[collectif] : Sexe, race et colonies – note de lecture

Quelle lecture peut-on et doit-on faire du passé ? Et quel niveau de compréhension doit-on en avoir ? Que doit-on montrer du passé lorsque l’on aborde des sujets sensibles ? Quelles sont les normes défendables sur des sujets complexes tels que la nudité, la sexualité, la violence ou la guerre ? Telles sont les questions qui sous-tendent le travail proposé dans l’ouvrage Sexe, race et colonies, un ouvrage collectif sous la direction de cinq chercheurs1 et nourri des contributions de près d’une centaine de spécialistes.

Que faire de la domination des corps ?

La réception de cet ouvrage aussi imposant et lourd physiquement (4 kg) que sur le plan académique (95 auteurs) a suscité un vif débat2. Ceci est bien entendu une bonne chose car il permet de confronter une production académique conséquente à ses enjeux sociaux et sociétaux, au prisme des nouvelles problématiques et des épistémologies en devenir. Premier fait à partager : cet ouvrage est un objet pluridisciplinaire des sciences sociales que chaque discipline (histoire, anthropologie, sociologie, analyse littéraire et critique visuelle… même si la proportion d’historien-nes parmi les auteurs est majoritaire) peut appréhender de façon ciblée et différenciée. Dans le même temps, l’ouvrage est un pavé de culture visuelle rassemblant un corpus de plus de 1200 images qui, lui-même, peut être décrypté selon plusieurs grilles de lectures. C’est sans doute cette présentation massive et dense, susceptible de noyer momentannément le lecteur, tant sur le plan visuel que textuel, qui a suscité un intense débat3.

Richement illustré mais aussi très abondamment rédigé, l’ouvrage est découpé en quatre grandes parties chrono-thématiques : près de quatre siècle de « Fascinations (1420-1830) » ; près d’un siècle de « Dominations (1830-1920) » ; cinquante ans de « Décolonisations (1920-1970) » et une plongée dans l’ère du métissage depuis 1970 soit encore près de cinquante ans. Chacune des parties revisite le vaste sujet énoncé dans le titre Sexe, race et colonies dont l’accroche publicitaire est indéniable. L’accent mis sur le mot « Sexe » (en grosses lettres) n’empêche néanmoins pas de lire la suite et notamment le sous-titre : « La domination des corps du XVe siècle à nos jours » comme une proposition clarificatrice et en réalité cœur du propos. Comme le rappelle brièvement les auteurs dans une présentation en ligne, il s’agit de comprendre comment « Les imaginaires sexuels coloniaux ont façonné les mentalités des sociétés occidentales » et d’explorer « le rôle central du sexe dans les rapports de pouvoir », une thématique que Michel Foucault n’aurait pas renié4.

Sur le contenu, je partage l’avis des auteurs, il s’agit d’un ouvrage très construit, à l’opposé d’une exposition gratuite et provocatrice. Au contraire, « l’objet du délit » n’a rien de scandaleux et les auteurs d’argumenter avec conviction sur ce fait5. :

C’est là une question épistémologique de première importance. Doit-on, ou non, s’arroger le droit de reproduire ces images ? Cette question, on se doute bien qu’elle nous a traversés, faisant l’objet d’intenses débats entre les directeurs de l’ouvrage et plusieurs auteurs y participant, depuis quatre ans. En vérité, il n’y avait que deux options : montrer ou ne pas montrer.

L’ouvrage, très riche d’informations, se révèle être bien plus un outil didactique et un dictionnaire thématique, qu’un simple beau livre. Les quelques images « choc », où se mêlent sexe, violence et torture, dont la diffusion et réception ont fait polémique sont largement minoritaires. Et il m’apparaît même que ceci n’est rien par rapport au flot incessant d’images pornographiques et avilissantes qui inondent la blogosphère sur des thématiques proches ou similaires (alliant « sexe et étrangers »). Que l’on ne s’y trompe pas, il s’agit donc d’une somme historique considérable de 543 p. réunissant les meilleurs spécialistes réfléchissant chacun dans leur domaine sur six siècles d’objectivation des corps6. En quelque sorte, il s’agit là de la première encyclopédie de la « domination des corps », vue à partir de la documentation disponible, celle des dominants. Malgré ce biais inévitable lié à la nature des sources, chacun pourra poursuivre l’investigation en parcourant (muni d’une loupe) la bibliographie (p. 530-540) digne d’une thèse de doctorat.

