Ly San Meas : Mon Cambodge, le destin d’une femme – CR de lecture par Stella Ramamonjisoa

CR de lecture de Stella Ramamonjisoa : Ly San Meas, Mon Cambodge, le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, coll. Graveurs de mémoire/Autobiographies, 2012, 229 p.

LySanMeas_MonCambodgeEn 2012, Ly San Meas publie Mon Cambodge, le destin d’une femme aux éditions L’Harmattan. C’est le récit de vie d’une personne ordinaire et non d’une spécialiste. A travers cette autobiographie, elle invite le lecteur à découvrir le Cambodge durant cinq régimes politiques consécutifs, de 1905 à 2000. Ce n’est pas un ouvrage d’historien, l’histoire du pays nous est contée à travers des souvenirs personnels : ceux d’une femme. De fait, plus que la vie sociale et politique du pays, Ly San Meas nous livre à travers son histoire, une image de la vie des femmes cambodgiennes au XXe siècle.

Une histoire intime du Cambodge

Le découpage de l’ouvrage épouse la chronologie de l’histoire du Cambodge. L’auteure présente sa vie suivant cinq périodes clés : la colonisation française (1863-1953 avec une coupure dans la Seconde Guerre mondiale), le Royaume du Cambodge des années 1950 et le Cambodge républicain avec le coup d’État du général Lon Nol (1970), la prise de pouvoir des Khmers Rouges à partir de 1975 et la période du génocide, l’occupation vietnamienne à partir de 1979, et enfin depuis 1991 à nos jours avec l’indépendance du pays. Ly San Meas ne nous décrit pas en détail chaque époque, mais narre son vécu dans chacune d’entre elles. L’utilisation de dates et de noms tout au long du livre permet au lecteur de se repérer.

Dans la première partie du livre, nous découvrons la vie sous le régime colonial français à travers l’histoire de Kim, la mère de l’auteure. Cette dernière est au service de familles françaises. Après son premier mariage, elle donne naissance à deux petites filles, Sary et notre auteure Ly San. Plus tard, après la Seconde Guerre mondiale, elle se remarie. Cependant, tout ne se passe pas comme prévu, son mari devient violent. Pour Ly San, la vie est une lutte permanente où certains ont plus de chance que d’autres.

Dans la deuxième partie du livre, Ly San Meas continue dans un premier temps de décrire sa jeunesse (à partir de cinq ans) sous la période coloniale. Son enfance est compliquée mais grâce à l’amour de sa mère et à l’environnement citadin dans lequel elle vit, elle bénéficie d’une situation plutôt confortable. Sa mère travaillant en milieu colonial, elle s’intéresse très tôt à la culture et à la langue françaises. Elle est une étudiante brillante, elle excelle en mathématiques et en français. Elle entamera plus tard une carrière dans l’enseignement. Comme de nombreux Cambodgiens, elle est bouddhiste et croît à la force du destin. Elle n’hésite pas à faire appel à des voyants pour prédire son avenir. Ainsi, elle nous décrit l’impossible aboutissement de son premier amour, chose qui peut paraître très anecdotique au premier abord, mais qui par la suite marquera le reste de sa vie. En effet, même si elle se marie avec un autre homme pour fonder une famille, sa vision de la vie et de l’amour resteront marqués par cette première expérience. Sa vie se déroule sans encombre jusqu’au coup d’Etat du général Lon Nol le 18 mars 1970.

FemaleCambodianSoldier
Combattante républicaine cambodgienne lors d’une opération militaire sur le Mékong dans la région de Prek Tamak le 26 août 1970 © DR

Dans une troisième partie, elle décrit d’abord le régime du génocide à partir d’avril 1975. Comme dans d’autres récits que l’on peut lire sur le génocide Khmer Rouge, Ly San Meas nous raconte l’exode rural forcé, les difficultés rencontrées pour survivre – telles que la nécessité de s’organiser ou de cacher son identité – ainsi que les horreurs de la guerre. C’est durant cette période que Ly San Meas va être séparée de force et définitivement de son mari et, pendant quelques temps, de certains de ses enfants. Mais c’est aussi durant ces années qu’elle va se lier d’amitié avec d’autres familles et faire preuve de courage et de solidarité.

