Archives de catégorie : Recensions d’ouvrages

Fanny Bugnon, Les “Amazones de la terreur” – CR de lecture de François Guillemot

LES AMAZONES DE LA TERREUR.inddCet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat d’Histoire sous la direction de Christine Bard soutenue en 2011. L’étude intitulée Les « amazones de la terreur » et sous-titrée « Sur la violence politique des femmes de la Fraction armée rouge à Action directe » repose sur « un corpus de trois mille articles tirés de six titres de la presse française entre 1970 et 1994 » (p. [213])1. La première difficulté qui apparaît dans ce signalement est le manque d’archives disponibles sur le sujet2 et le fait que la presse étudiée ne fait pas (assez) dans l’ouvrage l’objet d’une présentation critique nécessaire donnant ainsi l’impression que des articles de Libération, de L’Humanité, du Monde, de France-Soir, du Figaro ou de Paris Match, parus entre 1970 et 1994, sont à mettre sur un même plan. Hormis cette remarque préalable sur les sources, l’étude tente de briser un double tabou : celui des possibilités d’analyse de l’expérience révolutionnaire d’Action directe, sujet encore très sensible en France compte-tenu de son impact sur l’appareil d’État (p. 18-19) et, en second lieu, celui de mesurer l’espace attribué aux femmes dans cette lutte.

Sur le plan formel, l’étude est divisée six chapitres thématiques proposant un décryptage minutieux de la réception par la presse française de la violence révolutionnaire féminine. Chaque chapitre est divisé en trois ou quatre sous parties (sauf pour le chapitre 4 divisé en deux), ces sous-parties elles-mêmes divisées en paragraphes titrés en majuscules annonçant des points particuliers de l’étude. Cette structure très sériée impacte la lecture car on perd parfois le fil de l’argumentation principale signalée par les sous-titres en gras et en italiques et ouvrant sur des paragraphes aux intitulés différents. D’un autre côté, ce découpage permet de retrouver facilement tel ou tel point de la démonstration. Pour autant, l’étude se lit très bien et le vocabulaire conceptuel abstrait qui est souvent utilisé dans les études sur le discours est ici toujours accompagné d’une référence académique présente dans les notes de bas de page ou dans la bibliographie.

UlrikeMeinhof
Ulrike Meinhof (1934-1976)

En introduction, l’historienne pose le tableau de sa grille de lecture. Il s’agit de décrypter les différentes représentations et constructions proposées par la presse sous l’angle du genre « parce qu’il permet de penser, ensemble et de manière sexuée, la normativité et les mécanismes de régulation sociale, l’évolution des normes et leurs permanences à travers le temps, et donc les dissonances » (p. 15). Le défi est important et l’étude s’attaque à un quasi tabou : celui de « la terroriste », une construction sociale qui suscite dans la presse, au fil des chapitres, fascination, stigmatisation, répulsion, mythification, érotisation et, au final, beaucoup d’incompréhension.

La catégorie de la « femme terroriste », véritable « énigme sociale » (p. 15 et p. [175]) est analysée par l’auteure à l’appui de son corpus sous de nombreux aspects clés : place et rôle des femmes dans les organisations révolutionnaires, « exceptionnalité » de la femme armée, « vulnérabilité » de la compagne, stigmatisation des militantes, convocation de figures mythiques, relégation sociale du phénomène « genre et violence » replacé dans son contexte politico-social. Fanny Bugnon part de « l’indéniable constat de la présence de femmes dans les groupes révolutionnaires violents » (p. 20) du premier chapitre pour terminer sur la « redéfinition des identités de genre » dans le sixième et dernier chapitre.

RAF_fahndungsplakat
Avis de recherche des membres de la Fraction Armée Rouge / Groupe Baader-Meinhof © 1972 DR

Le chapitre 1 fait la démonstration de la « féminisation du terrorisme » à l’appui des avis de recherches de la police allemande contre les membres de la Fraction Armée Rouge (Rote Armee Fraktion, RAF) (p. 25) et de portraits thématisés des femmes actrices de l’organisation Action directe (pp. 35-43) ou encore à travers l’énumération de militantes simplement « mises en cause » (p. 28). Plus de quarante noms de femmes sont en effet cités dans ce long chapitre d’ouverture. Cette « féminisation » est raccrochée par la presse française à un « modèle allemand » plongeant ses racines dans un mal germanique non résolu depuis la Seconde guerre mondiale (pp. 43-53). Fanny Bugnon souligne avec justesse que « la difficulté à penser la violence politique féminine comme un phénomène proprement français est manifeste » (p. 53). Tout comme la République Fédérale d’Allemagne ne peut dissoudre la RAF dans une cause exogène (celle de la guerre du Viêt-Nam par exemple), la République française ne peut réduire Action directe à une influence étrangère ou à une opération d’envergure internationale.

Le chapitre 2 interroge avec beaucoup de sens ce que l’auteure appelle « la fabrique de l’exceptionnalité » « autour de la femme armée » (p. [55]). « Cette volonté de se saisir de la violence bouscule l’interdit anthropologique d’accès aux armes et redéfinit les déclinaisons de l’ordre des sexes » rappelle Fanny Bugnon (p. 61). L’apparition de la violence révolutionnaire légale est replacée dans l’histoire de la Révolution française puis l’auteure aborde l’avènement de la femme armée « symbole révolutionnaire sexué » pour terminer ce chapitre très intéressant par la catégorie « des femmes tueuses ». Les pages consacrées à la détermination des deux responsables de l’assassinat de Georges Besse (p. 67-80) sont particulièrement convaincantes illustrant le glissement de sens au fil de l’histoire de la « citoyenne en armes » à la criminelle endurcie.

RouillanMénigon
Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménigon © DR
Baader-Ensslin
Andreas Baader et Gudrun Ensslin lors du procès de 1968 © AP

Le chapitre 3 investit l’intimité des actrices/acteurs des organisations révolutionnaires. Les « duos » fragiles à la Bonnie & Clyde sont décortiqués par la presse dans le but de relativiser l’aura des « amoureuses » ou « des malgré nous » et leur rôle en tant qu’actrices authentiques d’un projet révolutionnaire. Cet espace dual masculin/féminin présente des femmes « sous la tutelle des hommes », à l’autonomie réduite (p. 82). La médiatisation de la violence révolutionnaire vue sous le prisme des normes sexuées habituelles « bute [ainsi] sur l’impensable et l’impensé des femmes violentes » (p. 82).

