Archives de catégorie : Biographies

Nasrin Sotoudeh, une vie de combats [France Culture]

Portrait d’une avocate iranienne incarcérée pour son engagement en faveur des femmes.

L’avocate iranienne militante des droits humains a été condamnée en début de semaine à 10 ans de prison et 148 coups de fouet pour “incitation à la débauche”. À 55 ans, récompensée par plusieurs prix et soutenue dans le monde entier, Nasrin Sotoudeh continue de se battre pour la démocratie en Iran.

Lire la suite : France Culture, 17/03/2019.

Autres articles :

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

Quelques semaines après publié cette notice biographique sur Mme Dang Thi Ngoc Thinh celle-ci a été remerciée et remplacée par l’actuel homme fort du pays, le secrétaire général du PCV cumulant ce rôle politique de premier plan à celui de président de la RSVN. Cette nomination intervient sans surprise car le 3 octobre 2018 le Comité central du PCV à l’unanimité avait présenté sa candidature à peine une semaine après le décès soudain de Tran Dai Quang, l’ancien président de la république. Le 23 octobre 2018, lors de sa 14e législature et 6e session, l’Assemblée nationale entérinait cette décision en élisant Nguyen Phu Trong à 99,79 % pour la période 2016-2021. Le mandat par intérim de Mme Thinh fut de courte durée (23 septembre – 23 octobre 2018). MàJ 28/10/2018.

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé (Notification N ° 317 / TB-UBTVQH14) par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée1.

Fait remarquable, c’est la première femme présidente de la République (tous régimes confondus) au Viêt-Nam et donc la première femme présidente en RSVN. Elle est également la première femme à la tête d’un pays communiste depuis Sabine Bergmann-Pohl, présidente de l’Allemagne de l’Est. Ces particularités ont été soulignées et la plupart du temps saluées par la presse étrangère2. En France, quelques jours après sa nomination officielle, L’Humanité, organe du PCF, en faisait “la femme du jour”3.

Continuer la lecture de Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait
  1. Cette notice biographique s’appuie sur les sources officielles du Parti communiste du Viêt-Nam ainsi que sur les notices Wikipedia en vietnamien et en anglais de cette personnalité politique. Voir aussi les documents édités en 2016 :  “Tóm tắt lý lịch tân Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh”, VOV, 08/04/2016 ; et mis à jour en 2018 : “Tiểu sử, sự nghiệp của quyền Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh”, VTC News, 23/09/2018 []
  2. A titre d’exemple voir : “Dang Thi Ngoc Thinh becomes first female president of Vietnam”, South China Morning Post, 23/09/2019 ; “Vietnam Taps First Woman to Top Leadership as Acting President”, Bloomberg, 23/09/2018 []
  3. “La femme du jour : Dang Thi Ngoc Thinh”, L’Humanité, 26/09/2018 []

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

Au mois d’août 2016, un groupe de travail du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a enquêté sur ce cas de détention arbitraire et produit un document de 11 pages relatant l’histoire de Nguyen Dang Minh Man. Rendu public le 20 septembre 2016, il expose en détail l’acharnement dont cette jeune femme est victime1.

Née le 10 janvier 1985, Nguyen Dang Minh Man purge, depuis sa condamnation en janvier 2013, une peine de huit années de prison (arrêtée en 2011 et donc libérable en 2019 si son enfermement est maintenu à son terme). Le destin de cette jeune activiste a basculé lors des tensions sino-vietnamiennes de 2010-2011. Avant son engagement militant, Minh Man exerçait la profession d’esthéticienne (en 2006-2007). A partir de 2008, révoltée par les injustices dont étaient victimes ses compatriotes sur le plan social, elle a décidé de témoigner de la violence d’État en s’armant d’une simple caméra et en se déplaçant à moto sur les fronts chauds notamment pour rendre compte des luttes contre les expulsions brutales et la confiscation des terres dans les campagnes2. Interviewé par John Sifton, membre de l’association Human Rights Watch, son père évoque son engagement :

« Elle a commencé son activisme quand elle avait environ 24 ans. Elle ne pouvait pas accepter les injustices tout autour d’elle. Elle avait une caméra et une moto. Elle se rendait dans différents endroits. Elle a pris des photographies témoignant de la brutalité policière. Elle a pris des photographies de manifestations. Elle a pris des clichés des opulentes villas et des immeubles (condominiums) construits par des fonctionnaires gouvernementaux corrompus »3.