A la libération nationale de 1979, Ly San Meas retourne à Phnom Penh seule pour trouver un travail afin de subvenir aux besoins de sa famille. Elle relativise beaucoup et se considère chanceuse comparée à d’autres femmes qui ont tout perdu. Puis, de fil en aiguille, et un peu par hasard, elle rencontre l’ambassadeur de Pologne qui lui donne l’opportunité de travailler comme secrétaire. Mais suivant sa condition modeste, elle va d’abord travailler comme femme de ménage ou cuisinière.

LySanMeas_bio

Dans une dernière partie, grâce aux changements politiques et au retour de la paix, elle retourne définitivement à Phnom Penh avec sa famille. Sa vie prend un nouveau tournant. D’abord, elle revoit l’ambassadeur de Pologne et va travailler pour lui. Son statut d’ancien fonctionnaire lui permet ensuite d’avoir des opportunités d’emploi au sein du gouvernement. C’est ainsi qu’elle va travailler pour le Ministère des Affaires Étrangères et voyager dans de nombreux pays. Témoin de la barbarie, elle fait de nombreux discours sur la tragédie du peuple cambodgien durant le régime du génocide et en particulier sur l’expérience des femmes. En 1986, elle devient la vice-présidente du département des relations internationales du « Parti »1. Il est intéressant de voir qu’elle ne se revendique jamais du parti, elle insiste sur son ignorance en politique et met uniquement en avant son désir de raconter son expérience. C’est aussi durant toute cette période qu’elle apprend qu’une partie de sa famille, dont la famille de sa sœur, ainsi qu’un de ses plus proches amis, ont été exterminés. Aujourd’hui à la retraite, elle a quitté le monde politique et s’est remise à l’enseignement en cours privé et à la traduction  / interprétation. A travers ces courts chapitres jonchés d’anecdotes, Ly San Meas nous invite ainsi dans son intimité. Sa trajectoire de vie suit les prédictions qui ont marqué son existence.

« Ma vie est simple et saine, je ne suis ni pauvre, ni riche, mais sereine, ce qui m’a gardé une bonne santé, l’esprit de ma jeunesse, et une mentalité lucide. Cependant tous les souvenirs de souffrance du passé, les miennes et celles des autres me reviennent très souvent, et je réalise ainsi que la souffrance d’amour n’est rien à côté de celle des pertes massives de nos proches durant le régime du génocide »2.

Une femme dans les coulisses de la guerre

La vie des Cambodgiennes est de plus en plus difficile à partir de la prise de pouvoir des Khmers Rouges. Si, elles apparaissent dépendantes de leur mari en de nombreux points et sont à la fois les victimes et témoins de violences et de barbaries (extermination de familles, enlèvement d’époux, conditions de vie effroyables), le témoignage de Ly San Meas nous donne une image différente. En partageant son histoire, celle de sa mère, celle de ses sœurs et celle de toutes les femmes qui ont marqué sa vie, elle démontre au contraire leur courage et l’ingéniosité quotidienne dont elles font preuve. Elles ne sont pas uniquement victimes et impuissantes face aux événements. Elles agissent au quotidien, elles sont pleinement les actrices de leur vie. Pour Ly San Meas, la croyance au destin est un fait mais même sous cette condition, il est nécessaire de lutter3. Et même si son cas n’est pas ordinaire, si elle représente plus la citadine, active et instruite que « la » femme cambodgienne en général, son histoire illustre des éléments communs à chacune d’entre elles.

