Archives de catégorie : Vidéo-documentaires

Les mères indignées du 30 avril

39 ans après la fin de la guerre, des paysannes indignées fêtent à leur manière la journée du 30 avril. Rendues à Ho Chi Minh-Ville devant l’ambassade des États-Unis, elles manifestent leur colère contre l’injustice du régime communiste. Leurs slogans sont sans appel : “à bas les corrompus”, “à bas le régime communiste”, “à bas les communistes voleurs”, “à bas la répression”, “30 avril, journée de la perte des droits de l’homme”, “30 avril journée du ressentiment pour les indignés du Sud”, “30 avril journée noire pour le peuple vietnamien”, “Vietnam : pas de droits de l’homme, pas de droits pour les femmes”… Un événement totalement inédit depuis la chute de Saigon le 30 avril 1975 et aujourd’hui relayé sur la toile.

La première vidéo postée par le quotidien vietnamien Người Việt (Le Vietnamien) dont le siège se trouve aux États-Unis en Californie témoigne de cet événement extraordinaire. Avant d’être poursuivies par des policiers en civil, les mères indignées, téméraires, tentent de se défendre avec leurs bâtons de manifestantes. Elles sont finalement embarquées de force dans un bus.

A l’initiative de cette manifestation : “Le mouvement de solidarité des pétionnaires en lutte” (Phong Trào Liên Đới Dân Oan Tranh Đấu).


Le départ de la manifestation : “Leur libération du 30 avril c’est le vol de nos terres”.


L’analyse du journal Người Việt en ligne (jusqu’à la minute 1:36). Rappel des slogans proférés lors de la manifestation.

La banderole dit : "xx" © 2014 Dan Lam Bao
La banderole dit : “30 avril : jour de deuil pour le peuple est le jour des indignés du Viêt-Nam” © 2014 Dan Lam Bao
La manifestante Hồ Giang Mỹ Lệ, maltraitée par les policiers, est contrainte de monter dans le bus © 2014 Dan Lam Bao
La manifestante Hồ Giang Mỹ Lệ, maltraitée par les policiers en civil, est contrainte de monter dans le bus © 2014 Dan Lam Bao 

FG

Pour en savoir plus:

Voir le compte-rendu de la manifestation par Tran Ngoc Anh sur sa page Facebook, reprise sur le blog Dân Làm Báo.

Phim tài liệu: Những cô gái mở đường ngày ấy

Reportage vidéographique sur les jeunes filles des brigades des Jeunesses de choc, autrefois à l’avant-poste de la guerre. Intitulé “Les jeunes filles qui ouvraient les voies de communication en ces temps là”, il retrace le parcours de quelques-unes d’entre elles : pèlerinage dans les lieux de mémoire, douleurs, détresse mais aussi solidarité.

Geneviève de Galard – Souvenir de Dien Bien Phu

Deux reportages sur le destin de Geneviève de Galard, infirmière à Dien Bien Phu : entretien avec KTO TV (émission du 26/03/2011) suivi d’un message vidéographique de Mme de Galard aux Américains à l’occasion de la parution de son livre aux Etats-Unis.

Geneviève de Galard a 20 ans quand démarre la guerre d’Indochine. Comme beaucoup des siens elle rêve de servir la France, s’engage comme convoyeuse de l’armée de l’air et soigne les blessés à bord. En Mars 1954, son avion ne peut plus décoller de Dien Bien Phu. Pendant 2 mois, elle sera la seule femme au milieu de 15 000 soldats et n’aura de cesse de les soigner, les apaiser et tenter de redonner à chacun un peu d’espoir. Elle en gardera un joli surnom : “l’ange de Dien Bien Phu”.

Les femmes pendant la guerre du Vietnam

Une vidéo réalisée par les élèves de 1ère ES du lycée Yersin de Hanoï dans le cadre des TPE. Date de publication 04/03/2011. Durée 05:55.


Les femmes pendant la guerre du Vietnam par videoseshanoi

Notre avis : En un peu moins de six minutes, ces élèves de 1ère ES ont réussi l’exploit de résumer en quelques dates clés la mobilisation des femmes en RDVN pendant la période de la guerre tout en échappant en partie au discours officiel. Ainsi est rappelé d’emblée la dimension “guerre civile”du conflit. Le rôle des Jeunes volontaires (TNXP) sur le front et leurs difficiles conditions de vie sur la piste Ho Chi Minh est évoqué ainsi que la campagne dites des “Trois charges” (production, famille, patrie). La seconde partie s’intéresse aux productions artistiques faisant référence au rôle des femmes pendant la guerre puis bifurque sur l’aspect commémoratif de leur sacrifice : remise de la médaille Ho Chi Minh à 1718 femmes ; reconnaissance du statut de Mères héroïques à 44253 femmes dont les enfants ont été tués à la guerre (exemple de Nguyen Thi Thu à l’appui) ou encore édification d’un imposant mémorial TNXP à Dong Loc.

Quelques portraits sont mis en avant au long du court récit : celui de Truong Thi Khue, capitaine de la 7e compagnie, de Nguyen Thi Lien, ouvrière dans une usine de textile, de Dang Thuy Tram, infirmière sur le front et auteure d’un journal intime publié trente cinq ans après ans après sa mort [1], celui de Ngo Thi Tuyen, milicienne sur le 17e Parallèle puis de Vo Thi Thang, membre d’un commando Viet-Cong spécialisé dans le terrorisme urbain. Le reportage se termine sur le sort de Nguyen Thi Nhung qui, blessée pendant la guerre et soumise à des troubles mentaux, ne reçoit aucune pension. Il soulève de cette façon les difficultés qu’ont certaines anciennes volontaires des Jeunesses de choc d’accéder à un statut et de bénéficier d’une aide de l’État aussi modeste soit-elle.

Réalisé à Hanoi, il était difficile d’évoquer le destin des vaincues, égéries, espionnes, combattantes, miliciennes de la République du Viêt-Nam dont le rôle fut bien moindre dans l’exercice direct de la guerre. On notera au passage que les “cartes militaires de femmes” présentées à 1’37 sont en fait des cartes d’identité classiques appartenant à des femmes de la République du Viêt-Nam (Sud).

Pour un travail scolaire réalisé au Viêt-Nam, soulignons l’originalité et la pertinence de cette initiative.

FG, 22/06/2013.

[1] Véritable best-seller, le texte fut publié la première fois à Hanoi en 2005 puis traduit en français. Dang Thuy Tram, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, éditions Philippe Picquier, 2010.

Phim tài liệu về các liệt nữ thanh niên xung phong

DoThiVan_LLTNXP1978“Ky uc 22 thang 7” [La mémoire du 22 juillet]. Reportage de VTV9 sur le destin d’une brigade féminine des Forces des Jeunesses de choc de Ho Chi Minh-Ville (LL TNXP TPCM) sur le front de guerre frontalier contre les Khmers rouges. Sont évoqués les sacrifices des sept jeunes filles suivantes : Do Thi Van (21 ans), Luc Thien Huong (21 ans), Vu Thi Duong (19 ans), Nguyen Thi Ngoc Mai (19 ans), Vo Thi Ngoc Dung (19 ans), Tran Thi Nhung (20 ans), Nguyen Thi Em (24 ans), et de la survivante Nguyen Thi Ly (19 ans). Le matin du 22 juillet 1978 après une heure de résistance armée, sept d’entre elles furent capturées par l’ennemi et tuées dans des conditions effroyables. Pour la plupart, elles provenaient de familles issues de l’ancienne République du Viêt-Nam.