Le chapitre 4 renverse l’analyse. Les jeunes « suiveuses » du chapitre précédent deviennent les « têtes-pensantes » de l’action révolutionnaire et des « exterminatrices » froides et monstrueuses. Elles sont au premier plan de la théorie à la pratique. Elles portent ainsi une dangerosité décuplée par rapports aux hommes, elles sont impitoyables et doivent être même abattues en premier selon la police (p. 61, 78-79). Et Fanny Bugnon de conclure sur ces représentations partielles et partiales de la presse : « Résolument dépolitisé, le traitement dont elles font l’objet, qu’il passe par leur vie sentimentale, leur corps ou leur trajectoire militante, s’inscrit dans le registre d’une dangerosité proportionnelle à la dissonance qu’elles incarnent à l’égard des normes de genre » (p. 125).

Le chapitre 5 (le plus court de l’ouvrage) s’intéresse aux figures mythiques en proposant une lecture du phénomène à travers les grands mythes féminins. Les imaginaires de la furie, la sorcière, la pétroleuse, l’amazone ou de la pasionaria sont tour à tous mobilisés par l’auteure pour signifier ce « fantasme de la destruction au féminin » véhiculée par la presse. La figure mythique de l’Amazone (« un monde féminin à l’envers », p. 135) s’impose comme clé « permettant de penser l’impensable violence des femmes » (p. 133 et 135). Cette figure des amazones, femmes « libres et fortes », « femmes combattantes pour la révolution » devient dans les années 70 un « fait de société » mondial qui mine les démocraties mais s’inscrit aussi et surtout dans les luttes de libération nationale tiers-mondistes (ce qui demanderait à notre avis un approfondissement dans l’étude).

UlrikeMeinhof_prison
Ulrike Meinhof en prison © DR

Le chapitre 6, sans doute le chapitre le plus percutant de cet ouvrage, apporte une analyse fine du contexte politique et social de l’époque, indispensable pour comprendre les représentations décrites dans les chapitres précédents. En particulier, il retrace avec soin l’impact de mai 1968 sur la libération des mœurs, l’avènement de « l’érotico-gauchisme »3 ou encore le féminisme de la seconde vague. La dynamique d’émancipation de ces combattantes « est perçue comme synonyme d’un facteur de désordre » (p. 167) et « l’équation féminisme = terrorisme » est finalement avancée par les détracteurs de la cause des femmes (p. 169-170).

En conclusion, l’analyse faite par l’historienne dans un de ses précédents articles en ligne résume le propos : « En somme, on observe un double processus qui jalonne les discours médiatiques : soit on inscrit dans la catégorie “femmes” ces actrices de la violence politique, et on tend alors à relativiser leurs actes, soit leur action est actée et on tend à les considérer alors comme “hors nomenclature”. Dans ces deux cas, la tendance consiste à placer hors du politique celles qui ont pourtant choisi de s’engager, par conviction idéologique, dans la lutte armée » 4.

MilitantesDeLaRAF
Extrait d’affiche : Avis de recherche de militantes de la RAF © 1977 DR

De fait, retour à la case départ, « pour une femme, recevoir ou prendre le droit de faire usage de la violence demeure sujet à controverse » (p. 61). Le principal intérêt de l’ouvrage est de soulever, à partir de cette lecture genrée de l’avènement d’une violence armée féminine inédite inscrite dans les mouvements révolutionnaires ouest-européens des années 70 et 80, les contradictions intrinsèques aux normes du genre et leur interprétation/réception par les médias. L’étude est essentiellement une analyse du discours français sur les actions terroristes de femmes révolutionnaires et s’attèle à une déconstruction en règle des stéréotypes portés sur ces « femmes terroristes ». A travers de multiples portraits d’Ulrike Meinhof, de Gudrun Ensslin, de Nathalie Ménigon, de Joëlle Aubron ou de Frédérique Germain, rappelant leurs écrits, leurs actions, leurs attitudes au procès, leur façon d’être (corps, sourires, gestuelle), les oppositions qui les caractérisent (descriptions physiques et psychologiques à travers le prisme des chroniqueurs), Fanny Bugnon offre une dimension posopographique à son étude sans jamais en tirer de grandes conclusions définitives. Les représentations sexuées et parfois inversées sont exposées pour nous faire réfléchir et même douter sur nos multiples représentations sociales de la femme.

NathalieMenigon
Portrait de Nathalie Ménigon accompagné du sigle politique d’Action directe © 2014 DR

Parsemée d’extraits d’articles tirés de titres de la presse française d’inspiration politique différente, la démonstration peut parfois se révéler ambiguë ou périlleuse dans l’interprétation de ce qui est avancé par les auteur.e.s des articles qui ne sont quasiment jamais identifiés (sauf Francis Puyalte [Le Figaro], p. 64, Françoise Héritier [Le Monde] et Ménie Grégoire en p. 171-172). Or, derrière les étiquettes des six titres de la presse convoqués se cachent des journalistes (hommes ou femmes ?), parfois des polémistes, que le travail de l’historienne aurait dû faire surgir ou du moins informer la/le lectrice/lecteur de l’absence de signature si tel est le cas. La principale faiblesse de l’ouvrage, selon moi, réside dans ce que l’historienne souligne paradoxalement dans sa conclusion : « l’absence de la parole des actrices de cette histoire ». Elle le démontre parfaitement au fil de son texte, cette absence est le « point commun » des discours véhiculés par la presse. Les actrices ne méritent pas d’être entendues : « leur sexe joue comme un écran, un indépassable obstacle qui rend inaudible ce qu’elles affirment lorsque cela n’est pas conforme aux normes de genre » (p. [175]-176). La presse française sélectionnée par l’auteure répond à quelques-unes de ces questions avec des biais politiques, à l’appui d’analyses psychiatriques succinctes ou de représentations sexuées convenues mais y répond insuffisamment car elle reste prisonnière d’une normativité de genre pesante.

Pourquoi alors ne pas avoir fait dialoguer (dans un chapitre supplémentaire) sur ces sujets les principales intéressées à partir de leurs écrits, de leurs entretiens ou des archives militantes disponibles ? Comment se positionnaient ces jeunes femmes révolutionnaires par rapport à leur propre histoire familiale, que contenaient leurs projets politiques sur la « question des femmes » ? Qu’elle était leur vision de l’homme et de la société, quels étaient leur rapport initial à la violence ? Quid du passage à l’acte de tuer ? Une sociogenèse de leur parcours apporterait-elle plus de sens ? Comment concevait-elle leur propre évolution politique ?5. Les textes d’Ulrike Meinhof et sa vision de la revue Konkret (p. 111-114, p. 149-150) sont certes rappelés mais on aimerait en savoir plus sur leurs motivations personnelles.

