Archives de catégorie : Lectures / Readings

Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »

Signalement d’un article de Nicolas Bancel l’un des co-directeurs de l’ouvrage Sexe, race et colonies, paru aux éditions La Découverte le 27 septembre 2018 et qui fait débat.

L’ouvrage Sexe, race et colonies, a ouvert un débat majeur, parfois fortement polémique, souvent passionné. Nous ne revenons pas ici sur les critiques laudatives – nombreuses –, du livre, mais sur des questions posées, et qui nous semblent devoir être discutées, et tranchées. Plusieurs registres de critiques doivent être distingués. Les premières concernent la possibilité même, le droit ou la légitimité à publier des images de la domination des corps esclavagisés, colonisés, racisés. Tout d’abord parce que l’opération reproduirait en définitive la domination elle-même, humiliant à nouveau les représentés.

C’est là une question épistémologique de première importance. Doit-on, ou non, s’arroger le droit de reproduire ces images ? Cette question, on se doute bien qu’elle nous a traversés, faisant l’objet d’intenses débats entre les directeurs de l’ouvrage et plusieurs auteurs y participant, depuis quatre ans. En vérité, il n’y avait que deux options : montrer ou ne pas montrer.

Lire la suite : The Conversation, 17/10/2018.

Lire aussi :

  • Olivier Doubre, « Sexe, race et colonies » : La marque de l’homme blanc, Politis, 17/10/2018. L’ouvrage majeur Sexe, race et colonies montre mille deux cents d’images sexuelles et racistes de la colonisation et leurs effets toujours actuels sur la domination du corps des femmes.
  • Gille Boëtsch, « Sexe, Race et Colonies » est bien un ouvrage d’histoire, Libération, 11/10/2018. Le livre qui entend démontrer comment la puissance coloniale s’est aussi exercée par la domination sexuelle suscite de vives réactions : en publiant de nombreuses images de femmes humiliées, il en réactiverait la violence. L’anthropologue Gilles Boëtsch, un des codirecteurs de l’ouvrage, défend un travail de recherche : on ne peut pas déconstruire le passé colonial sans voir, comprendre et critiquer ces images.

Image « à la une » : Photo de Nadal : « Groupe de femmes Moïs réunies avant le départ au travail des champs dans les plantations voisines »

Dissident Vietnam blogger ‘Mother Mushroom’ released, on way to US

Annonce de la libération de la blogueuse et dissidente Nguyen Ngoc Nhu Quynh emprisonnée depuis octobre 2016 pour « propagande anti-étatique ». Condamnée à dix ans de prison en juin 2017, elle est aujourd’hui libérée mais expulsée vers les États-Unis.

HANOI: A dissident Vietnamese blogger known by the pen name « Mother Mushroom » was on her way to the United States Wednesday (Oct 17) after being released from prison where she was serving 10 years for anti-state propaganda, multiple sources said.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh was freed from jail Wednesday and put on a flight en route to the US to join her children and mother, a US embassy source, friends, and a Vietnam official said.

« Quynh was sent to the US earlier today, » a Vietnamese government official confirmed to AFP, speaking on condition of anonymity.

Family friend Nguyen Lai said on Facebook « congratulations » to Quynh, adding she would soon be in a « free country ».

Quynh, one of Vietnam’s most well-known activists whose recognisable pen name « Me Nam » comes from her daughter’s nickname « mushroom », was jailed in June 2017 in a case that drew ire from the United States, the European Union and the United Nations.

She is an outspoken critic of Vietnam’s one-party state and gained notoriety with her writing about the environment, politics and deaths in police custody – a no-go topic in communist Vietnam.

Read more / Lire la suite : Channel News Asia

Pour en savoir plus :

Photo « à la une » :  la dissidente « Me Nam » © Jonas Gratzer/Lightrocket via Getty Images

Sớm xem xét giải quyết chế độ cho những cựu TNXP

Signalement d’un article sur les Jeunesses de choc mobilisées sur les espaces frontaliers alors en guerre après 1975. Une affaire non résolue depuis 1977.

