Marion Joubert : Au Cambodge, les droits des détenues en souffrance

A lire sur le Petit Journal.

Le premier ministre cambodgien a déclaré que les conditions de vie des populations vulnérables en détention provisoire devaient changer. Leur situation appelle en effet à une action urgente selon la LICADHO.

Lundi 8 avril, le premier ministre Hun Sen a exhorté le ministère de la Justice et le ministère de la condition féminine à reconsidérer la situation des femmes en détention provisoire. ll a rappelé quels étaient les nombreux défis auxquelles elles faisaient face, tels que le manque de nourriture, d’eau, de vêtements et de matériel hygiénique… Des problèmes aggravés par le recours excessif à la détention provisoire et la sous-utilisation des procédures judiciaires existantes, telles que la demande de libération sous caution.

La ligue cambodgienne pour les droits de l’homme (LICADHO), organisation non gouvernementale qui promeut les droits humains au Cambodge, adhère au discours prononcé par le premier ministre et appelle à une action urgente pour répondre aux besoins des populations vulnérables incarcérées.

Lire la suite : Le Petit Journal

Elsa Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence [2017]

Paru en octobre 2017 aux Éditions Zones. Présentation de l’éditeur et accès en ligne.

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».

Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Des résistances esclaves au ju-jitsu des suffragistes, de l’insurrection du ghetto de Varsovie aux Black Panthers ou aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie de l’autodéfense politique. Sous l’histoire officielle de la légitime défense affleurent des « éthiques martiales de soi », pratiques ensevelies où le fait de se défendre en attaquant apparaît comme la condition de possibilité de sa survie comme de son devenir politique. Cette histoire de la violence éclaire la définition même de la subjectivité moderne, telle qu’elle est pensée dans et par les politiques de sécurité contemporaines, et implique une relecture critique de la philosophie politique, où Hobbes et Locke côtoient Frantz Fanon, Michel Foucault, Malcolm X, June Jordan ou Judith Butler.

Elsa Dorlin, professeure de philosophie à l’université Paris 8, est notamment l’auteur de La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française (La Découverte, 2006, 2009).

Source : Éditions Zones

Lire en ligne : Lyber

Pour en savoir plus, cinq émissions à écouter sur la chaîne Lundi Matin sur YouTube :

Elsa Dorlin – Se défendre, une philosophie de la violence

Elsa Dorlin est aussi intervenue le jeudi 11 octobre 2018 sur un sujet fondamental : “Phénoménologie de la proie : penser les résistances à la prédation” (MSH Lyon St-Etienne, espace Marc Bloch, 14 av. Berthelot, Lyon 7e), dans le cadre des Rencontres du genre organisées par la MSH Lyon St-Etienne.

Qui peut raisonnablement vivre une vie qui peut basculer à tout moment et être à proprement parler rendue invivable ? Et pourtant, c’est le lot commun de toutes les vies minorisées de s’épuiser dans cette forme d’autodéfense où il s’agit de prendre sur soi : une dépense d’énergie indéfinie, une résistance endurante, une force imperceptible distillée en continue ; une technique martiale pour laquelle il n’y a ni ceinture, ni médaille, ni trophée.

Source : MSH Lyon St-Etienne

Ngày quốc tế phụ nữ – những dấu mốc lịch sử

Infographie du quotidien Nhân Dân [Le Peuple], organe central du Parti Communiste du Viêt-Nam édité à l’occasion de la Journée international des droits des femmes.

NDĐT – Ngày 8-3 hằng năm được Đại Hội đồng Liên hợp quốc chọn là Ngày Quốc tế Phụ nữ nhằm nâng cao vai trò và đấu tranh cho quyền của phụ nữ và trẻ em gái trong xã hội. Nhìn lại những dấu mốc lịch sử ra đời Ngày Quốc tế Phụ nữ hiện nay để thấy một quá trình đấu tranh bền bỉ của phụ nữ trên toàn thế giới.

Source : Nhân Dân, 08/03/2019. THU TRANG – ĐỨC TRUNG

Féminisme pour les 99% – Un manifeste

A traduire en vietnamien… Présentation de l’éditeur.

