Archives de catégorie : Actualités / News

Christine Détrez : “Il serait temps de s’énerver un peu…”

Introduction de Christine Détrez, sociologue, écrivaine, directrice du Centre Max Weber à Lyon, à l’occasion de l’exposition “24 héroïnes électriques” (Galerie Artemisia, ENS de Lyon).

Christine Détrez à l’inauguration de l’exposition “24 héroïnes électriques, jeudi 12 décembre 2019. Photo David Gauthier (ENS Culture).

8 philosophes, 8 guerilleras, 8 artistes vous/nous regardent donc ce soir. 24, et il y aurait pu y en avoir beaucoup plus. 24, et il a fallu choisir. Des femmes qui résistent, qui révolutionnent les idées, la musique, la politique. Et pourtant, nombreuses sont les études qui le montrent, elles sont encore absentes, trop absentes, des livres d’histoire, des musées, des encyclopédies de l’art, des programmations de salles ou de festivals, des palmarès divers et variés sacrant les 100 penseurs importants de notre siècle, de notre millénaire, de notre galaxie. Tout un travail de recherche est donc nécessaire, et est entrepris aujourd’hui notamment par des chercheuses et des associations féministes, pour corriger cette myopie, ou pire cette cécité dont souffre notre société quant à la place des femmes. Cécité à laquelle nous sommes tellement habitué.es que nous ne nous apercevons même pas de cette absence, que nous ne la voyons pas. Les historiennes ont d’ailleurs inventé une bien belle expression, celle du « masculin neutre », pour exprimer cet étrange phénomène par lequel nous prenons pour neutre, pour universel, ce qui est écrit, composé,… par les hommes. Ne parle-t-on pas de « littérature féminine », de festival de voix de femmes, etc. ?

La philosophe Michèle Le Doeuff –et peut-être son portrait sera-t-il à l’honneur d’une deuxième édition des héroïnes électriques- décrit comment l’exclusion des femmes se joue en trois manches. Le premier temps est l’interdiction à exister -comme philosophe, comme scientifique, comme autrice, comme musicienne et la liste pourrait être déclinée à l’envi. Si elles existent envers et malgré toutes les embûches et obstacles, intervient ensuite le déni de réalité (non, il n’y a pas de femmes artistes/philosophes, etc…), puis, dans une troisième et ultime éradication, le déni de valeur (elles ne sont pas de bonnes artistes, de bonnes philosophes, de bonnes chanteuses…). Et Michèle Le Doeuff de conclure, « il serait temps de s’énerver un peu… »1.

Et justement, ces regards nous frappent également par leur détermination. Ce ne sont pas uniquement des femmes qui sourient, des douces, des gentilles. Elles sont assurées, déterminées, des femmes en colère. Là aussi, dans une société où l’on continue à élever les filles et les garçons différemment, à réserver le care aux unes et la guerre aux autres, ne pas sourire, ne pas baisser les yeux, s’affiche comme une façon de résister aux normes, auxquelles nous sommes perpétuellement rappelé.es à l’ordre. Il y aurait même parait-il des opérations de chirurgie esthétique destinées à corriger l’expression du visage au repos, quand celle-ci est trop « triste »… Rappel à l’ordre, pour rentrer dans le rang.

Tout cela a des effets très concrets sur les filles ET sur les garçons : un monde où les héroïnes ne sont pas représentées, c’est un monde où les filles ne peuvent pas se projeter, ne peuvent pas s’identifier. C’est un monde où l’on se prive du regard des femmes, ce fameux Female Gaze dont on commence enfin à parler au cinéma, notamment grâce aux films de Céline Sciamma. Nul essentialisme dans cette idée de regard féminin, juste la conscience d’un art et d’une parole toujours situées et contextualisées. C’est un monde où les garçons n’ont accès qu’à une partie des émotions, où l’on est sommé de bien rester à sa place : la colère versus la sensibilité, l’ambition versus la discrétion, et on pourrait ainsi multiplier les séries dichotomiques de notre vision binaire.

Je conclurai en revenant sur la question de la cécité. Une métaphore souvent employée pour désigner les études de genre est celle des lunettes : on chausserait enfin les lunettes du genre pour voir autrement cette réalité biaisée. Il me semble qu’il serait plus approprié de parler d’opération de la cornée : tant, dès que l’on en a pris conscience, on ne peut plus s’en défaire, on ne peut plus revenir au flou… Garder ces regards fichés en nous, c’est de cela qu’on peut remercier aussi FanXoa.

