Archives de catégorie : Lectures / Readings

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile [parution]

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - smallLe livre de François Guillemot éclaire un aspect de la guerre du Viêt-Nam relativement peu souligné dans l’historiographie plus large du conflit : les expériences et les points de vue des femmes vietnamiennes durant la guerre. Son étude, divisée en deux sections, examine en premier lieu, au sein de contextes multiples, les vécus de ces femmes des deux côtés du 17e parallèle et de milieux très variés, avant de resserrer son attention dans un second temps sur l’histoire des « Jeunesses de Choc ou TNXP » pendant les guerres d’Indochine et du Viêt-Nam, et plus particulièrement sur la féminisation de ces troupes lors de cette dernière guerre.

Dans chacune de ces parties, l’auteur se penche longuement sur les blessures infligées par la guerre aux corps et aux esprits des femmes. Il consigne la violence qui fut faite aux femmes et le prix à payer sur les corps et la santé des femmes que la guerre leur a imposé. Il livre de nombreux exemples issus d’une grande variété de récits — allant des mémoires d’hommes et de femmes qui avaient été civils ou militaires pendant la guerre, aux récits de guerre, en s’appuyant aussi bien sur les reportages de presse que sur la figuration de la guerre dans des œuvres de fiction.

Nathalie Huynh Chau Nguyen

Réf. : Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris, Les Indes Savantes, 2014, 240 p.

* * *

[extrait de l’introduction]

La guerre du Viêt-Nam n’a pas livré tous ses secrets. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a une guerre que l’on connaît encore relativement peu. La guerre qui fut livrée aux femmes, la guerre qui fut menée par les femmes, la guerre qui toucha les femmes.

La première partie de cet ouvrage s’intéresse à la perception de la guerre par les femmes à travers différents témoignages : leur place, leur rôle et leur utilisation pendant la guerre, à la fois « actrices et victimes ». Les sujets de la violence de guerre, du fanatisme, de la relégation en temps de guerre civile sont abordés par les femmes elles-mêmes. Aucun camp n’en ressort indemne.

La deuxième partie « Féminiser la guerre » interroge à la fois les corps en guerre pendant le conflit des années soixante et les pratiques mémorielles mises en place en RSVN pour rendre hommage aux jeunesses délabrées par la guerre.

Si l’ensemble de cette étude offre une vision apocalyptique de la guerre de libération nationale mise en œuvre par Hanoi, il faut noter que les hommes et femmes, corps sociaux et corps instruments de la guerre du Viêt-Nam, se sont souvent retrouvés face à l’extrême, face à l’ennemi intime, face au frère, au parent de l’autre camp. Toute reconstruction sociale, psychologique, humaine doit passer par une introspection nécessaire pour mieux comprendre le passé et permettre de vivre ensemble aujourd’hui.

Françaises en guerre 1914-1918 [éditions Autrement]

FrançaisesEnGuerre[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont participé à l’effort de guerre dès 1914 : elles travaillent, parfois de façon bénévole, assurent le quotidien du foyer et le soutien moral au soldat, voient leurs enfants enrôlés comme « graines de poilus ». Dans les territoires du Nord, certaines ont subi de plein fouet l’occupation, réquisitions, travail forcé et déportations. D’autres ont décidé de résister au patriotisme aveugle en s’opposant au militarisme et à la guerre, ou en dénonçant leurs conditions de travail. La Grande Guerre a donc bouleversé l’ordre social, mais après l’armistice, les Françaises, n’ayant pas obtenu le droit de vote, demeurent exclues de la citoyenneté.

Cet ouvrage rassemble les meilleurs historiens sur le sujet et une iconographie exceptionnellement riche, avec plus de 200 documents (photographies, affiches, tracts, journaux, documents d’archives, lettres). Il offre une vision complète et originale de la vie quotidienne des femmes pendant la Grande Guerre.

Source : Autrement

Voir aussi la présentation sur Françaises sous l’uniforme, 13/10/2013.

Sophie Cassagnes-Brouquet : Chevaleresses – Une chevalerie au féminin [parution]

CassagnesBrouquet_Chevaleresses[présentation de l’éditeur] Nourrie d’exemples, une interprétation renouvelée du rôle et de la place des femmes dans la société politique et militaire au Moyen Age. Non, les femmes ne furent pas toutes faibles et désarmées.

Les femmes, paraît-il, seraient partout et toujours porteuses d’un pacifisme marqué par une sainte horreur de la violence, tandis que la guerre serait une activité exclusivement masculine. Ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. L’enquête débute avec l’apparition des premières cavalières de l’âge féodal et leur participation aux croisades, et se clôt avec la figure de Jeanne d’Arc, à la fois réelle et idéale. Des femmes, aristocrates pour l’essentiel, partagèrent l’idéal chevaleresque de l’époque, organisèrent des tournois, furent intégrées dans les ordres militaires de chevalerie. Dans la littérature, les chevaleresses prennent la forme de « belles guerrières », les Neuf Preuses de la légende. Ces guerrières de fantaisie trouvent un écho dans les authentiques exploits de certaines dames à qui les hommes n’ont guère à remontrer. Ainsi le Moyen Âge n’a pas été aussi « mâle » qu’on l’a pensé.

