in 1944. © AP

* * *

Lower_HitlersFuriesPour en savoir plus :

 * * *

 Book TV 2013 Book Expo America: Wendy Lower, « Hitler’s Furies »

Historian Wendy Lower discusses her soon-to-be published book Hitler’s Furies: German Women in the Nazi Killing Fields. Ms. Lower talks to BookTV at Book Expo America, the publishing industry’s annual trade show held at the Javits Convention Center in New York City.

* * *

Publications of Wendy Lower

Books:

  • Nazi Empire-Building and the Holocaust in Ukraine, Chapel Hill: University of North Carolina Press and USHMM, 2005 (paperback, 2007, audio version 2010);
  • The Shoah in Ukraine: History, Testimony, Memorialization, Bloomington: Indiana University Press, 2008 (co-edited with Ray Brandon);
  • The Diary of Samuel Golfard and the Holocaust in Eastern Galicia, Lanham MD: Altamira/Rowman and Littlefield and USHMM, 2011;
  • Hitler’s Furies: German Women in the Nazi Killing Fields, Houghton Mifflin, 2013.

Selected, Recent Articles:

  • Pogroms, Mob Violence and Genocide in Western Ukraine, Summer 1941: Varied Histories, Explanations and Comparisons Journal of Genocide Research (Sept 2011): 1-30;
  • Male and Female Holocaust Perpetrators and the East German Approach to Justice, 1949-1963 Holocaust and Genocide Studies 24, no. 1 (Spring 2010): 56-84.

Source : Claremont McKenna College

Les lois genrées de la guerre – CLIO, Femmes, Genre, Histoire

L’équipe « Genre et société » du LARHRA et le comité de rédaction de la revue CLIO, Femmes, Genre, Histoire présente :

Les lois genrées de la guerre

Le 26 juin 2014

Table ronde organisée de 18h30 à 20h

au Centre d’histoire de la résistance et de la déportation

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude a été renouvelée d’un côté par l’approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

  • Avec Fabrice Virgili, historien, directeur de recherche au CNRS-IRICE Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du comité de rédaction de CLIO, Femmes, Genre, Histoire,
  • Isabelle Delpla, professeur de philosophie à l’Université Jean Moulin-Lyon III,
  • Françoise Thébaud, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon,
  • Christiane Klapisch-Zuber, directrice d’études à l’EHESS.
Flyer d’invitation en PDF : Invitation CLIO CHRD

Mary Louise Roberts: Des GI et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération [parution]

Roberts_DesGIsEtDesFemmesAvis de parution. Traduction d’une étude clé de Mary Louise Roberts sur les soldats américains à la Libération, loin des images d’Épinal…

Comment convaincre les GI de débarquer sur les plages de Normandie et de se jeter sous le feu ennemi au péril de leur vie ? En invoquant le patriotisme, la solidarité entre les démocraties, les crimes barbares des nazis ? Sans nul doute. Mais un autre argument fut employé au sein de l’armée américaine en 1944 : « Pensez à la beauté des femmes françaises qui n’attendent que vous et sauront comment récompenser leurs libérateurs. »

S’appuyant sur de très nombreux documents d’archives, ce livre raconte une histoire fascinante et dérangeante : le commandement militaire américain a « vendu » le Débarquement à ses GI comme une aventure érotique et a sciemment exploité le mythe de la femme française experte en matière sexuelle et disponible. Il jette une lumière crue sur les conséquences de cette propagande : la prostitution débordante partout où se trouvaient des GI, exposant leurs relations sexuelles au vu et au su de tous, mais aussi les agressions sexuelles et les viols.

Loin d’être anecdotique, la sexualité des GI fut l’un des enjeux de la bataille politique qui se jouait sur le territoire libéré, celle entre l’impérialisme américain et la souveraineté française. Humiliante, elle a contribué à nourrir l’antiaméricanisme d’après-guerre.

Mary Louise Roberts enseigne l’histoire de France à l’université du Wisconsin. Elle est une spécialiste réputée de l’histoire des femmes et du genre.

Réf. : Roberts, Mary Louise, Des GI’s et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Éditions du Seuil, coll. L’Univers Historique, 2014.

