Archives de catégorie : Signalements

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile [parution]

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - smallLe livre de François Guillemot éclaire un aspect de la guerre du Viêt-Nam relativement peu souligné dans l’historiographie plus large du conflit : les expériences et les points de vue des femmes vietnamiennes durant la guerre. Son étude, divisée en deux sections, examine en premier lieu, au sein de contextes multiples, les vécus de ces femmes des deux côtés du 17e parallèle et de milieux très variés, avant de resserrer son attention dans un second temps sur l’histoire des « Jeunesses de Choc ou TNXP » pendant les guerres d’Indochine et du Viêt-Nam, et plus particulièrement sur la féminisation de ces troupes lors de cette dernière guerre.

Dans chacune de ces parties, l’auteur se penche longuement sur les blessures infligées par la guerre aux corps et aux esprits des femmes. Il consigne la violence qui fut faite aux femmes et le prix à payer sur les corps et la santé des femmes que la guerre leur a imposé. Il livre de nombreux exemples issus d’une grande variété de récits — allant des mémoires d’hommes et de femmes qui avaient été civils ou militaires pendant la guerre, aux récits de guerre, en s’appuyant aussi bien sur les reportages de presse que sur la figuration de la guerre dans des œuvres de fiction.

Nathalie Huynh Chau Nguyen

Réf. : Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris, Les Indes Savantes, 2014, 240 p.

* * *

[extrait de l’introduction]

La guerre du Viêt-Nam n’a pas livré tous ses secrets. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a une guerre que l’on connaît encore relativement peu. La guerre qui fut livrée aux femmes, la guerre qui fut menée par les femmes, la guerre qui toucha les femmes.

La première partie de cet ouvrage s’intéresse à la perception de la guerre par les femmes à travers différents témoignages : leur place, leur rôle et leur utilisation pendant la guerre, à la fois « actrices et victimes ». Les sujets de la violence de guerre, du fanatisme, de la relégation en temps de guerre civile sont abordés par les femmes elles-mêmes. Aucun camp n’en ressort indemne.

La deuxième partie « Féminiser la guerre » interroge à la fois les corps en guerre pendant le conflit des années soixante et les pratiques mémorielles mises en place en RSVN pour rendre hommage aux jeunesses délabrées par la guerre.

Si l’ensemble de cette étude offre une vision apocalyptique de la guerre de libération nationale mise en œuvre par Hanoi, il faut noter que les hommes et femmes, corps sociaux et corps instruments de la guerre du Viêt-Nam, se sont souvent retrouvés face à l’extrême, face à l’ennemi intime, face au frère, au parent de l’autre camp. Toute reconstruction sociale, psychologique, humaine doit passer par une introspection nécessaire pour mieux comprendre le passé et permettre de vivre ensemble aujourd’hui.

Françaises en guerre 1914-1918 [éditions Autrement]

FrançaisesEnGuerre[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont participé à l’effort de guerre dès 1914 : elles travaillent, parfois de façon bénévole, assurent le quotidien du foyer et le soutien moral au soldat, voient leurs enfants enrôlés comme « graines de poilus ». Dans les territoires du Nord, certaines ont subi de plein fouet l’occupation, réquisitions, travail forcé et déportations. D’autres ont décidé de résister au patriotisme aveugle en s’opposant au militarisme et à la guerre, ou en dénonçant leurs conditions de travail. La Grande Guerre a donc bouleversé l’ordre social, mais après l’armistice, les Françaises, n’ayant pas obtenu le droit de vote, demeurent exclues de la citoyenneté.

Cet ouvrage rassemble les meilleurs historiens sur le sujet et une iconographie exceptionnellement riche, avec plus de 200 documents (photographies, affiches, tracts, journaux, documents d’archives, lettres). Il offre une vision complète et originale de la vie quotidienne des femmes pendant la Grande Guerre.

Source : Autrement

Voir aussi la présentation sur Françaises sous l’uniforme, 13/10/2013.