Je finirai –forcément- par un “Salut à toutes”, réinterprété au féminin récemment avec le groupe Bagarre2, mais également par un titre de sociologie encore d’actualité : Allez les filles !!!3.

Christine Détrez, jeudi 12 décembre 2019. MàJ 03/01/2020.

Quelques ouvrages clés :

  • Christine Detrez, Olivier Vanhée, Mangaddicts, Brill, 2019.
  • Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ? : sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.
  • Christine Détrez, Quel genre ?, Éditions Thierry Magnier, 2015.
  • Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.
  • Christine Détrez, Anne Simon, A leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006.
  • Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Image “à la une” : FanXoa, “Feminist Dazibao”, 2019.

Notes

  1. Le Doeuff Michèle, Le sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10 []
  2. NDLR. Comme signalé sur notre blog graphique, le titre “Salut à toi” (devenu “Salut à toutes“) a été féminisé sur une idée de Pauline Monin de la Compagnie Inanna dont la pièce “La Rivière sous la rivière” sera jouée le 10 mars 2020 au Théâtre Kantor à l’ENS de Lyon à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes []
  3. Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992 []

Exposition : FanXoa “24 héroïnes électriques” – ENS de Lyon / Artemisia

Texte du happening de l’artiste FanXoa lors de l’inauguration de son exposition/installation à l’ENS de Lyon, galerie Artemisia.

« Une trêve artistique dans la violence sexiste du monde »

Je crois assez à cette idée que les artistes sont les éponges volontaires du temps. Ils absorbent, boivent l’esprit du temps qu’ils côtoient et positionne leur art, leur performance à l’issue d’une réflexion, d’une intuition sur ce temps1. J’ai choisi d’exprimer ce temps actuel à travers trois thématiques : le punk, pour son insolence plus construite et raisonnée qu’il n’y paraît, la guérilla pour l’esprit des luttes qui parcourent de nombreuses vies sur la planète, la philosophie pour la puissance et l’épanouissement de la pensée sans laquelle notre monde ne serait qu’une indéfinissable fusion. Ces thématiques m’ont amené à exprimer une forme de reconnaissance à quelques héroïnes des XXe et XXI siècles chargées d’électricité que j’ai parfois croisées directement ou rencontrées à travers leurs écrits ou encore suivies à travers leurs actes déterminants. Comme l’électricité, elles nourrissent nos têtes et nos corps. Comme l’électricité, elles irriguent nos cerveaux qu’elles ont, rappelons-nous, mis au monde2.

En décembre 2018, il y a un an, Greta Thunberg lançait un appel pour la justice climatique. C’est indéniablement une des héroïnes de la jeune génération. Quarante ans plus tôt, le 7 avril 1978, à quatorze ans et demi, je manifestais à Paris avec des féministes radicales et les Autonomes pour dénoncer les sévices corporelles perpétrées par la police française contre Heide, une jeune allemande3. J’inscris donc mon intérêt pour ces causes éco-féministe dans un temps long. Bien sûr, ces thématiques ne sont ni closes ni figées, l’astronomie a démontré que les femmes scientifiques jouaient un rôle très important dans cette discipline et dans notre vie de terrien/ne4. Il en est de même pour toutes les héroïnes anonymes qui, dans nos vies respectives, « nettoient, nourrissent, éduquent et soignent le monde »5, femmes de ménages6, infirmières, cuisinières, travailleuses du sexe, institutrices, nous avons un devoir de respect pour chacune quel que soit leur métier, leur tâche, leur position sociale bien souvent imposées.

Cette exposition, placée définitivement sous le signe du genre, a pour but de découvrir et de croiser des parcours et des approches. Des trajectoires pacifiques ou violentes, subies ou provoquées, déclamées ou silencieuses, se côtoient et se confrontent parfois dans leurs objectifs et leurs actions. Cette approche plurielle est volontaire, exposant les possibilités de dialogue sur le genre et la société, interrogeant différents discours, proclamations, avertissements ou pensées profondes en provenance de différents espaces sociaux et de différents pays. A l’heure où plus de 140 femmes ont été assassinées par leur conjoint ou ex en France depuis le début de l’année 2019, les hommes ont tout intérêt à apprendre de ces discours, des ces écrits, de ses actions pour envisager un terme à la domination masculine et j’en fais partie7. Garçons, ne faites plus pleurer vos mères de désespoir, époux ne battez plus vos femmes, prédateurs ne tuez plus nos filles. Lorsque Stefan Sweig écrivait en 1927 24 heures de la vie d’une femme, on ne pouvait imaginer qu’en 1983 Andréa Dworkin demanderait une trêve de 24 heures pour qu’il n’y ait plus de viols sur cette terre8. C’est cela cette exposition, une trêve artistique dans la violence du monde, des prises de liberté de femmes, éprises de liberté, pour une prise de conscience pour chaque 24 heures de notre vie.