FusakoShigenobu
Portrait de Fusako Shigenobu, co-fondatrice de l’Armée Rouge Japonaise © DR

D’autres « femmes terroristes » pouvaient également figurer dans l’analyse de l’auteure : par exemple Fusako Shigenobu, dite la « reine rouge » de l’Armée rouge japonaise officiant au Liban ou Yoko Nagata, co-dirigeante avec Tsuneo Mori de l’Armée rouge unifiée6 et certaines figures féminines des guérillas de libération nationale des années 70 (sud-américaines, vietnamiennes, palestiniennes) moins connues en France mais impliquées dans ce terrorisme transnational aux répercutions internationales. La « femme kamikaze » est-elle d’ailleurs un contre-exemple aux yeux de la presse ? Bien entendu, cela obligeait à mobiliser des sources journalistes ou académiques supplémentaires et à sortir du cadre franco-allemand7.

FrauenUndGewalt
Couverture de Der Spiegel (33/1977) intitulé “Femmes et violence” avec le portrait de Suzanne Albrecht © 1977

L’étude se termine sur une « brève chronologie » (p. [179]-193) très utile et suffisamment détaillée déclinant sur plus de quarante ans (1970-2011) les actions et les destins des révolutionnaires ouest-européens. Les nombreuses références sont divisées en deux groupes : les sources (p. [213]-216) et la bibliographie générale de plus de 140 références (p. [217]-228). Curieusement une source n’est pas mentionnée en bibliographie : deux recueils de la collection « Nuits Câlines » sur « L’Automne allemand 77 » (n° 5, 1988) et sur « Action Directe Première époque » (n° 8, 1989), regroupant pour chaque volume quelques 500 pages d’articles de presse. Cela n’a évidemment aucune incidence sur les précieuses sources rappelées plus haut. Un index aurait cependant été des plus utiles car des dizaines de noms apparaissent dans l’ouvrage. De même, le texte faisant souvent référence à une multitude d’images, un cahier photographique central aurait été bienvenu.

Ces diverses remarques générales n’enlèvent rien à l’originalité de cette étude qui interroge avec succès cette nouvelle catégorie médiatique de la « femme terroriste » qui apparaît dans les années 70 dans la presse française. Comme le stipule le texte en dos de couverture, « ce livre pionnier » « propose une réflexion de fond sur [un] sujet encore tabou ». Il ouvre la voie pour interroger cette fameuse catégorie médiatique dans le contexte du terrorisme islamiste et messianique des nouvelles converties d’aujourd’hui (soit à une religion soit à une pratique). Ce livre est aussi et surtout un travail de réflexion nécessaire sur l’histoire politique et sociale de nos propres « années de plomb » et peut-être sur celles que nous allons ou sommes déjà en train de vivre. Plus généralement, il invite à nous interroger sur la construction de toute nouvelle catégorie faisant appel au genre.

FG, 02/01/2016

Réf. : Bugnon, Fanny, Les “amazones de la terreur”. Sur la violence politique des femmes de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Éditions Payot & Rivages, Bibliothèque historique Payot, 2015, 234 p.

Bazooka_AffaireAllemande_Libération
Couverture de l’édition spéciale de Libération consacrée au terrorisme allemand, graphisme de Bazooka © 1977 Libération

Liste des 56 activistes et militantes révolutionnaires citées dans l’ouvrage.

Nom, Prénom Dates Affiliation ou assimilé
Pages
Albrecht, Suzanne  1951- RAF 33, 155, 189
Arago-Eltur, Maria ass. AD 25
Argano, Gloria ass. AD 25, 65, 89
Asdonck, Brigitte  1947- RAF 25, 180
Aubron, Joëlle 1959-2006 AD 11, 12, 28, 39, 40-41, 51, 66-67, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 85, 86, 116-118, 121-122, 128, 131, 133, 136, 139, 146, 152-153, 154, 157-158, 160, 164, 185-186, 188, 190, 191, 192
Barabass, Ingrid  1949- ass. RAF 49
Barz, Ingeborg  1948- RAF 25
Baudrillart, Dominique ass. AD 25
Becker, Verena  1952- ass. M2J 32, 34, 183
Benoit, Annelyse ass. AD 25, 85, 86, 146, 180, 187
Berberich, Monika  1942- RAF 25, 35
Bess, Hellyette 1930- AD 28, 41-43, 85, 87, 124, 164, 186, 187
Cagol, Mara [Margherita]  1945-1975 BR 189
Courtin, Suzanne ass. AD 25
Crépet, Joëlle AD Lyon 185
Dümlein, Christine  1949- RAF 189
Ensslin, Gudrun 1940-1977 RAF 25, 31, 34-35, 45, 46, 51, 99-100, 106, 108-111, 151, 152, 163-164, 180, 181, 182, 183, 184
Germain, Frédérique AD 25, 86, 87-93, 94, 95, 97, 187, 190
Girotto, Olga AD 25, 36-37, 38, 180
Goergens, Irene  1951- RAF 25
Grosbonnet, Françoise ass. AD 25
Hammerschmidt, Katharina  1943-1975 RAF 25
Hearst, Patty  1954- SLA 65, 66
Hofmann, Sieglinde  1945- ass. RAF 49
Hogefeld, Birgit  1956- RAF 25, 192
Jacques [Abadi], Paula 1949- AD 25, 85, 86, 87, 93-97
Kamp, Karin ass. RAF 49
Keser, Rose-Marie RAF 25
Krabbe, Hanna  1945- RAF 33, 35, 183
Kröcher-Tiedemann, Gabriele  1951-1995 M2J 32
Leclerc, Nicole ass. AD 25
Luther, Angela  1940- M2J 32
Magg, Karola ass. RAF 49
Maier-Witt, Silke  1950- RAF 33, 34, 189
Meinhof, Ulrike 1934-1976 RAF 23, 25, 30, 31, 45, 46, 51, 99, 102, 106, 107-108, 109, 110, 111-113, 135, 137-138, 149-150, 163, 164, 169, 179, 180, 181, 182
Ménigon, Nathalie 1957- AD 12, 28, 37-40, 41, 50, 51, 62-64, 66-67, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 85, 86, 89, 100, 101-103, 116-118, 122-124, 128, 129-130, 131, 133, 136, 139-141, 157-158, 159, 164, 170-171, 185, 188, 190, 191, 192
Mohnhaupt, Brigitte 1949- RAF 25, 31, 34, 181
Möller, Irmgard 1947- RAF 25, 31, 35, 46, 181, 183, 184
Moulin, Martine ass. AD 25
Munoz, Mireille ass. AD 25
Nicolaï, Régina ass. RAF 49
Plambeck, Suzanne  1952-1980 RAF 34
Poensgen, Eleonore-Maria  1954- RAF 34
Poirée, Dominique ass. AD 25, 85, 86, 187
Rollnick, Gabriele  1950- M2J 34
Schelm, Petra 1950-1971 RAF 25, 180
Schiller, Margrit  1948- RAF 25
Schubert, Ingrid 1944-1977 RAF 25, 35, 180, 184
Schul, Adelheid-Barbara  1955- RAF 34
Siepmann, Ingrid  1944- ass. M2J 32
Speitel, Angelika 1952- RAF 34
Stachowiak, Ise  1954- RAF 25
Sternebeck, Sigrid  1949- RAF 34, 189
Viett, Inge  1944- RAF 25, 189
Voisine, Marie-Claire ass. AD 25
Von Dyck, Elisabeth 1951-1978 RAF 33, 188

