Archives de catégorie : Actualités / News

Nguyễn Ngọc Như Quỳnh en grève de la faim

La blogueuse et activiste sociale Nguyễn Ngọc Như Quỳnh, emprisonnée depuis deux ans, est en grève de la faim depuis le 6 juin 2018, soit 12 jours. Très inquiète sur sa santé et sans nouvelles de sa fille, sa mère lance un appel vidéographique le jour du 39e anniversaire de sa fille pour la sauver.

Xin hãy cứu giúp con gái tôi – Nguyễn Ngọc Như Quỳnh!

Voir aussi :

Vietnamese Blogger Mother Mushroom Moved From Cell, Still Refuses Food [RFA]

Sixième jour de grève de la faim pour la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh. Rappel de son cas sur Radio Free Asia.

Jailed Vietnamese blogger Nguyen Ngoc Nhu Quynh, also known as Mother Mushroom, is continuing to refuse food despite being transferred to a new cell, a key demand in a hunger strike she launched a week ago, her mother says.

Though she is now safe from a hostile and threatening cellmate in her former cell, she has no privacy in her new location, Quynh’s mother Nguyen Thi Tuyet Lan told RFA’s Vietnamese Service on Thursday.

“The cell is not adequately walled, and even the toilet can be seen from outside,” Lan said after visiting her daughter in prison.

“She is still badly treated by the guards,” said Lan, adding that Quynh is in poor health and “getting thinner.”

Lan said she had urged Quynh during her visit to give up her strike, adding that friends and supporters outside the jail are also urging her to eat, but her daughter had vowed to continue to refuse food.

“She urged us to respect her decision,” Lan said.

Lan said that she was able to leave her daughter with a new set of clothes and a book of English grammar, but that a bible she had hoped to leave was given back by authorities at the jail.

Lire la suite : RFA, 12/07/2018.

Photo « à la une » : Vietnamese blogger Nguyen Ngoc Nhu Quynh is shown in court in Nha Trang on Nov. 30, 2017 © AFP

Prix Maurice Courant pour Laurence Roulleau-Berger

Félicitations à notre collègue sociologue du laboratoire Triangle à l’ENS de Lyon.

Laurence Roulleau-Berger, directrice de recherche au CNRS, reçoit des mains de Jean-François Pinton le prix Maurice Courant qui lui a été remis lors d’une cérémonie organisée au Nouvel Institut Franco-Chinois. Ce prix lui a été décerné par le Nouvel Institut Franco-Chinois, l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS et l’ENS de Lyon en reconnaissance de ses travaux de recherche scientifique, qui ont permis la création du Laboratoire International Associé « Post western sociology in Europe and China » et contribuent à renforcer le lien privilégié entre Lyon et la Chine. Sylvie Demurger, au nom de l’Institut des Sciences humaines et sociales du CNRS, a souligné le rôle de Laurence Roulleau-Berger dans la création du 1er LIA en sciences humaines et sociales en Chine :

« L’idée initiale de était de croiser les regards des chercheurs dans des contextes chinois et français, de toute évidence différents, pour analyser les modes de fabrication des connaissances scientifiques et leur déploiement dans le temps, dans un contexte global d’accélération et de circulation des savoirs. La recherche est sociologique, mais elle est aussi épistémologique et méthodologique ».

Le prix Maurice Courant consacre le parcours exemplaire de Laurence Roulleau Berger et la coopération exceptionnelle qu’elle a su mettre en place pour développer en lien avec le Professeur Li Peilin et leurs équipes, une réflexion sociologique nouvelle.

Source : ENS de Lyon

Veronica Ntoumos : L’esthétique de la résistance dans les œuvres des écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines [thèse]

Signalement d’une thèse intéressante soutenue en décembre 2017. Résumé en ligne :

L’esthétique de la résistance dans les œuvres des écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines : Femmes, Histoire, Exil

Veronica Ntoumos

thèse de littérature comparée sous la direction de Romuald Fonkoua et de Xavier Luffin

Les fictions franco-vietnamiennes, qui ont relevé le défi de dépasser le carcan folklorique, offrent un point de vue original sur les concepts de femmes, d’histoire et d’exil dans des contextes de dominations politique et sociale différents. Néanmoins, ces fictions mettent en place des stratégies de résistance très proches. Parmi toutes les questions soulevées par les représentations qu’élaborent ces œuvres, celle de la résistance a été retenue car elle est particulièrement riche et révélatrice de la complexité de leur identité littéraire. Comment s’écrit la résistance dans les œuvres franco-vietnamiennes ? À quoi résistent-elles ? Quels sont les enjeux de cette résistance ? L’étude se focalise sur les fictions de quatre écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines, Linda Lê, Kim Lefèvre, Ly Thu Ho et Anna Moï. Ces écrivaines offrent des pistes de réponses à ces questions, en mettant en évidence trois dominations qui se croisent et s’articulent entre elles : la résistance à la domination masculine, à l’histoire surplombante et à la glorification d’une identité nationale figée. Le cadre d’analyse choisi est celui des resistance studies.

