Tous les articles par guerillera

Oriana Fallaci : La vie, la guerre et puis rien [réédition]

Réédition d’un texte important d’Oriana Fallaci sur la guerre du Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

La vie, la guerre et puis rien est un témoignage essentiel sur le conflit du Vietnam. Oriana Fallaci débarque à Saigon en novembre 1967 comme correspondante du journal l’Europeo. Elle est la seule journaliste italienne à couvrir cette guerre lointaine. Ses articles connaissent un immense succès et sont traduits dans le monde entier. Son courage devient légendaire, son culot et son franc-parler aussi.

La guerre, Oriana Fallaci l’a connue enfant quand elle faisait partie du réseau de résistance antifasciste créé par son père, mais c’est la première fois qu’elle enfile le treillis du reporter de guerre qu’elle portera ensuite sur de nombreux autres fronts. À peine rentrée du Vietnam en 1968, elle est blessée de trois balles dans le dos pendant le massacre de Tlatelolco à Mexico, dix jours avant l’ouverture des Jeux Olympiques.

« J’ai compris pourquoi on dit que cette guerre est complètement différente de toutes les autres, elle n’a pas un front précis, le front est partout », écrit-elle. Attentats, représailles, offensives menées en pleine ville comme durant celle du Têt à la fin du mois de janvier 1968, Oriana Fallaci ne se contente pas de raconter les événements, elle dit aussi son dégoût profond de cette guerre et de toutes les autres, renvoyant dos à dos ses responsables. Le livre vaut aussi pour la description des rapports de la petite confrérie de journalistes qui tentent de suivre le conflit au plus près. 70 d’entre eux y laisseront leur vie. Oriana Fallaci est morte en 2006.

Oriana Fallaci

Maquisarde pendant la Seconde Guerre mondiale, journaliste et essayiste, Oriana Fallaci a compté au nombre des grands reporters internationaux. Italienne, elle a été attachée à l’Europeo de Milan et a travaillé pour les principaux hebdomadaires et magazines d’Europe et d’Amérique. Ses interviews avec de nombreux chefs d’État et des personnalités internationales sont devenues célèbres.

Source : Les Belles Lettres

COVID-19: the gendered impacts of the outbreak

Signalement d’une analyse genrée de l’épidémie Covid-19. Merci à notre collègue Marie Fabre (UMR Triangle) pour nous avons informé de cet article en ligne.

Clare Wenham, Julia Smith, Rosemary Morgan, on behalf of the Gender and COVID-19 Working Group

Policies and public health efforts have not addressed the gendered impacts of disease outbreaks. The response to coronavirus disease 2019 (COVID-19) appears no different. We are not aware of any gender analysis of the outbreak by global health institutions or governments in affected countries or in preparedness phases. Recognising the extent to which disease outbreaks affect women and men differently is a fundamental step to understanding the primary and secondary effects of a health emergency on different individuals and communities, and for creating effective, equitable policies and interventions.Although sex-disaggregated data for COVID-19 show equal numbers of cases between men and women so far, there seem to be sex differences in mortality and vulnerability to the disease. Emerging evidence suggests that more men than women are dying, potentially due to sex-based immunological or gendered differences, such as patterns and prevalence of smoking. However, current sex-disaggregated data are incomplete, cautioning against early assumptions. Simultaneously, data from the State Council Information Office in China suggest that more than 90% of health-care workers in Hubei province are women, emphasising the gendered nature of the health workforce and the risk that predominantly female health workers incur.

Lire la suite : The Lancet

URL PDF : https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S0140-6736%2820%2930526-2

Illustration “à la une” : © 2020 Miguel Medina/Contributor/Getty Images

Journée internationale des droits des femmes – ENS de Lyon – Lundi 9 mars 2020

À l’occasion de la “Journée internationale des droits des femmes“, l’ENS de Lyon (Affaires culturelles), l’IAO, l’ANR PIND proposent un événement exceptionnel en trois temps le lundi 9 mars mars 2020 dans le théâtre Kantor.

Projection : La soirée débutera par une séance de projection du film “Héroïnes électriques” réalisé par Alyosha (Archives de la Zone Mondiale) et FanXoa dans le cadre de son exposition en cours dans la galerie Artemisia. Solveig Serre (CNRS, CESR) et Luc Robène (U. de Bordeaux, THALIM) présenteront l’ANR PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016) à l’appui du documentaire “Punk pas mort !” de CNRS Images qui sera projeté.