Notes

  1. Le titre de la thèse est plus explicite : « La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994) » []
  2. Outre le choix volontaire de travailler sur la presse, rien n’est dit sur les difficultés d’appréhender un tel sujet : impossibilité d’accès aux pièces judiciaires, aux archives policières, difficulté pour les membres d’Action directe de s’exprimer sur leur parcours révolutionnaire, détachement nécessaire… []
  3. Sujet de prédilection des films des réalisateurs japonais Nagisa Oshima ou Koji Wakamatsu tournés dans les années 60 et 70 dans lesquels l’image de la femme est souvent controversée []
  4. Cf. Fanny Bugnon, « Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d’Action directe et les médias ». Liens : http://www.sens-public.org/article683.html ; voir aussi sur la page Infokiosques : https://infokiosques.net/spip.php?article735 []
  5. Pour des réponses à quelques-unes de ces questions voir au sujet de la RAF le long-métrage de Jean-Gabriel Périot, Une jeunesse allemande (2015), basé sur des archives visuelles produites par des membres de l’organisation et juxtaposées avec celles des médias allemands []
  6. Sur ce sujet voir l’étude de Michaël Prazan, Les Fanatiques. Histoire de l’Armée rouge japonaise, Paris, Seuil, L’Épreuve des faits, 2002 []
  7. Voir par exemple : Luisella de Cataldo Neuburger & Tiziana Valentini, Women and terrorism, Palgrave Macmillan, 1996 ; Paige Whaley Eager, From Freedom Fighters to Terrorists: Women and Political Violence, Ashgate Publishing, 2008 ; Kim Cragin & Sara A. Daly, Women as terrorists: Mothers, recruiters, and martyrs, Praeger Security International, ABC Clio, 2009 ; sur l’Armée rouge japonaise : William Regis Farrell, Blood and Rage: The Story of the Japanese Red Army, Lexington Books, 1990 []

Des Vietnamiennes dans la guerre civile – CR de lecture par Pierre Brocheux

A lire dans la revue en ligne Clio Femmes, Genre, Histoire : 41 | 2015 : Le « socialisme réel » à l’épreuve du genre.

François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975

Paris, Les Indes savantes, 2014, 241 p.

Pierre Brocheux

Référence(s) :

François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014, 241 p.

Ce livre révisionniste (sans connotation péjorative) s’inscrit dans la littérature historienne nous parlant des guerres qui ont ensanglanté le Viêt-nam pendant trente ans (1945-1975). L’intention première de son auteur est de rompre avec une historiographie dominante, héroïsante et partisane qui donne le beau rôle au Nord Viêt-nam qui faisait une « guerre juste » contre l’impérialisme étranger « et ses valets sud vietnamiens », pour accomplir un noble dessein, celui de la libération puis celui de la réunification. L’auteur postule qu’il s’agit d’une guerre civile et veut faire reconnaître le rôle et le sacrifice des femmes dans un conflit jusqu’ici présenté comme une affaire d’hommes. Par conséquent, François Guillemot affiche clairement son approche ‘genrée’ du sujet, autrement dit les rapports des femmes à la guerre, au pouvoir et aux normes sociales.

Il situe également sa démarche dans le courant historiographique illustré par les ouvrages de G. Mosse et S. Audoin-Rouzeau sur les conflits armés européens et, en particulier, de C. Goscha sur la guerre franco-vietnamienne de 1945 à 1954 (A. Colin, 2011). Il s’attache à la dimension humaine, collective et individuelle, masculine et féminine en donnant le primat aux traumatismes infligés aux corps et aux esprits. F. Guillemot a donc mis au centre de son exposé la « brutalisation » dont les femmes vietnamiennes ont été victimes.

Lire la suite : Clio Femmes, Genre, Histoire.

Référence papier

Pierre Brocheux, « François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 305-308.

Référence électronique

Pierre Brocheux, « François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre. 1945-1975 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2015. URL : http://clio.revues.org/12586

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile – 3 CR de lecture

Nous signalons trois compte-rendus de lecture de cet ouvrage parus sur le blog académique “L’Asie de l’Est et du Sud-Est entre conquêtes et émancipations” du Département d’histoire (Université Lumière-Lyon 2) dédié à un enseignement de Christian Henriot, historien de la Chine contemporaine (histoire sociale et urbaine).

Couv.Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile - small

 

 

Le Ly Hayslip: Entre le ciel et la terre – CR de lecture par Marie-Astrid Gillier

                                                             « Que je sois encore violée ou pas ; que je sois peut-être arrêtée à nouveau par les Vietcongs, ou par les gouvernementaux, en quoi cela avait-il quelque importance ? Les balles de l’un économiseraient celles de l’autre. Dans cette terrible, interminable et STUPIDE guerre, les deux camps avaient enfin trouvé l’ennemi idéal : une paysanne terrifiée qui consentirait éternellement à être leur victime, comme tous les autres paysans vietnamiens depuis la création jusqu’à la fin des temps. Je me promis qu’à partir de maintenant je me laisserais emporter par le courant le plus fort et le vent le plus violent, sans jamais résister. Pour résister, il faut croire à quelque chose. »

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Éditions du Seuil, 1993, p. 101.

LeLyHayslip_EntreLeCiel&LaTerreEntre le ciel et la terre est le premier des deux tomes des mémoires de Le Ly Hayslip. Dans ce récit saisissant, l’auteur raconte son enfance dans le village de Ky La, à quelques kilomètres au sud du 17e parallèle, puis ses errances dans les villes de Saigon et Da Nang jusqu’à son mariage avec le soldat américain Ed Munro et son départ pour les États-Unis en 1970. Témoin du départ des Français, de l’arrivée des Américains et des luttes fratricides entre le Vietcong[1] et les troupes républicaines, elle nous livre une vision interne du déroulement de ces événements tragiques et de leur impact sur les populations du Centre Viêt Nam. Prises en tenaille entre les deux camps aux heures les plus violentes de la guerre civile, elles ont été plus durement touchées. Le témoignage de Le Ly vient donc combler le silence qui entoure l’histoire des populations les moins audibles : les femmes, les paysans, les Vietnamiens originaires des régions centrales.