Cette méthode permet d’engager une description systématique des figures de résistance présentes dans les récits de fiction. Le champ d’investigation pose tout d’abord le problème des représentations de la place des Vietnamiennes, tiraillées entre la société patriarcale teintée de confucianisme et la société française moderne. Elle implique également l’examen des modalités déployées dans les œuvres du corpus pour déjouer les pièges d’une écriture de l’histoire du Vietnam qui accorderait peu de place aux voix subalternes : aux Vietnamiens et en particulier aux femmes. Finalement, à travers l’analyse de l’exil comme forme masquée d’insoumission, nous interrogerons la façon dont le sujet femme-postcoloniale s’approprie les apports exogènes sans renoncer à son éthique et son identité particulières.

Aesthetics of Resistance in the Works of Contemporary French-Vietnamese Female Writers : Women, History, Exile

Having successfully taken up the challenge of going beyond the limits of folklore, French-Vietnamese fiction offers an original point of view on the ideas of women, history and exile. These elements are staged in different contexts of social and political domination, but they nevertheless set up very similar strategies of resistance. This is why, among all the issues raised by the representations framed by these works, that of resistance was chosen, since it is so rich and revealing of the complexity of their literary identity. How is resistance described in French-Vietnamese works? What is being resisted against? What is at stake in this resistance?This study is focused on the works of four French-Vietnamese contemporary writers: Linda Lê, Kim Lefèvre, Ly Thu Ho and Anna Moï. These female writers provide answers to the questions above by highlighting three correlated and intertwined dominations: resistance to male domination, to overarching history, and to the glorification of a frozen national identity. The framework of the analysis is that of resistance studies.

This approach enables a systematic description of the resistance figures encountered in these fictional works. The field of investigation first reveals the issue of the representation of Vietnamese women, torn between a Confucean and patriarchal society and that of modern France. It also implies the study of the means developed in these works to avoid the traps of a writing of Vietnamese history that allows little space to subaltern voices of the Vietnamese, and of women in particular. Finally, through the analysis of exile as a hidden form of insubordination, we will question the way in which French-Vietnamese narrative gives initiative to the postcolonial woman subject and enables her to appropriate contributions from outside without denying her ethics
and her identity.

Source : http://www.sudoc.fr/224142992

  • Profil de l’auteure :

​Veronica Ntoumos​ est ​docteure en ​Etudes interculturelles, Civilisations et ​Lettres de Sorbonne Université et de​ l’Université libre de Bruxelles. Durant sa formation doctorale, elle a été lauréate de la Fondation Wiener-Anspach ce qui lui a permis de passer une année de recherche à l’université d’Oxford, à Exeter College​, tout en étant​ membre de l’équipe CNRS de la Maison française d’Oxford. Elle a également été lauréate d’une bourse de l’Institute for World Literature d’Harvard afin de participer a​u​ séminaire en World Literature.

Pour sa thèse, à partir du champ des resistances studies, développées par James Scott (Yale University),​ et​  issues des sciences politiques, elle a interrogé les réseaux de dominations auxquels résistent les écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines. Elle les a déclinés en trois formes de résistance : la résistance à la domination masculine, la résistance ​à l’homogénéisation d’un certain​ discours historique​,​ et, enfin, la résis​ta​nce à une identité nationale monolithique.

 

Mathieu Arbogast : La santé n’est pas étrangère au genre

Article intéressant paru dans le Journal du CNRS (en ligne).

Pourquoi une maladie touche-t-elle plutôt l’un ou l’autre sexe ? Pour quelle raison l’autisme est-il mal diagnostiqué chez les femmes? Le sociologue Mathieu Arbogast, chargé de projet à la Mission pour la place des femmes au CNRS, nous explique l’importance des rapports sociaux liés au sexe sur les questions de santé.

[…]

S’intéresser au genre (c’est-à-dire aux rapports sociaux liés au sexe, et au masculin et au féminin) permet de découvrir que ce qu’on croyait « naturel » ne l’est pas. Ainsi, l’anthropologue Priscille Touraille a démontré que les femmes sont devenues progressivement plus petites que les hommes. En se réservant longtemps la nourriture la plus riche, en privilégiant les unions avec des femmes plus petites, les hommes ont profité de leur domination sociale et ont peu à peu construit ces différences de stature et de morphologie.

[…]

Lire la suite : Le Journal / CNRS