Archives par mot-clé : CNRS

Prix Maurice Courant pour Laurence Roulleau-Berger

Félicitations à notre collègue sociologue du laboratoire Triangle à l’ENS de Lyon.

Laurence Roulleau-Berger, directrice de recherche au CNRS, reçoit des mains de Jean-François Pinton le prix Maurice Courant qui lui a été remis lors d’une cérémonie organisée au Nouvel Institut Franco-Chinois. Ce prix lui a été décerné par le Nouvel Institut Franco-Chinois, l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS et l’ENS de Lyon en reconnaissance de ses travaux de recherche scientifique, qui ont permis la création du Laboratoire International Associé « Post western sociology in Europe and China » et contribuent à renforcer le lien privilégié entre Lyon et la Chine. Sylvie Demurger, au nom de l’Institut des Sciences humaines et sociales du CNRS, a souligné le rôle de Laurence Roulleau-Berger dans la création du 1er LIA en sciences humaines et sociales en Chine :

« L’idée initiale de était de croiser les regards des chercheurs dans des contextes chinois et français, de toute évidence différents, pour analyser les modes de fabrication des connaissances scientifiques et leur déploiement dans le temps, dans un contexte global d’accélération et de circulation des savoirs. La recherche est sociologique, mais elle est aussi épistémologique et méthodologique ».

Le prix Maurice Courant consacre le parcours exemplaire de Laurence Roulleau Berger et la coopération exceptionnelle qu’elle a su mettre en place pour développer en lien avec le Professeur Li Peilin et leurs équipes, une réflexion sociologique nouvelle.

Source : ENS de Lyon

Raphaële Andrault : chercheuse en philosophie – Bronze CNRS 2018

Message du CNRS. Toutes nos félicitations à notre collègue de l’IHRIM.

Chaque année, les médailles du CNRS célèbrent les chercheurs, ingénieurs et techniciens qui participent de manière exceptionnelle au dynamisme et à la renommée de l’institution. En 2018, les médailles d’argent, de bronze et de cristal distinguent 82 Talents, 40 femmes et 42 hommes.

Le CNRS, fier de ses talents et de la science qui avance, félicite les 20 médailles d’argent, 42 médailles de bronze et 20 médailles de Cristal qui y contribuent largement.

Raphaële Andrault : Chercheuse en philosophie

Médaille de bronze du CNRS 2018

Raphaële Andrault © CNRS/Vanessa Cusimano

Chercheuse en philosophie moderne à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités et spécialiste du problème corps-esprit dans l’axe Histoire et imaginaire des sciences et des techniques.

Quand j’ai commencé à travailler sur Spinoza et Leibniz, j’ai dû passer du temps en bibliothèque. Là, dans les fonds anciens, j’ai découvert des ouvrages de médecine parcourus par ces deux philosophes. J’ai été impressionnée par la beauté des planches anatomiques. Comment ces illustrations avaient-elles modifié leur regard sur l’âme, le vivant ou la différence entre l’homme et l’animal ? De cette question est née une conviction : on sous-estime le pouvoir des images sur les conceptions philosophiques ; les images façonnent notre compréhension du lien entre cerveau et pensée. J’ai donc décidé de redonner un peu de « chair » aux théories du rapport corps-esprit, notamment de la douleur, en les confrontant à l’histoire de la médecine, de l’anatomie et des techniques d’imagerie.

Source : CNRS

Principales publications de l’auteure :

Image « à la une » : Anatomy Lesson of Dr. Willem van der Meer (Wikipedia)

Mathieu Arbogast : La santé n’est pas étrangère au genre

Article intéressant paru dans le Journal du CNRS (en ligne).

Pourquoi une maladie touche-t-elle plutôt l’un ou l’autre sexe ? Pour quelle raison l’autisme est-il mal diagnostiqué chez les femmes? Le sociologue Mathieu Arbogast, chargé de projet à la Mission pour la place des femmes au CNRS, nous explique l’importance des rapports sociaux liés au sexe sur les questions de santé.

[…]

S’intéresser au genre (c’est-à-dire aux rapports sociaux liés au sexe, et au masculin et au féminin) permet de découvrir que ce qu’on croyait « naturel » ne l’est pas. Ainsi, l’anthropologue Priscille Touraille a démontré que les femmes sont devenues progressivement plus petites que les hommes. En se réservant longtemps la nourriture la plus riche, en privilégiant les unions avec des femmes plus petites, les hommes ont profité de leur domination sociale et ont peu à peu construit ces différences de stature et de morphologie.

