Archives par mot-clé : corps

[collectif] : Sexe, race et colonies – note de lecture

Quelle lecture peut-on et doit-on faire du passé ? Et quel niveau de compréhension doit-on en avoir ? Que doit-on montrer du passé lorsque l’on aborde des sujets sensibles ? Quelles sont les normes défendables sur des sujets complexes tels que la nudité, la sexualité, la violence ou la guerre ? Telles sont les questions qui sous-tendent le travail proposé dans l’ouvrage Sexe, race et colonies, un ouvrage collectif sous la direction de cinq chercheurs1 et nourri des contributions de près d’une centaine de spécialistes.

Que faire de la domination des corps ?

La réception de cet ouvrage aussi imposant et lourd physiquement (4 kg) que sur le plan académique (95 auteurs) a suscité un vif débat2. Ceci est bien entendu une bonne chose car il permet de confronter une production académique conséquente à ses enjeux sociaux et sociétaux, au prisme des nouvelles problématiques et des épistémologies en devenir. Premier fait à partager : cet ouvrage est un objet pluridisciplinaire des sciences sociales que chaque discipline (histoire, anthropologie, sociologie, analyse littéraire et critique visuelle… même si la proportion d’historien-nes parmi les auteurs est majoritaire) peut appréhender de façon ciblée et différenciée. Dans le même temps, l’ouvrage est un pavé de culture visuelle rassemblant un corpus de plus de 1200 images qui, lui-même, peut être décrypté selon plusieurs grilles de lectures. C’est sans doute cette présentation massive et dense, susceptible de noyer momentannément le lecteur, tant sur le plan visuel que textuel, qui a suscité un intense débat3.

Richement illustré mais aussi très abondamment rédigé, l’ouvrage est découpé en quatre grandes parties chrono-thématiques : près de quatre siècle de « Fascinations (1420-1830) » ; près d’un siècle de « Dominations (1830-1920) » ; cinquante ans de « Décolonisations (1920-1970) » et une plongée dans l’ère du métissage depuis 1970 soit encore près de cinquante ans. Chacune des parties revisite le vaste sujet énoncé dans le titre Sexe, race et colonies dont l’accroche publicitaire est indéniable. L’accent mis sur le mot « Sexe » (en grosses lettres) n’empêche néanmoins pas de lire la suite et notamment le sous-titre : « La domination des corps du XVe siècle à nos jours » comme une proposition clarificatrice et en réalité cœur du propos. Comme le rappelle brièvement les auteurs dans une présentation en ligne, il s’agit de comprendre comment « Les imaginaires sexuels coloniaux ont façonné les mentalités des sociétés occidentales » et d’explorer « le rôle central du sexe dans les rapports de pouvoir », une thématique que Michel Foucault n’aurait pas renié4.

Sur le contenu, je partage l’avis des auteurs, il s’agit d’un ouvrage très construit, à l’opposé d’une exposition gratuite et provocatrice. Au contraire, « l’objet du délit » n’a rien de scandaleux et les auteurs d’argumenter avec conviction sur ce fait5. :

C’est là une question épistémologique de première importance. Doit-on, ou non, s’arroger le droit de reproduire ces images ? Cette question, on se doute bien qu’elle nous a traversés, faisant l’objet d’intenses débats entre les directeurs de l’ouvrage et plusieurs auteurs y participant, depuis quatre ans. En vérité, il n’y avait que deux options : montrer ou ne pas montrer.

L’ouvrage, très riche d’informations, se révèle être bien plus un outil didactique et un dictionnaire thématique, qu’un simple beau livre. Les quelques images « choc », où se mêlent sexe, violence et torture, dont la diffusion et réception ont fait polémique sont largement minoritaires. Et il m’apparaît même que ceci n’est rien par rapport au flot incessant d’images pornographiques et avilissantes qui inondent la blogosphère sur des thématiques proches ou similaires (alliant « sexe et étrangers »). Que l’on ne s’y trompe pas, il s’agit donc d’une somme historique considérable de 543 p. réunissant les meilleurs spécialistes réfléchissant chacun dans leur domaine sur six siècles d’objectivation des corps6. En quelque sorte, il s’agit là de la première encyclopédie de la « domination des corps », vue à partir de la documentation disponible, celle des dominants. Malgré ce biais inévitable lié à la nature des sources, chacun pourra poursuivre l’investigation en parcourant (muni d’une loupe) la bibliographie (p. 530-540) digne d’une thèse de doctorat.