Source : site des éditions du Seuil

A lire : Mary Louise Roberts : « Le sexe a été une manière d’assurer la domination américaine », Le Monde, 18/07/2013.

Fiche profil de l’auteure : Mary Lou Roberts Professor

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile [parution]

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - smallLe livre de François Guillemot éclaire un aspect de la guerre du Viêt-Nam relativement peu souligné dans l’historiographie plus large du conflit : les expériences et les points de vue des femmes vietnamiennes durant la guerre. Son étude, divisée en deux sections, examine en premier lieu, au sein de contextes multiples, les vécus de ces femmes des deux côtés du 17e parallèle et de milieux très variés, avant de resserrer son attention dans un second temps sur l’histoire des « Jeunesses de Choc ou TNXP » pendant les guerres d’Indochine et du Viêt-Nam, et plus particulièrement sur la féminisation de ces troupes lors de cette dernière guerre.

Dans chacune de ces parties, l’auteur se penche longuement sur les blessures infligées par la guerre aux corps et aux esprits des femmes. Il consigne la violence qui fut faite aux femmes et le prix à payer sur les corps et la santé des femmes que la guerre leur a imposé. Il livre de nombreux exemples issus d’une grande variété de récits — allant des mémoires d’hommes et de femmes qui avaient été civils ou militaires pendant la guerre, aux récits de guerre, en s’appuyant aussi bien sur les reportages de presse que sur la figuration de la guerre dans des œuvres de fiction.

Nathalie Huynh Chau Nguyen

Réf. : Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris, Les Indes Savantes, 2014, 240 p.

* * *

[extrait de l’introduction]

La guerre du Viêt-Nam n’a pas livré tous ses secrets. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a une guerre que l’on connaît encore relativement peu. La guerre qui fut livrée aux femmes, la guerre qui fut menée par les femmes, la guerre qui toucha les femmes.

La première partie de cet ouvrage s’intéresse à la perception de la guerre par les femmes à travers différents témoignages : leur place, leur rôle et leur utilisation pendant la guerre, à la fois « actrices et victimes ». Les sujets de la violence de guerre, du fanatisme, de la relégation en temps de guerre civile sont abordés par les femmes elles-mêmes. Aucun camp n’en ressort indemne.

La deuxième partie « Féminiser la guerre » interroge à la fois les corps en guerre pendant le conflit des années soixante et les pratiques mémorielles mises en place en RSVN pour rendre hommage aux jeunesses délabrées par la guerre.

Si l’ensemble de cette étude offre une vision apocalyptique de la guerre de libération nationale mise en œuvre par Hanoi, il faut noter que les hommes et femmes, corps sociaux et corps instruments de la guerre du Viêt-Nam, se sont souvent retrouvés face à l’extrême, face à l’ennemi intime, face au frère, au parent de l’autre camp. Toute reconstruction sociale, psychologique, humaine doit passer par une introspection nécessaire pour mieux comprendre le passé et permettre de vivre ensemble aujourd’hui.

Françaises en guerre 1914-1918 [éditions Autrement]

FrançaisesEnGuerre[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont participé à l’effort de guerre dès 1914 : elles travaillent, parfois de façon bénévole, assurent le quotidien du foyer et le soutien moral au soldat, voient leurs enfants enrôlés comme « graines de poilus ». Dans les territoires du Nord, certaines ont subi de plein fouet l’occupation, réquisitions, travail forcé et déportations. D’autres ont décidé de résister au patriotisme aveugle en s’opposant au militarisme et à la guerre, ou en dénonçant leurs conditions de travail. La Grande Guerre a donc bouleversé l’ordre social, mais après l’armistice, les Françaises, n’ayant pas obtenu le droit de vote, demeurent exclues de la citoyenneté.

Cet ouvrage rassemble les meilleurs historiens sur le sujet et une iconographie exceptionnellement riche, avec plus de 200 documents (photographies, affiches, tracts, journaux, documents d’archives, lettres). Il offre une vision complète et originale de la vie quotidienne des femmes pendant la Grande Guerre.

Source : Autrement

Voir aussi la présentation sur Françaises sous l’uniforme, 13/10/2013.