Débat : Cette première partie sera suivie d’une table ronde animée par Marie Fabre (Triangle) et François Guillemot (IAO), intitulée “Femmes en lutte” consacrée à l’histoire des femmes et aux enjeux actuels des féminismes. Cette rencontre-débat réunira chercheuses et étudiantes : Christine Détrez (sociologue, Centre Max Weber), Nur Noukhkhaly (ENS de Lyon), Gnousse Francfort (ENS de Lyon, présidente de ENScène), Samantha Saïdi (Séminaire Félicité, Triangle), Michelle Zancarini-Fournel (historienne, U. de Lyon), Elise Zhong (ENS de Lyon, présidente de l’association ArcENSiel) et Emma Nübel, chercheuse et critique d’art.

Spectacle : La troisième partie de la soirée sera consacrée au spectacle vivant à travers le conte chorégraphique “La Rivière sous la rivière” (présentation ci-dessous). Enfin, les artistes de la Compagnie Inanna échangeront avec le public sur ce témoignage personnel et artistique.

ATTENTION – CHANGEMENT DE DATE : LUNDI 9 MARS 2020

Programme : ENS de Lyon

Trajectoires de femmes et mutations sociales au Viêt-Nam – Mardi 4 février 2020 – ENS de Lyon

À l’occasion de l’avènement de l’année de la Souris de Métal, l’Institut d’Asie Orientale et l’ENS de Lyon proposent une soirée cinématographique en deux temps sur une société vietnamienne en pleine mutation.

Le mardi 4 février 2020 – de 17h à 22h

NOUVEL AN LUNAIRE 2020 – ANNÉE DE LA SOURIS

Théâtre Kantor – ENS de Lyon

Tatiana Tepliashina et François Guillemot présentent :

Trajectoires de femmes et mutations sociales au Viêt-Nam

Trois trajectoires de femmes, issues de trois générations différentes, rythmeront la première partie de la soirée à travers trois documentaires des ateliers Varan à Hanoi. Dans la seconde partie, le deuxième long métrage de Phan Dang Di nous plongera dans une chronique des années 1990 dans le sud du pays dans laquelle la violence des rapports sociaux se mêle à la sensualité des corps et des nouvelles affirmations individuelles de la jeunesse.

En espérant vous voir nombreux.ses à cet événement culturel. Étudiants et personnels de l’école sont cordialement invités à fêter la nouvelle année de la Souris le mardi 4 février prochain. L’occasion de découvrir la culture asiatique lors d’une soirée thématique.

Entrée libre sur inscription : https://nal2019.sciencesconf.org/

Travailleuses et travailleurs du numérique, bloquez et occupez vos plateformes!

Le mouvement de grève s’amplifie à la demande de nombreux carnetier.e.s d’Hypotheses.org. L’appel du 15 janvier est à lire sur la page des blogs de Mediapart.

Nous, travailleuses et travailleurs du numérique, du développement logiciel, de la technique, de la communication numérique, freelances, membres du collectif onestla.tech, personnels en lutte d’OpenEdition, community managers de Mediapart, exigeons le retrait pur et simple du projet de réforme des retraites, symbole d’une régression et d’un niveau de violence sociale inédit.

Lire la suite : Médiapart, 15/01/2020

Une forme d’action qui nous paraît pertinente :

– L’occupation éditoriale. Cela consiste à remplacer le contenu habituel par celui des grévistes, qui choisissent eux mêmes la « mise en scène » des contenus. C’est ce qui a été réalisé par les community managers de Mediapart, qui ont remplacé les posts normalement dédiés aux articles du journal par un message de grève. L’accès classique aux articles a aussi été maintenu pour ne pas léser l’employeur. OpenEdition, qui accueille des contenus issus de la recherche en sciences humaines et sociales dont certains portent sur la grève, la précarité, les retraites ou la justice sociale, a opté pour une mise en valeur de ces contenus.

Image “à la une” : Ouvrières dune usine de chaussures en grève dans la province de Thanh Hoa au Viêt-Nam, octobre 2018. © DR