Cet ouvrage est intéressant à un autre égard. Sa structure originale, qui mêle deux chronologies, nous invite à porter un regard particulier sur le Viêt Nam des années 1980 à la lumière du conflit. Chaque chapitre est ainsi composé de deux récits : celui de l’enfance de Le Ly, et celui de son retour au Viêt Nam en 1986, à l’occasion d’un voyage qu’elle entreprend pour renouer avec sa famille et ses racines.

* * *

L’épreuve de la guerre au féminin

La guerre du Vietnam, en tant que conflit intra-étatique, a été particulièrement cruelle à l’égard des populations civiles. Une contribution de l’ouvrage à l’historiographie du conflit est de mettre en lumière les violences particulières subies par les femmes.

  • Les responsabilités liées à la survie de la famille

Le premier type de violence subies par les femmes résulte des responsabilités vitales qui leurs incombent dans le cercle familial en dépit du manque de moyen. On peut la rapprocher des violences que le chercheur Hugo Slim qualifie d’ « indirectes, par opposition aux massacres et aux exactions »[2], tout en soulignant qu’elles provoquent des souffrances et répercutions très concrètes dans la vie de ces personnes. Dans la famille Phung, en l’absence des fils partis combattre pour le Vietcong, les femmes célibataires portent la responsabilité tout à la fois de prendre soin des plus faibles, de subvenir à leurs besoins économiques, ainsi que de surveiller la terre familiale. Ces tâches sont assurées successivement par les femmes célibataires du foyer : Le Ly elle-même, et ses grandes sœurs Lan et Hai selon celle qui dispose du plus (ou du moins peu) de ressources. Ainsi, Le Ly se réfugie chez Lan lorsqu’elle est enceinte et chassée par son employeur tandis que, plus tard, c’est elle qui subvient aux besoins de son fils et de sa mère en travaillant sur les marchés noirs. Après la mort du père, Hai, devenue veuve, revient à son tour au village pour s’occuper de la terre familiale et de sa mère.

Dans un contexte contraint par le manque de moyen et les dangers multiples véhiculés par la guerre, ces responsabilités engendrent des souffrances perceptibles tout au long du livre. Dans une crise de colère liée au désespoir, Lan met ainsi à la porte sa jeune sœur enceinte et sans ressource (p. 182). Le Ly, qui vient de refuser l’hospitalité à un MP américain venu rendre visite à Lan, met en danger la stratégie de survie de sa sœur fondée sur la fréquentation des soldats américains.

Ces responsabilités ne sont pas accompagnées de reconnaissance, contrairement aux injonctions faites aux hommes de rejoindre la lutte dans les rangs du Vietcong : l’aîné Bon Ghe obtient ainsi un poste de fonctionnaire au sein du gouvernement central après 1975. Ce manque de reconnaissance résulte d’une dévalorisation des activités féminines présentées comme passives : alors qu’enfant Le Ly évoque son désir de devenir soldat, son père lui répond : « Le devoir d’une femme vaillante est de rester en vie pour veiller sur tout et protéger le village. Tu trouveras un mari et tu auras des enfants à qui tu raconteras l’histoire de tout ce que tu as vu » (p. 32). Dans son livre, Le Ly ne raconte pas seulement ce qu’elle a vu mais également les risques qu’elle a pris et les efforts qu’elle a fournis pour protéger sa mère et son fils. Plus tard, elle affirme d’ailleurs que « donner la vie, la développer et la défendre [requiert] la force d’un soldat » (p. 72).

  • Les violences sexuelles

Le récit montre aussi que les femmes sont très communément exposées à des violences physiques. En tant que femmes, elles doivent faire face à un risque de viol quasi-perpétuel.

Le Ly, elle-même, subit deux viols successifs. Ce passage est sans conteste le plus poignant du livre : la typographie change et c’est en majuscule que Le Ly écrit « J’AVAIS ETE VIOLEE » (p. 97). En dépit des tortures qu’elle a subies, des situations désespérées où elle s’est trouvée à errer dans la rue sans ressources, Le Ly n’évoque jamais le souhait de mourir. A l’exception de ce récit, où, à quatre reprises, elle affirme « désirer ardemment la balle du fusil de Loi » (p. 98).

Le viol apparait dans toute sa cruauté : il constitue une violence physique d’intensité rare, mais aussi une violence symbolique et sociale. « Tout ma vie était maintenant alourdie par le temps, celui que je ne passerais pas avec un mari car j’avais été souillée » pense Le Ly (p. 98). Le viol annonce sa mort sociale, elle sait désormais qu’elle n’accèdera jamais à la place qui est pressentie aux femmes dans sa société. Cette fois-ci, comme pour les tentatives de viol qu’elle subit par la suite, elle tait sa douleur : la culpabilité de ses agresseurs rejaillit sur elle et elle ne se sent plus digne d’appartenir à cette société.

En dépit de l’intensité particulière de cette violence, le viol apparait comme un événement banal pour les femmes vietnamiennes. Les quatre agressions sexuelles que Le Ly relate par la suite proviennent d’horizons divers : de soldats comme de populations civiles, et interviennent dans les espaces publics comme dans le cadre privé. Ils sont le fait de son employeur lorsqu’elle qu’elle travaille comme servante dans une maison (p. 109), d’un ancien voisin chez qui Le Ly et sa mère passent la nuit (p. 120), d’une bande de jeunes, croisés dans les rues de Saigon (p. 178), et d’un officier du Bureau de placement américain (p. 315).

Bien que non toléré par le Vietcong, le viol de Le Ly est présenté par ses deux assaillants comme une punition qui a pleinement sa place dans la guerre : « Saloperie de traître », l’insultent-ils. Il est donc une arme de guerre, au même titre que la sentence de mort qu’il vient remplacer. Comme l’a souligné l’historien François Guillemot, l’utilisation de ce type d’arme proprement sexuée montre que la guerre du Vietnam a aussi été « une guerre contre les femmes »[3].

  • L’errance et la fuite

Une troisième source de souffrance pour Le Ly, récurrente tout au long du livre, réside dans les déplacements successifs auxquels elle est contrainte. Selon Hugo Slim, « la perte de contrôle de son espace traditionnel et de ses habitudes de mouvements est un élément majeur de l’expérience vécue par les civils dans les conflits, et une importante source de souffrance ». Les migrations successives que doit subir Le Ly sont souvent liées à son statut de femme et s’accompagnent d’un déclassement, c’est-à-dire à la fois d’un appauvrissement et d’une perte en reconnaissance sociale.

