Archives de catégorie : Articles / Billets

Irène Pereira : De quelques questions philosophiques à propos de Pédagogie des opprimés

Signalement d’un billet lu sur le carnet de recherche Institut bell hooks – Paulo Freire.

Ce texte est un complément à l’intervention d’Irène Pereira lors de la séance du séminaire intitulée: (Re)lire Paulo Freire 50 ans après pédagogie des opprimés.

L’ouvrage de Paulo Freire, Pédagogie des opprimés, est avant tout un livre philosophique : oeuvre difficile, par les références explicites et implicites à une littérature philosophique d’inspiration en particulier marxiste et existentialiste. Ci-dessous nous fournirons des hypothèses de lecture concernant certains points elliptiques dans l’ouvrage de Paulo Freire.

Pédagogie des opprimés est un ouvrage de philosophie de la conscience portant sur la place qu’occupe la prise de conscience dans le processus de transformation révolutionnaire. Dans une telle perspective, la finalité de la révolution pour Paulo Freire est l’humanisation. La condition d’un processus d’éducation et révolutionnaire libérateur consiste dans le fait que les opprimés ne soient pas traités comme des choses. La radicalité pour Paulo Freire consiste dans le fait que les enseignants et les leaders révolutionnaires respectent l’exigence éthique de toujours considérer les opprimés comme des sujets humains et ne les réifient pas comme le font les oppresseurs. De manière générale, l’analyse de Paulo Freire est orientée par une critique des différents mécanismes sociaux qui conduisent à la réification de l’humain.

Lire la suite : Institut bell hooks – Paulo Freire

Présentation d’Irène Pereira sur le site Iresmo (Institut de Recherche, d’Etude et de Formation sur le Syndicalisme et les Mouvements sociaux).

Blog philosophique (web pédagogique) de l’auteur : Iparkia

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

Quelques semaines après publié cette notice biographique sur Mme Dang Thi Ngoc Thinh celle-ci a été remerciée et remplacée par l’actuel homme fort du pays, le secrétaire général du PCV cumulant ce rôle politique de premier plan à celui de président de la RSVN. Cette nomination intervient sans surprise car le 3 octobre 2018 le Comité central du PCV à l’unanimité avait présenté sa candidature à peine une semaine après le décès soudain de Tran Dai Quang, l’ancien président de la république. Le 23 octobre 2018, lors de sa 14e législature et 6e session, l’Assemblée nationale entérinait cette décision en élisant Nguyen Phu Trong à 99,79 % pour la période 2016-2021. Le mandat par intérim de Mme Thinh fut de courte durée (23 septembre – 23 octobre 2018). MàJ 28/10/2018.

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé (Notification N ° 317 / TB-UBTVQH14) par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée1.

Fait remarquable, c’est la première femme présidente de la République (tous régimes confondus) au Viêt-Nam et donc la première femme présidente en RSVN. Elle est également la première femme à la tête d’un pays communiste depuis Sabine Bergmann-Pohl, présidente de l’Allemagne de l’Est. Ces particularités ont été soulignées et la plupart du temps saluées par la presse étrangère2. En France, quelques jours après sa nomination officielle, L’Humanité, organe du PCF, en faisait « la femme du jour »3.

Mme Dang Thi Ngoc Thinh est peu connue du public vietnamien mais son pédigrée politique au sein de l’État socialiste est important. Née en 1959 dans la province de Quang Nam, elle adhère au PCV le 19 novembre 1979 un mois avant de célébrer ses vingt ans. Mais dès l’âge de quinze ans, alors que la guerre du Viêt-Nam s’enlise et que le Sud s’effondre, elle officie secrètement au sein de l’État-major Viêt-Công de Saigon-Gia Dinh.

Depuis elle a occupé de très nombreuses fonctions officielles principalement au sein du premier arrondissement de Saigon/Ho Chi Minh-Ville (HCMV). Après la chute de Saigon, elle devient une personne incontournable des organigrammes de cet arrondissement, on la retrouve : experte au Bureau du comité de district du district 1 d’Ho Chi Minh-Ville, chef du Comité du parti pour la mobilisation de la population, puis secrétaire du Comité du parti du district de Ben Thanh (district 1, HCMV) ; membre du Comité permanent du comité du parti du district, directrice du parquet du district 1, vice-présidente du Comité populaire du district 1 ; vice-présidente de l’Union des femmes d’Ho Chi Minh-Ville puis présidente de la même organisation. Enfin, quittant la métropole sudiste, elle a été promue directrice adjointe du Comité pour la population et les enfants à Hanoi.

