Irène Pereira : De quelques questions philosophiques à propos de Pédagogie des opprimés

Signalement d’un billet lu sur le carnet de recherche Institut bell hooks – Paulo Freire.

Ce texte est un complément à l’intervention d’Irène Pereira lors de la séance du séminaire intitulée: (Re)lire Paulo Freire 50 ans après pédagogie des opprimés.

L’ouvrage de Paulo Freire, Pédagogie des opprimés, est avant tout un livre philosophique : oeuvre difficile, par les références explicites et implicites à une littérature philosophique d’inspiration en particulier marxiste et existentialiste. Ci-dessous nous fournirons des hypothèses de lecture concernant certains points elliptiques dans l’ouvrage de Paulo Freire.

Pédagogie des opprimés est un ouvrage de philosophie de la conscience portant sur la place qu’occupe la prise de conscience dans le processus de transformation révolutionnaire. Dans une telle perspective, la finalité de la révolution pour Paulo Freire est l’humanisation. La condition d’un processus d’éducation et révolutionnaire libérateur consiste dans le fait que les opprimés ne soient pas traités comme des choses. La radicalité pour Paulo Freire consiste dans le fait que les enseignants et les leaders révolutionnaires respectent l’exigence éthique de toujours considérer les opprimés comme des sujets humains et ne les réifient pas comme le font les oppresseurs. De manière générale, l’analyse de Paulo Freire est orientée par une critique des différents mécanismes sociaux qui conduisent à la réification de l’humain.

Lire la suite : Institut bell hooks – Paulo Freire

Présentation d’Irène Pereira sur le site Iresmo (Institut de Recherche, d’Etude et de Formation sur le Syndicalisme et les Mouvements sociaux).

Blog philosophique (web pédagogique) de l’auteur : Iparkia

Lettre ouverte du Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes

La prisonnière d’opinion Tran Thi Nga incarcérée depuis janvier 2017 a subi menaces de mort et violences physiques. Elle a bénéficié d’une action urgente d’Amnesty International l’été dernier. Le 10 octobre 2018, une lettre ouverte de la députée suisse au Grand Conseil de Genève Anne Marie von Arx-Vernon représentant le « Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes » a été envoyée aux autorités vietnamiennes pour exiger sa libération et la fin des maltraitances.

Lettre ouverte du 10 octobre 2018

Tô Lâm

Ministre de la Sécurité publique du Vietnam

44 Yêt Kiêu St. Hoàn Kiêm District

Hà Nội, Viêt-Nam

Monsieur le Ministre,

Nous vous adressons cette lettre ouverte à la suite d’informations reçues de sources concordantes sur les conditions de détention préoccupantes de votre citoyenne Madame Tran Thi Nga, qui purge actuellement une peine de neuf ans à la prison de Gia Trung à Mang Yang, dans la province de Gia Lai, à plus de 1300 kms de son lieu de domicile.

Le 17 août 2018, Tran Thi Nga nous a fait savoir par ses proches qu’elle avait été violemment battue et menacée de mort par sa codétenue. Bien que les autorités pénitentiaires locales aient été alertées à plusieurs reprises, aucune mesure à ce jour n’a été mise en place pour la protéger.

Depuis son arrestation le 21 janvier 2017, Tran Thi Nga n’aurait pu recevoir qu’une seule visite de son conjoint, et aucune de ses enfants âgés de 6 et 8 ans malgré les dispositions de la loi vietnamienne qui prévoit une visite par mois.

Elle n’a été autorisée à joindre sa famille par téléphone qu’en juin 2018, après 16 mois de silence.

Tran Thi Nga souffre par ailleurs des séquelles de deux attaques subies en 2014 en 2015 au cours desquelles elle a été rouée de coups avec un bras et une jambe fracturés par des individus en civil.

Dans ces circonstances, nous vous exhortons, Monsieur le Ministre, à agir afin de :

  • libérer Tran Thị Nga immédiatement et sans condition, car elle est détenue uniquement pour avoir exercé, sans violence, son droit à la liberté d’expression ;
  • veiller à ce que, dans l’attente de sa libération, Tran Thi Nga soit traitée conformément à l’ensemble des conventions des Nations-Unies pour le traitement des détenus, et particulièrement à ce qu’elle ne soit pas victime d’actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements ;
  • mettre fin à son lointain transfert de manière à ce que Tran Thị Nga puisse régulièrement avoir une visite de sa famille et bénéficier des soins médicaux adaptés qui lui seraient nécessaires.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de nos sentiments distingués.

Au nom du collectif des signataires dont la liste est jointe.

Anne Marie von Arx-Vernon

Députée au Grand Conseil de Genève

Copie de cette lettre ouverte envoyée à :

Ambassade du Vietnam en Suisse.Monsieur l’Ambassadeur Pham Hai Bang, Schlösslistrasse 26 – CH-3008 Berne

Département fédéral des Affaires Etrangères DFAE.Monsieur le Conseiller fédéralIgnazio Cassis, Effingerstrasse 27 – CH-3003 Bern

Source : Viêt Tân

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé (Notification N ° 317 / TB-UBTVQH14) par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée1.