Suzanne B. (1907-1987), portrait réalisé à Saigon par un artiste vietnamien.

En mon for intérieur, je crois que cette exposition s’inscrit profondément dans un vécu. Celui d’avoir été, d’être et d’aimer être en compagnie de femmes et souvent de femmes d’un certain âge, marquées par le temps, courbées par le poids d’un travail domestique sans fin ou travaillée par une réflexion intellectuelle intense, martelées par les épreuves de la vie, se frayant des espaces de liberté au milieu des lourdeurs de notre société patriarcale. Lorsque je pense à ma grand-mère, femme du peuple, élevant ses cinq frères et sœurs puis m’élevant mes sœurs et moi-même, je suis amené à penser aux philosophes Simone Weil, Simone de Beauvoir, Hannah Arendt ou Gayatri Spivak réfléchissant sur la condition humaine et les injonctions faites aux femmes9. Je garde ce souvenir tendre d’elle et de ses précieuses amies, libérées des hommes, décédés ou absents, lorsqu’elles partaient en voyage, riant d’elles-mêmes, jouant au scrabble, vivant pleinement la vie, à la fin de leurs propres vies. Je crois que je ne l’avais jamais vu aussi heureuse en ces temps-là. Vous l’aurez donc perçu, cette exposition est un prétexte, une invitation à la réflexion, un projet à la fois artistique, social et intellectuel. A travers l’image de ma grand-mère, cette exposition est dédiée aux héroïnes anonymes, « subalternes » de notre temps, celles qui nous nourrissent depuis la naissance : de mots, d’affection, d’amour, de repas familiaux, de traditions, de luttes parfois violentes et de résiliences.

Je voudrais pour finir rappeler que cette exposition / installation a été collectivement imaginée et réalisée par les équipes de l’ENS de Lyon et je les remercie pour ce soutien et cette transformation réussie, en particulier Coralie, Vincent d’ENS Media, Ludovic le régisseur et David du service culturel. Elle s’est nourrie de rencontres avec Trio Cosmos et la Compagnie Inanna, elle s’est enrichie du travail vidéographique d’Alyosha… intitulé 24, 25, 26… héroïnes électriques.

Puisse ce lieu être, pour quelques mois à la fois un lieu de recueillement (pour celles qui sont parties trop tôt), un espace de réflexion, de lecture (50 ouvrages, trois revues, 8 fiches sont à votre disposition à consulter sur place), de débats et de joies, oui j’ai bien dit de joies.

Merci.

FX

12 décembre 2019. Annoté le 15 décembre 2019.

Pour en savoir plus sur l’exposition :

Notes

  1. Dans ce sens, il s’agit « d’habiter le présent » selon le mot Jean-Louis Pradel analysant l’avènement de la Figuration narrative des années 1960 (Cf. Jean-Louis Pradel, La Figuration narrative. Des années 1960 à nos jours, Découvertes Gallimard, Hors Série, 2008 []
  2. Je vois, à la relecture de mon texte, que je reste moi-même prisonnier de certains stéréotypes. Mais que l’on me comprenne bien, il ne s’agit pas ici de voir dans les femmes de mon expérience vécue « des mères, rien que des mères… » (Cf. Salle et Vidal, Femmes et santé encore une affaire d’hommes ?, Belin, 2017, p. 30-32). C’est bien plus que cela []
  3. Cf. « A Paris. Manifestation de solidarité avec Heide Boettcher [Böttcher] », Le Monde, 10 avril 1978 et « Qui a torturé Heide Kempe Böttcher ? », Le Monde, 19 juin 1978 (accès abonnés) []
  4. Cf. Yaël Nazé, L’astronomie au féminin, CNRS éditions, 2014. Plus généralement sur la place des femmes au CNRS voir le bilan établi en 2004 par le Comité pour l’histoire du CNRS intitulé Les femmes dans l’histoire du CNRS, document en ligne : http://www.cnrs.fr/mpdf/IMG/pdf/cnrs_femmes_histoire.pdf []
  5. Clin d’œil à l’introduction de Françoise Vergès, Un féminisme décolonial, La Fabrique, 2019 []
  6. « On admet moins difficilement le préjudice subi par un salarié du bâtiment qui a passé sa vie professionnelle à porter des charges lourdes que celui d’une salariée ayant fait des ménages tout sa vie » (Cf. Salle et Vidal, op. cit., 2017, p. 16-17) []
  7. Ce texte implique une réflexion sur soi-même, un regard réflexif sur ses propres actions depuis l’adolescence []
  8. Cf. Andréa Dworkin, Souvenez-vous, résistez, ne cédez pas. Anthologie, Paris / Montréal, Syllepse, Remue-Ménage, 2017, p. 153-163 []
  9. Peut-être plus que je ne le pensais auparavant, elle joua un rôle prépondérant dans le processus d’identification à l’un ou l’autre genre. Sur ce sujet voir le chapitre de Victoire Tuaillon, « Comment la masculinité vient aux garçons » dans Les couilles sur la table, Binge Audio Editions, 2019, p. 29 []