QĐND – Mới đây, Báo Quân đội nhân dân nhận được ý kiến của bà Lê Thị Chà và bà Đàm Thị Thoa ở thôn Lợi, xã Đông Lĩnh, TP Thanh Hóa, tỉnh Thanh Hóa, đại diện cho 41 cựu thanh niên xung phong (TNXP) của xã Đông Lĩnh, với nội dung như sau:

“Tháng 6-1977, chúng tôi tham gia lực lượng TNXP của tỉnh và được biên chế về Đội TNXP 4212 và 4220 làm nhiệm vụ xây dựng kinh tế mới. Giai đoạn này, đơn vị vừa tăng cường bổ sung quân chiến đấu ở biên giới phía Bắc và Tây Nam, vừa luyện tập sẵn sàng chiến đấu cùng lực lượng dân quân du kích huyện Như Xuân. Tháng 1-1981 được giải quyết chế độ trở về địa phương, hiện tại chúng tôi vẫn còn lưu giữ giấy chứng nhận hoàn thành nhiệm vụ do đơn vị cấp năm 1981. Những cựu TNXP xã Đông Lĩnh chúng tôi đã gửi đơn đến UBND tỉnh Thanh Hóa với nội dung đề nghị UBND tỉnh ra quyết định xác nhận phiên hiệu đơn vị TNXP và gửi quyết định này về địa phương để mọi người được hưởng các chế độ chính sách của Đảng, Nhà nước theo quy định hiện hành. Thế nhưng, không hiểu vì lý do gì đến nay vẫn chưa được xem xét, giải quyết ».

[notre traduction ci-après] En juin 1977, nous nous sommes joints à la force bénévole (jeunesses de choc) provinciale et nos équipes ont été affectées aux unités TNXP 4212 et 4220, chargées de créer la nouvelle économie. À ce stade, l’unité a renforcé les troupes de combat à la frontière nord [Chine] et sud-ouest [Cambodge] et s’est entraînée avec la milice de guérilla dans le district de Nhu Xuan. Nous avons pu regagner la région à partir de janvier 1981. Jusqu’à maintenant, nous conservons toujours un certificat de mission délivré par l’unité en 1981. Nos anciens des Jeunesses de choc de la commune de Dong Linh ont envoyé une pétition au comité populaire de la province de Thanh Hoa dans le but de résoudre leur statut : demande au Comité populaire provincial de prendre une décision certifiant le nom des unités TNXP engagées et envoi de cette décision au niveau local pour qu’elles puissent bénéficier des régimes de soutien et des politiques du Parti et de l’État, conformément à la réglementation en vigueur. Cependant, nous ne comprenons pas pourquoi jusqu’à présent cette question n’a pas été examinée et (par conséquent) résolue.

Source : Quan doi nhan dan

R. Andrault : La raison des corps – note de lecture

Réf. : Andrault, Raphaële, La raison des corps. Mécanisme et sciences médicales, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, « Problèmes de la raison », 2016. Présentation de l’éditeur.

Autopsie d’une pensée corpusculaire1.

Les travaux de Raphaële Andrault portent sur l’élaboration d’une philosophie corpusculaire et de la rencontre entre sciences, religion et philosophie au XVIIe siècle2.

Spécialiste de Nicolas Sténon [Niels Stensen, 1638-1686], l’auteure pose le tableau. Un débat anime les philosophes et les médecins sur les relations entre l’âme et le corps conduisant à une réflexion d’ensemble sur le corps lui-même, son fonctionnement, sa mécanique et sa possible transcendance, voire sa remise en cause. Qui des mécanistes ou des finalistes va finalement remporter la raison des corps ? Qui donne « corps » au fil du temps à la raison des corps et depuis quand ? Or la difficulté réside dans deux choses : le débat ne semble pas directement posé (par une polémique, par un manifeste, par une position catégorique). Le second point est rappelé par l’auteure dans les premières pages : « […] il est difficile de reconnaître l’unité d’une doctrine ou d’une méthode » (p. 8). D’autant plus que la conception cartésienne sur le fonctionnement du corps est duale et semble, à ce titre, dans un entre-deux, toute provisoire. L’auteure s’attache à répondre à ces débats (inter-livresques se demande-t-on) à travers « quatre questions solidaires » (pp. 25-25) qui, par elles-mêmes révèlent toute la complexité des problématiques qui se posent à la lecture contemporaine des textes du XVIIe siècle et à l’aune des connaissances et interprétations de l’époque.

