Archives de catégorie : Articles / Billets

Christine Détrez : “Il serait temps de s’énerver un peu…”

Introduction de Christine Détrez, sociologue, écrivaine, directrice du Centre Max Weber à Lyon, à l’occasion de l’exposition “24 héroïnes électriques” (Galerie Artemisia, ENS de Lyon).

Christine Détrez à l’inauguration de l’exposition “24 héroïnes électriques, jeudi 12 décembre 2019. Photo David Gauthier (ENS Culture).

8 philosophes, 8 guerilleras, 8 artistes vous/nous regardent donc ce soir. 24, et il y aurait pu y en avoir beaucoup plus. 24, et il a fallu choisir. Des femmes qui résistent, qui révolutionnent les idées, la musique, la politique. Et pourtant, nombreuses sont les études qui le montrent, elles sont encore absentes, trop absentes, des livres d’histoire, des musées, des encyclopédies de l’art, des programmations de salles ou de festivals, des palmarès divers et variés sacrant les 100 penseurs importants de notre siècle, de notre millénaire, de notre galaxie. Tout un travail de recherche est donc nécessaire, et est entrepris aujourd’hui notamment par des chercheuses et des associations féministes, pour corriger cette myopie, ou pire cette cécité dont souffre notre société quant à la place des femmes. Cécité à laquelle nous sommes tellement habitué.es que nous ne nous apercevons même pas de cette absence, que nous ne la voyons pas. Les historiennes ont d’ailleurs inventé une bien belle expression, celle du « masculin neutre », pour exprimer cet étrange phénomène par lequel nous prenons pour neutre, pour universel, ce qui est écrit, composé,… par les hommes. Ne parle-t-on pas de « littérature féminine », de festival de voix de femmes, etc. ?

La philosophe Michèle Le Doeuff –et peut-être son portrait sera-t-il à l’honneur d’une deuxième édition des héroïnes électriques- décrit comment l’exclusion des femmes se joue en trois manches. Le premier temps est l’interdiction à exister -comme philosophe, comme scientifique, comme autrice, comme musicienne et la liste pourrait être déclinée à l’envi. Si elles existent envers et malgré toutes les embûches et obstacles, intervient ensuite le déni de réalité (non, il n’y a pas de femmes artistes/philosophes, etc…), puis, dans une troisième et ultime éradication, le déni de valeur (elles ne sont pas de bonnes artistes, de bonnes philosophes, de bonnes chanteuses…). Et Michèle Le Doeuff de conclure, « il serait temps de s’énerver un peu… »1.

Et justement, ces regards nous frappent également par leur détermination. Ce ne sont pas uniquement des femmes qui sourient, des douces, des gentilles. Elles sont assurées, déterminées, des femmes en colère. Là aussi, dans une société où l’on continue à élever les filles et les garçons différemment, à réserver le care aux unes et la guerre aux autres, ne pas sourire, ne pas baisser les yeux, s’affiche comme une façon de résister aux normes, auxquelles nous sommes perpétuellement rappelé.es à l’ordre. Il y aurait même parait-il des opérations de chirurgie esthétique destinées à corriger l’expression du visage au repos, quand celle-ci est trop « triste »… Rappel à l’ordre, pour rentrer dans le rang.

Tout cela a des effets très concrets sur les filles ET sur les garçons : un monde où les héroïnes ne sont pas représentées, c’est un monde où les filles ne peuvent pas se projeter, ne peuvent pas s’identifier. C’est un monde où l’on se prive du regard des femmes, ce fameux Female Gaze dont on commence enfin à parler au cinéma, notamment grâce aux films de Céline Sciamma. Nul essentialisme dans cette idée de regard féminin, juste la conscience d’un art et d’une parole toujours situées et contextualisées. C’est un monde où les garçons n’ont accès qu’à une partie des émotions, où l’on est sommé de bien rester à sa place : la colère versus la sensibilité, l’ambition versus la discrétion, et on pourrait ainsi multiplier les séries dichotomiques de notre vision binaire.

Je conclurai en revenant sur la question de la cécité. Une métaphore souvent employée pour désigner les études de genre est celle des lunettes : on chausserait enfin les lunettes du genre pour voir autrement cette réalité biaisée. Il me semble qu’il serait plus approprié de parler d’opération de la cornée : tant, dès que l’on en a pris conscience, on ne peut plus s’en défaire, on ne peut plus revenir au flou… Garder ces regards fichés en nous, c’est de cela qu’on peut remercier aussi FanXoa.

Je finirai –forcément- par un “Salut à toutes”, réinterprété au féminin récemment avec le groupe Bagarre2, mais également par un titre de sociologie encore d’actualité : Allez les filles !!!3.

Christine Détrez, jeudi 12 décembre 2019. MàJ 03/01/2020.

