Archives de catégorie : Lectures / Readings

Christine Détrez & Karine Bastide : Nos mères [parution]

Une enquête historique et sociologique fascinante. Présentation de l’éditeur ci-après.

Nos mères. Huguette, Christiane et tant d’autres, une histoire de l’émancipation féminine

Christiane est née en 1945, Huguette en 1941. Toutes deux étaient institutrices. De Christiane, on ne savait rien : après sa disparition dans un accident de voiture, à l’âge de vingt-six ans, elle avait été effacée de l’histoire familiale et des albums photos. D’Huguette, au contraire, on détenait beaucoup : un livre publié, des manuscrits, des lettres, des articles de journaux, une correspondance avec Simone de Beauvoir… Tout cela enfermé dans des malles bien verrouillées.

Christiane et Huguette sont les mères des deux autrices. Au fil d’une enquête qui les a menées aux quatre coins de la France, mais aussi en Tunisie, celles-ci ont récolté des témoignages et des photos, retrouvé des archives, fait parler des courriers. Elles retracent la vie de ces deux femmes « ordinaires », dans ce moment charnière des années 1960, où les femmes se battent pour leur indépendance. Car, à raconter les parcours de Christiane et Huguette – de milieux sociaux très différents –, c’est toute une génération qui affleure : celle des Écoles normales d’institutrices, des « écoles-taudis », de la coopération, du féminisme, des aspirations à une vie meilleure, du rejet des carcans traditionnels.

S’il permet de comprendre les voies de l’émancipation et comment celles-ci varient selon le milieu d’origine et les capitaux culturels et économiques, ce livre est aussi une expérience : peut-on enquêter sur des sujets si proches, et lever, en sociologue, en historienne, des secrets de famille ? Que peuvent faire les sciences sociales de l’émotion, de l’intimité ? Enfin, cet ouvrage est une revanche contre l’effacement des femmes de l’Histoire, et des histoires.

Christine Détrez est professeure de sociologie à l’ENS de Lyon. Ses travaux de recherche portent sur la sociologie de la lecture, de la culture et du genre. Elle est l’autrice de nombreux livres (le dernier étant My Bloody Valentine, Denoël, 2018).

Karine Bastide est professeure d’histoire-géographie dans le secondaire, et titulaire d’un M2 études de genre.

Source : La Découverte


Pour en savoir plus, réécoutez l’émission « La suite dans les idées » de Sylvain Bourmeau sur France Culture.

Deux femmes des années 60.

En menant une enquête sur deux jeunes femmes devenues institutrices dans les années 60, dont sa propre mère – morte quand elle avait deux ans – Christine Détrez signe avec Karine Bastide un grand livre de sciences sociales. Elle est rejointe en seconde partie par l’écrivaine Sarah Chiche.

URL : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/deux-femmes-des-ann%C3%A9es-60/id115153894


Illustration « à la une » : Huguette Bastide (à gauche) et Christiane Détrez (à droite) • Crédits : archives personnelles de Karine Bastide et Christine Détrez

Aurore Turbiau : Une utopie féministe est-elle possible ?

Signalement d’un article de Aurore Turbiau, doctorante contractuelle en littérature comparée (Sorbonne Université, CRLC).

J’ai choisi un titre un peu clickbait pour cet article : « une utopie féministe est-elle possible ? » J’espère que ça ne fera pas trop de déçu·es : il sera plus question de littérature et d’histoire des idées ici que de vie en communauté sur des terres en non-mixité. Mais tout de même je maintiens le titre : une utopie (littéraire) féministe, est-ce que ça peut exister ? Est-ce qu’une utopie féministe peut s’inscrire dans la grande tradition héritée des textes de la Renaissance, transmise de génération d’hommes de lettres en générations d’hommes de lettres ? Est-ce qu’une utopie féministe peut correspondre aux définitions qu’on donne de l’utopie à l’université, dans les manuels scolaires — est-ce que le féminisme peut avoir une portée suffisamment « universelle » pour intégrer les rangs des grandes théories humanistes ? Ou est-ce qu’on doit en changer la définition — est-ce que ça aurait un intérêt ? Je ne promets pas de répondre exactement à toutes ces questions, mais surtout de souligner que les réponses ne vont pas de soi : les utopies féministes ne rentrent pas dans le cadre traditionnel qu’on a fourni pour définir « l’utopie », qui est globalement masculin et imperméable aux points de vue et propositions du féminisme ; les femmes ne sont pas souvent citées dans les histoires de l’utopie.

Lire la suite : Littératures engagées

Réf. : Aurore Turbiau, « Une utopie féministe est-elle possible ? », dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 06/09/2020, https://engagees.hypotheses.org/2492, consulté le 11/09/2020.

