Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale

Programme de la première partie d’un atelier abordant la question des femmes et de la guerre :

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale / Jeudi 4 septembre 2014, Salle 102, Bât. Formation – 09:00-11:00 (2h)

Atelier thématique coordonné par Jules Falquet

DES USAGES DE LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE « DE GENRE » DANS LE CONTEXTE DE LA MONDIALISATION NEOLIBERALE par Jules Falquet, CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes) – LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique)

La mondialisation néolibérale produit à la fois la globalisation d’un ensemble de discours et de pratiques sur la situation des femmes dans le monde ; et un notable accroissement des violences masculines contre les femmes (et/ou de leur visibilité), qu’elles soient militaires, économiques ou inter-personnelles, incluant les « féminicides ». On s’interrogera sur les discours et les pratiques de lutte contre ces violences, dans la double perspective ‘top-down’ telle qu’elle est construite par les Nations-Unies ou la Communauté européenne, et ‘bottom-up’ à partir des initiatives des mouvements de femmeset féministes.

WomenAtWar
Source : http://chrisblattman.com
  • Genre et dynamiques sociales pendant la guerre civile ougandaise de 1981-86 : Trajectoires de femmes-combattantes au sein du mouvement de guérilla de la National Resistance Army (NRA) par Pauline Bernard, Institut des Mondes Africains, Institut Français de Recherche en Afrique

Cette intervention étudie, à partir de témoignages et de récits de vie, les trajectoires de femmes engagées dans la guérilla de la National Resistance Army pendant la guerre civile de 1981-86 en Ouganda. Il s’agit d’examiner les relations de pouvoir internes à la guérilla, et de s’interroger sur la façon dont ces femmes combattantes ont renégocié leur place dans la société pendant cette période d’atomisation de l’ordre social.

  • Intervention militaire et libération des femmes par Aurélie Knüfer, Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne
L’objet de notre exposé sera d’examiner une controverse politique et

philosophique virulente – celle qui, au milieu du XIXème siècle, divisa partisans et opposants d’une intervention militaire en faveur de la liberté des femmes mormones supposées être opprimées et victimes de la polygamie. Cette controverse est particulièrement intéressante car elle pose sans doute pour la première fois, de manière aussi explicite, l’émancipation féminine comme visée d’une entreprise guerrière.

Dans De la Liberté (1859), en effet, John Stuart Mill récuse le projet d’une « civilisade », c’est-à-dire d’une « croisade civilisatrice » contre les Mormons ; projet défendu notamment par Thomas Taylor Meadows dans un « Essai sur la civilisation » (1856) aujourd’hui oublié. Pour celui-ci, tandis que la polygamie des “barbares” musulmans ou chinois serait acceptable, parce qu’elle serait l’expression de leur “arriération” quasi-naturelle, chez un peuple “civilisé”, en revanche, il ne serait pas possible d’admettre une telle institution, et ce parce qu’elle menacerait de l’intérieur la “civilisation” elle-même dont le mariage monogame serait un des principaux piliers : les Mormons constituent donc l’ennemi intérieur qu’il s’agit à ses yeux tout simplement de détruire. L’enjeu pour John Stuart Mill est de montrer qu’une telle argumentation est en réalité l’expression de la domination masculine et la perversion d’un “libéralisme” véritablement soucieux de l’affranchissement des femmes.

Définitions de la “civilisation” et de la “barbarie”, réflexion sur le statut du mariage, sur l’asservissement des femmes ainsi que sur les modalités de leur libération constituent alors l’horizon de ce débat dont il n’est pas nécessaire de rappeler ici les prolongements contemporains. Cette étude sera donc l’occasion d’interroger, d’une manière plus générale, les discours de légitimation de la guerre au nom de l’émancipation féminine, ainsi que la défense de la liberté des femmes comme argument privilégié de l’intervention dite “humanitaire”. Se contenter d’évacuer cet argument, en affirmant qu’il ne serait qu’un prétexte visant à dissimuler des entreprises de conquête n’est en effet pas suffisant : il est au contraire nécessaire, pour la théorie du genre, de le prendre au sérieux, d’en saisir toutes les implications afin d’en produire une véritable critique.

  • Visibilité et occultation des violences masculines envers les femmes au Nicaragua (1979-2013)  par Delphine Lacombe, École des hautes études en sciences sociales, Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace

La communication abordera les modes d’occultation et de visibilité des violences masculines contre les femmes dans le contexte nicaraguayen (1979-2013). En réinscrivant l’analyse dans le long terme, il s’agit de repositionner les registres de visibilité des violences dans leur historicité et dans leur articulation avec les configurations guerrières, les régimes politiques, les actions collectives des femmes et le contexte international de « l’aide au développement ». Nous montrons par quels processus de qualifications la dénonciation des violences envers les femmes est devenue sinon légitime, du moins audible, mais toujours au prix de l’occultation de leurs ressorts de genre.