Quelques ouvrages clés :

  • Christine Detrez, Olivier Vanhée, Mangaddicts, Brill, 2019.
  • Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ? : sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.
  • Christine Détrez, Quel genre ?, Éditions Thierry Magnier, 2015.
  • Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.
  • Christine Détrez, Anne Simon, A leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006.
  • Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Image “à la une” : FanXoa, “Feminist Dazibao”, 2019.

Notes

  1. Le Doeuff Michèle, Le sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10 []
  2. NDLR. Comme signalé sur notre blog graphique, le titre “Salut à toi” (devenu “Salut à toutes“) a été féminisé sur une idée de Pauline Monin de la Compagnie Inanna dont la pièce “La Rivière sous la rivière” sera jouée le 10 mars 2020 au Théâtre Kantor à l’ENS de Lyon à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes []
  3. Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992 []

Pham Doan Trang : Prix de l’Impact – RSF 2019

L’écrivaine Pham Doan Trang a reçu le 12 septembre 2019 à Berlin le Prix de l’Impact de Reporters sans frontières. Extrait et message vidéographique.

Ce 12 septembre, Reporters sans frontières (RSF) a remis le Prix pour la liberté de la presse 2019 à la journaliste saoudienne Eman al Nafjan, à la vietnamienne Pham Doan Trang ainsi qu’à la journaliste maltaise Caroline Muscat, lors d’une cérémonie organisée pour la première fois à Berlin.

Le Prix de l’Impact, qui récompense un journaliste dont le travail a permis une amélioration concrète de la liberté, l’indépendance et le pluralisme du journalisme ou une prise de conscience sur ce sujet, a été remis à Pham Doan Trang. Journaliste et blogueuse, elle a notamment fondé le magazine juridique en ligne Luât Khoa, et anime la rédaction de thevietnamese – deux publications qui permettent à leurs lecteurs de s’emparer des lois du pays pour défendre leur droit et combattre l’arbitraire du Parti. Elle est aussi l’auteur de nombreux ouvrages, dont l’un a contribué à faire progresser les droits des communautés LGBT du pays. Son travail lui a valu d’être à deux reprises battue et maintenue par la police plusieurs jours en détention arbitraire au cours de l’année 2018.

Source : Reporters sans frontières

Libération de Nguyen Dang Minh Man [02/08/2019]

Le 2 août 2019, l’activiste Nguyễn Đặng Minh Mẫn a été libérée après avoir passé 8 années en prison pour délit d’opinion. C’est à ce jour, l’incarcération la plus longue pour une jeune dissidente, arrêtée en 2011 avec 13 autres jeunes catholiques dans le centre du pays. Après avoir expérimenté, selon ses mots, “une lutte de tous les jours au sein de la prison”, sa détermination reste intacte. De retour parmi les siens à Tra Vinh, elle s’est exprimée sur ses conditions de détention. Alors qu’un regain de tension entre la Chine et le Viêt-Nam se manifeste dans les Spratleys, le combat de Minh Mân contre l’expansionnisme de Pékin est plus que jamais d’actualité.

FG

Illustration “à la une” : Nguyen Dang Minh Man en famille © DR

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices

Chăm lo tốt hơn cho nữ bộ đội, thanh niên xung phong

Mme Đặng Thị Ngọc Thịnh, Vice-présidente de la République socialiste du Viêt-Nam valorise le rôle des femmes pendant la guerre du Viêt-Nam.

Chăm lo tốt hơn cho nữ bộ đội, thanh niên xung phong

Ngày 29-5, tại Phủ Chủ tịch, Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh đã tiếp đoàn đại biểu nữ là bộ đội Trường Sơn, thanh niên xung phong, dân công hỏa tuyến, công nhân giao thông thời kỳ kháng chiến.

Mobilisation des Jeunesses de choc de Hanoi (1965) © DR

Trò chuyện với 66 đại biểu đến từ 32 tỉnh, thành phố trên cả nước, Phó Chủ tịch nước bày tỏ sự tự hào về những chiến công, thành tích của các nữ chiến sĩ đã không quản ngại khó khăn, gian khổ, sẵn sàng hy sinh vì độc lập, tự do của đất nước.

Phó Chủ tịch nước mong muốn các cựu nữ quân nhân, thanh niên xung phong, dân công hỏa tuyến, công nhân giao thông tiếp tục phát huy vai trò gương mẫu trong cộng đồng, giáo dục truyền thống cho thế hệ trẻ, phát huy tinh thần đoàn kết, thi đua lao động sản xuất, học tập, xây dựng đất nước ngày càng giàu đẹp, như mong ước của Bác Hồ.

Phó Chủ tịch nước cũng đề nghị các cấp, các ngành, địa phương cần quan tâm chăm lo hơn nữa tới đời sống của những người có công, đặc biệt là nữ bộ đội, dân công hỏa tuyến, thanh niên xung phong; giải quyết những vấn đề tồn đọng về việc khen thưởng cho những người có công tham gia kháng chiến.

Source : Sai Gon Giai Phong, 30/05/2019.