Elle devient au fil des événements sociaux du pays une photo-journaliste reconnue pour son efficacité. Au même titre que Nguyen Lan Thang, elle rapporte la dure réalité des rapports sociaux et la détresse des plus faibles dans un Viêt-Nam en pleine évolution.

A partir de 2010, Minh Man milite activement contre les menées chinoises en Mer de Chine méridionale, la Mer de l’Est pour les Vietnamiens. D’avril 2010 à juillet 2011, elle photographie l’acronyme « HS.TS VN » qui s’affiche un peu partout dans le pays. Décrypté, celui-ci fait référence aux îles Paracels et Spratleys revendiquées par le Viêt-Nam. Sur fond de résistance au fait accompli chinois en Mer de l’Est, ce slogan symbolise le nouveau nationalisme vietnamien. Il dérange la politique harmonieuse que le Parti communiste vietnamien (PCV) entend promouvoir sur le long terme avec son homologue chinois. Le débat sur l’allégeance du PCV à Pékin prend de l’ampleur d’abord chez les intellectuels et les étudiants puis secoue la société dans son ensemble. Minh Man en tant que photo-journaliste couvre la grande manifestation antichinoise qui se déroule à Ho Chi Minh-Ville le 5 juillet 2011.

hs-ts-vn-2
Exemple de graffiti revendiquant la souveraineté du Viêt-Nam sur les îles Paracels et Spratleys © 2015 Chan Troi Moi Media

Minh Man ne cache pas son affiliation politique. Selon son père et selon l’organisation dont elle se réclame, elle serait membre du Viêt Tân (Parti révolutionnaire pour la réforme du Viêt-Nam), une formation clandestine à l’intérieur du pays prônant la lutte pacifique et placée par les autorités communistes dans la liste des « organisations terroristes » au regard du passé de la branche militaire de cette organisation dans les années 1980. Mais aujourd’hui, sans tomber dans le ridicule, qui peut prétendre que cette jeune photo-journaliste est une dangereuse terroriste ? En réalité, il est reprochée à Minh Man d’avoir travaillé pour la radio vietnamienne « Chan Troi Moi » (Radio Nouvelle Horizon), un média de lutte appartenant à l’organisation politique sur lequel « elle a publié les photos des évènements non relatés par les médias d’État »4.

Arrêtée le 31 juillet 2011 à l’aéroport de Tan Son Nhat (HCM-Ville), avec sa mère et son frère, elle est maintenue au secret en détention provisoire dans différentes prisons, d’abord dans un camp à Tra Vinh dans le Sud où vit sa famille, puis pendant douze mois au centre B-34 à Ho Chi Minh-Ville destiné aux prisonniers politiques. Elle est ensuite transférée dans le Centre B-14 à Hanoi le 12 août 2012 jusqu’au 5 janvier 20135 quelques jours avant son procès. Au total, le groupe de travail qui a enquêté sur son cas relève que neuf ordres de détention et ordres de prolongation de détention ont été produits par différents organes policiers et juridiques de l’État-Parti pour la maintenir en prison. La décision d’un procès n’intervint que le 17 décembre 2012 soit après seize mois de détention arbitraire au cours desquels elle dut subir pression psychologique, interrogatoires et humiliations6.

La Sécurité publique (Công An) enquête. Des perquisitions sont menées dans sa famille et son matériel est confisqué. Son appartenance au Viêt Tân est mise en avant par les liens qu’elle a développé avec l’organisation. Parmi les « activités criminelles » présentées par l’acte d’accusation, elle aurait participé à trois séminaires en Thaïlande et deux au Cambodge sur les « méthodes de lutte non violentes » initiées par ce parti. On reproche également à Minh Man d’avoir graffité le slogan « HS.TS VN » sur une école publique et d’avoir participé à la manifestation antichinoise de juillet 20117.

