Patrick Peccatte : Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc

A lire sur le carnet de recherche de Patrick Peccatte, un voyage iconographique fascinant sur Jeanne d’Arc de l’imagerie pieuse à la culture manga.

01-FauquembergueOn ne connaît qu’une seule image de Jeanne d’Arc qui lui soit contemporaine, un dessin à la plume effectué en marge d’un registre par Clément de Fauquembergue, alors greffier du parlement de Paris. Daté du 10 mai 1429, soit deux jours après la fin du siège d’Orléans, le croquis n’est évidemment pas un portrait puisque Fauquembergue n’a jamais vu Jeanne et décrit des événements qui lui ont été relatés. Il mentionne dans son texte que « les ennemis avoient en leur compagnie une pucelle seule ayant bannière entre lesdits ennemis, comme on disait ».

Sans doute intrigué par l’événement extraordinaire qu’on lui rapporte, le greffier dessine une femme de profil avec une épée trop grande pour elle et un étendard à deux pointes où l’on peut lire l’inscription « JHS » (pour « Jhesu« ). Il choisit de représenter une Jeanne très féminine, en robe, avec une abondante chevelure tombant dans son cou et une poitrine marquée.

L’image d’une guerrière armée d’une épée et brandissant un étendard s’est imposée très tôt. Immédiatement reconnaissable, elle est devenue l’un des stéréotypes majeurs de l’iconographie de Jeanne d’Arc. L’aspect de la femme représentée a par contre beaucoup évolué durant presque six siècles de représentations.

Lire la suite : Déjà Vu

Image « à la une » : Jeanne d’Arc, par Albert Lynch, Le Figaro Illustré, 1903.