La longue introduction discourt sur le sujet de façon détaillée mais dans laquelle la chronologie semble brouillée. Sensible/insensible, circulation du sang, lois physico-chimiques, phénomènes intérieurs qui, de René Descartes ou de William Harvey, pose le problème ? Le premier chapitre, relativement long, décrypte avec soin le legs cartésien qui apparaît majeur. Il faut cependant attendre la page 62 pour resituer ces questionnements dans une certaine profondeur historique puisque « concernant les analogies entre corps et machines, elles ne sont à l’âge classique guère inédites… ». De même, c’est aux pages 167-168 que les moments clés de l’apparition des concepts de mécanisme et de vitalisme sont rappelés. Ces éléments de chronologie donnent un aperçu de la construction d’une pensée et de ses débats.

A partir de la pensée dominante de Galien (129-circa 216), l’auteure mobilise les auteurs du XVIIe siècle lorsqu’à la suite de Descartes le débat prend forme avec La Forge (qui interprète Descartes), Sténon (le plus convaincant par son approche rationnelle et empirique), Marcello Malpighi ou Robert Boyle. Puis la pensée de Leibniz, un peu plus tardive, inaugurant une nouvelle compréhension du corps humain sur la base de l’analyse et de la synthèse, est convoquée en discussion avec Stahl (1706)3 et Haller (1756).

Poursuivant son analyse, l’auteure effectue un saut volontaire et assumé dans le temps. Pour la période contemporaine, sont mobilisées les analyses et interprétations de Claude Bernard (1856), de Jacques Roger, de Jean Rostand (1939), enfin de Georges Canguilhem (1904-1995) et sa critique de la « déduction anatomique » à laquelle le dernier chapitre est consacré. Curieusement, l’étude ne fait pas écho des éventuelles oppositions et/ou obstacles qui ont (peut-être / c’est une interrogation) porté ombrage à l’élaboration et la linéarité supposée de ces discours. Par exemple, la pensée de Condillac (1714-1780) n’est pas évoquée ne serait-ce que pour signaler que ces diverses théories furent contestées dans son Traité des systèmes (1749) notamment la monadologie de Leibniz4. Quant à Sténon, en s’intéressant à ce qui s’apparente au corps-propre (notion bien plus tardive), ne fait-il pas figure de phénoménologue avant l’heure ?5. Pour autant, chez lui le questionnement entre fonction et finalité des organes du corps ne semble pas totalement figé (p. 93).

L’ouvrage, qui s’avère complexe dans son approche croisant plusieurs problématiques comme dans son écriture pour initiés, relativement dense dans ses questionnements à tiroir, peut apparaître comme une construction philosophique postmoderne. Si le débat a bien eu lieu, quel en fut son ampleur au moment clé de son apparition ? L’auteure ne surévalue-t-elle pas les questionnements de l’époque en y introduisant par son analyse minutieuse une profondeur philosophique contemporaine inédite ? Ne nous y trompons pas, c’est à la fois tout l’enjeu de cette étude, celui de se livrer à une analyse en règle de la pensée du corps et de démêler les enjeux majeurs de la philosophie corpusculaire depuis le XVIIe siècle. C’est en même temps la grande difficulté de l’entreprise, celle de restituer la véritable profondeur du débat d’antan et de mesurer la réalité de cette pensée sans emphase ou, a contrario, trop a minima. Cette complexité n’a pas échappée à l’auteure qui rappelle, en s’appuyant sur Canguilhem, la nécessaire lucidité sur l’historicité, souvent négligée, des termes mêmes de l’analyse corpusculaire et leurs significations originelles :

Outre la manière dont cette étude de G. Canguilhem interroge plus généralement l’idée d’anticipation ou de précurseur dans les sciences médicales, elle souligne l’historicité des concepts qui requiert notamment d’être attentif à l’apparition concomitante d’un terme désignant un phénomène et d’une définition y associant une interprétation relativement déterminée de ce phénomène. Or, s’il est possible qu’à une autre époque l’association phénomène-mot-interprétation ait été radicalement différente, il n’est pas plus légitime d’identifier par la seule persistance d’un mot la continuité du concept – ou au contraire, de reconstruire systématiquement par-delà l’absence du mot la présence cachée et anticipatrice du concept –, que de prescrire à partir de notre intelligence actuelle d’un phénomène l’intelligibilité qui devait lui être conférée à un autre moment, dans un autre contexte théorique et expérimental (p. 176).

