Préhistoire : où sont les femmes ? (entretien avec Marylène Patou-Mathis)

Un sujet rarement abordé. A écouter sur France Culture, émission La Conversation scientifique par Étienne Klein.

Avec Marylène Patou-Mathis, préhistorienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des comportements des Néandertaliens et des premiers Hommes modernes, auteure de L’homme préhistorique est aussi une femme (Allary Editions, 2020).

Quelle serait l’histoire de la préhistoire que nous raconterions aujourd’hui si les préhistoriens avaient été des préhistoriennes ?

Lien : https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/prehistoire-ou-sont-les-femmes

Lien vers l’ouvrage : https://www.allary-editions.fr/publication/lhomme-prehistorique-est-aussi-une-femme/

« Femmes & Littérature » – « Phụ nữ & Văn chương » – IDECAF 16-12-2020

Une manifestation scientifique rare qu’il convient de signaler. A cette occasion, l’écrivaine Nguyen Thi Hoang a pris la parole après cinquante années de silence.

Buổi toạ đàm rất thú vị tại Idécaf – Viện Trao đổi Văn hóa với Pháp do Viện Pháp tại TP.HCM / Institut français de HCMV tổ chức với chủ đề “Phụ nữ & Văn chương”. Các diễn giả tài năng Việt Nam đã biến buổi tối tuyệt vời này thành công thực sự.

Table ronde très intéressante à l’IDECAF organisée par l’Institut Français sur le thème « Femmes & Littérature ». Les talentueuses intervenantes vietnamiennes ont fait de cette soirée enrichissante, un réel succès.

Source : Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville. URL : https://www.facebook.com/permalink.php?id=1764765263830864&story_fbid=2759410137699700

Pour en savoir plus sur le destin de l’écrivaine Nguyen Thi Hoang :

Extraits vidéos :

Illustration « à la une » : IDECAF / Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville.

Myriam de Loenzien : « Donner naissance au Viêt Nam : quelle est la place des femmes ? »

Séminaire de recherche de l’IAO. Séance du vendredi 11 décembre 2020, 14h-15h30 en visioconférence. Inscription préalable à l’adresse : iao.seminaire@ens-lyon.fr


Résumé :

Le Viêt Nam est marqué depuis quelques décennies par un recours croissant à la césarienne dans un contexte de forte médicalisation de l’accouchement. Dans cette étape cruciale de leur vie, quelle est la place des femmes ? Pour répondre à cette question, nous explorerons les résultats d’enquêtes nationales et les données plus qualitatives d’une étude pluridisciplinaire en cours menée dans plusieurs hôpitaux au Nord, au Centre et au Sud du pays. Nous étudierons les enjeux de l’autonomisation des femmes en lien avec le choix du mode d’accouchement et évoquerons quelques dispositifs qui pourraient être mis en œuvre pour la promouvoir.

Myriam de Loenzien est socio-démographe et directrice de recherches au Ceped (université de Paris-IRD).

Christine Détrez & Karine Bastide : Nos mères [parution]

Une enquête historique et sociologique fascinante. Présentation de l’éditeur ci-après.

Nos mères. Huguette, Christiane et tant d’autres, une histoire de l’émancipation féminine

Christiane est née en 1945, Huguette en 1941. Toutes deux étaient institutrices. De Christiane, on ne savait rien : après sa disparition dans un accident de voiture, à l’âge de vingt-six ans, elle avait été effacée de l’histoire familiale et des albums photos. D’Huguette, au contraire, on détenait beaucoup : un livre publié, des manuscrits, des lettres, des articles de journaux, une correspondance avec Simone de Beauvoir… Tout cela enfermé dans des malles bien verrouillées.