Fait remarquable, c’est la première femme présidente de la République (tous régimes confondus) au Viêt-Nam et donc la première femme présidente en RSVN. Elle est également la première femme à la tête d’un pays communiste depuis Sabine Bergmann-Pohl, présidente de l’Allemagne de l’Est. Ces particularités ont été soulignées et la plupart du temps saluées par la presse étrangère2. En France, quelques jours après sa nomination officielle, L’Humanité, organe du PCF, en faisait « la femme du jour »3.

Mme Dang Thi Ngoc Thinh est peu connue du public vietnamien mais son pédigrée politique au sein de l’État socialiste est important. Née en 1959 dans la province de Quang Nam, elle adhère au PCV le 19 novembre 1979 un mois avant de célébrer ses vingt ans. Mais dès l’âge de quinze ans, alors que la guerre du Viêt-Nam s’enlise et que le Sud s’effondre, elle officie secrètement au sein de l’État-major Viêt-Công de Saigon-Gia Dinh.

Depuis elle a occupé de très nombreuses fonctions officielles principalement au sein du premier arrondissement de Saigon/Ho Chi Minh-Ville (HCMV). Après la chute de Saigon, elle devient une personne incontournable des organigrammes de cet arrondissement, on la retrouve : experte au Bureau du comité de district du district 1 d’Ho Chi Minh-Ville, chef du Comité du parti pour la mobilisation de la population, puis secrétaire du Comité du parti du district de Ben Thanh (district 1, HCMV) ; membre du Comité permanent du comité du parti du district, directrice du parquet du district 1, vice-présidente du Comité populaire du district 1 ; vice-présidente de l’Union des femmes d’Ho Chi Minh-Ville puis présidente de la même organisation. Enfin, quittant la métropole sudiste, elle a été promue directrice adjointe du Comité pour la population et les enfants à Hanoi.

Cette nouvelle affectation lui ouvre les portes du pouvoir au plus haut niveau. Depuis le Xe Congrès national du PCV en avril 2006, elle devient membre suppléante (sur 21 membres suppléants) d’un Comité central du Parti réunissant à l’époque 161 membres.

En octobre 2007, elle est nommée vice-présidente permanente de l’Union des Femmes du Viêt-Nam gravissant encore un échelon dans cette organisation. En 2009 et 2010, elle investit de nouveau le champ politique au Sud en officiant en tant que vice-secrétaire puis comme secrétaire du Comité de la province de Vinh Long, fonction qu’elle quitte en 2015.

Cette année 2015 lui offre une nouvelle promotion importante. Elle est nommée en mars chef adjointe du Bureau central du Parti communiste du Viêt-Nam, une place stratégique qui la place au plus haut niveau de l’État-Parti, un cercle où les femmes sont peu nombreuses. Un an plus tard, le 8 avril 2016, à la suite du XIIe congrès national de janvier, elle est élue à 91 % pour occuper le poste de vice-présidente de la RSVN. Conformément à la constitution (amendée en 2013), elle devient automatiquement présidente par intérim à la suite du décès de Tran Dai Quang4.

Sur le plan académique, les biographies officielles lui prêtent de multiples licences, en histoire, en droit et en sciences politiques. Cependant, activiste très jeune et intégrée au Parti à vingt ans, sa trajectoire politique apparaît plus comme celle d’une apparatchik discrète mais efficace et régulièrement promue. Son niveau d’éducation mis en avant dans sa biographie officielle est un niveau Master dans la « construction du Parti ». Sa fidélité au Parti a semble-t-il été un atout majeur dans son ascension.

Membre du Comité central du Parti communiste du Viêt-Nam depuis 2006 : suppléante  pour la période 2006-2011 (Xe Congrès) et membre officiel pour les mandats 2011-2016 (XIe Congrès), 2016-2021 (XIIe Congrès). Député de l’Assemblée nationale de la RSVN pour les mandats 2002-2007 ( XIe législature), 2011-2016 ( XIIIe législature), 2016-20201 (XIVe législature).

Le journal L’humanité, dans un portrait publié le 26 septembre, soulignait ses principaux atouts :

Durant son précédent mandat, Dang Thi Ngoc Thinh s’est attachée à promouvoir l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes par le renforcement de leur rôle dans tous les aspects de la vie économique, politique, culturelle et sociale.

Dès sa nomination, son calendrier s’est chargé de visites d’hôtes étrangers. Dès le 21 septembre 2018, date du décès du président de la RSVN, Dang Thi Ngoc Thinh rencontrait Mme Valentina Matvienko la présidente du conseil de la Fédération de Russie5. Le 28 septembre à Hanoi elle recevait l’ancien président mozambicain Armando Emilio Guebuza, à la tête d’une délégation du Mozambique6.

On ne sait si cette période de présidence intérimaire va durer. Elle laisse du moins le temps aux membres du Politburo vietnamien, un cercle fermé de 19 personnes7, de réfléchir à la nomination d’un nouveau président ou la confirmation dans ses fonctions de la nouvelle présidente. Cette décision sera à l’ordre du jour de la prochaine session de l’Assemblée nationale programmée en principe à la fin du mois d’octobre.

