Libération de la syndicaliste Do Thi Minh Hanh

Le 26 juin 2014, la jeune syndicaliste Do Thi Minh Hanh condamnée à 7 ans de prison en 2010 pour ses activités envers les ouvriers et les paysans expropriés, a bénéficié d’une libération anticipée. Après un périple de deux jours, raccompagnée par la Sécurité publique (Công An), elle est arrivée chez ses parents dans la province de Lam Dong le 28 juin 2014.

DoThiMinhHanh

Elle a passé quatre années d’emprisonnement à travers plusieurs prisons du pays où elle fut maltraitée et battue. La dernière en date se trouvait près de Hanoi bien loin de sa province natale.

Né en 1985 à Di Linh dans la province de Lam Dong est issue d’une familles de révolutionnaires. Après des études en économie, Hanh a pris conscience très jeune de la difficile condition des ouvriers/ères de son pays. En 2005, elle s’est activement attelé à la défense des femmes expropriées des environs de Hanoi puis, en 2007, diffusa des informations totalement inédites sur l’extraction de bauxite dans le Centre du pays lorsque l’affaire fit grand bruit. Elle fut impliquée également dans la défense des ouvriers en grève dans des entreprises étrangères au Sud.

Entre 2005 et 2009, elle fut plusieurs fois arrêtée par la police à cause de son activisme aux côtés des démunis et des travailleurs. Rendue clandestinement en Malaisie en décembre 2009, elle participa au Deuxième Congrès du Comité de défense des travailleurs du Viêt-Nam. Arrêtée en février 2010  à la suite d’une grève ouvrière à Tra Vinh, elle fut jugée au mois d’octobre de la même année et condamnée à sept ans de prison pour “troubles de l’ordre public visant à s’opposer au gouvernement populaire”. Elle paya ainsi sa détermination pour défendre les droits des travailleurs et les droits de l’homme d’une façon plus générale.

Emprisonnée, elle reçut en 2011 le prix international des droits de l’homme en même temps que l’avocat Cu Huy Ha Vu lors d’une cérémonie organisée en Australie. Elle bénéficia du soutien américain en juillet 2013. En particulier, en se rendant aux Etats-Unis, en Allemagne ou en Australie, sa mère, Tran Thi Minh Ngoc mena une campagne de tous les instants pour faire libérer sa fille.

ldv-logo-webTran Ngoc Thanh, le président du seul syndicat libre du pays, la Confédération du Travail du Viêt-Nam, non reconnu par les autorités, a salué son retour tout en exigeant la libération des deux autres syndicalistes emprisonnés (Nguyen Hoang Quoc Hung et Doan Huy Chuong) avec Hanh depuis 2010.

Sources principales : fiche Đỗ Thị Minh Hạnh (Wikipedia), BBC Viet, Dan Chim Viet, Dan Lam Bao, RFA.

Pour en savoir plus :

Archives sur : Defend the Defenders

Tin chính thức: Đỗ Thị Minh Hạnh đã về đến nhà, Dan Lam Bao, 28/06/2014.

Tường An, Cô Đỗ Thị Minh Hạnh trả lời RFA ngay sau khi ra tù, RFA, 28/06/2014.

Tường An, Đỗ thị Minh Hạnh lại bị đánh trong tù, RFA, 22/05/2013.

La militante syndicale Do Thi Minh Hanh a été libérée, RFA, 27/06/2014.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
guerillera (28 juin 2014). Libération de la syndicaliste Do Thi Minh Hanh. Guérillera. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pd2c