Archives de catégorie : Colloques

[Appel à communications] Etudes de genre en France – propositions avant le 15 octobre 2013 – Lyon

arton2812Congrès organisé par l’Institut du Genre (CNRS) et l’Université de Lyon (ENS de Lyon)

Lyon, 3, 4, 5 septembre 2014

Comité d’organisation :

Pascale Barthélémy, Claude Gautier, Violaine Sebillotte Cuchet, Isabelle Pastor-Sorokine.

Présentation :

Les études de genre sont depuis plusieurs décennies en plein développement à l’échelle internationale. Créé en janvier 2012 à l’initiative de l’InSHS-CNRS, l’Institut du Genre organise son premier congrès international des « Etudes de genre en France » les 3, 4 et 5 septembre 2014 à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

Cette rencontre internationale a plusieurs objectifs : contribuer à la reconnaissance scientifique des études de genre en France et à leur visibilité internationale, faciliter la coordination institutionnelle de ces recherches et de nouvelles formes de coopération, encourager l’émergence de nouvelles thématiques ainsi que les approches interdisciplinaires et transversales au sein des Sciences humaines et sociales mais aussi entre SHS et autres domaines scientifiques.

Ouvert à toutes et à tous, jeunes chercheur.e.s ou chercheur.e.s confirmé.e.s, ce congrès articulera séances plénières et ateliers.

Les propositions attendues peuvent prendre la forme de communications individuelles ou d’ateliers coordonnés par un-e ou deux responsables. Les propositions de posters sont bienvenues. Les propositions s’inscriront de façon privilégiée dans les dix axes thématiques définis par l’IdGenre – Epistémologie et théories du genre : genèse et généalogie du champ ; Catégories opératoires et modes d’analyse ; Politique, Care, Justice ; Territorialités, Espaces, Mondialisation ; Genre et Temporalités ; Genre, Production, Marché ; Création, Arts et Littératures ; Sexualités, Hétéronormativités et LGBT ; Genre, Famille, Parenté ; Genre, Religions et Sécularisations ; Corps, Santé, Société. Elles pourront aussi s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et approches : droit, sciences du langage, archéologie, sciences cognitives etc. Les regards « croisés » sur une problématique ou une thématique sont encouragés.

Date limite d’envoi des propositions :

15 octobre 2013 à isabelle.pastor-sorokine@mshparisnord.fr

Source : RING, 15/07/2013

The Second Annual International Women & War Conference [July 2013]

WAW_logoPostgraduate Symposia: ‘Performing Trauma: The Narrative of Pain’

June 14, 2013, Toronto, CANADA
July 13, 2013, Poros, GREECE

Sponsored by: Ryerson University, the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC), the University of Athens

We are pleased to announce The Second Annual International Women & War Conference featuring two Postgraduate Symposia.

Performing Trauma: The Narrative of Pain’

These Symposia will examine historical, aesthetic, theoretical, psychological and imaginative investigations into the enactment of trauma, while simultaneously examining the nature of practice-as-research.

There will be two, one-day events.  The first one-day symposium will take place on Friday 14 June 2013 at the Ryerson Theatre School (Ryerson University). The second one-day symposium will take place on Saturday 13 July at the Poros Library (in connection with the University of Athens).

ABOUT THE SYMPOSIA

Symposia will focus on the reception of classical and contemporary tragedy and comedy, exploring the role of trauma in dramatic texts and in performance by both writers and practitioners across all genres and periods. Speakers will give papers on the performance and reception of trauma. This year’s guest respondents are: Dr. Julia Fawcett (Ryerson University, English) in Toronto; and Professor Liana Sakelliou (University of Athens), Professor Candice Monson (Ryerson University, Psychology) and Professor Peggy Shannon (Ryerson University, Theatre) in Greece.

PARTICIPANTS

Postgraduates from around the world working on the reception and/or enactment of classical and contemporary drama are welcome to participate. Symposia are open to presenters from different disciplines, including researchers in the fields of theatre and performance studies, English, classics, modern languages and literature. This year’s theme, ‘trauma’ is an open-ended prompt to consider ideas about our relationship to physical and psychic wounds, especially in and around war.

Practitioners are welcome to contribute their personal experience of working on drama. Papers may also include demonstrations. Undergraduates are very welcome to attend.

Those who wish to offer a short paper (20 mins) or performative presentation on ‘Performing Trauma: The Narrative of Pain’ in either Toronto or on Poros are invited to send an abstract of up to 200 words outlining the proposed subject of their discussion to peggy.shannon@ryerson.ca by Friday 29th MARCH 2012 AT THE LATEST. Proposals should include the full name of each applicant, their discipline, year of study, their university, name of supervisor, the title of their project, whether it is a paper or a performance, which symposium location is preferred, and an email address.  Successful applicants will be informed of their inclusion in one of the Symposia in early April.

No registration fees will be charged for these symposia.