Le départ de Ky La, qui suit sa condamnation à mort et son viol, constitue une rupture majeure dans la trajectoire de Le Ly. Dans son village, elle était insérée dans une communauté : au sein de sa famille, de son école, et même au sein des combattants du Vietcong qui l’avaient engagée pour donner l’alerte en cas d’attaque républicaine. Obligée de fuir, elle est réduite au statut de migrante à Saigon. Elle trouve une place dans le travail domestique, moins rémunérateur et qui pourvoit moins de reconnaissance que le travail paysan.

Alors que sa vie a tout juste retrouvé une certaine stabilité, l’enfant qu’elle porte de son employeur la contraint à un nouveau départ quand la maîtresse de maison la chasse. La mère de Le Ly sait que ce nouveau départ correspond à une nouvelle étape dans la précarisation du mode de vie de sa fille. Elle propose durement d’en faire « une seconde épouse, une concubine pour le maître et une esclave » pour sa femme (p. 141), sans considérer les larmes de honte de Le Ly. Cette dernière est finalement contrainte de partir, mais perd une nouvelle fois sa dignité et la stabilité précaire dont elle jouissait pour vivre du marché noir dans les rues de Da Nang.

Femme dans une guerre masculine, paysanne en ville, la vie de Le Ly s’organise exclusivement autour de « stratégies de survie »[4]. Elle sait qu’elle n’a rien à espérer de sa vie au Viêt Nam et organise alors sa fuite ultime : son départ pour les États-Unis. Si cette fuite-là est prévue et délibérée, elle n’en est pas pour autant gratuite. Alors que jusqu’ici Le Ly avait toujours refusé de vendre son corps pour assurer sa survie et celles de ses proches, elle repousse ses limites le jour où on lui propose quatre cent dollars : de quoi « graisser des pattes pour un évasion payante » (p. 266). Une nouvelle fois, le sacrifice qu’elle s’impose est de nature physique aussi bien que symbolique et sociale : « Je m’efforçais de faire abstraction de tout ce que j’avais appris de ma famille : honneur, respect de soi-même, maladies vénériennes, grossesse, viol, faire l’amour par amour… » (p. 266). La force de Le Ly est ainsi de savoir toujours réagir face aux violences qui l’accablent : elle est victime de la guerre mais sujet de sa propre histoire.

EntreCielEtTerre
Entre ciel et terre, image du film d’Oliver Stone © DR

« Les balles de l’un économiseraient celles de l’autre »

Parce que Le Ly a été victime de la barbarie des deux camps, elle se trouve dans une position particulièrement adaptée pour dénoncer leurs exactions sans arrière-pensée idéologique.

  • L’usage de la torture chez les Républicains

Le Ly est arrêtée à trois reprises par les Républicains. Elle subit différentes formes de torture dans la prison de Don Tri Tran, proche de son village. Ses tortures sont appliquées comme techniques d’interrogatoires douteuses : elle est trainée par les cheveux et battue (p. 50), et comme technique d’usure lorsqu’elle est enfermée dans une cage « trop petite pour s’y tenir debout ou s’étendre » (p. 51). A la prison redoutée de My Thi, ses interrogatoires sont conduits avec des électrochocs (p. 85). A des fins d’usure, elle est attachée à un poteau avec d’autres une journée entière, les jambes enduites de miel que viennent manger des fourmis venimeuses (p. 88). L’intensité des tortures varie donc en fonction des installations disponibles dans chaque prison, tandis que la procédure change peu, ce qui témoigne de l’usage répandu de ces méthodes. Cette induction est validée par l’historien Christopher E. Goscha, selon qui « l’usage de la torture au Sud Vietnam est devenue une pratique commune en 1949 »[5], l’année de la naissance de Le Ly. Pour autant, il n’existe pas, selon lui, de preuves permettant de dénoncer un recours systématique à de telles pratiques.

D’autres fois, ces tortures sont simplement gratuites. Le Ly se souvient ainsi d’avoir été à la prison pour y chercher sa sœur restée introuvable, une après-midi de son enfance. Elle y voit une femme attachée par les pieds et dont la tête est plongée à intervalle régulier dans un sceau d’eau savonneuse sans qu’on lui pose aucune question, « sans qu’on puisse savoir si c’était pour [ses interrogateurs] un jeu, un amusement ou une punition » (p. 167).

  • Les exécutions sommaires du Vietcong

Alors qu’elle est d’abord enthousiasmée par les discours des militants Vietcong au village, au point d’affirmer un jour à ses parents son « engagement comme ‘cadre politique’ » (p. 42), la brutalité dont elle est victime et témoin la conduit à revoir sa position.

Elle dénonce en particulier la terreur qui règne dans le village après les exécutions aléatoires de paysans : « Ils rassemblaient les villageois pour des procès factices avec des tribunaux d’exception qui condamnaient les accusés et les faisaient exécuter aussitôt. Tout le monde savait que ces prétendus procès étaient en fait des avertissements pour s’assurer que nous ferions ce qu’on nous ordonnerait » se souvient-elle (p. 71). Plusieurs voisins sont ainsi exécutés sous ses yeux pour des faits de collaboration ou espionnage pour le compte de l’ennemi. Quelques années plus tard, Le Ly est elle-même condamnée à mort sous les acclamations craintives de ses voisins sans même que son identité ne leur soit dévoilée (p. 93). De même, sa mère est condamnée à mort avec quatre autres femmes pour avoir failli à prévenir deux soldats vietcongs qui venaient dans le village de la présence de Républicains (p. 114). Cette fois encore, l’expérience de Le Ly ne relève pas de l’exception : François Guillemot relate d’autres exécutions de ce type[6], qui permettent de susciter la peur de la population quand l’adhésion n’est pas garantie.

C’est surtout le viol de Le Ly par les deux insurgés chargés de l’éliminer qui éradique le reste d’admiration qu’elle avait ressenti pour le Vietcong. Les idéaux nationalistes qui l’avaient fait vibrer n’ont plus de sens devant l’horreur des faits réels, comme le dit François Guillemot « l’équation pureté révolutionnaire/pureté sexuelle s’effondre »[7] et Le Ly se résigne à ne compter plus que sur elle-même.

  • Une situation de double contrainte

La population de Ky La, par sa position géographique centrale au Viêt Nam, est particulièrement vulnérable à cette violence multilatérale. Le Ly montre le dilemme imposé à la population de son village : d’une part, il lui est impossible d’éviter tout lien avec l’un des deux camps, d’autre part, des liens répétés avec un côté apparaissent nécessairement suspicieux aux yeux de l’autre. Cela tient du fait que les « gens ordinaires sont rarement totalement innocent en tant de guerre » car leurs contacts avec les deux parties qui s’affrontent pèsent toujours d’une manière ou d’une autre dans la balance des forces en opposition, comme l’a montré Hugo Slim[8].