Accusée d’avoir comploté dans le but de « renverser le gouvernement populaire », en vertu de l’article 79 du code pénal de la RSVN, les 8 et 9 janvier 2013, elle est jugée à Vinh ainsi qu’un groupe de 13 jeunes catholiques de la région ayant développé des liens avec le Viêt Tân sur les méthodes de lutte non violente8. Lors d’un procès expéditif le 9 janvier 2013, lors duquel les droits de la défense sont bafoués, Minh Man est condamnée à huit ans de prison ferme, une peine augmentée de cinq années d’assignation à résidence9. Deux autres membres de sa famille (sa mère et son frère), sont, ce jour là, condamnés pour l’avoir soutenue dans son action.

vietnam-activists_2013
Tribunal populaire de Nghe An, procès des 14 activistes pro-démocrates et catholiques. Nguyen Dang Minh Man se situe au centre de l’image © 2013 Nguyen Van Nhat/Reuters

 

D’après l’enquête produite par la groupe de travail de l’ONU, sa famille n’a jamais vraiment accepté le régime actuel. Le 19 avril 1989, elle avait quitté le Viêt-Nam et trouvé asile pendant quelques années dans un camp de réfugiés du HCR en Thaïlande. Sa famille était retournée au Viêt-Nam en octobre 1996 date à laquelle Minh Man débute une éducation scolaire qu’elle devait achever en 2006 avant d’entreprendre des études de Pharmacie dans la province de Tra Vinh10.

En janvier 2013, en condamnant lourdement les quatorze jeunes activistes catholiques, l’appareil d’État s’enferme dans sa paranoïa habituelle. Le régime policier est-il persuadé d’avoir mis la main sur un groupe de « dangereux terroristes » capables de renverser le « pouvoir révolutionnaire » ou s’agit-il de donner un coup d’arrêt à l’organisation de méthodes de lutte non violente susceptibles de prendre de l’ampleur ? La réponse est dans les deux. Le pouvoir en place redoute plus que tout une « révolution pacifique » de type révolution de couleurs ou révolution de jasmin qui, partie de la rue, provoquerait un changement radical au Viêt-Nam, autrement dit l’avènement d’un régime démocratique.

Réfutant les accusations portées par le régime contre elle, Minh Man est soumise à une rude détention. Elle est enfermée depuis le 8 janvier 2013 au Camp n° 5 de Yen Dinh dans la province de Thanh Hoa. Les visites familiales sont limitées, sa nourriture rationnée et dégradée et les fouilles au corps répétées11. Le 11 juin 2015, son père témoigne des maltraitances qu’elle doit subir :

« En tant que prisonnière de conscience qui n’a jamais accepté sa culpabilité, les autorités ont été particulièrement brutales et inhumaines envers elle. Ils la nourrissent de riz avec du sel, lui donnent seulement un litre d’eau potable par jour, ne lui fournissent pas d’eau pour des ablutions, et ne dispose pas d’un sac de couchage. Elle ne reçoit qu’un seul changement de vêtements tous les 15 à 20 jours au cours d’un mois »12.

Humiliation psychologique et dégradation physique, travaux forcés et mesures disciplinaires, il s’agit de casser son esprit de résistance. Par deux fois, elle est placée en isolement : en 2011 pendant 40 jours et le 12 avril 2015 pendant dix jours. Avec deux codétenues, elle entame, par deux fois également, en décembre 2014 et en mars 2015, une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention13. Ces épreuves peu à peu l’affaiblissent et elle ne pèse plus que 35 kg au terme de ses actions de résistance éprouvantes14. Selon ses proches, elle serait actuellement toujours placée en isolement dans un quartier de haute-sécurité15.

En novembre 2016, son cas est sérieusement étudié par le groupe de travail du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Ce groupe exige sa libération immédiate aux vues des très maigres charges qui pèsent contre elle16.

Après avoir pris connaissance de l’avis de ce groupe de travail, la mère de Minh Man, elle même ancienne prisonnière d’opinion, faisait part de son inquiétude :

« J’espère que Minh Man sera libérée sans conditions : mais je pense que s’ils [les autorités] la libèrent sans conditions, Minh Man ne sera pas autorisée à rejoindre sa famille, ils l’expulseront à l’étranger. Le souhait de la famille est que Minh Man puisse revenir en son sein et poursuivre la lutte à nos côtés. S’il s’avère que les autorités vietnamiennes ne la laissent pas revenir à la maison, ce sera contre notre volonté »17.

Minh Man sera-t-elle prochainement libérée face à la mobilisation ? Sera-t-elle expulsée aux États-Unis comme son ancienne codétenue Ta Phong Tan ? Bénéficiera-t-elle d’une libération sans conditions ? Le pouvoir communiste aurait tout intérêt à remettre en liberté une jeune activiste qui suscita quelques années auparavant la prise de conscience générale du danger maritime chinois, une courageuse « lanceuse d’alerte » ni plus ni moins à l’image de son prénom Minh Mẫn qui signifie “lucide”.

