Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »

Signalement d’un article de Nicolas Bancel l’un des co-directeurs de l’ouvrage Sexe, race et colonies, paru aux éditions La Découverte le 27 septembre 2018 et qui fait débat.

L’ouvrage Sexe, race et colonies, a ouvert un débat majeur, parfois fortement polémique, souvent passionné. Nous ne revenons pas ici sur les critiques laudatives – nombreuses –, du livre, mais sur des questions posées, et qui nous semblent devoir être discutées, et tranchées. Plusieurs registres de critiques doivent être distingués. Les premières concernent la possibilité même, le droit ou la légitimité à publier des images de la domination des corps esclavagisés, colonisés, racisés. Tout d’abord parce que l’opération reproduirait en définitive la domination elle-même, humiliant à nouveau les représentés.

C’est là une question épistémologique de première importance. Doit-on, ou non, s’arroger le droit de reproduire ces images ? Cette question, on se doute bien qu’elle nous a traversés, faisant l’objet d’intenses débats entre les directeurs de l’ouvrage et plusieurs auteurs y participant, depuis quatre ans. En vérité, il n’y avait que deux options : montrer ou ne pas montrer.

Lire la suite : The Conversation, 17/10/2018.

Lire aussi :

  • Olivier Doubre, « Sexe, race et colonies » : La marque de l’homme blanc, Politis, 17/10/2018. L’ouvrage majeur Sexe, race et colonies montre mille deux cents d’images sexuelles et racistes de la colonisation et leurs effets toujours actuels sur la domination du corps des femmes.
  • Gille Boëtsch, « Sexe, Race et Colonies » est bien un ouvrage d’histoire, Libération, 11/10/2018. Le livre qui entend démontrer comment la puissance coloniale s’est aussi exercée par la domination sexuelle suscite de vives réactions : en publiant de nombreuses images de femmes humiliées, il en réactiverait la violence. L’anthropologue Gilles Boëtsch, un des codirecteurs de l’ouvrage, défend un travail de recherche : on ne peut pas déconstruire le passé colonial sans voir, comprendre et critiquer ces images.

Image « à la une » : Photo de Nadal : « Groupe de femmes Moïs réunies avant le départ au travail des champs dans les plantations voisines »