Archives de catégorie : Signalements

Nỗi lòng 30/4 của nữ nghệ sĩ Kim Chi [dan lam bao]

Souvenirs douloureux de l’actrice Kim Chi sur le 30 avril 1975…

Kim Chi – …Đã 40 năm “giải phóng miền Nam” nhưng với người miền Nam thì từ “giải phóng” đầy mỉa mai. Miền Nam trước đây được biệt danh là “hòn ngọc viễn đông”. Nhưng “giải phóng” vô thì họ mất nhà cửa, tiền bạc. Rồi chồng con bị tù đầy… Mất tất cả nên hàng triệu người miền Nam buộc phải trở thành thuyền nhân. Đã hàng ngàn người chết trôi, làm mồi cho cá mập. Những kẻ chiến thắng đã cư xử với người thua cuộc tàn bạo một cách tiểu nhân. Khi nhận ra được sự tồi tệ này tôi thấy vô cùng đau đớn…

Lire la suite : Dan Lam Bao, 17 avril 2015.

Jules Falquet : Les Salvadoriennes et la guerre civile révolutionnaire

Article paru dans le numéro spécial “Guerres civiles” de Clio Femme, Genre, Histoire (5 / 1997)

Clio_GuerresCiviles_1997

La guerre civile révolutionnaire au Salvador a fait irruption dans la vie des femmes et les a précipitées hors des cuisines. Si un certain nombre d’entre elles en ont profité pour bousculer leur destin séculaire, tenter de prendre en mains leur propre vie et l’avenir du pays en participant activement au projet révolutionnaire, beaucoup d’autres se sont contentées de subir, non sans héroïsme, la violence, la terreur et la misère supplémentaire produites par la guerre. La guerre n’a rien laissé intact, mais les rapports sociaux de sexes, particulièrement résistants, n’ont pas été modifiés radicalement. Ce n’est qu’avec le retour à la paix que, fortes de leur expérience acquise dans la lutte, des femmes ont véritablement pu commencer à lutter pour leurs propres besoins et rêves et à construire un fort mouvement de femmes qui s’oriente vers des positions féministes autonomes.

Lire l’article : http://clio.revues.org/411

Référence électronique

Jules FALQUET, « Les Salvadoriennes et la guerre civile révolutionnaire », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 31 mai 2005, consulté le 23 avril 2015. URL : http://clio.revues.org/411 ; DOI : 10.4000/clio.411

Fanny Bugnon : Les “Amazones de la terreur”

Parution d’ouvrage. Présentation de l’éditeur.

LES AMAZONES DE LA TERREUR.inddLes “Amazones de la terreur”
Sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée rouge à Action directe

Durant le dernier tiers du XXe siècle, de nombreuses femmes rejoignirent les rangs d’organisations politiques violentes comme la Fraction armée rouge allemande, les Brigades rouges italiennes ou Action directe en France. Certaines tuèrent. Les médias surpris de cette violence féminine les appelèrent “amazones de la terreur” et créèrent pour elles une nouvelle catégorie, celle de la “femme terroriste”. Dans ce livre pionnier, croisant les mutations du militantisme de l’après-68 et l’essor de la deuxième vague féministe, Fanny Bugnon propose une réflexion de fond sur le sujet encore tabou de la violence politique des femmes et une étude sur les mouvements révolutionnaires radicaux qui offre des résonances très actuelles, en particulier avec l’engagement des femmes dans les attentats sur tous les fronts.

Fanny Bugnon, docteure en histoire, enseigne à l’université Rennes 2.

Source : Payot & Rivages

 

Penser la guerre à partir des femmes et du genre : l’exemple de la Grande Guerre

Signalement d’un article clé de l’historienne Françoise Thébaud.