François Guillemot, 10/12/2016. MàJ 12/12/2016

Pour en savoir plus, voir les notices Wikipedia en anglais :

Notes

  1. Cf. Human Rights Council, Working Group on Arbitrary Detention, “Opinions adopted by the Working Group on Arbitrary Detention at its seventy-sixth session, 22-26 August 2016: Opinion No. 40/2016 concerning Nguyen Dang Minh Man (Viet Nam)“. Nous nous appuierons principalement sur celui-ci, désormais cité “Opinion No. 40/2016” []
  2. Cf. son portrait sur le site Bars for Blogging dédié aux blogueurs emprisonnés : Nguyễn Đặng Minh Mẫn ; désormais cité “Bars for Blogging” []
  3. Cf. John Sifton, “It’s Time for the Obama Administration to Get Tough on Human Rights in Vietnam“, Nguyen Dang Minh Man’s story reminds us that Vietnam’s record on human rights remains deeply troubling, The Diplomat, 24/06/2015 ; voir aussi Nguyen Van Loi, “Advocating for my daughter Nguyen Dang Minh Man“, 11/06/2015 publié sur le site du Viêt Tân, version anglaise []
  4. Cf. Media Legal Defence Initiative (MLDI), “Une victoire dans le combat pour la liberté d’expression au Vietnam“, [traduction] Viet Tan, 18/11/2016. Voir le document original en anglais sur le site du MDLI :  “A victory in the fight for freedom of expression in Vietnam“, 04/11/2016 []
  5.  “Opinion No. 40/2016”, point 8, doc. cit. []
  6. “Opinion No. 40/2016”, point 9, doc. cit. []
  7. “Opinion No. 40/2016”, points 6 et 11, doc. cit. []
  8. Voir l’article en ligne sur le site la Sécurité publique de la province de Nghe An : Hình phạt cho những kẻ “Hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân”, Công An Nghệ An, 10/01/2013 ; Hoàng Lam, Gần 80 năm tù cho nhóm đối tượng hoạt động nhằm lật đổ chính quyền, Dân Trí, 10/01/2013 []
  9. Cf. “Opinion No. 40/2016”, points 11, 12 et 13, doc. cit. ; “Cô Nguyễn Đặng Minh Mẫn tiếp tục bị sách nhiễu, biệt giam“, RFA, 25/04/2015 []
  10. “Opinion No. 40/2016”, point 4, doc. cit. []
  11. “Cô Nguyễn Đặng Minh Mẫn tiếp tục bị sách nhiễu, biệt giam”, art. cit. []
  12. Advocating for my daughter Nguyen Dang Minh Man, art. cit. []
  13. “Advocating for my daughter Nguyen Dang Minh Man”, art. cit. []
  14. Cf. Bars for Blogging, doc. cit. ; “Phóng viên nhiếp ảnh Nguyễn Đặng Minh Mẫn vẫn tiếp tục tuyệt thực trong tù“, Viet Nam Thoi Bao, 23/03/2015 ; “Vietnamese Photojournalist Continues Hunger Strike After Four Years Behind Bars“, MDLI, 16/03/2015 []
  15. Cf. “Opinion No. 40/2016”, point 20, doc. cit. []
  16. Cf. « Une victoire dans le combat pour la liberté d’expression au Vietnam », art. cit. []
  17. LHQ kêu gọi trả tự do cho nhà hoạt động Nguyễn Đặng Minh Mẫn“, RFA, 18/11/2016 ; en anglais : « U.N. Working Group Seeks Release of Vietnamese Photographer Jailed in 2013 », RFA, 18/11/2016 []

Molyda Szymusiak : Les pierres crieront – CR de lecture par Marie Bruchet

CR de lecture de Marie Bruchet : Molyda Szymusiak, Les pierres crieront. Une enfance cambodgienne, 1975-1980, Paris, La Découverte, coll. « Actes et mémoires du peuple », 1984, 270 p.

MolydaSzymusiak_LesPierresCrieront« Si vous faites taire ces enfants, les pierres crieront1. » C’est par cette phrase tirée de l’Évangile de Luc que Molyda Szymusiak a choisi d’introduire son témoignage, car c’est justement la notion de témoignage qui y est exprimée, et plus précisément la question de la responsabilité du témoin. Le témoignage doit être exprimé, même si ce n’est agréable ni à raconter ni à entendre ; un témoin qui n’assumerait pas cette responsabilité perdrait sa raison d’être et ce serait une offense envers les autres témoins et envers l’expérience que l’on a vécu.