Logements inabordables, salaires de misère, systèmes de santé inexistants ou dysfonctionnels, catastrophe climatique, rejet des migrant·e·s, violences policières… on entend peu les féministes s’exprimer sur ces questions. Pourtant, elles ont un impact majeur sur la vie de l’immense majorité des femmes à travers le monde.

Les grèves des femmes qui se multiplient aujourd’hui en Argentine, en Pologne, aux États-Unis ou ailleurs s’emparent de ces problématiques et témoignent du fait que les revendications féministes ne sont pas isolées de celles d’autres mouvements. Et c’est tout l’enjeu de ce manifeste, inspiré par ces nouveaux mouvements féministes : face à un système néolibéral qui concentre toutes les aliénations, injustices et inégalités et instrumentalise certaines luttes sociales pour servir ses velléités impérialistes et engranger le plus de profits possible, le féminisme doit repenser son agenda théorique comme militant.

Trois des organisatrices de la Grève internationale des femmes s’engagent ainsi avec ce manifeste pour un féminisme véritablement inclusif, capable de faire converger l’anticapitalisme, l’antiracisme, l’écologie politique, l’internationalisme et l’anti-hétérosexisme : un féminisme pour les 99 %.

Cinzia Arruzza est professeure de philosophie à la New School for Social Research (New York). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages explorant les liens entre socialisme et féminisme.

Tithi Bhattacharya est professeure et directrice du programme Global Studies à l’université Purdue (Indiana). Ses ouvrages croisent la théorie marxiste et les questions de genre.

Nancy Fraser est professeure de philosophie et de politique à la New School for Social Research (New York). Auteure de nombreux ouvrages, elle est l’une des principales représentantes de la Théorie critique dans le monde anglophone.

Source : La Découverte

Xót thương cựu thanh niên xung phong chết không có nhà, phải quàn thi hài trên hè phố

Funérailles dans la rue pour un ancien des Jeunesses de Choc de 80 ans, sans abri. Article de Viêt An traduit par nos soins.

Sau khi qua đời, do không có nhà cửa nên thi thể ông Phạm Quang Vinh – một cựu TNXP sống tại phường Năng Tĩnh (TP. Nam Định) được quàn trên hè phố.

Le 9 février [2019], les réseaux sociaux ont diffusé une information concernant un ancien jeune volontaire (TNXP) nommé Pham Quang Vinh (80 ans) qui venait de mourir, mais du fait de l’absence d’une habitation, son corps a été mis en bière sur le trottoir de la route de Tran Quang Khai (quartier de Tinh Nang, ville de Nam Dinh). Avant son décès, M. Vinh vivait avec son épouse, Dao Thi Lan (71 ans) dans une chambre de motel. Mais lorsque M. Vinh est décédé, le propriétaire n’a pas permis d’organiser les obsèques dans cette pièce.

Après cela, la famille a demandé à louer une salle funéraire à l’hôpital général de Nam Dinh, mais à cause des frais élevés, le corps de Vinh a été finalement mis en bière sur le trottoir.

Le matin du 10 février, en réponse à VTC News, Mme Dinh Thi Dung, présidente du district de Tinh Nang, a confirmé les informations susmentionnées1.

Mme Dung a déclaré que M. Vinh provenait d’une famille pauvre du quartier et le couple était d’anciens jeunes volontaires. Après la mort de M. Vinh, le quartier a créé les conditions pour tenir des obsèques sur une partie de trottoir du quartier.

Selon Mme Dung, le district de Nang Tinh travaille sur un certain nombre de procédures pour soulager la famille de l’ex-TNXP de leurs difficultés financières.

En ce matin, le quartier et sa famille ont organisé des obsèques pour M. Vinh.

Viêt An, 10/02/2019. D’après VTC News

Document original en ligne : Soha VN

Note

  1. Ndlr : L’article ne précise pas si le corps a été incinéré sur place ou ce qu’il est advenu après la levée du corps []

Expériences transnationales de la guerre