Lépinard, É. & Lieber, M. : Les théories en études du genre (2020) – CR de lecture par Sophie Rainaut

Dans un climat politique tendant à une compréhension monolithique et stéréotypée des études sur le genre, l’expression vague de « théorie du genre » cristallisant les tensions, Éléonore Lépinard et Marylène Lieber proposent avec finesse et clarté de parcourir dans leur ouvrage les conceptualisations qui ont été proposées sur le genre. Les deux autrices ont choisi, et c’est ce qui les distingue, de mener une étude, non thématique ou nationale, mais par courant épistémologique. Après deux chapitres introduisant l’appropriation du terme de genre par les sciences sociales et ses implications épistémologiques, elles se focalisent ainsi tour à tour sur quatre grands courants sociologiques et sur les conceptualisations du genre qu’ils ont pu proposer, à savoir le matérialisme marxiste, l’interactionnisme, le post-structuralisme et l’intersectionnalité.

Du sexe au genre. L’invention d’un concept

Margaret Mead © Encyclopædia Britannica, Inc.

L’analyse des rôles sociaux sexués, ainsi que la critique des visions essentialistes et biologiques des différences existaient déjà comme objets d’études avant même la constitution du champ des études de genre, ce dès les années 1930. C’est ce que met en valeur le premier chapitre en relevant les travaux pionniers de l’anthropologue Margaret Mead et de la sociologue Viola Klein. Si leurs résultats ont démontré la contingence des caractéristiques attribuées aux hommes et aux femmes, les deux autrices rappellent toutefois l’origine psychiatrique du concept de genre en dehors d’un usage grammatical. John Money et Robert Stroller ont défendu une distinction entre la dimension biologique du sexe et l’identité de genre. Mais pour atteindre une véritable approche critique, il fallut attendre l’introduction en sociologie de ce concept, avec notamment la théorisation proposée par Ann Oakley. Ce chapitre analyse enfin la réception du concept de genre en France, réception compliquée à la fois par la prégnance de l’approche marxiste et à la fois par une certaine défiance à l’égard de la subjectivité, de l’identité et de l’inconscient. Le renouvellement générationnel des chercheur·ses serait cependant l’occasion de dépasser ces oppositions politiques.

Ruptures épistémologiques et nouveaux savoirs

Le deuxième chapitre met en lumière comment cette opération de dénaturalisation du genre a amené une critique épistémologique majeure à partir des années 1970. Il s’agit avant tout de souligner la situation genrée du scientifique : hommes comme femmes disposent d’un point de vue particulier sur le monde. Dorothy Smith défend en 1974 l’idée de « women’s standpoint », selon laquelle les femmes auraient, par une double conscience, une conscience aliénée. Dans sa continuité, les approches de Nancy Hartsock et de Patricia Hill Collins approfondissent cette question, la première proposant en 1983 une « épistémologie du point de vue féministe », tandis que la seconde théorise en 1989 la « pensée féministe noire ».

Patricia Hill Collins, Department of Sociology, University of Maryland © DR

Malgré leurs divergences, l’ensemble de ces théorisations remettent fondamentalement en cause l’épistémologie des Lumières, présupposant qu’un savoir objectif, énoncé par un observateur impartial est possible. Il n’y a pas de savoir innocent, immédiat, qu’il s’agisse du savoir des dominants ou de celui des subalternes. Toutefois, ce dernier semble privilégié par sa tendance à ne pas effacer les traces de sa production. Ces ruptures épistémologiques ne s’en tinrent pas à la critique : elles sont à l’origine de nouveaux concepts et d’un profond renouvellement des études historiques.