La lecture de cet ouvrage renvoie immédiatement au lecteur et à la représentation qu’il peut se faire ou a été conduit à se faire de l’altérité7. En tant qu’acteur, moi-même, d’un coupe mixte, je me retrouve dans certaines analyses et/ou images qui ne me choquent guère. C’est sans doute une question de génération et d’habitus, car comme le soulignent les préfaciers Achille Mbembe et Jacques Martial « certains modèles nous ont construits et nous animent encore ». Autant dire que l’imprégnation apparaît profonde jusqu’à nos jours dans nos imaginaires comme en témoignage le tableau d’Erró (1990) illustrant cette note (voir ci-dessous)8. La réception de cet ouvrage en dit donc certainement plus sur le lecteur que sur ce qu’il contient. Un chercheur habitué à manier des cultures visuelles marquantes sur le corps aussi diverses que des planches d’anatomie, des photographies de guerre, des représentations scéniques de performances artistiques ou de sous-cultures musicales (corps en scène) ou encore de modifications corporelles9 ne sera pas choqué par ces images construites et resituées dans leurs contextes adéquat, coloniaux ou post-coloniaux. D’autant plus que ces images sont accompagnées d’analyses pertinentes et/ou sujettes à discussion.

Erró, Sister of Toy, 1990. Série Love, Built on Beauty, huile sur toile, 100 x 80cm, collection de l’artiste, Paris. Toile photographiée lors de la rétrospective Erró à Lyon, janvier 2015 © DR.

« Un travail de déconstruction devient, aujourd’hui, plus que jamais nécessaire » (les auteurs de l’ouvrage)

En prenant le parti de traverser de nombreuses époques et donc de les délimiter par des césures chronologiques marquées et peut-être arbitraires, une critique peut être faite sur l’assemblage sérié de plusieurs types de représentations du corps de l’autre, dans des contextes différents (privé, public) ou de natures différentes (ludique, exotique, érotique). De même, le rapport de notre société (française) à la sexualité dans sa continuité ou sur la longue durée est difficile à résumer. Cependant, l’intérêt principal de cet ouvrage, outre son aspect iconographique et mémoriel (dans le sens de fixer une trace de nos représentations de l’autre à travers le temps), est qu’il questionne à tour de bras :

  • le chercheur/lecteur en tant qu’être « situé et normé » ;
  • nos représentations sociales et politiques ;
  • les interdits et tabous de la recherche académique ;
  • la culture visuelle, l’analyse qui peut en être faite et son impact sur la recherche et la société ;
  • notre rapport complexe à l’altérité ;
  • notre rapport tout aussi complexe à la nudité ;
  • les rapports de domination (exploitation et violence) en situation coloniale puis postcoloniale…

Quoiqu’il en soit, notre rapport à l’altérité est toujours mâtiné de jugements moraux, liés à notre propre positionnement politique et à notre construction sociale. Ce rapport est donc tout autant « situé » dans un espace temps donné et configuré dans une matrice socio-normée ce qui explique aussi les différences d’appréciation et de réception de ce type de travail. Les normes productives de représentation des corps et de la nudité forment l’enjeu majeur de cette recherche magistrale. S’il ne se présente pas ainsi, l’ouvrage est par ailleurs un témoignage utile et critique de l’histoire des mentalités occidentales et françaises en particulier. Enfin, chacun observera que si nous avons changé d’époque, la domination des corps sur notre planète reste d’une actualité criante. D’où l’intérêt de réfléchir et de coucher sur le papier images et textes de ce passé peu reluisant enfoui dans nos mémoires collectives mais dont la traçabilité mérite d’être contée et discutée. Et de poursuivre l’étude et le débat d’idée sur ces sujets hautement sensibles non pour les banaliser mais pour mieux connaître notre humanité dans ses interactions, même les plus outrancières.

FG, 23/10/2018.

Image « à la une » : CPA intitulée « Tonkin, femme tonkinoise ».

Notes

  1. Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Dominique Thomas et Christelle Taraud []
  2. Sexe, race et colonies: la polémique, France Culture, émission Signes des temps, 14/10/2018 []
  3. Parmi les critiques les plus virulentes, on lira avec intérêt « Les corps épuisés du spectacle colonial » par le Collectif Cases Rebelles, septembre 2018 []
  4. Cf. « Les imaginaires sexuels coloniaux ont façonné les mentalités des sociétés occidentales », The Conversation, 19/09/2018. Notre travail sur « le corps utopique indochinois » s’inscrit dans cette démarche []
  5. Voir à titre d’exemple le propos explicatif de Nicolas Bancel : Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies », The Conversation, 17/10/2018 []
  6. Objectivation ici pris dans le sens de regard sexualisé dans les relations interpersonnelles, les arts et les médias []
  7. C’est dans ce sens que la vive critique du collectif Cases Rebelles nous semble pertinente []
  8. Cf. Blanchard et al., Sexe, race et colonies, Paris, La Découverte, 2018, p. 11. Il est vrai que j’ai aussi baigné assez jeune dans une représentation ethnographique de l’Afrique (grâce à mon père et ses missions de paléontologie en Éthiopie). A ce titre, le regard des ethnographes/photographes du XXe siècle porté sur la nudité étrangère me paraît intéressant à mettre en perspective []
  9. Voir par exemple : Philippe Liotard, « Suspensions : Le corps à l’épreuve. Réflexions sur la genèse d’une pratique corporelle contemporaine », sur son blog Corps Culture Éducation, 13/09/2014 []