FG, Màj 01/10/2018.

Image « à la une » : infographie de l’ascension politique de Mme Dang Thi Ngoc Thinh © VietnamNet / VNA

Notes

  1. Cette notice biographique s’appuie sur les sources officielles du Parti communiste du Viêt-Nam ainsi que sur les notices Wikipedia en vietnamien et en anglais de cette personnalité politique. Voir aussi les documents édités en 2016 :  « Tóm tắt lý lịch tân Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh », VOV, 08/04/2016 ; et mis à jour en 2018 : « Tiểu sử, sự nghiệp của quyền Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh », VTC News, 23/09/2018 []
  2. A titre d’exemple voir : « Dang Thi Ngoc Thinh becomes first female president of Vietnam », South China Morning Post, 23/09/2019 ; « Vietnam Taps First Woman to Top Leadership as Acting President », Bloomberg, 23/09/2018 []
  3. « La femme du jour : Dang Thi Ngoc Thinh », L’Humanité, 26/09/2018 []
  4. « Thực hiện quyền Chủ tịch nước với bà Đặng Thị Ngọc Thịnh », Dân Tri, 23/09/2018 ; « Dang Thi Ngoc Thinh assume la position de président p.i. du Vietnam », Vietnam +, 23/09/2018 []
  5. « Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh gặp Chủ tịch Hội đồng LB Nga », VietnamNet, 21/09/2018 []
  6. « La présidente par intérim Dang Thi Ngoc Thinh reçoit l’ancien président mozambicain », Le Courrier du Vietnam, 29/09/2018 []
  7. Après le décès de Tran Dai Quang, l’éviction de Dinh La Thang et le retrait pour raisons de santé de Dinh The Huynh, le Poliburo comprend désormais 16 membres []

Sexe, race & colonies. La domination des corps du XVe siècle à nos jours [parution]

A découvrir aux éditions La Découverte. Un ouvrage de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Dominic Thomas, Christelle Taraud.

Présentation de l’éditeur.

Reposant sur plus de mille peintures, illustrations, photographies et objets répartis sur six siècles d’histoire au creuset de tous les empires coloniaux, depuis les conquistadors, en passant par les systèmes esclavagistes, notamment aux États-Unis, et jusqu’aux décolonisations, ce livre s’attache à une histoire complexe et taboue. Une histoire dont les traces sont toujours visibles de nos jours, dans les enjeux postcoloniaux, les questions migratoires ou le métissage des identités.

C’est le récit d’une fascination et d’une violence multiforme. C’est aussi la révélation de l’incroyable production d’images qui ont fabriqué le regard exotique et les fantasmes de l’Occident. Projet inédit tant par son ambition éditoriale, que par sa volonté de rassembler les meilleurs spécialistes internationaux, l’objectif de Sexe, race & colonies est de dresser un panorama complet de ce passé oublié et ignoré, en suivant pas à pas ce long récit de la domination des corps.

Source : La Découverte

Viet Nam: Arrested blogger Huynh Thuc Vy must be immediately released

Nouvelle arrestation de la blogueuse et activiste Huynh Thu Vy. Amnesty International demande sa libération immédiate.

Remise en liberté le lendemain, elle reste assignée à résidence et poursuivie au titre de l’article 276 du code pénal pour « insulte au drapeau national ». Le 1er septembre 2017, elle avait enduit de peinture blanche le drapeau national pour protester contre ce symbole d’oppression du peuple vietnamien.

Responding to the arrest of prominent Vietnamese human rights activist and blogger, Huynh Thuc Vy, by police in Buon Ho town, Dak Lak province this morning, Clare Algar, Amnesty International’s Director of Global Operations, said:

“This arrest is nothing more than a politically-motivated attempt to silence one of the most powerful voices for human rights in Viet Nam.

“Through her activism and blogging in support of the rights of women, minorities and human rights in general, Huynh Thuc Vy has worked tirelessly to expose violations and hold the powerful to account. For this, she and her family have been subjected to relentless surveillance, intimidation and harassment by the country’s authorities.

“We urge the authorities of Dak Lak province to immediately and unconditionally release Huynh Thuc Vy and call on Viet Nam’s government to end its systematic suppression of peaceful activism.”

Background

Huynh Thuc Vy is the founder of the organization Vietnamese Women for Human Rights, whose work is to promote the values of human rights and support women human rights defenders in Viet Nam. She regularly blogs about human rights abuses, including the persecution of ethnic minorities in the country.

She was arrested at around 7 am this morning, when more than 30 police officers turned up to her house without an arrest warrant. Police returned to her house several hours later and took several items including a laptop, phones, books, clothes and a camera. Currently, Huynh Thuc Vy’s whereabouts are unknown.

Over the past year, the crackdown on dissent in Viet Nam has intensified, with many activists being arrested, tried unfairly and sentenced to years in prison, leading scores of others flee the country.

Source : Amnesty International

Ouvrage de Huynh Thuc Vy sur la situation des droits de l’homme en RSVN

 

Lire aussi :

Expériences transnationales