Théories matérialistes du genre

L’approche marxiste matérialiste, présentée dans le quatrième chapitre, pose la question de l’exploitation et des hiérarchies que produit et reproduit le genre à partir de sa matérialité, que ce soit par le travail ou par l’emprise sur les corps. En premier lieu, l’appropriation, la dévalorisation et l’invisibilisation sociale du travail des femmes sont conçus comme le lieu principal de production et d’exercice de la domination masculine. C’est ce que démontrent les travaux de Christine Delphy ou encore de Danièle Kergoat, qui contribua à conceptualiser la « division sexuelle du travail ». Non seulement leur travail mais aussi leur corps et leur sexualité sont appropriées, comme le défend Paola Tabet en plaçant l’institution du mariage au cœur de l’oppression et en développant le concept d’échange économico-sexuel. Mais la sexualité féminine ne peut-elle pas être pensée en dehors de la domination d’une culture sexuelle définie par et pour les hommes ? Il ne faudrait pas invisibiliser l’expérience lesbienne et les multiples façons dont les femmes ont résisté aux normes hétérosexuelles, comme l’a souligné Adrienne Rich en 1980. Dans l’ensemble, ces théories ont été critiquées pour leur accent matérialiste et leur tendance à hiérarchiser les rapports de pouvoir au lieu de penser leur articulation dynamique, mais elles présentent selon les deux autrices un cadre de pensée fertile pour penser le néolibéralisme.

Adrienne Rich, théoricienne féministe, essayiste et poétesse (1929-2012) © DR

Interactions, institutions et régimes de genre

Le troisième chapitre souligne l’apport décisif de l’interactionnisme et l’ethnométhodologie dans la conceptualisation du genre. Leur perspective met en lumière comment les normes de genre et de sexualité sont constamment négociées et reformulées, voire contestées. Le genre apparaît comme une pratique socialement construite, un ensemble de pratiques qui prennent sens dans des contextes historiques, sociaux et institutionnels donnés, forgeant les identités sexuées des individus, leur rapport à la sexualité, et participe de leur accès ou non à des formes de privilèges.

Joan Elise Robinson Acker (1924-2016)

L’ouvrage présente les propositions théoriques d’Harold Garfinkel et d’Erving Goffman tout en soulignant leurs limites par l’absence de considération de la dimension du pouvoir. Plusieurs travaux vinrent enrichir leur approche : la notion de « doing gender » de Candace West et Don Zimmerman, les « processus genrés » et « régimes d’inégalité » de Joan Acker, ou encore les « régimes de genre » théorisés par Raewyn Connell. Cette sociologue australienne a également contribué à développer la question des masculinités, en mettant en lumière comment elles se sont construites à l’intersection de différents rapports de pouvoir, comment une « masculinité hégémonique » défavorise les femmes mais aussi d’autres formes de masculinités.

Repenser le sujet et l’identité : théories post-structuralistes du genre

Le post-structuralisme et le linguistic turn des années 1990 proposent une nouvelle approche du genre, présentée au sein du cinquième chapitre, centrant son analyse sur les discours et leurs effets sur la constitution du sujet. Les deux autrices s’attardent en particulier sur les travaux de Joan W. Scott et de Teresa de Lauretis avec son concept de « technologie de genre ». Aussi, Judith Butler vint approfondir l’idée que le genre est performatif : l’identité de genre, instable, fragile, nécessite une constante répétition ; dans ce processus performatif, le corps est central, et c’est justement cette incorporation qui donne l’impression d’une identité de genre naturelle. Ces approches post-structuralistes invitent à ne plus lutter seulement contre le patriarcat, mais également contre l’hétérosexisme : la sexualité, comme le genre, se révèle plurielle et non binaire. Cette critique est notamment soutenue par les études queer, apparues dans les années 1990 et dont les propositions théoriques sont mises en lumière dans ce chapitre. L’« homonationalisme », par exemple, proposé par Jasbir K. Puar pour qualifier la rencontre entre le nationalisme américain et le discours pro-gay dans une même opposition contre l’islam. Plus particulièrement, le chapitre souligne à quel point le champ des études trans*, qui ont connu une révolution théorique et politique en opérant une démédicalisation du discours et en produisant des savoirs par et pour les personnes trans*, n’a encore que trop peu été pris en compte par le personnel médical.

Judth Butler, philosophe américaine dont les travaux portent sur le genre et la théorie queer. 

Vers une théorie intersectionnelle du genre

Bien avant que ne soit théorisé en 1989 l’intersectionnalité par Kimberlé Crenshaw, de nombreuses études avaient déjà adopté une perspective intersectionnelle. Le dernier chapitre de l’ouvrage replace l’origine de cette approche dans la lutte de théoriciennes féministes de couleur pour penser des expériences de marginalisation et d’oppression rendues invisibles dans les récits traditionnels et majoritaires d’émancipation politique. Leur objectif était double : rendre compte de subjectivités spécifiques, et forger un langage pour que ces subjectivités se constituent politiquement contre leur marginalisation. L’intersectionnalité dépasse la simple addition de conditions : l’expérience des femmes blanches ne constitue pas la norme universelle à partir de laquelle le racisme ou la religion viennent se surajouter.

