Ta Phong Tan, libérée mais « expulsée » aux États-Unis

Les médias concernés par la protection des journalistes et des droits de l’homme ont annoncé la bonne nouvelle hier. La célèbre blogueuse dissidente Ta Phong Tan, ancienne policière, a finalement été libérée  après trois ans d’enfermement et une grève de la faim éprouvante.

Son cas a été pris très au sérieux par les autorités américaines et sa défense portée inlassablement par son compatriote dissident Nguyen Van Hai lui même libéré et expulsé aux États-Unis en octobre 2014. En mars 2013, alors qu’elle était toujours emprisonnée, Ta Phong Tan avait reçu le prix des « Femmes de Courage du Monde » décerné par Michelle Obama. Lors de son expulsion vers les États-Unis, Nguyen Van Hai avait prévenu qu’il ferait tout pour faire libérer Ta Phong Tan, celle avec qui il avait créé le Club des Journalistes Libres au Viêt-Nam huit ans plus tôt. Grâce à l’intervention américaine auprès des autorités vietnamiennes l’ancienne policière est certes libérée mais comme pour Nguyen Van Hai, elle est expulsée en urgence vers les États-Unis, destination traditionnelle pour les exilés politiques vietnamiens. Arrivée hier soir en Californie, visiblement émue, Ta Phong Tan a pu s’exprimer sur les conditions de son départ devant les journalistes de la communauté vietnamienne qui ont relayé l’information. Comme pour Nguyen Van Hai, la difficulté pour Tan sera désormais de se reconstruire et de s’insérer dans un tissu local encore largement hostile au pouvoir communiste vietnamien. La communauté vietnamienne des États-Unis reste divisée sur le soutien à apporter aux anciens prisonniers d’opinion issus de l’appareil communiste comme c’est le cas pour cette ancienne policière (expulsée du PCV et interdite d’exercer son métier en 2006). Janet Nguyen, la sénatrice de l’État de Californie, très engagée aux côtés des dissidents vietnamiens, se tenait à ses côtés lors de son entretien express à l’aéroport de Los Angeles.

La stratégie des autorités vietnamiennes qui consiste à expulser manu militari les dissidents les plus notoires vers les États-Unis suite aux fortes pressions exercées par ces derniers vise à épuiser les forces de la dissidence intérieure. Cette stratégie appliquée par la Chine populaire s’est révélée payante pour le pouvoir en place. Il est en effet plus difficile d’agir sur la situation intérieure en étant coupé du contexte économique et social tout en étant éloigné du pays. Mais selon la dissidente, il ne s’agit pas d’une expulsion sur le plan juridique mais du résultat de la pression américaine pour la faire libérer, elle s’explique à son arrivée à l’aéroport de Los Angeles :

« Ce n’est pas une expulsion parce que les Américains les ont forcés à me libérer et ils ont décrété « une suspension temporaire de l’exécution de la peine d’emprisonnement«  et non pas une décision d’expulsion ». [1]

Quoi qu’il en soit, Ta Phong Tan est ainsi la troisième dissidente à rejoindre les États-Unis après Cu Huy Ha Vu en avril 2014 et Nguyen Van Hai alias Dieu Cay en octobre 2014. Cependant, cette relative impuissance d’action des dissidents politiques exilés est compensée par leur regroupement dans un même pays et la possibilité de faire entendre leurs voix pour peser de l’extérieur sur l’évolution politique du Viêt-Nam. Ces dissidents parient beaucoup sur la puissance d’internet et, désormais libres de leurs faits et gestes, hissent leur action au niveau international. Symbolique forte : cette libération du 19 septembre intervient huit ans jour pour jour après la fondation du Club des Journalistes Libres à Saigon. Notons qu’il reste une douzaine de cyberdissidents journalistes dans les geôles de l’État communiste.

FG, MàJ 21/09/2015.

[1] Entretien retranscrit par le blog Dan Lam Bao : Blogger Tạ Phong Tần vừa đặt chân đến Mỹ, Dan Lam Bao, 21/09/2015.

TaPhongTan-cpj

La libération de Ta Phong Tan :

Son portrait sur le site d’Amnesty International :