Illustration « à la une » : © Toni Frissell, Five women running, tiré de la couverture de l’ouvrage de Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s (1991), Bern, Peter Lang, 2015.

Privileged Women in the Resistance: A Book Launch Discussion on The Saigon Sisters

En différé, voici une discussion intéressante (1h) sur l’ouvrage de Patricia “Kit” Norland, autrice de The Saigon Sisters en compagnie de l’historienne Lien-Hang T. Nguyen. Organisation : Stimson Institute.


The Saigon Sisters shares the stories of nine Vietnamese women who as childhood friends studied at a premier French school in Saigon and as adults chose to support Vietnam’s fight for independence. Through many interviews, letters, and exchanges, Patricia Norland traces these women’s individual stories as they follow different paths in pursuit of a shared ideal and how their stories converge again after the war.

  • Patricia “Kit” Norland, author of The Saigon Sisters and a former public diplomacy officer with the U.S. Department of State. Patricia D. Norland most recently worked as a public diplomacy officer within the U.S. Department of State. She is the translator of Beyond the Horizon and the author of Vietnam in the Children of the World series as well as author of The Saigon Sisters.
  • Lien-Hang T. Nguyen, Dorothy Borg Chair in the History of the United States and East Asia, Columbia University. Dr. Lien-Hang T. Nguyen is the author of Hanoi’s War: An International History of the War for Peace in Vietnam (2012), the forthcoming Tet ’68: The Battles that Changed the Vietnam War and the Global Cold War, and serves as General Editor of The Cambridge History of the Vietnam War, 3 volumes. She is currently working on a study of gender and people’s diplomacy during the Vietnam War era. At Columbia, she is the co-founder of the Vietnam Studies Program.

This event is supported by the War Legacies Working Group.

Source : Stimson

Interview with Former Political Prisoner Tran Thi Nga About Effects of Prison on Women and Children

Entretien avec l’ancienne prisonnière de conscience Trân Thi Nga sur ses conditions de détentions et les méthodes coercitives de la Sécurité publique du Viêt-Nam à l’encontre des dissidents, de leur famille et de leurs enfants. Un témoignage important.


The 88 Project had the opportunity to interview former political prisoner Tran Thi Nga about her experience in prison and conditions in prison for women and children. Tran Thi Nga was released from prison in January and sent immediately into exile in the United States. She was about three years into a nine-year prison sentence for her activism in land and labor rights when she was released. 

In the video, Nga speaks about the psychological effects on her young children during her arrest and her time in prison. Her youngest child was only four years old when he witnessed his mother being arrested by the police in their own home. When Nga’s husband was detained for questioning, their six year-old was also detained and was even separated from his father. Nga’s children struggled with discrimination at school during her imprisonment, as well as difficulties in visiting their mother in prison. Nga was transferred to a facility 1,000 km away from the family’s hometown, and the authorities often used visitation rights as a means to try to get her to admit guilt. She urges international stakeholders to speak up for the rights of women and children and remedy the injustices caused by the Vietnamese authorities’ poor treatment of female prisoners.

Lire la suite : The 88 Project, 20/06/2020.

Pour un féminisme incarné dans le sillage de S. de Beauvoir : entretien avec Camille Froidevaux-Metterie

Un entretien riche et passionnant avec la philosophe Camille Froidevaux-Metterie. A lire sur le carnet de recherche de Marine Rouch dédié à la pensée de Simone de Beauvoir.


Camille Froidevaux-Metterie est philosophe féministe et professeure de science politique à l’université de Reims où elle est également chargée de mission égalité. Elle est l’autrice de nombreux articles dans la presse et dans des revues scientifiques. Elle a publié de nombreux ouvrages dont La Révolution du féminin (2015), qui vient de paraître en Folio (2020), Le Corps des femmes (2018) et, il y a quelques semaines, Seins (2020). Pour lire mon compte rendu (French and English), c’est ICI.

Camille Froidevaux-Metterie est une « féministe phénoménologique » et plaide pour un retour de la question du corps, dans sa dimension sexué, au centre de nos préoccupations. Dans l’entretien qui suit, elle nous explique que la phénoménologie beauvoirienne, peu connue en France, est propice pour penser un véritable féminisme incarné.

Je la remercie infiniment de m’avoir accordé cet entretien.

Lire l’entretien : Chère Simone de Beauvoir

Réf. : Camille Froidevaux-Metterie, Marine Rouch, « Pour un féminisme incarné dans le sillage de S. de Beauvoir : entretien avec Camille Froidevaux-Metterie », Chère Simone de Beauvoir, juin 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3226