Agrégée et docteure en histoire et en histoire de l’art, Sophie Cassagnes-Brouquet enseigne l’histoire médiévale à l’université de Toulouse-Le Mirail. Elle a notamment publiéLa Passion du livre au Moyen Âge, Les Romans de la Table Ronde, premières images de l’univers arthurien et La Vie des femmes au Moyen Âge.

Source : Éditions Perrin

 L’ouvrage présenté dans Historiquement Show (#142)

H-Diplo Roundtable XV-7 – Heather Marie Stur. Beyond Combat: Women and Gender in the Vietnam War Era

Stur_BeyondCombatHeather Marie Stur’s Beyond Combat: Women and Gender in the Vietnam War Era is a highly original and pioneering book, joining the recent work of Meredith Lair, Seth Jacobs, Kara Dixon Vuic, Andrew Huebner and others in making plain the permeability of boundaries between the American home front and the war zone. We have been long overdue for an ambitious account of gender and the Vietnam War, particularly one that pays attention not only to American women, but to Vietnamese women and GIs, too. Stur reminds us of the powerful hold that the John Wayne-style of American masculinity had on the whole nation during the Cold War, and that it of course extended to the combat zone; but more than that, Stur does well to demonstrate the challenge to – and breakdown of – that myth under the strain of day-to-day life in Vietnam.

The subtlety and ambition of Stur’s analysis draws overwhelming praise from the reviewers writing for this roundtable. On the whole, they like Stur’s use of a wide range of sources, her accessible prose, and her “compelling,” “insightful,” and “innovative” analysis. In general, they praise Stur’s skillful recovery of the ways in which, in Meredith Lair’s words, “Americans in the war zone embraced various ideas about gender that framed and justified the violence of the war itself,” and did much to determine the experiences of both American and Vietnamese women. In Stur’s examination of the Red Cross Supplemental Recreational Activities Overseas (SRAO), for example, “Donut Dollies” brought the complicated tensions of gender and race dynamics from the home front – where those dynamics were working themselves out in sometimes dramatic fashion – to the battle front. And as Kara Dixon Vuic notes in her review, the process worked in the other direction, too, when combat zone sensibilities challenged home front mores – as when women “who expected to serve cool drinks and engage in small talk” ran up against expectations of “soldiers who assumed the women had come to offer another kind of service.”

Read more on H-Diplo (pdf) : Roundtable-XV-7

Personal Website of the author : heatherstur

Searching for Madame Nhu by Katie Baker [book review]

Demery_FindingTheDragonLadyLyndon Johnson flirted with her. JFK hated her. Historians blamed her for South Vietnam’s downfall. And decades later, a writer found her hiding out in Paris. A new book uncovers the final days of Saigon’s infamous Dragon Lady.

Saigon, 1963: The city slinks toward a feverish violence. On the streets, monks set themselves alight to protest the government’s anti-Buddhist bent. Dissenters plot in secret among the Army’s ranks. In squalid prisons, students and political enemies rot in soiled tiger cages. And ensconced in Independence Palace, the insular ruling family prepares for martial law and inflates reports of their success against the Viet Cong. But the Americans backing the fragile South Vietnamese regime are growing disillusioned with President Ngo Dinh Diem and his pampered relatives and want the lot of them gone: the stubborn, inexperienced Diem, his ruthless younger brother, and particularly Diem’s sister-in-law, the woman John F. Kennedy refers to as “that goddam bitch” – the vain, calculating first lady, otherwise known as the infamous Madame Nhu.

At the peak of her powers, with her bewitching beauty and relentless ambition, Madame Nhu inflamed the imagination and provoked the hatred of the West and the Vietnamese alike. Time and Life featured her on their covers and called her a “devious” enchantress; The New York Times crowned her “the most powerful” woman in Asia and compared her to the Borgias. She was described as “proud and vain,” an “Ian Fleming character come to life,” “as innocent as a cobra,” an “Oriental Valkyrie.” Jackie Kennedy thought she had a “queer thing for power,” and the AP’s fellow in Saigon, Malcolm Browne, knew her to be “the most dangerous enemy a man could have.” Her penchant for tightly fitted sheaths and scarlet fingernails played into her image as a grande coquette, and her name became synonymous with feminine wickedness: Jackie used it as a slur for ladies she disliked, while Yoko Ono haters branded the Beatles interloper “Lennon’s Madame Nhu.”

But Madame Nhu’s rise to notoriety and influence was short-lived. In the autumn of ’63, a U.S.-backed coup deposed and disposed of her husband and brother-in-law, leaving her a hunted woman hiding out half a world away. After a few empty promises to sell her memoirs to Hollywood and make a comeback when the communists fell, Madame Nhu disappeared into obscurity – until an academic named Monique Demery tracked her down in the mid-2000s, begging her to tell her side of South Vietnam’s sad story. Thus began a cat-and-mouse game that culminated in Demery’s new book, Finding the Dragon Lady: The Mystery of Vietnam’s Madame Nhu. It’s a deeply intriguing, occasionally problematic work, one that struggles to find its way into the inner character of a narrator so unreliable, she makes Patrick Bateman look like a straight shooter – a woman still intoxicated by her faded glory and half mad from years as a recluse who comes across as ambivalently needy and terribly arrogant, conniving and pitiable, and shrewdly astute, often all at once.

Read more : The Daily Beast