Ange-Marie Hancock Alfaro,
University of Southern California © DR

Certaines chercheuses ont ainsi proposé de nouveaux concepts, telle celui d’une « co-construction du racisme et du sexisme » par Ange-Marie Hancock Alfaro, ou celui d’une « matrice de la domination » par Patricia Hill Collins. Mais cette approche intersectionnelle ne s’applique-t-elle qu’à certains groupes, ou s’agit-il d’une théorie transversale de l’identité et de son rapport au pouvoir ? Surtout, peut-elle être déliée de la question raciale, comme cela semble être encore le cas en Europe ? Dans le cadre de cette dernière, ces débats semblent se renouveler avec le développement des études postcoloniales.

Cet ouvrage proposé par Éléonore Lépinard et Marylène Lieber brille par sa clarté et par l’introduction, concise mais précise, qu’il offre aux lecteurices sur les théories du genre. Leur choix d’une approche théorique et non empirique permet de mettre en valeur avec finesse à la fois les forces comme les faiblesses conceptuelles les différentes approches théoriques. Cet horizon conceptuel nous encourage ainsi à (re)parcourir de manière approfondie ces écrits majeurs et à porter un nouveau regard, plus averti, sur notre contemporanéité comme sur notre passé.

Sophie Rainaut, promotion ASIOC 2020-2021.

Sophie Rainaut est étudiante au sein du Master 2 d’Asie orientale et contemporaine du département des Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Spécialisée en histoire du Japon d’avant-guerre, ses intérêts de recherche portent sur l’histoire des femmes et du genre en contexte non-occidental. Son mémoire a pour projet d’interroger la construction et l’évolution des identités de genre au sein du système éducatif japonais par une analyse des manuels de morale approuvés par l’État, entre l’ère Taishō et l’ère Shōwa d’avant-guerre (1912-1937).

Aurore Turbiau : Une utopie féministe est-elle possible ?

Signalement d’un article de Aurore Turbiau, doctorante contractuelle en littérature comparée (Sorbonne Université, CRLC).

J’ai choisi un titre un peu clickbait pour cet article : « une utopie féministe est-elle possible ? » J’espère que ça ne fera pas trop de déçu·es : il sera plus question de littérature et d’histoire des idées ici que de vie en communauté sur des terres en non-mixité. Mais tout de même je maintiens le titre : une utopie (littéraire) féministe, est-ce que ça peut exister ? Est-ce qu’une utopie féministe peut s’inscrire dans la grande tradition héritée des textes de la Renaissance, transmise de génération d’hommes de lettres en générations d’hommes de lettres ? Est-ce qu’une utopie féministe peut correspondre aux définitions qu’on donne de l’utopie à l’université, dans les manuels scolaires — est-ce que le féminisme peut avoir une portée suffisamment « universelle » pour intégrer les rangs des grandes théories humanistes ? Ou est-ce qu’on doit en changer la définition — est-ce que ça aurait un intérêt ? Je ne promets pas de répondre exactement à toutes ces questions, mais surtout de souligner que les réponses ne vont pas de soi : les utopies féministes ne rentrent pas dans le cadre traditionnel qu’on a fourni pour définir « l’utopie », qui est globalement masculin et imperméable aux points de vue et propositions du féminisme ; les femmes ne sont pas souvent citées dans les histoires de l’utopie.

Lire la suite : Littératures engagées

Réf. : Aurore Turbiau, « Une utopie féministe est-elle possible ? », dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 06/09/2020, https://engagees.hypotheses.org/2492, consulté le 11/09/2020.

Illustration « à la une » : © Toni Frissell, Five women running, tiré de la couverture de l’ouvrage de Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s (1991), Bern, Peter Lang, 2015.

Privileged Women in the Resistance: A Book Launch Discussion on The Saigon Sisters

En différé, voici une discussion intéressante (1h) sur l’ouvrage de Patricia “Kit” Norland, autrice de The Saigon Sisters en compagnie de l’historienne Lien-Hang T. Nguyen. Organisation : Stimson Institute.