Un témoignage sans détours

Molyda Szymusiak a quant à elle choisi d’assumer sa responsabilité en confiant son récit à ses parents adoptifs, eux-mêmes réfugiés polonais en France. Celle qui s’appelait Peuw au Cambodge et qui a fui son pays en 1980 à l’issue du régime Khmer rouge a considéré ce témoignage comme une véritable thérapie. Alors que le traumatisme de la perte de la quasi-totalité de sa famille, d’années de maltraitances de la part de ceux de ses compatriotes qu’elle appelle les « Yotears » (les cadres de Pol Pot), de l’exil et de l’adaptation forcée à un pays fondamentalement différent du sien l’ont conduit aux portes du suicide, dire ce qu’elle a vécu est apparu comme un besoin vital. Ainsi, trois ans après son arrivée en France, Molyda Szymusiak a relaté durant tout un été à ses parents adoptifs l’histoire de sa vie sous les Khmers rouges. Ses parents ont ainsi rédigé eux-mêmes l’ouvrage d’après les dires de leur fille. Certes, son père était un universitaire de la Sorbonne, mais il n’était pas écrivain et donc moins à l’aise pour rédiger un ouvrage de témoignage à la manière de Christophe Bataille qui a recueilli et co-écrit le témoignage de Rithy Panh2. Ainsi, qu’il s’agisse d’un choix volontaire ou pas de la part de son père, le témoignage qui ressort de ces confidences est brut comme une retranscription d’entretien, direct, sans la moindre complaisance pour le lecteur. Les éditions La Découverte en dressent le juste portrait: « Un récit accablant par sa simplicité. Ce n’est pas une prise de parole politique, mais l’égrènement impitoyable de longues journées de faim, de peur, de silence, de travail forcé. »3 De même, Jean-Marie Domenach, intellectuel influent de son époque, qui dès 1978, s’est battu aux côtés de Sartre et Camus pour soutenir les boat people, écrit dans la préface du livre : « Comme dans le journal d’Anne Frank, on est saisi par le contraste entre l’horreur méthodique et la fraicheur de cette âme d’enfant, sa générosité, sa force vitale » (p. 2), et plus loin : « Il n’y a rien d’esthétique, de littéraire, il est nu comme les cadavres qui flottent sur le Mékong, comme l’horreur qui monte de cette terre marécageuse. » (p. 5).

Molyda-Vathana
Portrait de Peuw © DR

Ce récit se présente sans aucune prise de recul pour deux raisons. Premièrement, il s’agit des mots d’une enfant au moment des faits, mais aussi quelque part au moment où elle raconte son histoire puisqu’elle a à peine vingt ans. Deuxièmement, ce témoignage est écrit à chaud, à peine trois ans après la fin du régime des Khmers rouges. Il n’y a pas non plus de jugements de ce qui se passe : les faits parlent d’eux même et il ne semble pas nécessaire de faire des commentaires sur la cruauté du régime ou l’ineptie des travaux infligés à la population. Cela conduit finalement l’auteure à décrire les faits de torture les plus terribles d’une manière presque détachée, à la manière de faits quotidiens. Cela a aussi à voir, une fois de plus, avec le fait qu’il s’agit d’une enfant et qu’elle a été confrontée à ces événements terribles très jeune. Elle décrit, par exemple, sa curiosité spontanée à vouloir suivre les Yotears dans les maisons pour voir à quoi ressemble la chair humaine, alors que des rumeurs de cannibalisme s’ébruitent dans le village. Comme l’a exprimé J.-M. Domenach dans la préface, la force vitale de cette enfant impressionne, elle prouve à de nombreuses reprises à quel point la vie est plus forte malgré les événements, par exemple lorsqu’elle affirme « je reprends peu à peu goût à la vie » (p. 146), alors qu’elle a perdu toute sa famille quelques jours auparavant. C’est une leçon de résilience.

Quoi qu’il en soit, cet ouvrage sur l’ « enfance cambodgienne » de la jeune Peuw, douze ans en 1975, s’articule en cinq parties qui partagent les cinq étapes majeures qui ont pour elle marqué cette période : la « découverte » du mode de vie sous les Khmers rouges, la perte de toute sa famille, le réapprentissage de la vie après cette épreuve, la fin du régime Khmer rouge, les débuts de l’occupation vietnamienne et enfin l’épilogue de la fuite en Thaïlande.