Prouver sa bonne foi à l’égard d’un camp est d’autant plus difficile que la population est soumise de manière répétée à des injonctions contradictoires. Ils sont particulièrement visibles dans les recommandations qui sont faites aux enfants : à l’instituteur qui les interroge sur leur réaction s’ils voient des Vietcongs, ils répondent « nous le livrerons aux soldats » (p. 33) ; quelques pages plus loin pourtant, le drapeau vietcong est hissé sur le mât de l’école et un officier leur ordonne « prenez tous ces poteaux et allez les cacher ailleurs pour que les Républicains ne les trouvent pas » (p. 36). Dans le contexte où la population est prise à partie, la qualité de paysan, de civil, ne suffit donc pas à faire valoir un statut de victime. C’est donc sur son âge que la mère de Le Ly lui conseille d’organiser sa défense : « Fais comme si tu ne savais rien parce que tu es trop jeune et trop bête », et surtout : « C’est valable pour les deux camps » (p. 50).

La sphère de socialisation d’une personne civile suffit à lui faire porter l’étiquette de membre d’un des deux camps. Pour le Vietcong, tout lien avec des personnalités officielles républicaines peut donner lieu à une sentence de mort sous le chef d’accusations « d’espionnage pour le compte de l’ennemi » (p. 71). A l’inverse, ce sont ses liens avec le Vietcong qui sauvent la mère de Le Ly : « Cette femme a actuellement six neveux et deux gendres en train de combattre l’ennemi. […] Comment osez-vous l’accuser de trahison ? » (p. 114). Cet étiquetage prématuré existe des deux côtés. Les soldats qui interrogent Le Ly en prison tentent eux-aussi d’identifier son milieu de socialisation pour déterminer sa culpabilité : ils lui chantent « Nous sommes heureux et radieux/ Au Vietnam jouons et dansons/ Et chantons tous à l’unissons/ car l’Oncle Hô nous rend heureux » et évaluent sa réaction (p. 53). Le Ly a compris cette stratégie et s’empresse de changer le dernier vers avec le nom de Ngô Dinh Diêm [Président de la Première République au Sud], ce qui lui vaut d’être épargnée pour cette fois.

L’expérience de Le Ly illustre parfaitement la voie sans issue qui guette les paysans de Ky La. Torturée pendant trois jours en prison par les Républicains sans divulguer d’informations, elle est mise à mort par le Vietcong car sa libération rapide est suspicieuse. Le simple fait d’avoir corrompu l’ennemi pour organiser son évasion la rend coupable.

Un regard sur le Vietnam des années 1980 à la lumière du passé

Le récit du voyage de Le Ly, entrecoupé de souvenirs d’enfance, nous permet enfin d’identifier quelques conséquences à long terme que la guerre civile a fait peser sur la société vietnamienne, notamment dans l’articulation délicate entre mémoire et reconstruction.

  • La mémoire familiale du conflit

Les ressentiments qui subsistent entre les anciens partisans de chaque camp pèsent sur la famille de Le Ly. Sa sœur Ba, mariée au policier républicain Chin, est tenue à distance et constitue un objet de rancune pour son frère Bon Ghe, fonctionnaire du nouveau régime. Le Ly sait que cette dispute remonte à leur passé douloureux : elle dit à propos de sa sœur, « plus elle parle, et plus je me prends compte que son différend avec notre mère et avec Bon Ghe est plus profond qu’une simple histoire de vol de colis d’Amérique » (p. 349). Ces différends sont suffisamment profonds pour prendre le dessus sur les valeurs bouddhistes qui prônent l’unité de la famille : à travers les conflits de mémoire, la représentation des rôles de chacun par rapport aux autres est en jeu. La mémoire du conflit est ainsi au cœur de la crise du lien familial matérialisée par l’exclusion de Ba.

LeLy2
Le Ly et sa famille aux Etats-Unis @ The Face of the Enemy

Dans le discours de celle-ci, des revendications apparaissent contre la mémoire partiale des vainqueurs. Elle cherche ainsi à faire reconnaître un statut de victime que l’issue de la guerre lui a refusé : « Chin était alors toujours au camp, et, comme j’étais mariée à un Républicain, je n’ai reçu aucune aide de l’État » (p. 350). De son côté, son frère, qui incarne l’autorité officielle, adhère pleinement à l’idéologie binaire des vainqueurs contre les vaincus, et l’accuse clairement d’avoir choisi le mauvais camp : « “Ba a commis sa première faute quand elle a oublié quel oiseleur veille le mieux sur ses poulets. ” Il fait allusion au divorce de Ba avec son premier mari parti pour le Nord. » (p. 351). Dix ans après le conflit, les blessures restent vives et la réconciliation n’est pas encore à l’ordre du jour.

Pourtant, dernière étape du travail de mémoire selon le philosophe Paul Ricoeur[9], un travail collectif d’oubli semble faire son chemin dans la famille Phung. Il s’agit explicitement pour la mère de Le Ly de parvenir au pardon : « Qu’est-ce que j’enseigne à Ba ? La rancune ! J’ai décidé que non, ça ne pouvait pas aller. […] Ta famille est de nouveau réunie » (p. 348). Le pardon permet ainsi la reconstruction du lien familial : la réintégration de Ba est lente et douloureuse mais l’oubli collectif permet progressivement de déplacer le regard du passé vers le futur.

  • La difficile reconstruction de la société

Si la famille de Le Ly peine à sortir du conflit, c’est que la société dans laquelle elle évolue n’est elle-même pas encore parvenue à une pacification totale. Pour une certaine part de la population, notamment pour le gouvernement, la distinction ennemi / allié opère toujours. Bon Ghe, qui porte la parole officielle, se méfie ainsi de sa sœur parce qu’elle appartient à « l’autre monde » : « il ne faut pas oublier que Bay Ly est une capitaliste. Moi je suis un communiste » rappelle-t-il (p. 174). Ces lignes de fractures empêchent la société d’aller de l’avant, comme le souligne encore Bon Ghe plus tard « la guerre continue pour nous. La confiance n’est pas un bouton qu’on allume et qu’on éteint » (p. 239). Pourtant, la sortie de la pauvreté exige d’abolir cette distinction. Les deux fonctionnaires que rencontrent Le Ly l’ont bien compris : « nous avons besoin d’être acceptés à nouveau au sein de la communauté des nations, pour avoir des partenaires commerciaux, des touristes, de la monnaie étrangère » (p. 277). Ainsi, la guerre se fait ainsi toujours sentir au Viêt Nam, à travers la pauvreté dont elle est responsable et que la société peine à faire disparaitre.

