Archives de catégorie : Dossiers

Vietnam: la blogueuse Pham Doan Trang condamnée à 9 ans de prison [RFI]

Une lourde condamnation contre l’éditrice et écrivaine Pham Doan Trang.

Pham Doan Trang était accusée de « propagande contre l’État de la République socialiste du Vietnam ». La police l’avait arrêtée le 6 octobre 2020 à Hô Chi Minh-Ville, quelques heures seulement après le dialogue annuel sur les droits humains entre les États-Unis et le Vietnam.

L’écrivaine et militante Pham Doan Trang, 43 ans, accusée d’opposition à l’État, a été condamnée à neuf ans de prison ce 14 décembre par un tribunal de Hanoï. Le juge Chu Phuong Ngoc, a estimé que « son comportement était dangereux pour la société » avec l’« intention de violer le régime socialiste », et elle devait en conséquence « être sérieusement punie », a-t-il ajouté.

Lire la suite sur le site de RFI : https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20211214-vietnam-la-blogueuse-pham-doan-trang-condamn%C3%A9e-%C3%A0-9-ans-de-prison

Illustration “à la une” : Facebook / Pham Doan Trang © rsf.org


Voir également :

Vietnam – La France déplore la condamnation de Pham Doan Trang (France Diplomatie, 15 décembre 2021) :

La France déplore la condamnation hier à une peine de neuf années de prison de la journaliste Pham Doan Trang, une des défenseures des droits de l’Homme vietnamiennes les plus reconnues et l’une des trois lauréates du prix Reporters sans frontières pour la liberté de la presse en 2019.

La France appelle à la libération de Mme Pham Doan Trang et réaffirme son attachement à la liberté d’expression et d’opinion. Ces droits et libertés sont garantis par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel le Vietnam est partie.

La France appelle le Vietnam à respecter les engagements internationaux auxquels il a librement souscrit.

Source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/vietnam/evenements/article/vietnam-la-france-deplore-la-condamnation-de-pham-doan-trang-15-12-21


Le communiqué d’Amnesty International :

Viêt-Nam. La répression contre l’opposition continue avec la condamnation de Pham Doan Trang à neuf ans de prison

“Il est choquant que les autorités vietnamiennes condamnent ainsi Pham Doan Trang, courageuse journaliste et défenseure des droits humains, qui se bat depuis des années pour un Viêt-Nam juste, inclusif et respectueux des droits. Son travail devrait être célébré et protégé, et non pas puni et criminalisé”. (Ming Yu Hah, directrice régionale adjointe du travail de campagne à Amnesty International)

Lire la suite : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2021/12/vietnam-pham-doan-trang-conviction/

Vietnam’s Communist Party Jails its Most Trenchant Critic

Le journaliste David Brown rappelle le parcours de Pham Doan Trang, une net-citoyenne, écrivaine et activiste actuellement emprisonnée au Viêt Nam.

Pham Doan Trang was merely telling the government to honor its rights commitments.

The Vietnamese authorities are about to try Pham Doan Trang next week just for insisting that they honor the guarantees of civil liberties set out in Vietnam’s constitution.

In a photo taken on the night she was arrested, Trang is clearly exhausted, worn down by years on the run. Flanked by two policemen, one in uniform, the other plainclothes, Trang is walking away from the camera. She wobbles as she walks, the consequence of injuries suffered at the hands of other policemen years earlier.

Doan Trang is accused of ‘conducting propaganda against the State.’ Three documents and two interviews, one with the BBC and the other with Radio Free Asia, have been adduced as evidence of Trang’s subversive intent. When — not if — she’s convicted, she could draw 12 years in prison.

Lire la suite : https://www.asiasentinel.com/p/vietnam-communist-party-jails-critic

Illustration “à la une” : Portrait de Pham Doan Trang paru sur la revue en ligne Luât Khoa tap chi. © The Vietnamese Magazine



Condamnation de Pham Doan Trang a neuf ans de prison le mardi 14 décembre 2021. Reportage de la télévision vietnamienne (chaîne de la Sécurité publique et du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV).

Interview with Former Political Prisoner Tran Thi Nga About Effects of Prison on Women and Children

Entretien avec l’ancienne prisonnière de conscience Trân Thi Nga sur ses conditions de détentions et les méthodes coercitives de la Sécurité publique du Viêt-Nam à l’encontre des dissidents, de leur famille et de leurs enfants. Un témoignage important.


The 88 Project had the opportunity to interview former political prisoner Tran Thi Nga about her experience in prison and conditions in prison for women and children. Tran Thi Nga was released from prison in January and sent immediately into exile in the United States. She was about three years into a nine-year prison sentence for her activism in land and labor rights when she was released. 

In the video, Nga speaks about the psychological effects on her young children during her arrest and her time in prison. Her youngest child was only four years old when he witnessed his mother being arrested by the police in their own home. When Nga’s husband was detained for questioning, their six year-old was also detained and was even separated from his father. Nga’s children struggled with discrimination at school during her imprisonment, as well as difficulties in visiting their mother in prison. Nga was transferred to a facility 1,000 km away from the family’s hometown, and the authorities often used visitation rights as a means to try to get her to admit guilt. She urges international stakeholders to speak up for the rights of women and children and remedy the injustices caused by the Vietnamese authorities’ poor treatment of female prisoners.

Lire la suite : The 88 Project, 20/06/2020.

Sur les pas des Jeunesses de Choc : une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam

Intervention de François Guillemot au séminaire “Sociétés en guerre” du LARHRA, vendredi 25 octobre 2019. Résumé ci-dessous.

La commémoration du 60e anniversaire de l’ouverture de la piste Hô Chi Minh (mai 1959) a permis de réévaluer l’importance stratégique de ce réseau dans la victoire communiste de 1975. Sur cette “piste mythique” (đường mòn huyền thoại) s’activaient des dizaines de milliers de femmes et d’hommes pour ravitailler le front du Sud en forces et en munitions. L’expérience de la Piste sera considérée ici sous la double perspective de la marge et du genre. En particulier nous soulignerons le rôle essentiel des femmes : démineuses, déblayeuses, conductrices de camion, chanteuses, éclaireuses, infirmières, miliciennes… sans lesquelles la piste aurait été largement impraticable.

Après un survol historiographique rappelant l’avènement d’une histoire des Jeunesses de choc à partir des années 1990, nous relierons entre-elles ces marges multi-situées de la guerre (jungles, villes, campagnes, diplomatie internationale) à la Piste Hô Chi Minh, clé de voûte de la guerre de réunification. Du particulier (cas des Jeunesses de choc) au général (phénomène genre et guerre), nous pensons qu’il reste une histoire de la guerre du Viêt-Nam à écrire dans une perspective genrée, en prenant en compte toutes ses composantes (nord et sud, marge et centre, ethnies minoritaires, stratigraphie de l’armée populaire, engagement des femmes des deux côtés du 17e Parallèle, populations civiles).

FG

Illustration “à la une” : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Vietnamiennes en première ligne [Photo]

L’image du jour.

Vietnamiennes en tunique traditionnelle en première ligne de la manifestation du 15 septembre 2019 à Paris à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie.

La manifestation en direction du Parvis des Droits de l’Homme (Trocadéro) protestait contre l’expansionnisme de la Pékin en Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens comme le rappelle la pancarte de la seconde image.

© DR
© DR