L’itinéraire chaotique de Peuw à travers le régime khmer rouge

La première partie de l’ouvrage, intitulée « L’exode », marque effectivement la chute de Phnom Penh et le départ forcé de la capitale vers les campagnes. Peuw, née en 1963, est d’origine bourgeoise : son père était haut-fonctionnaire et sa mère était liée à la famille royale. Contrairement à d’autres récits sur la période khmère rouge tels que celui de Loung Ung4, il n’y a pas d’évocation au début de l’ouvrage d’un Cambodge idéal et dont la capitale Phnom Penh serait véritablement la « perle de l’Asie ». Ici l’auteure décrit dès la première page les bombardements et les décapitations. Pour autant, ce premier chapitre a valeur de transition : la misère qui est décrite n’est pas aussi absolue que ce qui adviendra : il existe même une certaine forme d’entraide entre les chefs de village et les citadins exilés. Certes, les conditions de vie terribles et les massacres sont déjà une réalité, mais la famille est encore entière et Peuw est même élue « fille de Pol Pot » pour la récompenser du travail exemplaire qu’elle a mené dans les montagnes avec d’autres jeunes filles : un titre honorifique qui lui donne droit à plusieurs passe-droits qui rendent la vie un peu moins difficile, bien qu’elle échappe déjà plusieurs fois à la mort au cours de ce premier chapitre.

Peuw_TheStonesCryOut
Illustration de couverture de l’édition italienne : I racconto di Peuw bambina cambogiana © DR

La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Agonie », est en revanche bien plus sombre : toute la famille est décimée par la famine et la maladie. Le lecteur voit véritablement le régime khmer rouge s’installer et se radicaliser. Ce qui illustre particulièrement cette évolution est la mise en commun de plus en plus présente à chaque instant de la vie quotidienne : les repas se prennent désormais en commun avec le groupe de travail, il est interdit de posséder de quoi se faire à manger soi-même. Il s’agit d’un symbole fort dans une culture où le repas est un pilier de la vie de la cellule familiale. Certains aspects de la « vie d’avant » persistent cependant : certaines personnes s’appellent encore par « oncles » ou « tantes » en prenant soin d’ajouter « Met » (camarade), en préfixe. Mais surtout, une connaissance ancienne de l’oncle de Peuw, le sachant lié à la famille royale, lui demande en sa qualité de noble et donc de garant de la religion de sortir une statue de Bouddha de l’étang où l’ont jeté les Yotears, ce qu’il fait malgré les risques évidents que comportaient une telle mission. Cependant, ces quelques exemples ne font que confirmer la règle selon laquelle le Cambodge est entré dans une nouvelle ère où les enfants (dont les plus jeunes sœurs de Peuw) ne respectent plus leurs parents et vont parfois même jusqu’à les humilier. En plus de la destruction des liens familiaux traditionnels, la famine fait des ravages jusqu’à entrainer le cannibalisme.

La troisième partie de l’ouvrage, intitulée « Le temps effacé », montre finalement le réapprentissage de la vie par Peuw, seule survivante de sa famille avec trois cousins. Ils doivent désormais s’organiser pour survivre tous les quatre, car finalement, les liens de sang restent les seuls véritablement dignes de confiance malgré les efforts des Khmers rouges pour qu’il en soit autrement. L’auteure fait également le récit des interminables tâches répétitives au gré des chantiers, rythmées par la faim et les accès de fièvre.

LesLoupsEntreEux_KR

La quatrième partie de l’ouvrage, intitulée « Les loups entre eux », montre le violent changement consécutif à l’intervention vietnamienne au Cambodge. Du jour au lendemain, les Yotears ont fait des Vietnamiens une obsession durant les séances d’éducation idéologique, souhaitant préparer l’esprit des gens au combat contre ce nouvel ennemi qui était pourtant l’allié d’hier, dont on vantait la contribution dans la prise du pouvoir. Par ailleurs, des purges au sein même des Khmers rouges, d’où le titre de cette partie, commencent à avoir lieu et les villageois sont questionnés pour dénoncer les agissements de certains suspects, exécutés pratiquement à la vue de tous dans des champs d’exécution. Un autre signe du changement extrêmement symbolique se manifeste dans les rapports sociaux : les Yotears demandent désormais aux villageois de les appeler « oncles ». C’est l’un des signaux qui permettent véritablement à Peuw et ses cousins de prendre conscience de l’évolution de la situation. Bien qu’ils craignent d’instinct les Vietnamiens, ils considèrent que cela ne peut pas être pire que sous le règne des Khmers rouges et attendent avec impatience la libération prochaine. Cependant, leurs sentiments sont parfois paradoxaux : ainsi le désœuvrement les empêche de se sentir véritablement soulagés et libérés : « Avec les Yotears, nous avions faim, mais de temps en temps on avait l’impression de faire quelque chose d’utile. Maintenant rien : manger pour survivre ! » (p. 230).