La raison des corps, véritable autopsie de la pensée médicale et de ses effets, fait donc ressurgir autant les débats sur les fonctions du corps, la finalité, les causes mécanistes et leurs interprétations philosophiques que la portée historiographique et conceptuelle de cette notion. La raison des corps qui s’élabore au fil de l’analyse se présente comme une révolution dans la philosophie corpusculaire où le rationalisme l’emporterait et discréditerait la conception téléologique des corps tout en la remplaçant par une nouvelle métaphysique que le vitalisme pourrait jouer. Tout l’intérêt de cette étude est de plonger le lecteur dans l’histoire intellectuelle marquée par l’univers concret du fonctionnement des organes (polyvalence et vicariance soulignée par Canguilhem, p. 95, historicité du concept de réflexe, pp. 172-176) et d’en restituer les riches questionnements6 qui trouvent des résonances et un continuum jusqu’à la philosophie contemporaine de Georges Canguilhem et finalement de celle de bien d’autres penseurs du XXe siècle. En effet, mais ce n’est pas le propos du livre, cette problématique sur l’étude du vivant et de sa réception trouve des suites dans la pensée, entre autres, de Maurice Merleau-Ponty ou celle de Michel Foucault et, par delà le bien et le mal, chez Friedrich Nietzsche lui-même7.

« L’articulation entre la finalité des organes et l’accès subjectif aux fonctions du vivant » comme le stipule la quatrième de couverture sont ainsi réexaminés avec minutie, dimension capitale de l’ouvrage, à travers une autopsie des textes (souvent traduits du latin). De « l’anatomie animée » (citée p. 94) de la première physiologie aux « sens biologiques » des mécanismes jusqu’à la démarche radicalement non objective du corps propre de la phénoménologie8, la perception et la connaissance de nos corps se meuvent (à l’inverse de nos corps eux-mêmes qui disparaissent ou de notre corps propre qui définit notre finitude) dans une non finitude exemplaire. Dernière précaution d’emploi, cet ouvrage est à lire avec soin pour comprendre à partir du XVIIe siècle, autant sur le plan charnel que philosophique, de quoi nous sommes faits.

FG, 09/01/2017, MàJ 15/10/2018.

Image « à la une » : Illustrations de Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in Harvey, William (1578-1657), auteur du texte. Planche entre pp. 8-9. Dissection et anatomie. Présentation des veines de l’avant-bras. XVIIè siècle. Cote : BNF C 28692.


Notes

  1.  N’étant ni spécialiste du sujet et ni familier des usages et langages particuliers de la philosophie, cette note n’est pas une recension au sens académique du terme. Il s’agit de la note de lecture d’un néophyte intéressé par ces questions []
  2. Voir sa présentation analytique du texte de Nicolas Sténon (Niels Steensen), Discours sur l’anatomie du cerveau [1669], Paris, Éditions Classiques Garnier, « Textes de philosophie », 2009 []
  3. Voir p. 124 et suiv. Objet de la discussion détaillée du long chapitre IV qui décrypte les oppositions fondamentales entre le mécanisme médical leibnizien et sa relation au divin et l’animinisme stahlien []
  4. Voir le texte en ligne sur le portail de l’UQAC : http://classiques.uqac.ca/classiques/condillac_etienne_bonnot_de/traite_des_systemes/condillac_traite_des_systemes.pdf []
  5. Voir l’exploration de cette notion chez Fichte : Jérôme Porée, « Sentiment, corps propre et appel d’autrui dans la première philosophie de Fichte », Revista Filosofica de Combra, n° 44, 2013, pp. 339-368 (voir en particulier pp. 351-356) ; Jean-Christophe Goddard, La philosophie fichtéenne de la vie: le transcendantal et le pathologique, Paris, Vrin, « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1999, § 32, pp. 122 et suiv. []
  6. Voir aux pages 95 et suiv. où l’auteure formule « quelques remarques sur les implications réelles de la priorité heuristique de cette discipline [l’anatomie] dans les pratiques médicales de l’âge classique ». Remarques clés sur le partage entre l’anatomie et la physiologie et l’évolution de cette notion. []
  7. A titre d’exemple, la première partie de l’ouvrage majeur de Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception (1945) nous renvoie au corps, en particulier son chapitre intitulé précisément « Le corps comme objet et la physiologie mécaniste », Paris, Gallimard, coll. Tel, 2004, p. 101 et suiv. []
  8. Notons que cette notion de l’avoir à l’être se rapproche de l’unité de corps que la pratique des arts martiaux propose d’acquérir par l’entrainement, permettant d’accéder à une forme de nirvana bouddhique dans l’action []