La femme cambodgienne que l’on peut apercevoir dans le texte de Ly San Meas est d’abord tournée vers la famille. En effet, à travers toutes les femmes qu’elle décrit dans son texte, elle montre l’importance de la solidarité familiale et du rôle de « mère ». Celle-ci joue un rôle fondamental dans la société en tant que pilier de la famille et de la maison. C’est visible durant le génocide mais aussi dans le quotidien ordinaire de ces femmes. En l’absence d’époux, elles doivent apprendre à gérer seules le foyer. Elles doivent s’occuper de leur famille et s’organiser seules… A titre d’exemple, au départ forcé de son mari pendant le génocide Khmer Rouge, Ly San Meas assurera les besoins de sa mère mais aussi de ses quatre enfants. Elle va s’occuper de trouver des logements et continue de s’informer sur le déroulement des événements. Elle prend aussi des décisions pour le bien-être de la famille : mesure du danger et organisation des départs, choix des fréquentations, rationnement de la nourriture, éducation des enfants…

AP7501091230
Enfants réfugiés cambodgiens fuyant les attaques des Khmers rouges. Ils attendent de recevoir l’aide alimentaire au nord-ouest de Phnom Penh en 1975 © 1975 Associated Press

Hormis ce rôle interne, les femmes ont aussi un rôle dans la société et notamment durant le génocide. Tout d’abord, on peut le voir dans la terminologie, les soldats utilisent aussi le mot « mère » pour s’adresser aux femmes adultes. Leur rôle de mère s’étend au reste de la société, elles en sont en quelque sorte les protectrices, un repère stable dans un monde chaotique. Par exemple, Ly San Meas partage sa connaissance des médicaments français, fait des dons de nourriture, invite les plus démunis à partager un repas. Les femmes œuvrent dans les coulisses de la guerre.

Enfin, les Cambodgiennes présentées par Ly San Meas sont très indépendantes. Les divorces et remariages sont courants et la femme n’hésite pas à travailler. Leur rôle n’est pas uniquement borné aux tâches domestiques.

* * *

Finalement, cet ouvrage nous raconte l’histoire peu banale d’une Cambodgienne sous cinq régimes consécutifs de son enfance à sa retraite. Étudiante modèle, fille aimante, professeure, épouse et surtout mère de famille, c’est une femme courageuse et remplie de bonté que l’on est amené à découvrir. Ly San Meas n’a pas pour objectif d’écrire l’histoire du Cambodge avec précision, c’est un travail de mémoire individuel et de reconstruction. Elle veut témoigner de son expérience et informer. Tout ce qui est raconté est présenté comme réel. « Je ne fais que dire la vérité de la vie que j’ai vécue » dit-elle4. L’approche historique de cet ouvrage, intimement liée au vécu de son auteure, apporte une vision très humaine aux événements tragiques qui se sont déroulés au cours du XXe siècle.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que c’est un récit personnel qui comporte des biais, des non dits et qui est hautement subjectif. Il ne reflète pas la vie de toutes les Cambodgiennes. Deux éléments sont à prendre en compte dans la lecture : premièrement, le texte fut écrit à posteriori, les souvenirs peuvent donc être incomplets. Deuxièmement, l’auteur propose une sélection de ses souvenirs, tout n’est pas raconté.

Enfin, le style adopté par l’auteure, notamment par la retranscription des dialogues ou par le style très saccadé et aéré du texte rend la lecture agréable tout du long. Le récit est illustré par de nombreuses anecdotes qui font entrer le lecteur dans l’intimité de l’auteure. Chargé émotionnellement et ponctué de touches d’humour, ce livre reste un témoignage exceptionnel sur l’histoire et le courage du peuple cambodgien.

Stella Ramamonjisoa, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Stella Ramamonjisoa est étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Elle effectue un mémoire de recherche sur le modèle d’intégration sud-coréen, et se focalise particulièrement sur la jeunesse issue de l’immigration.

Notes

  1. Le Parti du Peuple Cambodgien ou Kanakpak Pracheachon Kâmpuchéa, nom qu’elle n’évoque pas dans le texte []
  2. Cf. p. 228 []
  3. Cf. p. 229. Rappelant ainsi le titre du chapitre 1 : « La vie c’est la lutte », p. 11 []
  4. Cf. p. 223 []