Tous les articles par guerillera

Lettre à Tal (Tal Piterbraut-Merx)

Tal Piterbraut-Merx © DR

Cher-e Tal,

Je ne vous connaissais pas mais votre disparition brutale nous touche collectivement si profondément. Vos recherches sur des sujets de société difficiles sont novatrices et doivent être poursuivies. Vous laissez derrière vous de beaux textes, littéraires et académiques, une réflexion sur les rapports de pouvoir adultes/enfants, sur le genre, à la fois pointue, claire et si nécessaire.

Lorsque je relis votre page profil sur le site du laboratoire Triangle je suis impressionné par votre érudition, votre parcours brillant, et abattu par le poids de la mort. La phénoménologie avait sa descendance, à travers son renouvellement dans une perspective féministe… cette ontologie des chairs, cette critique de la domination des corps que vous avez étudié et fait vôtre nous ne devons pas la laisser sur le chemin.

Votre départ est une grande perte pour nous toustes, pour cette pensée queer en gestation, pour la philosophie contemporaine, pour l’action politique, pour la transdisciplinarité de la recherche, pour la compréhension du monde. Dans cette société pleine de carcans et qui a du mal à se projeter, à se regarder dans un miroir, à amorcer une réflexivité bienveillante, votre disparition pèse et reste lourde de sens. Vous nous manquez mais nous ne vous oublierons pas.

FX / François Guillemot, IR CNRS



Réécouter Tal dans sa conférence à l’École nationale supérieure de Beaux Arts de Lyon :

Lire la recherche de Tal sur l’enfance :

  • Tal Piterbraut-Merx, “Penser les rapports de pouvoir adulte-enfant”, entretien mené par Rachel Colombe. URL : https://dieses.fr/penser-les-rapports-de-pouvoir-adulte-enfant
  • Tal Piterbraut-Merx, « Enfance et vulnérabilité. Ce que la politisation de l’enfance fait au concept de vulnérabilité », Éducation et socialisation [En ligne], 57 | 2020, mis en ligne le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edso/12317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.12317
  • Pierre Niedergang et Tal Piterbraut-Merx, « Violence sexuelle ou « initiation » ? », GLAD! [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/glad/2734 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.2734

Lire la littérature de Tal :

  • Tal Piterbraut-Merx, Outrages, roman, Toulouse, Editions Blast, 2021. Présentation : https://www.editionsblast.fr/outrages
  • sous le nom de Cléo Dune, La Funambule, Paris, Maurice Nadeau-Lettres Nouvelles, 2017.

Participation au webinaire “Justes enfances” le 2 juillet 2021.

URL : https://blogs.mediapart.fr/revue-deliberee/blog/130721/le-replay-du-webinaire-justes-enfances-est-en-ligne


Image “à la une” : Jade Dessine, Se sentir dans un trou noir, 2019 (détail couverture Tal Piterbraut-Merx, Outrages, Blast, 2021).

Le genre des independances – Clio n°53, 2021-1

Paru le 6 juillet 2021. Un numéro thématique de la revue CLIO, Femmes, Genre, Histoire sous la direction de Capucine Boivin et de Naomi Davidson. Argumentaire :

Ce que le genre fait aux indépendances et ce que les indépendances font au genre.

Les révolutions et les mouvements de libération vis-à-vis des puissances coloniales et des empires posent d’emblée la question du « nous » qui porte ces revendications, écartelé entre régionalismes, nationalismes et supranationalismes, fragmenté entre plusieurs identités religieuses et ethnolinguistiques. Tant que durent la lutte et ses incertitudes, les figures possibles des engagements sont démultipliées. Le symbole du peuple en armes en quête d’État Nation est même souvent une femme héroïque ou martyr. Mais une fois le « nous » défini, la geste indépendantiste est le plus souvent mise en mémoire comme évidemment masculine et uniforme sur le plan physique, linguistique, culturel, ethnique et/ou religieux, effaçant du même coup le rôle de femmes aux profils variés dans les indépendances. Ce numéro interroge à la fois ce que le genre fait aux indépendances et ce que les indépendances font au genre. 

Source : Belin. URL : https://www.belin-editeur.com/clio-ndeg-53-2021-1

Préhistoire : où sont les femmes ? (entretien avec Marylène Patou-Mathis)

Un sujet rarement abordé. A écouter sur France Culture, émission La Conversation scientifique par Étienne Klein.

Avec Marylène Patou-Mathis, préhistorienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des comportements des Néandertaliens et des premiers Hommes modernes, auteure de L’homme préhistorique est aussi une femme (Allary Editions, 2020).

Quelle serait l’histoire de la préhistoire que nous raconterions aujourd’hui si les préhistoriens avaient été des préhistoriennes ?

Lien : https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/prehistoire-ou-sont-les-femmes

Lien vers l’ouvrage : https://www.allary-editions.fr/publication/lhomme-prehistorique-est-aussi-une-femme/

Christine DETREZ – Des femmes au genre : les étapes d’une prise de conscience

Séminaire “Les 20 ans de LSH à l’ENS de Lyon : Illustrations et perspectives”.

Christine Détrez est professeure de sociologie à l’ENS de Lyon et dirige le Centre Max Weber. Ses recherches s’inscrivent en sociologie du genre et sociologie de la culture.

Vidéoconférence diffusée le 25 février 2021.

URL : http://www.ens-lyon.fr/lecole/20-ans-de-la-creation-de-lens-lsh/seminaire-des-20-ans-de-lsh-lens-de-lyon/christine-detrez

Centre Bophana : Projection spéciale du 8 mars 2021 – En ligne

Le Centre Bophana célèbre la “Journée internationale de lutte pour les droits des femmes” le 8 mars 2021!

Women’s Day Special Screening

À cette occasion importante, le Centre Bophana est honoré de vous offrir une projection spéciale EN LIGNE sur notre page Facebook, qui comprend une variété de documentaires sur la vie, l’état d’esprit et les défis des femmes, et produits dans le cadre de nos projets qui incluent “One Dollar”, “Phka Sla Krom Angkar”, “Amplifying Voices of Indigenous Women and Discriminated Groups”, ainsi que “Conservation des éléphants”.

Le program sera projeté EN DIRECT le lundi 8 mars 2021 à 17h (UTC+07:00) sur la page Facebook du Centre Bophana (Bophana Center). Tout le monde peut profiter de la projection n’importe où!