Lettre ouverte du Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes

La prisonnière d’opinion Tran Thi Nga incarcérée depuis janvier 2017 a subi menaces de mort et violences physiques. Elle a bénéficié d’une action urgente d’Amnesty International l’été dernier. Le 10 octobre 2018, une lettre ouverte de la députée suisse au Grand Conseil de Genève Anne Marie von Arx-Vernon représentant le « Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes » a été envoyée aux autorités vietnamiennes pour exiger sa libération et la fin des maltraitances.

Lettre ouverte du 10 octobre 2018

Tô Lâm

Ministre de la Sécurité publique du Vietnam

44 Yêt Kiêu St. Hoàn Kiêm District

Hà Nội, Viêt-Nam

Monsieur le Ministre,

Nous vous adressons cette lettre ouverte à la suite d’informations reçues de sources concordantes sur les conditions de détention préoccupantes de votre citoyenne Madame Tran Thi Nga, qui purge actuellement une peine de neuf ans à la prison de Gia Trung à Mang Yang, dans la province de Gia Lai, à plus de 1300 kms de son lieu de domicile.

Le 17 août 2018, Tran Thi Nga nous a fait savoir par ses proches qu’elle avait été violemment battue et menacée de mort par sa codétenue. Bien que les autorités pénitentiaires locales aient été alertées à plusieurs reprises, aucune mesure à ce jour n’a été mise en place pour la protéger.

Depuis son arrestation le 21 janvier 2017, Tran Thi Nga n’aurait pu recevoir qu’une seule visite de son conjoint, et aucune de ses enfants âgés de 6 et 8 ans malgré les dispositions de la loi vietnamienne qui prévoit une visite par mois.

Elle n’a été autorisée à joindre sa famille par téléphone qu’en juin 2018, après 16 mois de silence.

Tran Thi Nga souffre par ailleurs des séquelles de deux attaques subies en 2014 en 2015 au cours desquelles elle a été rouée de coups avec un bras et une jambe fracturés par des individus en civil.

Dans ces circonstances, nous vous exhortons, Monsieur le Ministre, à agir afin de :

  • libérer Tran Thị Nga immédiatement et sans condition, car elle est détenue uniquement pour avoir exercé, sans violence, son droit à la liberté d’expression ;
  • veiller à ce que, dans l’attente de sa libération, Tran Thi Nga soit traitée conformément à l’ensemble des conventions des Nations-Unies pour le traitement des détenus, et particulièrement à ce qu’elle ne soit pas victime d’actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements ;
  • mettre fin à son lointain transfert de manière à ce que Tran Thị Nga puisse régulièrement avoir une visite de sa famille et bénéficier des soins médicaux adaptés qui lui seraient nécessaires.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de nos sentiments distingués.

Au nom du collectif des signataires dont la liste est jointe.

Anne Marie von Arx-Vernon

Députée au Grand Conseil de Genève

Copie de cette lettre ouverte envoyée à :

Ambassade du Vietnam en Suisse.Monsieur l’Ambassadeur Pham Hai Bang, Schlösslistrasse 26 – CH-3008 Berne

Département fédéral des Affaires Etrangères DFAE.Monsieur le Conseiller fédéralIgnazio Cassis, Effingerstrasse 27 – CH-3003 Bern

Source : Viêt Tân