La cinquième partie de l’ouvrage, intitulée « Étrangers sur notre terre », évoque véritablement l’occupation vietnamienne du Cambodge. Peuw et ses cousins ne l’ont pas vécu longtemps car ils ont rapidement fui en Thaïlande, mais ce qu’en raconte l’auteure suffit à imaginer la teneur de ces années sombres pour les Cambodgiens. Comme cela a été évoqué précédemment, si l’armée vietnamienne a effectivement libéré la population cambodgienne des Khmers rouges, il ne s’agit pas pour autant d’une période idyllique. Les individus étaient privés de liberté de circulation car le règlement établi par les Vietnamiens stipulait qu’ils devaient rester à l’endroit où ils se trouvaient au moment de leur intervention. Ainsi, survivre en pratiquant un menu commerce ou bien trouver de l’eau sont des tâches qui deviennent d’autant plus difficiles dans de telles conditions. Par ailleurs, la société traditionnelle cambodgienne commence à se reconstituer et cela pour le meilleur et pour le pire : en tant qu’orphelins, Peuw et ses cousins sont considérés de manière ingrate par leurs compatriotes comme des « vagabonds » et ne trouvent que peu de soutien et de solidarité auprès d’eux malgré quelques exceptions. Leurs conditions de vie sont si précaires qu’ils choisissent rapidement de fuir pour la Thaïlande malgré les risques que cela comporte : des mines et des patrouilles vietnamiennes, qui commettent parfois des exactions en faisant passer leurs crimes pour l’œuvre des Khmers rouges, quadrillent la frontière.

Szymusiak_TheStonesCryOut
Édition anglaise de l’ouvrage paru en poche chez Sphere, 1988 © DR

Enfin, dans l’épilogue de l’ouvrage intitulé « Orphelins en quête de famille », Molyda Szymusiak raconte son admission avec ses cousins en tant qu’orphelins candidats à l’adoption internationale au sein du camp de réfugiés de Kao-I-Dang. Ils passent une année là-bas et leurs conditions de vie, bien que meilleures, restent insatisfaisantes. En effet, s’ils sont davantage en sécurité qu’au Cambodge, ils doivent éviter les pièges tendus par certains Thaïlandais prétendument envoyés par le roi pour les prendre en charge et s’adonnant en réalité au trafic d’enfants. De même, s’ils sont désormais mieux nourris et soignés, ils manquent d’éducation et plus généralement cette fois encore, d’un sens à leur vie. Peuw évoque à plusieurs reprises ce désœuvrement qui la mène à espérer plus que tout un retour à une vie normale, qui ne soit pas vaine. Le fait d’avoir survécu à cette hécatombe sans comprendre pourquoi, et sans vraiment être capable de mettre cette chance à profit, la préoccupe énormément. Ils parviennent finalement au bout d’un an à être envoyés en France, où depuis le centre d’accueil en banlieue parisienne Peuw et ses cousins parviennent à entrer en contact avec des parents adoptifs qui acceptent de l’accueillir avec deux de ses cousins, sans que l’on sache précisément desquels des trois il s’agit. En effet, à partir de l’arrivée en France, l’auteure se montre succincte et évasive dans sa description des événements.

Changer d’identité pour se reconstruire : Peuw devient Molyda

La question de l’arrivée et de l’adoption en France est en fait détaillée dans le second livre de Molyda Szymusiak, La nouvelle vie de Peuw. Il a été publié au format Kindle en 2013, soit une trentaine d’années après son premier ouvrage qui a connu un succès retentissant à sa sortie en 1984 alors que le sort des réfugiés survivants du régime Khmer rouge était d’une actualité brûlante. Cette fois-ci, Molyda Szymusiak rédige elle-même le récit de son adaptation difficile à la France : une culture certes radicalement différente de la sienne mais pas totalement inconnue pour autant. En tant qu’enfant de la bourgeoisie de Phnom Penh, elle a été sensibilisée durant son enfance à la culture et à la langue françaises. Ceci étant, elle continue de se réclamer des valeurs du bouddhisme qu’elle n’a pas oublié et qui ont été décisives pour dépasser son traumatisme et réapprendre à vivre. Dans ce processus la soumission aux aléas de l’existence et la volonté de vivre malgré tout sont des éléments empruntés à cette religion qui ont été fondamentaux pour elle.