Les conflits de mémoire dans la famille de Le Ly et leurs conséquences sur les relations familiales semblent produire des effets analogues à l’échelle de la société : de même que la famille de Le Ly cherche à renouer les liens familiaux distendus par les lignes de fractures établies par la guerre, la reconstruction de la société exige de recréer le lien social détruit par les rivalités héritées de la guerre. Ainsi, à mesure que la guerre avance, l’insécurité permanente contribue à distendre les solidarités paysannes et les relations sociales de Le Ly avec ses voisins se chargent de suspicion : « nous prenions soin de ne pas parler à quelqu’un de suspect et de ne pas aller au mauvais endroit au mauvais moment », dit Le Ly, par crainte des « accusations erronées de voisins jaloux » (p. 72). Or, la structure du livre fait apparaitre de troublantes similitudes entre les deux périodes sur ce point. Dix ans plus tard, la guerre continue de définir la nature des relations sociales, qui sont toujours marquées par la méfiance réciproque : la famille de Le Ly ne veut pas exposer la venue de cette « capitaliste » car elle a « peur du mouchard communiste aussi bien que de [ses] voisins » (p. 223).

Pour autant, cette fois encore, la situation décrite par Le Ly n’est pas univoque. Le long chapitre dédié à sa rencontre avec deux fonctionnaires désireux d’entendre son point de vue semble indiquer que des initiatives positives de reconstruction se mettent en place. L’attitude de ces deux personnages officiels contraste avec celle de Bon Ghe : alors que ce dernier mettait en valeur les continuités depuis la guerre, eux martèlent « LA GUERRE EST FINIE » (p. 278). Ils soulignent eux-aussi l’importance de la mémoire collective du conflit de l’oubli comme préalable à la reconstruction : « la guerre continuera sans répit tant que ceux qui en ont souffert des deux côtés n’oublieront pas leur douleur ». Par cette assertion, ils balaient d’un seul mouvement les représentations manichéennes du conflit et proposent d’accéder directement à l’étape de réconciliation qui, seule, peut entériner la fin de la guerre.

* * *

Cette première partie des mémoires[10] de Le Ly Hayslip est poignante par deux aspects : elle est tout à la fois le récit d’un destin exceptionnel et un discours qui a une valeur exemplaire en ce qu’il nous donne à voir le quotidien de la guerre pour les moins bien dotés. La grande force du livre est ainsi de mettre en valeur les violences structurelles vécues par les populations pendant la guerre, aussi bien que leurs marges d’action, de réaction, les arrangements qu’ils parviennent à créer et les stratégies de résistance et de contournement qu’ils mettent en place. Une forme très particulière de suspense est véhiculée par la double chronologie de l’ouvrage tant il semble improbable que Le Ly puisse s’en sortir. C’est parce qu’elle maîtrise brillamment cet art de la résistance imperceptible à l’oppression qu’elle est aujourd’hui en mesure de nous raconter son histoire.

Marie-Astrid Gillier, promotion ASIOC 2014-2015.

Notes

[1] J’utilise ici le terme employé de manière non-péjorative par l’auteur tout au long de l’ouvrage pour désigner le Front national de libération du Sud Vietnam.

[2] Hugo Slim, Les civils dans la guerre, identifier et casser les logiques de la violence, Genève : Éditions Labor et Fides, 2009, p.103

[3] François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014, p. 86

[4] Ibid., p. 25

[5] Christopher Goscha, “Intelligence in a Time of Decolonisation. The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50)”, Intelligence and National Security, Vol. 22, n°1, February 2007, p.129

[6] François Guillemot, op. cit., p. 29

[7] Ibid., p. 31

[8] Hugo Slim, op. cit., p. 230

[9] Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Compte-rendu de lecture par Pauline Seguin.

[10] La seconde partie a été publiée sous le titre : Child of War, Woman of Peace (Doubleday, 1993). L’ensemble de ses deux textes a été utilisé pour le scénario du film d’Oliver Stone Entre ciel et terre (1993).

Références :

  • Goscha, Christopher E., “Intelligence in a Time of Decolonisation. The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50)”, Intelligence and National Security, Vol. 22, n°1, February 2007, pp. 100 – 138
  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014, 246 p.
  • Hayslip, Le Ly (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Éditions du Seuil, 1993, 381 p.
  • Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, cité par Pauline Seguin : « Compte-rendu de lecture pour le séminaire ASIOC », disponible en ligne : https://indomemoires.hypotheses.org/3261, consulté le 6.11.14
  • Slim, Hugo, Les civils dans la guerre, identifier et casser les logiques de la violence, Genève : Éditions Labor et Fides, 2009, 373 p.

Marie-Astrid Gillier est étudiante en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’ENS de Lyon, dans le cadre d’un double diplôme avec Sciences Po Lille. Elle est actuellement à Pékin, où elle effectue  des recherches sur le tourisme sexuel pour son mémoire de recherche en sociologie.

H-Diplo Roundtable XV-7 – Heather Marie Stur. Beyond Combat: Women and Gender in the Vietnam War Era

Stur_BeyondCombatHeather Marie Stur’s Beyond Combat: Women and Gender in the Vietnam War Era is a highly original and pioneering book, joining the recent work of Meredith Lair, Seth Jacobs, Kara Dixon Vuic, Andrew Huebner and others in making plain the permeability of boundaries between the American home front and the war zone. We have been long overdue for an ambitious account of gender and the Vietnam War, particularly one that pays attention not only to American women, but to Vietnamese women and GIs, too. Stur reminds us of the powerful hold that the John Wayne-style of American masculinity had on the whole nation during the Cold War, and that it of course extended to the combat zone; but more than that, Stur does well to demonstrate the challenge to – and breakdown of – that myth under the strain of day-to-day life in Vietnam.

The subtlety and ambition of Stur’s analysis draws overwhelming praise from the reviewers writing for this roundtable. On the whole, they like Stur’s use of a wide range of sources, her accessible prose, and her “compelling,” “insightful,” and “innovative” analysis. In general, they praise Stur’s skillful recovery of the ways in which, in Meredith Lair’s words, “Americans in the war zone embraced various ideas about gender that framed and justified the violence of the war itself,” and did much to determine the experiences of both American and Vietnamese women. In Stur’s examination of the Red Cross Supplemental Recreational Activities Overseas (SRAO), for example, “Donut Dollies” brought the complicated tensions of gender and race dynamics from the home front – where those dynamics were working themselves out in sometimes dramatic fashion – to the battle front. And as Kara Dixon Vuic notes in her review, the process worked in the other direction, too, when combat zone sensibilities challenged home front mores – as when women “who expected to serve cool drinks and engage in small talk” ran up against expectations of “soldiers who assumed the women had come to offer another kind of service.”

Read more on H-Diplo (pdf) : Roundtable-XV-7

Personal Website of the author : heatherstur