Cette nouvelle affectation lui ouvre les portes du pouvoir au plus haut niveau. Depuis le Xe Congrès national du PCV en avril 2006, elle devient membre suppléante (sur 21 membres suppléants) d’un Comité central du Parti réunissant à l’époque 161 membres.

En octobre 2007, elle est nommée vice-présidente permanente de l’Union des Femmes du Viêt-Nam gravissant encore un échelon dans cette organisation. En 2009 et 2010, elle investit de nouveau le champ politique au Sud en officiant en tant que vice-secrétaire puis comme secrétaire du Comité de la province de Vinh Long, fonction qu’elle quitte en 2015.

Cette année 2015 lui offre une nouvelle promotion importante. Elle est nommée en mars chef adjointe du Bureau central du Parti communiste du Viêt-Nam, une place stratégique qui la place au plus haut niveau de l’État-Parti, un cercle où les femmes sont peu nombreuses. Un an plus tard, le 8 avril 2016, à la suite du XIIe congrès national de janvier, elle est élue à 91 % pour occuper le poste de vice-présidente de la RSVN. Conformément à la constitution (amendée en 2013), elle devient automatiquement présidente par intérim à la suite du décès de Tran Dai Quang4.

Sur le plan académique, les biographies officielles lui prêtent de multiples licences, en histoire, en droit et en sciences politiques. Cependant, activiste très jeune et intégrée au Parti à vingt ans, sa trajectoire politique apparaît plus comme celle d’une apparatchik discrète mais efficace et régulièrement promue. Son niveau d’éducation mis en avant dans sa biographie officielle est un niveau Master dans la « construction du Parti ». Sa fidélité au Parti a semble-t-il été un atout majeur dans son ascension.

Membre du Comité central du Parti communiste du Viêt-Nam depuis 2006 : suppléante  pour la période 2006-2011 (Xe Congrès) et membre officiel pour les mandats 2011-2016 (XIe Congrès), 2016-2021 (XIIe Congrès). Député de l’Assemblée nationale de la RSVN pour les mandats 2002-2007 ( XIe législature), 2011-2016 ( XIIIe législature), 2016-20201 (XIVe législature).

Le journal L’humanité, dans un portrait publié le 26 septembre, soulignait ses principaux atouts :

Durant son précédent mandat, Dang Thi Ngoc Thinh s’est attachée à promouvoir l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes par le renforcement de leur rôle dans tous les aspects de la vie économique, politique, culturelle et sociale.

Dès sa nomination, son calendrier s’est chargé de visites d’hôtes étrangers. Dès le 21 septembre 2018, date du décès du président de la RSVN, Dang Thi Ngoc Thinh rencontrait Mme Valentina Matvienko la présidente du conseil de la Fédération de Russie5. Le 28 septembre à Hanoi elle recevait l’ancien président mozambicain Armando Emilio Guebuza, à la tête d’une délégation du Mozambique6.

On ne sait si cette période de présidence intérimaire va durer. Elle laisse du moins le temps aux membres du Politburo vietnamien, un cercle fermé de 19 personnes7, de réfléchir à la nomination d’un nouveau président ou la confirmation dans ses fonctions de la nouvelle présidente. Cette décision sera à l’ordre du jour de la prochaine session de l’Assemblée nationale programmée en principe à la fin du mois d’octobre.

FG, Màj 01/10/2018.

Image « à la une » : infographie de l’ascension politique de Mme Dang Thi Ngoc Thinh © VietnamNet / VNA