[…]

Lire la suite : Le Journal / CNRS

Stéphanie Arc : Journée des femmes – la véritable histoire du 8 mars [Journal du CNRS]

Article à lire en ligne.

La manifestation new-yorkaise censée être à l’origine de la Journée internationale des femmes n’a… jamais eu lieu ! Retour sur ce mythe démasqué par l’historienne Françoise Picq.

La Journée internationale des femmes fête ses 104 ans ! Ses origines reposent en réalité sur un mythe. Françoise Picq, historienne, l’a « démasqué » dès la fin des années 1970 : « À l’époque, toute la presse militante, du PCF et de la CGT, comme celle des “groupes femmes” du Mouvement de libération des femmes, relayée par les quotidiens nationaux, écrivait que la Journée des femmes commémorait le 8 mars 1857, jour de manifestation des couturières à New York. » Or cet événement n’a jamais eu lieu ! « Les journaux américains de 1857, par exemple, n’en ont jamais fait mention », indique Françoise Picq. Et il n’est même pas évoqué par celles qui ont pris l’initiative de la Journée internationale des femmes : les dirigeantes du mouvement féminin socialiste international.

ClaraZetkin
Clara Zetkin (1857-1933)

Une itiniative du mouvement socialiste

Car c’est un fait, « c’est en août 1910, à la IIe conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, à l’initiative de Clara Zetkin, militante allemande, qu’a été prise la décision de la célébrer », ajoute l’historienne. La date du 8 mars n’est pas avancée, mais le principe est admis : mobiliser les femmes « en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat dotées de la conscience de classe ». La Journée des femmes est donc l’initiative du mouvement socialiste et non du mouvement féministe pourtant très actif à l’époque. « C’est justement pour contrecarrer l’influence des groupes féministes sur les femmes du peuple que Clara Zetkin propose cette journée, précise Françoise Picq. Elle rejetait en effet l’alliance avec les “féministes de la bourgeoisie”. »

Lire la suite : CNRS le journal

[Appel à communications] Etudes de genre en France – propositions avant le 15 octobre 2013 – Lyon

arton2812Congrès organisé par l’Institut du Genre (CNRS) et l’Université de Lyon (ENS de Lyon)

Lyon, 3, 4, 5 septembre 2014

Comité d’organisation :

Pascale Barthélémy, Claude Gautier, Violaine Sebillotte Cuchet, Isabelle Pastor-Sorokine.

Présentation :

Les études de genre sont depuis plusieurs décennies en plein développement à l’échelle internationale. Créé en janvier 2012 à l’initiative de l’InSHS-CNRS, l’Institut du Genre organise son premier congrès international des « Etudes de genre en France » les 3, 4 et 5 septembre 2014 à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

Cette rencontre internationale a plusieurs objectifs : contribuer à la reconnaissance scientifique des études de genre en France et à leur visibilité internationale, faciliter la coordination institutionnelle de ces recherches et de nouvelles formes de coopération, encourager l’émergence de nouvelles thématiques ainsi que les approches interdisciplinaires et transversales au sein des Sciences humaines et sociales mais aussi entre SHS et autres domaines scientifiques.

Ouvert à toutes et à tous, jeunes chercheur.e.s ou chercheur.e.s confirmé.e.s, ce congrès articulera séances plénières et ateliers.

Les propositions attendues peuvent prendre la forme de communications individuelles ou d’ateliers coordonnés par un-e ou deux responsables. Les propositions de posters sont bienvenues. Les propositions s’inscriront de façon privilégiée dans les dix axes thématiques définis par l’IdGenre – Epistémologie et théories du genre : genèse et généalogie du champ ; Catégories opératoires et modes d’analyse ; Politique, Care, Justice ; Territorialités, Espaces, Mondialisation ; Genre et Temporalités ; Genre, Production, Marché ; Création, Arts et Littératures ; Sexualités, Hétéronormativités et LGBT ; Genre, Famille, Parenté ; Genre, Religions et Sécularisations ; Corps, Santé, Société. Elles pourront aussi s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et approches : droit, sciences du langage, archéologie, sciences cognitives etc. Les regards « croisés » sur une problématique ou une thématique sont encouragés.

Date limite d’envoi des propositions :

15 octobre 2013 à isabelle.pastor-sorokine@mshparisnord.fr

Source : RING, 15/07/2013