Archives de catégorie : Signalements

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices

Anne Kerlan : Lin Zhao [2018]

Rappel de la parution de la biographie de Lin Zhao, dissidente avant l’heure sous l’ère de Mao. Présentation de l’éditeur suivie d’un entretien avec Anne Kerlan aux Rendez-vous de l’histoire 2018 à Blois.

Dans une biographie poignante, Anne Kerlan livre l’itinéraire de Lin Zhao, figure de la dissidence chinoise sous Mao. Cette fille de bourgeois engagée dans la Révolution communiste, exécutée sans procès sous la Révolution culturelle, bénéficie aujourd’hui du statut d’icône pour nombre d’intellectuels de son pays.

La courte vie de Lin Zhao (1931 ou 1932-1968) pourrait s’écrire en lettres rouges  : rouge pour cette Chine maoïste dont elle accompagna la naissance  ; rouge du communisme qu’elle rejoignit alors et dont elle rêva qu’il transforme son pays ; rouge, enfin, comme ce sang, le sien, avec lequel elle dut parfois écrire textes et poèmes du fond de la prison de Shanghai où elle fut détenue de 1960 à sa mort, en 1968.

Son histoire s’inscrit dans celle de cette génération d’intellectuels qui crurent qu’une place leur serait faite dans la société nouvelle, convaincus qu’ils pourraient continuer à occuper leur fonction de conseiller ou critique du gouvernant. Il n’en fut rien. Et si la vie de Lin Zhao nous frappe par sa force tragique et d’exemplarité   combien de Chinois ont disparu depuis l’avènement de la Chine communiste  ?  , elle acquiert désormais une dimension autre, la jeune femme au visage d’ange ayant été élevée au rang d’icône de la dissidence au tournant des années 2000.

La découverte du documentaire sur Lin Zhao du réalisateur chinois Hu Jie allait bouleverser Anne Kerlan et l’entraîner dans une enquête de longue haleine. Un livre fort et poignant sur une héroïne ambiguë, sur fond d’un matériau inédit.

Élève de l’ENS, agrégée de lettres classiques, docteur en études chinoises, Anne Kerlan est historienne de la Chine et du cinéma chinois (Hollywood à Shanghai. L’épopée des studios de la Lianhua, 1930-1948, PUR, 2015). Directrice de recherche au CNRS, elle dirige le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine à l’UMR Chine Corée Japon (CNRS-EHESS).

Source : Fayard

Chăm lo tốt hơn cho nữ bộ đội, thanh niên xung phong

Mme Đặng Thị Ngọc Thịnh, Vice-présidente de la République socialiste du Viêt-Nam valorise le rôle des femmes pendant la guerre du Viêt-Nam.

Chăm lo tốt hơn cho nữ bộ đội, thanh niên xung phong

Ngày 29-5, tại Phủ Chủ tịch, Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh đã tiếp đoàn đại biểu nữ là bộ đội Trường Sơn, thanh niên xung phong, dân công hỏa tuyến, công nhân giao thông thời kỳ kháng chiến.

Mobilisation des Jeunesses de choc de Hanoi (1965) © DR

Trò chuyện với 66 đại biểu đến từ 32 tỉnh, thành phố trên cả nước, Phó Chủ tịch nước bày tỏ sự tự hào về những chiến công, thành tích của các nữ chiến sĩ đã không quản ngại khó khăn, gian khổ, sẵn sàng hy sinh vì độc lập, tự do của đất nước.

Phó Chủ tịch nước mong muốn các cựu nữ quân nhân, thanh niên xung phong, dân công hỏa tuyến, công nhân giao thông tiếp tục phát huy vai trò gương mẫu trong cộng đồng, giáo dục truyền thống cho thế hệ trẻ, phát huy tinh thần đoàn kết, thi đua lao động sản xuất, học tập, xây dựng đất nước ngày càng giàu đẹp, như mong ước của Bác Hồ.

Phó Chủ tịch nước cũng đề nghị các cấp, các ngành, địa phương cần quan tâm chăm lo hơn nữa tới đời sống của những người có công, đặc biệt là nữ bộ đội, dân công hỏa tuyến, thanh niên xung phong; giải quyết những vấn đề tồn đọng về việc khen thưởng cho những người có công tham gia kháng chiến.

Source : Sai Gon Giai Phong, 30/05/2019.

Marion Joubert : Au Cambodge, les droits des détenues en souffrance

A lire sur le Petit Journal.

Le premier ministre cambodgien a déclaré que les conditions de vie des populations vulnérables en détention provisoire devaient changer. Leur situation appelle en effet à une action urgente selon la LICADHO.

Lundi 8 avril, le premier ministre Hun Sen a exhorté le ministère de la Justice et le ministère de la condition féminine à reconsidérer la situation des femmes en détention provisoire. ll a rappelé quels étaient les nombreux défis auxquelles elles faisaient face, tels que le manque de nourriture, d’eau, de vêtements et de matériel hygiénique… Des problèmes aggravés par le recours excessif à la détention provisoire et la sous-utilisation des procédures judiciaires existantes, telles que la demande de libération sous caution.

La ligue cambodgienne pour les droits de l’homme (LICADHO), organisation non gouvernementale qui promeut les droits humains au Cambodge, adhère au discours prononcé par le premier ministre et appelle à une action urgente pour répondre aux besoins des populations vulnérables incarcérées.

Lire la suite : Le Petit Journal

Elsa Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence [2017]

Paru en octobre 2017 aux Éditions Zones. Présentation de l’éditeur et accès en ligne.

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».

Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Des résistances esclaves au ju-jitsu des suffragistes, de l’insurrection du ghetto de Varsovie aux Black Panthers ou aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie de l’autodéfense politique. Sous l’histoire officielle de la légitime défense affleurent des « éthiques martiales de soi », pratiques ensevelies où le fait de se défendre en attaquant apparaît comme la condition de possibilité de sa survie comme de son devenir politique. Cette histoire de la violence éclaire la définition même de la subjectivité moderne, telle qu’elle est pensée dans et par les politiques de sécurité contemporaines, et implique une relecture critique de la philosophie politique, où Hobbes et Locke côtoient Frantz Fanon, Michel Foucault, Malcolm X, June Jordan ou Judith Butler.

Elsa Dorlin, professeure de philosophie à l’université Paris 8, est notamment l’auteur de La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française (La Découverte, 2006, 2009).

Source : Éditions Zones

Lire en ligne : Lyber

Pour en savoir plus, cinq émissions à écouter sur la chaîne Lundi Matin sur YouTube :

Elsa Dorlin – Se défendre, une philosophie de la violence

Elsa Dorlin est aussi intervenue le jeudi 11 octobre 2018 sur un sujet fondamental : “Phénoménologie de la proie : penser les résistances à la prédation” (MSH Lyon St-Etienne, espace Marc Bloch, 14 av. Berthelot, Lyon 7e), dans le cadre des Rencontres du genre organisées par la MSH Lyon St-Etienne.

Qui peut raisonnablement vivre une vie qui peut basculer à tout moment et être à proprement parler rendue invivable ? Et pourtant, c’est le lot commun de toutes les vies minorisées de s’épuiser dans cette forme d’autodéfense où il s’agit de prendre sur soi : une dépense d’énergie indéfinie, une résistance endurante, une force imperceptible distillée en continue ; une technique martiale pour laquelle il n’y a ni ceinture, ni médaille, ni trophée.

Source : MSH Lyon St-Etienne