MolydaWithJan
Molyda avec son père adoptif Jan Szymusiak © DR

C’est le décès de ses deux parents adoptifs qui ont convaincu l’auteure de reprendre la plume. En effet, il s’agit d’un cri d’amour pour eux qui ont consacré leur vie à elle et ses deux cousins. Mais plus généralement, Molyda Szymusiak évoque son parcours affectif depuis son arrivée en France et l’on apprend que la relation avec sa famille adoptive n’a pas toujours été facile, notamment avec sa mère qui lui a toujours inspiré de la peur. Psychiatre, cette dernière tentait peut-être maladroitement d’expliquer à tout prix par le traumatisme psychique les problèmes de santé de la jeune Molyda, qui apparemment souffrait de maux bel et bien physiques. Cet épisode a laissé s’installer l’incompréhension des deux côtés. Sa relation avec son père est, quant à elle, décrire de manière plus sereine. Quoi qu’il en soit, réapprendre à tisser des liens, familiaux, amoureux ou amicaux, après une telle épreuve n’a pas été chose évidente pour l’auteure. Elle évoque notamment un besoin maladif de confiance et de sincérité.

Par ailleurs, elle explique à quel point le fait de faire des études a été important pour elle. Cela a été décrit précédemment : trouver un sens à sa vie et retrouver une vie normale étaient devenu une obsession et cela passait nécessairement par l’éducation. Il s’agissait de rattraper le temps perdu et de renouer avec le parcours qui aurait dû être le sien si le Cambodge n’avait pas sombré dans la folie meurtrière. Elle s’est donc battue pour prendre son avenir en main et raconte ses tribulations à Paris à la recherche de son premier emploi, consciente alors que ses parents ne seraient pas toujours là pour s’occuper d’elle.

* * *

Ainsi, c’est cette fois une réflexion pleine de maturité que nous livre Molyda Szymusiak, qui contraste avec son premier ouvrage rédigé à chaud, dicté à ses parents. Bien qu’elle maintienne une approche assez factuelle de son histoire, elle a pris le recul nécessaire pour surmonter le traumatisme de la guerre, de l’exil, de la perte de sa famille pour montrer de manière lucide les étapes de sa reconstruction. Elle évoque par exemple son sentiment d’humiliation et de déclassement social, qui s’accompagne d’un besoin constant de reconnaissance, lorsqu’elle doit s’insérer au sein de la société française. Au moment de la rédaction de ce deuxième ouvrage, qui constitue finalement l’épilogue du premier, elle explique rêver désormais d’harmonie et de réconciliation pour dépasser les aspects douloureux de son histoire. C’est en partie chose faite lorsqu’elle finit par retourner au Cambodge et visiter le site d’Angkor, aux sources de la civilisation khmère de ses racines qu’elle n’a jamais oubliées.

Marie Bruchet, promotion ASIOC 2015-2016.

Sitographie

_______________

Marie Bruchet est étudiante en master 2 ASIOC à l’ENS de Lyon, actuellement en stage au sein d’une ONG près de Phnom Penh ayant pour mission de scolariser des jeunes filles défavorisées. Ses recherches portent sur l’autonomisation professionnelle des jeunes cambodgiennes dans le contexte péri-urbain de la banlieue de Phnom Penh.

Notes

  1. Évangile de Luc, 19, 40 []
  2. Panh, Rithy avec Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2011 []
  3. Cf. Présentation de l’éditeur []
  4. Ung Loung, D’abord, ils ont tué mon père, Paris, Plon, 2000 []

Tan Le : My immigration story

[ndlr] Le destin de Tan Le co-fondatrice et présidente de la société EMOTIV, une société de bioinformatique qui mène des recherches sur l’identification de biomarqueurs pour les maladies neurologiques à l’aide de l’électroencéphalographie.

En 2010, Tan Le, spécialiste de technologie est montée sur la scène de TED pour faire la démonstration d’une nouvelle interface. Mais maintenant, à TEDxWomen, elle raconte une histoire très personnelle : l’histoire de sa famille (mère, grand-mère et sœur) fuyant le Vietnam et bâtissant une nouvelle vie.

L’histoire de Tan Le sur TED : https://www.ted.com/talks/tan_le_my_immigration_story