The Saigon Sisters shares the stories of nine Vietnamese women who as childhood friends studied at a premier French school in Saigon and as adults chose to support Vietnam’s fight for independence. Through many interviews, letters, and exchanges, Patricia Norland traces these women’s individual stories as they follow different paths in pursuit of a shared ideal and how their stories converge again after the war.

  • Patricia “Kit” Norland, author of The Saigon Sisters and a former public diplomacy officer with the U.S. Department of State. Patricia D. Norland most recently worked as a public diplomacy officer within the U.S. Department of State. She is the translator of Beyond the Horizon and the author of Vietnam in the Children of the World series as well as author of The Saigon Sisters.
  • Lien-Hang T. Nguyen, Dorothy Borg Chair in the History of the United States and East Asia, Columbia University. Dr. Lien-Hang T. Nguyen is the author of Hanoi’s War: An International History of the War for Peace in Vietnam (2012), the forthcoming Tet ’68: The Battles that Changed the Vietnam War and the Global Cold War, and serves as General Editor of The Cambridge History of the Vietnam War, 3 volumes. She is currently working on a study of gender and people’s diplomacy during the Vietnam War era. At Columbia, she is the co-founder of the Vietnam Studies Program.

This event is supported by the War Legacies Working Group.

Source : Stimson

Interview with Former Political Prisoner Tran Thi Nga About Effects of Prison on Women and Children

Entretien avec l’ancienne prisonnière de conscience Trân Thi Nga sur ses conditions de détentions et les méthodes coercitives de la Sécurité publique du Viêt-Nam à l’encontre des dissidents, de leur famille et de leurs enfants. Un témoignage important.


The 88 Project had the opportunity to interview former political prisoner Tran Thi Nga about her experience in prison and conditions in prison for women and children. Tran Thi Nga was released from prison in January and sent immediately into exile in the United States. She was about three years into a nine-year prison sentence for her activism in land and labor rights when she was released. 

In the video, Nga speaks about the psychological effects on her young children during her arrest and her time in prison. Her youngest child was only four years old when he witnessed his mother being arrested by the police in their own home. When Nga’s husband was detained for questioning, their six year-old was also detained and was even separated from his father. Nga’s children struggled with discrimination at school during her imprisonment, as well as difficulties in visiting their mother in prison. Nga was transferred to a facility 1,000 km away from the family’s hometown, and the authorities often used visitation rights as a means to try to get her to admit guilt. She urges international stakeholders to speak up for the rights of women and children and remedy the injustices caused by the Vietnamese authorities’ poor treatment of female prisoners.

Lire la suite : The 88 Project, 20/06/2020.

Pour un féminisme incarné dans le sillage de S. de Beauvoir : entretien avec Camille Froidevaux-Metterie

Un entretien riche et passionnant avec la philosophe Camille Froidevaux-Metterie. A lire sur le carnet de recherche de Marine Rouch dédié à la pensée de Simone de Beauvoir.


Camille Froidevaux-Metterie est philosophe féministe et professeure de science politique à l’université de Reims où elle est également chargée de mission égalité. Elle est l’autrice de nombreux articles dans la presse et dans des revues scientifiques. Elle a publié de nombreux ouvrages dont La Révolution du féminin (2015), qui vient de paraître en Folio (2020), Le Corps des femmes (2018) et, il y a quelques semaines, Seins (2020). Pour lire mon compte rendu (French and English), c’est ICI.

Camille Froidevaux-Metterie est une « féministe phénoménologique » et plaide pour un retour de la question du corps, dans sa dimension sexué, au centre de nos préoccupations. Dans l’entretien qui suit, elle nous explique que la phénoménologie beauvoirienne, peu connue en France, est propice pour penser un véritable féminisme incarné.

Je la remercie infiniment de m’avoir accordé cet entretien.

Lire l’entretien : Chère Simone de Beauvoir

Réf. : Camille Froidevaux-Metterie, Marine Rouch, « Pour un féminisme incarné dans le sillage de S. de Beauvoir : entretien avec Camille Froidevaux-Metterie », Chère Simone de Beauvoir, juin 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3226

Expériences transnationales de la guerre

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search