To help build links between international students, artists, military members and researchers, mental health providers and scholars, these Symposia are designed to foster a shared community of global, multidisciplinary research.

The Symposia working language is English.

Source : Ryerson University + PDF document

[Appel à contributions]: Histoire des femmes, histoire du genre, histoire genrée

Suffragette_VotesForWomenColloque co-organisé par l’Université Paris 8 et par le LabEx EHNE – Avec le soutien de la Fédération RING

5 et 6 décembre 2013

Propositions de contribution avant le 30 septembre 2013

Responsables :

Valérie Pouzol, MCF, histoire contemporaine, (Paris 8, EA 1571, RING)
Yannick Ripa, Pr, histoire contemporaine (Paris 8, EA 1571, LabEx EHNE, Ecrire une nouvelle histoire de l’Europe-Axe 6 : Genre et identités européennes)

Résumé :

Qu’il soit instrument d’analyse, axe ou champ de recherche, le genre est sorti de sa confidentialité pour s’affirmer comme un concept particulièrement dynamique de la recherche scientifique. Dans ce processus d’affirmation global qui a touché les sciences humaines, la discipline historique reste en retrait. Ce colloque aimerait interroger cette réserve, ces doutes, tout en donnant à voir l’essor de cet outil d’analyse en histoire contemporaine, toutes aires culturelles confondues (particulièrement en Europe), en insistant sur l’évolution qui a conduit de l’histoire des femmes à l’histoire du genre et sur le renouvellement historiographique apporté par ces recherches qui semblent aboutir à une histoire genrée. Aussi une place importante sera accordée aux travaux des jeunes chercheur-e-s doctorant-e-s et post-doctorant-e-s : analyse des thématiques de recherche, questionnements méthodologiques et épistémologiques. Ce moment d’échanges autour des usages du genre en histoire pourrait s’accompagner d’une réflexion sur les circulations interdisciplinaires.

Argumentaire :

Ce colloque ambitionne de réfléchir aux effets du passage d’une histoire des femmes à une histoire du genre, voire à une histoire genrée, à travers des parcours de chercheur-e-s et des présentations de travaux récents, actuels, et à venir. Il se veut attentif à l’articulation entre les trois termes de son intitulé : l’affirmation du genre a-t-elle conduit à un enrichissement de l’histoire des femmes ou à son effacement ; l’institutionnalisation de l’histoire du genre a-t-elle contribué à stimuler des recherches novatrices ou, au contraire, a amoindri le potentiel subversif de ce concept ?

En effet, qu’il soit instrument d’analyse, axe ou champ de recherche, le genre, terme pour le moins polysémique, semble avoir atteint l’âge de la maturité : en quelques années, les études sur le genre sont sorties de la confidentialité, voire de la marginalité dont elles pâtirent durant deux décennies, pour acquérir visibilité et respectabilité.

D’emblée, on postulera à son actif : d’une part, la fin d’une certaine ghettoïsation des études sur la différence des sexes et, de ce fait, l’essor des recherches sur le masculin et la virilité, d’autre part un indéniable enrichissement de la réflexion et donc des recherches (le genre de la justice, le genre des territoires, genre et nationalismes, les politiques de genre, genre et conflits…), en raison notamment de l’intérêt nouveau porté par des collègues jusqu’alors réticents à prendre au sérieux un sujet « femme », d’autre part, l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheur-e-s dont la mixité fait rupture avec les années de jeunesse et même de maturité de l’histoire des femmes.

On avancera à son passif : d’une part, une dilution de la définition du concept, dont le symptôme majeur est, sans doute, son usage au pluriel, inconciliable avec sa définition et son objectif premiers – désigner et étudier la construction de la différence des sexes, détachés du biologique. Rappelons que cette démarche fut initialement dérangeante : doit-on en conclure à une sorte de rentrée dans le rang des études de genre ? D’autre part, et consécutivement à cette évolution, certains écrits emploient « genre » en lieu et place de « sexe » ; ce détournement de sens rend inopérant cet outil pour penser ladite différence des sexes. La banalisation du terme semble donc vider le genre de sa charge, d’autant plus qu’il tend – dernier effet négatif qu’il conviendra de vérifier – à faire disparaître les individus de chair et de sang pour les remplacer par des catégories (masculin/féminin) ; cette évolution ne risque-t-elle pas de renvoyer les femmes à l’invisibilité ?

Cette montée en gloire du genre n’est donc pas exempte d’inquiétudes propres à faire débat, comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis ; elle peut être néanmoins prometteuse invitant à écrire une histoire genrée : ainsi il est n’est plus concevable d’envisager d’écrire une nouvelle histoire de l’Europe sans prendre en compte le rôle du genre dans la constitution des identités européennes.

Conditions de soumission :

Les propositions de contribution ne devront pas dépasser 1500 signes (langues possibles : anglais, français, espagnol) et devront être adressées impérativement avant le 30 septembre 2013 à yannick.ripa@orange.fr et valerie.pouzol@univ-paris8.fr