Archives par mot-clé : bande dessinée

Patrick Peccatte : Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc

A lire sur le carnet de recherche de Patrick Peccatte, un voyage iconographique fascinant sur Jeanne d’Arc de l’imagerie pieuse à la culture manga.

01-FauquembergueOn ne connaît qu’une seule image de Jeanne d’Arc qui lui soit contemporaine, un dessin à la plume effectué en marge d’un registre par Clément de Fauquembergue, alors greffier du parlement de Paris. Daté du 10 mai 1429, soit deux jours après la fin du siège d’Orléans, le croquis n’est évidemment pas un portrait puisque Fauquembergue n’a jamais vu Jeanne et décrit des événements qui lui ont été relatés. Il mentionne dans son texte que « les ennemis avoient en leur compagnie une pucelle seule ayant bannière entre lesdits ennemis, comme on disait ».

Sans doute intrigué par l’événement extraordinaire qu’on lui rapporte, le greffier dessine une femme de profil avec une épée trop grande pour elle et un étendard à deux pointes où l’on peut lire l’inscription « JHS » (pour « Jhesu« ). Il choisit de représenter une Jeanne très féminine, en robe, avec une abondante chevelure tombant dans son cou et une poitrine marquée.

L’image d’une guerrière armée d’une épée et brandissant un étendard s’est imposée très tôt. Immédiatement reconnaissable, elle est devenue l’un des stéréotypes majeurs de l’iconographie de Jeanne d’Arc. L’aspect de la femme représentée a par contre beaucoup évolué durant presque six siècles de représentations.

Lire la suite : Déjà Vu

Image « à la une » : Jeanne d’Arc, par Albert Lynch, Le Figaro Illustré, 1903.

Femmes en résistance [bande dessinée]

Publication d’une série de quatre albums dédiée à des figures importantes de la résistance européenne pendant la Seconde guerre mondiale. Numéros 1, 2 et 3 édités et 4 à venir. Présentation de l’éditeur.

Entièrement scénarisée par Régis Hautière et Francis Laboutique, avec le concours de l’historienne Emmanuelle Polack, cette tétralogie dont chacun des albums est mis en images par un dessinateur différent s’attache aux destins et parcours croisés de cinq femmes d’exception au cours de la Seconde Guerre mondiale. Quatre d’entre elles, toutes mortes très jeunes (Amy Johnson, Sophie Scholl, Bertie Albrecht et Mila Racine), ont réellement existé. Seule la cinquième, Anna Schaerer, journaliste, est un personnage fictif, qui permet de faire le lien entre ces différentes héroïnes, qui au cours du conflit n’ont pas toutes été dans le même camp. Chacun des albums de cette grande saga en forme de biopic peut se lire séparément, l’ensemble formant néanmoins un ensemble narratif cohérent.

Dessiné par Pierre Wachs, le premier tome de Femmes en résistance évoque l’itinéraire mouvementé de l’aviatrice britannique Amy Johnson, dont la passion et le talent pour l’aviation, alors totalement inhabituels pour une femme, ont constitué un formidable défi face aux préjugés de son époque.

L.10EBBN001732.N001_FEMRESIT1_C_FRL’aviatrice britannique Amy Johnson

Après l’évocation de l’aviatrice britannique Amy Johnson par Pierre Wachs, voici le deuxième volet de cet ambitieux projet : l’histoire tragique de Sophie Scholl, une très jeune allemande qui osa résister de l’intérieur au régime nazi avec son mouvement la Rose Blanche – au prix de sa vie.

1942, Munich. Sophie Scholl, jeune étudiante, dénonce le régime nazi au travers d’actions non violentes. Mais son combat au nom de la liberté et de l’honneur, elle devra le payer au prix fort.

SophieScholl_BDL’étudiante antinazie Sophie Scholl

Arrêté par la Gestapo en 1943, la résistante communiste Berty Albrecht avait fondé le journal Combat avec Henri Frenay. Focus didactique sur une figure forte de la Résistance française.

Après avoir hérité d’un mystérieux carnet de notes légué par sa tante à sa mort, Claire a entamé de solides investigations dans le passé de quatre femmes résistantes durant la seconde guerre mondiale. L’une d’entre elle, Berty Albrecht, communiste, féministe et idéaliste, fait même partie des 6 figures féminines de la Résistance qui ont aujourd’hui mérité leur place au sein du mausolée mémorial du mont Valérien. En mai 1943, elle est l’une des principales rédactrices du journal Combat, au côté de Henri Frenay, lorsque la Gestapo la cerne dans un square de Mâcon. La Gestapo échoue ce jour-là à capturer Frenay… et pour cause : il n’est pas à Mâcon. Berty Albrecht est emmenée pour un interrogatoire musclé… qui ne donne rien, en raison de la force de caractère de cette femme. On la confie alors à un interrogatoire plus doux, face à l’espionne Ana Schaerer. Ana lui fait raconter les différentes phases de sa vie, depuis son enfance, jusqu’à sa rencontre avec Frenay, en passant par son mariage et ses engagements politiques. Comment elle, la communiste, a-t-elle pu se trouver un combat commun et respectueux avec Frenay, ex-militaire profondément de droite ?

BertyAlbrecht_BDLa résistante communiste Berty Albrecht

Source : Casterman

Voir aussi : La Résistance féminine en bande dessinée (Blog d’Alexandra Oury).