Notes

  1. Cette notice biographique s’appuie sur les sources officielles du Parti communiste du Viêt-Nam ainsi que sur les notices Wikipedia en vietnamien et en anglais de cette personnalité politique. Voir aussi les documents édités en 2016 :  « Tóm tắt lý lịch tân Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh », VOV, 08/04/2016 ; et mis à jour en 2018 : « Tiểu sử, sự nghiệp của quyền Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh », VTC News, 23/09/2018 []
  2. A titre d’exemple voir : « Dang Thi Ngoc Thinh becomes first female president of Vietnam », South China Morning Post, 23/09/2019 ; « Vietnam Taps First Woman to Top Leadership as Acting President », Bloomberg, 23/09/2018 []
  3. « La femme du jour : Dang Thi Ngoc Thinh », L’Humanité, 26/09/2018 []
  4. « Thực hiện quyền Chủ tịch nước với bà Đặng Thị Ngọc Thịnh », Dân Tri, 23/09/2018 ; « Dang Thi Ngoc Thinh assume la position de président p.i. du Vietnam », Vietnam +, 23/09/2018 []
  5. « Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh gặp Chủ tịch Hội đồng LB Nga », VietnamNet, 21/09/2018 []
  6. « La présidente par intérim Dang Thi Ngoc Thinh reçoit l’ancien président mozambicain », Le Courrier du Vietnam, 29/09/2018 []
  7. Après le décès de Tran Dai Quang, l’éviction de Dinh La Thang et le retrait pour raisons de santé de Dinh The Huynh, le Poliburo comprend désormais 16 membres []

GenERe (dir.) : Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination

Nouvelle publication sur la problématique du Genre aux ENS éditions, éditée par GenERe, le laboratoire junior « Genre : épistémologie & recherches » créé en janvier 2014 à l’ENS de Lyon. Présentation de l’éditeur.

Que signifie, aujourd’hui, être chercheur.e et travailler avec le concept de genre ? Le genre ne se conçoit pas isolément. C’est ce que montrent les quatorze contributions réunies dans cet ouvrage, à partir de disciplines aussi variées que la géographie, l’histoire, la littérature, la sociologie, les STAPS, la linguistique, la psychologie sociale, les SIC, les sciences de l’éducation ou encore la philosophie.

D’une part, penser le genre engage des croisements entre les disciplines dont témoignent notamment les épistémologies féministes. D’autre part, cela implique de tenir compte de la multiplicité des rapports de domination, ce que permet en particulier une perspective intersectionnelle.

La pluridisciplinarité des études de genre est peut-être déjà une forme d’interdisciplinarité : le genre serait alors un carrefour aussi bien pour penser les différents rapports de pouvoir que pour formuler des questionnements réflexifs au sein des disciplines – mais également entre elles. En ce sens, l’ouvrage s’adresse aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales mobilisant le genre, mais pas uniquement : il intéressera également toutes celles et ceux qui travaillent à dévoiler les rapports de domination.

Version électronique disponible sur

Sommaire

Préface de Christine Détrez

Introduction    

  • Partie 1. Pluralité et croisements des disciplines    

Le genre en Histoire : universalisme versus universalité plurielle
Michelle Zancarini-Fournel

Le genre en littérature : difficultés, fondements et usages d’un concept
Christine Planté    

Contribution à une épistémologie du genre sur le terrain de l’EPS
Sigolène Couchot-Schiex  

Les bibliothèques au prisme du genre.

L’apport critique de la méthodologie du genre appliquée à la classification des savoirs
Florence Salanouve  

Le genre : une épistémologie contributive pour l’analyse du discours
Marie-Anne Paveau

De la neutralité axiologique au réalisme des expériences vécues du standpoint

Une critique féministe de la relation de connaissance
Claude Gautier    

  • Partie 2. Multiplicité et intersections des rapports de domination 

Saisir l’articulation des rapports de domination : les défis d’une critique féministe de l’espace
Mélusine Dumerchat    

La fabrique du bouc-émissaire en crèche : souffrance et racisme dans le travail de care
François Ndjapou, Pascale Molinier    

Le genre est-il un cache-race ?

Intersections entre genre, classe sociale et « race » dans un projet éducatif sur « l’égalité filles-garçons » en sciences
Clémence Perronnet    

La subversion du genre dans la photographie de Nan Goldin
Mélanie Grué 

Le rôle des enseignant·e·s dans la contestation ou la consolidation d’hétéronormes en milieu scolaire
Gabrielle Richard  

Les « femmes déchues » et les pratiques des associations pour femmes à Liverpool (1890-1910) : Intersectionnalité et micro-histoire
Muriel Gleser-Neveu    

La statistique au service d’une pensée binaire dans l’Angleterre victorienne

Genre, émigration féminine et recensements
Marie Ruiz  

La racialisation de l’ordre des sexes dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres.