Résumé :

Francoise-ThebaudFrançoise Thébaud, en posant la question de savoir comment le genre structure les politiques de guerre, présente une intervention qui fait le point sur la « barbarisation » de la guerre dans le cadre de l’histoire du genre, à partir de la mise en évidence du passage du problème de l’émancipation, ou de l’autonomisation (cf. travaux des années 1960-1970), des femmes à celui de la réflexion plus récente sur la violence de guerre (depuis les années 1980) qui conteste la thèse de la guerre « émancipatrice » (si provisoire et superficielle qu’ait été cette émancipation). Dans ce cadre-là, la guerre en ex-Yougoslavie a pu jouer un rôle d’accélérateur de la prise de conscience du caractère très relatif de l’émancipation des femmes par la guerre des hommes. Certains historiens récents de la Première Guerre mondiale en viennent à travailler sur la culture de guerre qui serait le fondement d’une « brutalisation » du conflit au nom d’une « ethnicisation » de l’ennemi. Leurs thèses sont contestées par ceux qui rejettent l’idée d’un simple consentement à la guerre au profit d’un mélange complexe de contraintes, fraternité, patriotisme et refusent que la « culture de guerre » prenne le pas sur les autres cultures pré-existantes. La place des femmes et du genre dans la guerre est d’abord abordée par F. Thébaud à la lumière d’une double mythologie sexualisée (l’équation pureté nationale/pureté sexuelle et la féminisation de l’ennemi comme décadent) et de l’autre mythe de la femme « naturellement » pacifiste en tant que mère potentielle. Or, les féministes ont adhéré massivement à l’effort de guerre et l’internationalisme « féministe » s’est effondré. Par ailleurs, la relative « humanisation » du conflit dont sont porteuses les femmes aux armées se fait toujours au service exclusif de la patrie. Dans un dernier volet de son intervention, F. Thébaud s’attarde sur la réalité des violences faites aux femmes et les réactions qu’elles ont pu susciter. Les viols ont eu lieu pendant l’invasion plus que pendant l’occupation et le débat sur l’« enfant de l’ennemi » s’il a été animé d’un point de vue discursif ne permet pas d’en savoir beaucoup plus sur la réalité. Les déportations de femmes hors des villes occupées suscitèrent, quant à elles, suffisamment de réactions violentes pour que les Allemands mettent fin à cette pratique dès 1916. Certaines interventions féministes visèrent à modifier les lois de la guerre mais on en sait peu sur la place des femmes dans l’humanisation de la guerre. Par ailleurs, une comparaison s’avérerait nécessaire entre les histoires respectives de la guerre dans les pays dits occidentaux et dans les pays de l’Est.

Lire l’article : Astérion (2/2004)

Lan Cao: The lotus and the storm, a novel

[ndlr] Paru au mois d’août 2014, nous signalons le roman, en partie autobiographique, de Lan Cao, fille du général Cao Van Vien. Présentation de l’éditeur et entretiens avec Hà Giang du journal Nguoi Viet et la chaîne LA Review Books.

LanCao_TheLotus&TheStorm

Half a century after it began, the Vietnam War still has a hold on our national psyche. Lan Cao’s now-classic debut, Monkey Bridge, won her wide renown for “connecting . . . the opposite realities of Vietnam and America” (Isabel Allende). In her triumphant new novel, Cao transports readers back to the war, illuminating events central to twentieth-century history through the lives of one Vietnamese American family.

Minh is a former South Vietnamese commander of the airborne brigade who left his homeland with his daughter, Mai. During the war, their lives became entwined with those of two Americans: James, a soldier, and Cliff, a military adviser. Forty years later, Minh and his daughter Mai live in a close-knit Vietnamese immigrant community in suburban Virginia. As Mai discovers a series of devastating truths about what really happened to her family during those years, Minh reflects upon his life and the story of love and betrayal that has remained locked in his heart since the fall of Saigon.

Voir aussi :

 

* * *

Réf.: Lan Cao, The lotus and the storm, a novel, New York : Viking Books, 2014. ISBN: 978-0670016921