Archives de catégorie : Signalements

Lou Eve : Les violences conjugales au Vietnam (Mémoire de Master 2)

Mémoire de Master recherche sur un sujet peu travaillé en sciences sociales. Résumé de l’auteure.

Le présent travail est une étude exploratoire et pluridisciplinaire sur les violences conjugales au Vietnam, permettant de repenser le fonctionnement de la société vietnamienne en pleine transformation après le Renouveau social et économique. Cette étude, à travers un focus sur le genre ainsi que sur les féminités et masculinités vietnamiennes, a pour but de réinterpréter la théorie ainsi qu’une lecture culturaliste, en éclairant les enjeux d’un phénomène et en apportant des éléments de réponse au problème.

Date et lieu de soutenance :

Vendredi 6 septembre 2019, salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon

Membres du jury :

Claire Tran Thi Lien (IRASEC) et François Guillemot (IAO)

Mots clés : genre ; violence basée sur le genre ; violence conjugale ; autorité publique ; féminité ; masculinité, mythes.

Xúc động bộ tranh ‘Nhật ký Đặng Thùy Trâm’ của chàng sinh viên kiến trúc

A lire sur le quotidien Tuoi Tre. Projet d’une édition illustrée du journal de guerre de l’infirmière Dang Thuy Tram. Illustration de l’étudiant en architecture Nguyen Hoang Tan.

© Nguyen Hoang Tan / Tuoi Tre

TTO – Dự án sách tranh minh hoạ dựa trên cuốn ‘Nhật ký Đặng Thùy Trâm’ của Nguyễn Hoàng Tấn thực hiện đang được chia sẻ rộng rãi trên mạng xã hội và nhận về những phản hồi tích cực từ người xem.

Lire l’article illustré : Tuoi Tre, 21/08/2019.

“Se défendre” : Elsa Dorlin et Audrey Chenu à l’IHEAL [vidéo]

Intervention de la philosophe Elsa Dorlin sur son ouvrage “Se défendre” (La Découverte, 2017). Questions sur la violence, la norme sociale, l’expérience vécue, le féminisme en lutte “au corps à corps”.

Le 15 février 2019, l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine (IHEAL) recevait Elsa Dorlin (professeure de philosophie, kung-fu fighter et militante féministe) et Audrey Chenu (écrivaine, boxeuse et militante féministe) pour une lecture-débat autour de l’ouvrage Se défendre. Une philosophie de la violence (Éditions La Découverte, 2017). Vidéo : ©mariefauqueux ©cyrilfussien / Un ring pour tou.te.s

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices

Anne Kerlan : Lin Zhao [2018]

Rappel de la parution de la biographie de Lin Zhao, dissidente avant l’heure sous l’ère de Mao. Présentation de l’éditeur suivie d’un entretien avec Anne Kerlan aux Rendez-vous de l’histoire 2018 à Blois.

Dans une biographie poignante, Anne Kerlan livre l’itinéraire de Lin Zhao, figure de la dissidence chinoise sous Mao. Cette fille de bourgeois engagée dans la Révolution communiste, exécutée sans procès sous la Révolution culturelle, bénéficie aujourd’hui du statut d’icône pour nombre d’intellectuels de son pays.

La courte vie de Lin Zhao (1931 ou 1932-1968) pourrait s’écrire en lettres rouges  : rouge pour cette Chine maoïste dont elle accompagna la naissance  ; rouge du communisme qu’elle rejoignit alors et dont elle rêva qu’il transforme son pays ; rouge, enfin, comme ce sang, le sien, avec lequel elle dut parfois écrire textes et poèmes du fond de la prison de Shanghai où elle fut détenue de 1960 à sa mort, en 1968.

Son histoire s’inscrit dans celle de cette génération d’intellectuels qui crurent qu’une place leur serait faite dans la société nouvelle, convaincus qu’ils pourraient continuer à occuper leur fonction de conseiller ou critique du gouvernant. Il n’en fut rien. Et si la vie de Lin Zhao nous frappe par sa force tragique et d’exemplarité   combien de Chinois ont disparu depuis l’avènement de la Chine communiste  ?  , elle acquiert désormais une dimension autre, la jeune femme au visage d’ange ayant été élevée au rang d’icône de la dissidence au tournant des années 2000.

La découverte du documentaire sur Lin Zhao du réalisateur chinois Hu Jie allait bouleverser Anne Kerlan et l’entraîner dans une enquête de longue haleine. Un livre fort et poignant sur une héroïne ambiguë, sur fond d’un matériau inédit.

Élève de l’ENS, agrégée de lettres classiques, docteur en études chinoises, Anne Kerlan est historienne de la Chine et du cinéma chinois (Hollywood à Shanghai. L’épopée des studios de la Lianhua, 1930-1948, PUR, 2015). Directrice de recherche au CNRS, elle dirige le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine à l’UMR Chine Corée Japon (CNRS-EHESS).

Source : Fayard