Sur les pas des Jeunesses de Choc : une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam

Intervention de François Guillemot au séminaire “Sociétés en guerre” du LARHRA, vendredi 25 octobre 2019. Résumé ci-dessous.

La commémoration du 60e anniversaire de l’ouverture de la piste Hô Chi Minh (mai 1959) a permis de réévaluer l’importance stratégique de ce réseau dans la victoire communiste de 1975. Sur cette “piste mythique” (đường mòn huyền thoại) s’activaient des dizaines de milliers de femmes et d’hommes pour ravitailler le front du Sud en forces et en munitions. L’expérience de la Piste sera considérée ici sous la double perspective de la marge et du genre. En particulier nous soulignerons le rôle essentiel des femmes : démineuses, déblayeuses, conductrices de camion, chanteuses, éclaireuses, infirmières, miliciennes… sans lesquelles la piste aurait été largement impraticable.

Après un survol historiographique rappelant l’avènement d’une histoire des Jeunesses de choc à partir des années 1990, nous relierons entre-elles ces marges multi-situées de la guerre (jungles, villes, campagnes, diplomatie internationale) à la Piste Hô Chi Minh, clé de voûte de la guerre de réunification. Du particulier (cas des Jeunesses de choc) au général (phénomène genre et guerre), nous pensons qu’il reste une histoire de la guerre du Viêt-Nam à écrire dans une perspective genrée, en prenant en compte toutes ses composantes (nord et sud, marge et centre, ethnies minoritaires, stratigraphie de l’armée populaire, engagement des femmes des deux côtés du 17e Parallèle, populations civiles).

FG

Illustration “à la une” : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Vietnamiennes en première ligne [Photo]

L’image du jour.

Vietnamiennes en tunique traditionnelle en première ligne de la manifestation du 15 septembre 2019 à Paris à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie.

La manifestation en direction du Parvis des Droits de l’Homme (Trocadéro) protestait contre l’expansionnisme de la Pékin en Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens comme le rappelle la pancarte de la seconde image.

© DR
© DR

Atelier : La liberté d’expression en RSVN – IAO, samedi 21 septembre 2019

Atelier de réflexion organisé à l’Institut d’Asie Orientale par l’IAO et l’ACVR. Inscription obligatoire : acvr69@gmail.com

A l’occasion de la récente nomination par Reporters Sans Frontières (RSF) pour le « prix de l’impact 2019 » de Phạm Đoan Trang, écrivaine et journaliste blogueuse vietnamienne, cet atelier de réflexion se propose de faire un point sur l’état de la liberté de la presse et l’édition au Viêt-Nam. La nominée dont les ouvrages ont été saisis et sont interdits par les autorités communistes sera représentée par l’avocat Trịnh Hữu Long, rédacteur en chef de la revue en ligne Luật Khoa tạp chí [Revue des Lois]. L’exposé sera suivi d’une discussion.

  • Introduction de Ngoc Anh Rolland (ACVR) et François Guillemot (IAO) : « Le cas Phạm Đoan Trang »
  • Trịnh Hữu Long : « Censure de la presse, de l’édition et de l’information au Viêt-Nam »
  • Présentation des ouvrages de Phạm Đoan Trang

Source : IAO