Trois cas d’antisémitisme genré
Jennifer Meyer

Conclusion
La recherche en études de genre en contexte polémique  

Postface  

Présentation des auteur·e·s

Comité scientifique

Source : ENS éditions
 

Viet Nam: Arrested blogger Huynh Thuc Vy must be immediately released

Nouvelle arrestation de la blogueuse et activiste Huynh Thu Vy. Amnesty International demande sa libération immédiate.

Remise en liberté le lendemain, elle reste assignée à résidence et poursuivie au titre de l’article 276 du code pénal pour « insulte au drapeau national ». Le 1er septembre 2017, elle avait enduit de peinture blanche le drapeau national pour protester contre ce symbole d’oppression du peuple vietnamien.

Responding to the arrest of prominent Vietnamese human rights activist and blogger, Huynh Thuc Vy, by police in Buon Ho town, Dak Lak province this morning, Clare Algar, Amnesty International’s Director of Global Operations, said:

“This arrest is nothing more than a politically-motivated attempt to silence one of the most powerful voices for human rights in Viet Nam.

“Through her activism and blogging in support of the rights of women, minorities and human rights in general, Huynh Thuc Vy has worked tirelessly to expose violations and hold the powerful to account. For this, she and her family have been subjected to relentless surveillance, intimidation and harassment by the country’s authorities.

“We urge the authorities of Dak Lak province to immediately and unconditionally release Huynh Thuc Vy and call on Viet Nam’s government to end its systematic suppression of peaceful activism.”

Background

Huynh Thuc Vy is the founder of the organization Vietnamese Women for Human Rights, whose work is to promote the values of human rights and support women human rights defenders in Viet Nam. She regularly blogs about human rights abuses, including the persecution of ethnic minorities in the country.

She was arrested at around 7 am this morning, when more than 30 police officers turned up to her house without an arrest warrant. Police returned to her house several hours later and took several items including a laptop, phones, books, clothes and a camera. Currently, Huynh Thuc Vy’s whereabouts are unknown.

Over the past year, the crackdown on dissent in Viet Nam has intensified, with many activists being arrested, tried unfairly and sentenced to years in prison, leading scores of others flee the country.

Source : Amnesty International

Ouvrage de Huynh Thuc Vy sur la situation des droits de l’homme en RSVN

 

Lire aussi :

Vietnamese Political Prisoner Tran Thi Nga Back in Touch With Family [RFA]

La situation pénitentiaire d’une prisonnière de conscience. A lire sur RFA.

Vietnamese political prisoner Tran Thi Nga, after having been cut off from seeing her family for several months as part of disciplinary measures, was able to call her husband this week and a family visit to her in jail may take place next week, her husband told RFA’s Vietnamese service on Wednesday.

A human rights defender noted in Vietnam for her online activism, Nga, 40, was sentenced on July 25 to nine years in prison for spreading « propaganda against the state » under Article 88 of Vietnam’s penal code, a provision frequently used to silence dissident bloggers and other activists. Her appeal was rejected in December.

Nga’s husband, Phan Van Phong, told RFA he spoke to her for five minutes on Tuesday.

“First of all, she complained about my note advising her to accept wearing prison attire so that she would be allowed to see relatives. She told me not do that anymore, as she knows how to behave,” Phong said.

“Then she asked about the health of all relatives and talked with our kids,” he added.

Last month Phong had received a phone call from an anonymous woman who said she was Nga’s cellmate and had just been released. The woman said Nga was not allowed to see her family or to use her monthly five-minute phone call to her husband.

No reason was given for Nga’s punishment, but Phong said that prison authorities had told him before that Nga always displayed a “protest attitude” since she was brought to her current prison.

On Wednesday Phong also said authorities indicated that he and the couple’s two children would be able to meet Nga.

Phong said he was planning a trip to faraway Gia Trung Prison on June 12 for a family reunion.

In March, Nga was transferred to a distant prison — a prison in Gia Long Province, more than 1,000 km (620 miles) from her home in Ha Nam — without informing her family. Such transfers are apparently designed by authorities to increase prisoners’ isolation and make it difficult for family and friends to visit them.

Reported by RFA’s Vietnamese Service. Translated by An Nguyen. Written in English by Paul Eckert.

Source : RFA, 06/06/2018.

Image « à la une » : Tran Thi Nga is shown at her sentencing in Ha Nam, Vietnam, July 25, 2017 © Nhân Dân News