Christiane et Huguette sont les mères des deux autrices. Au fil d’une enquête qui les a menées aux quatre coins de la France, mais aussi en Tunisie, celles-ci ont récolté des témoignages et des photos, retrouvé des archives, fait parler des courriers. Elles retracent la vie de ces deux femmes « ordinaires », dans ce moment charnière des années 1960, où les femmes se battent pour leur indépendance. Car, à raconter les parcours de Christiane et Huguette – de milieux sociaux très différents –, c’est toute une génération qui affleure : celle des Écoles normales d’institutrices, des « écoles-taudis », de la coopération, du féminisme, des aspirations à une vie meilleure, du rejet des carcans traditionnels.

S’il permet de comprendre les voies de l’émancipation et comment celles-ci varient selon le milieu d’origine et les capitaux culturels et économiques, ce livre est aussi une expérience : peut-on enquêter sur des sujets si proches, et lever, en sociologue, en historienne, des secrets de famille ? Que peuvent faire les sciences sociales de l’émotion, de l’intimité ? Enfin, cet ouvrage est une revanche contre l’effacement des femmes de l’Histoire, et des histoires.

Christine Détrez est professeure de sociologie à l’ENS de Lyon. Ses travaux de recherche portent sur la sociologie de la lecture, de la culture et du genre. Elle est l’autrice de nombreux livres (le dernier étant My Bloody Valentine, Denoël, 2018).

Karine Bastide est professeure d’histoire-géographie dans le secondaire, et titulaire d’un M2 études de genre.

Source : La Découverte


Pour en savoir plus, réécoutez l’émission « La suite dans les idées » de Sylvain Bourmeau sur France Culture.

Deux femmes des années 60.

En menant une enquête sur deux jeunes femmes devenues institutrices dans les années 60, dont sa propre mère – morte quand elle avait deux ans – Christine Détrez signe avec Karine Bastide un grand livre de sciences sociales. Elle est rejointe en seconde partie par l’écrivaine Sarah Chiche.

URL : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/deux-femmes-des-ann%C3%A9es-60/id115153894


Illustration « à la une » : Huguette Bastide (à gauche) et Christiane Détrez (à droite) • Crédits : archives personnelles de Karine Bastide et Christine Détrez

Aurore Turbiau : Une utopie féministe est-elle possible ?

Signalement d’un article de Aurore Turbiau, doctorante contractuelle en littérature comparée (Sorbonne Université, CRLC).

J’ai choisi un titre un peu clickbait pour cet article : « une utopie féministe est-elle possible ? » J’espère que ça ne fera pas trop de déçu·es : il sera plus question de littérature et d’histoire des idées ici que de vie en communauté sur des terres en non-mixité. Mais tout de même je maintiens le titre : une utopie (littéraire) féministe, est-ce que ça peut exister ? Est-ce qu’une utopie féministe peut s’inscrire dans la grande tradition héritée des textes de la Renaissance, transmise de génération d’hommes de lettres en générations d’hommes de lettres ? Est-ce qu’une utopie féministe peut correspondre aux définitions qu’on donne de l’utopie à l’université, dans les manuels scolaires — est-ce que le féminisme peut avoir une portée suffisamment « universelle » pour intégrer les rangs des grandes théories humanistes ? Ou est-ce qu’on doit en changer la définition — est-ce que ça aurait un intérêt ? Je ne promets pas de répondre exactement à toutes ces questions, mais surtout de souligner que les réponses ne vont pas de soi : les utopies féministes ne rentrent pas dans le cadre traditionnel qu’on a fourni pour définir « l’utopie », qui est globalement masculin et imperméable aux points de vue et propositions du féminisme ; les femmes ne sont pas souvent citées dans les histoires de l’utopie.

Lire la suite : Littératures engagées

Réf. : Aurore Turbiau, « Une utopie féministe est-elle possible ? », dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 06/09/2020, https://engagees.hypotheses.org/2492, consulté le 11/09/2020.

Illustration « à la une » : © Toni Frissell, Five women running, tiré de la couverture de l’ouvrage de Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s (1991), Bern, Peter Lang, 2015.

Expériences transnationales de la guerre

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search