Sophie Cassagnes-Brouquet : Chevaleresses – Une chevalerie au féminin [parution]

CassagnesBrouquet_Chevaleresses[présentation de l’éditeur] Nourrie d’exemples, une interprétation renouvelée du rôle et de la place des femmes dans la société politique et militaire au Moyen Age. Non, les femmes ne furent pas toutes faibles et désarmées.

Les femmes, paraît-il, seraient partout et toujours porteuses d’un pacifisme marqué par une sainte horreur de la violence, tandis que la guerre serait une activité exclusivement masculine. Ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. L’enquête débute avec l’apparition des premières cavalières de l’âge féodal et leur participation aux croisades, et se clôt avec la figure de Jeanne d’Arc, à la fois réelle et idéale. Des femmes, aristocrates pour l’essentiel, partagèrent l’idéal chevaleresque de l’époque, organisèrent des tournois, furent intégrées dans les ordres militaires de chevalerie. Dans la littérature, les chevaleresses prennent la forme de « belles guerrières », les Neuf Preuses de la légende. Ces guerrières de fantaisie trouvent un écho dans les authentiques exploits de certaines dames à qui les hommes n’ont guère à remontrer. Ainsi le Moyen Âge n’a pas été aussi « mâle » qu’on l’a pensé.

Agrégée et docteure en histoire et en histoire de l’art, Sophie Cassagnes-Brouquet enseigne l’histoire médiévale à l’université de Toulouse-Le Mirail. Elle a notamment publiéLa Passion du livre au Moyen Âge, Les Romans de la Table Ronde, premières images de l’univers arthurien et La Vie des femmes au Moyen Âge.

Source : Éditions Perrin

 L’ouvrage présenté dans Historiquement Show (#142)

Nathalie Huynh Chau Nguyen: La mémoire est un autre pays – Femmes de la diaspora vietnamienne

NathalieNguyen_LaMemoireEstUnAutrePaysPlus de deux millions de Vietnamiens quittèrent leur pays à la fin de la Guerre du Vietnam en 1975. Trente ans après, des femmes reviennent sur leur passé et sur leurs choix. Elles parlent de traumatisme et de perte, mais donnent aussi des aperçus passionnants de la vie au Sud Vietnam avant 1975, des bouleversements de l’après-guerre et de la force d’âme qui leur a permis de reconstruire leurs vies à l’Ouest. Recueillir leur récit est une gageure : elles sont nombreuses à avoir subi la censure, l’internement dans le Vietnam communiste, la violence des pirates ou la maltraitance dans le couple. Elles craignent pour leur famille restée au pays et ont encore plus de mal à se livrer que les hommes. Une fois qu’elles s’y décident pourtant, elles le font avec une franchise surprenante.

Au travers de l’histoire de 42 Vietnamiennes d’Australie, l’ouvrage aborde à la fois des thèmes universels et plus particuliers à cette population : les divergences dans les souvenirs familiaux, le sens de la patrie, le retour au pays, l’interaction entre culture d’origine et société d’accueil, les tensions entre générations, les non-dits.

Cette étude magistrale a été saluée par la critique anglo-saxonne comme : « essentielle » (Choice), qui « comble un vide dans les recherches actuelles sur la mémoire, le traumatisme et la diaspora » (American Historical Review), qui « contribuera à remettre radicalement en cause notre bonne conscience » (Australian Book Review).

Ouvrage distingué comme Outstanding Academic Title, par Choice en 2010.

Traduit de l’anglais par Patricia Fogarty et Alain Guillemin.

  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, professeure associée au Centre national des études australiennes à l’Université Monash (Australie), détient un poste de recherche (Future Fellowship) du Conseil australien de la recherche (Australian Research Council). Elle a soutenu sa thèse à l’Université d’Oxford avec une bourse du Commonwealth. Elle est l’auteure de trois ouvrages dont Voix vietnamiennes : genre et identité culturelle dans le roman francophone vietnamien, nommé à quatre prix internationaux.

[présentation de l’éditeur]