La lecture de cet ouvrage renvoie immédiatement au lecteur et à la représentation qu’il peut se faire ou a été conduit à se faire de l’altérité7. En tant qu’acteur, moi-même, d’un coupe mixte, je me retrouve dans certaines analyses et/ou images qui ne me choquent guère. C’est sans doute une question de génération et d’habitus, car comme le soulignent les préfaciers Achille Mbembe et Jacques Martial « certains modèles nous ont construits et nous animent encore ». Autant dire que l’imprégnation apparaît profonde jusqu’à nos jours dans nos imaginaires comme en témoignage le tableau d’Erró (1990) illustrant cette note (voir ci-dessous)8. La réception de cet ouvrage en dit donc certainement plus sur le lecteur que sur ce qu’il contient. Un chercheur habitué à manier des cultures visuelles marquantes sur le corps aussi diverses que des planches d’anatomie, des photographies de guerre, des représentations scéniques de performances artistiques ou de sous-cultures musicales (corps en scène) ou encore de modifications corporelles9 ne sera pas choqué par ces images construites et resituées dans leurs contextes adéquat, coloniaux ou post-coloniaux. D’autant plus que ces images sont accompagnées d’analyses pertinentes et/ou sujettes à discussion.

Erró, Sister of Toy, 1990. Série Love, Built on Beauty, huile sur toile, 100 x 80cm, collection de l’artiste, Paris. Toile photographiée lors de la rétrospective Erró à Lyon, janvier 2015 © DR.

« Un travail de déconstruction devient, aujourd’hui, plus que jamais nécessaire » (les auteurs de l’ouvrage)

En prenant le parti de traverser de nombreuses époques et donc de les délimiter par des césures chronologiques marquées et peut-être arbitraires, une critique peut être faite sur l’assemblage sérié de plusieurs types de représentations du corps de l’autre, dans des contextes différents (privé, public) ou de natures différentes (ludique, exotique, érotique). De même, le rapport de notre société (française) à la sexualité dans sa continuité ou sur la longue durée est difficile à résumer. Cependant, l’intérêt principal de cet ouvrage, outre son aspect iconographique et mémoriel (dans le sens de fixer une trace de nos représentations de l’autre à travers le temps), est qu’il questionne à tour de bras :

  • le chercheur/lecteur en tant qu’être « situé et normé » ;
  • nos représentations sociales et politiques ;
  • les interdits et tabous de la recherche académique ;
  • la culture visuelle, l’analyse qui peut en être faite et son impact sur la recherche et la société ;
  • notre rapport complexe à l’altérité ;
  • notre rapport tout aussi complexe à la nudité ;
  • les rapports de domination (exploitation et violence) en situation coloniale puis postcoloniale…

Quoiqu’il en soit, notre rapport à l’altérité est toujours mâtiné de jugements moraux, liés à notre propre positionnement politique et à notre construction sociale. Ce rapport est donc tout autant « situé » dans un espace temps donné et configuré dans une matrice socio-normée ce qui explique aussi les différences d’appréciation et de réception de ce type de travail. Les normes productives de représentation des corps et de la nudité forment l’enjeu majeur de cette recherche magistrale. S’il ne se présente pas ainsi, l’ouvrage est par ailleurs un témoignage utile et critique de l’histoire des mentalités occidentales et françaises en particulier. Enfin, chacun observera que si nous avons changé d’époque, la domination des corps sur notre planète reste d’une actualité criante. D’où l’intérêt de réfléchir et de coucher sur le papier images et textes de ce passé peu reluisant enfoui dans nos mémoires collectives mais dont la traçabilité mérite d’être contée et discutée. Et de poursuivre l’étude et le débat d’idée sur ces sujets hautement sensibles non pour les banaliser mais pour mieux connaître notre humanité dans ses interactions, même les plus outrancières.

FG, 23/10/2018.

Image « à la une » : CPA intitulée « Tonkin, femme tonkinoise ».

Notes

  1. Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Dominique Thomas et Christelle Taraud []
  2. Sexe, race et colonies: la polémique, France Culture, émission Signes des temps, 14/10/2018 []
  3. Parmi les critiques les plus virulentes, on lira avec intérêt « Les corps épuisés du spectacle colonial » par le Collectif Cases Rebelles, septembre 2018 []
  4. Cf. « Les imaginaires sexuels coloniaux ont façonné les mentalités des sociétés occidentales », The Conversation, 19/09/2018. Notre travail sur « le corps utopique indochinois » s’inscrit dans cette démarche []
  5. Voir à titre d’exemple le propos explicatif de Nicolas Bancel : Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies », The Conversation, 17/10/2018 []
  6. Objectivation ici pris dans le sens de regard sexualisé dans les relations interpersonnelles, les arts et les médias []
  7. C’est dans ce sens que la vive critique du collectif Cases Rebelles nous semble pertinente []
  8. Cf. Blanchard et al., Sexe, race et colonies, Paris, La Découverte, 2018, p. 11. Il est vrai que j’ai aussi baigné assez jeune dans une représentation ethnographique de l’Afrique (grâce à mon père et ses missions de paléontologie en Éthiopie). A ce titre, le regard des ethnographes/photographes du XXe siècle porté sur la nudité étrangère me paraît intéressant à mettre en perspective []
  9. Voir par exemple : Philippe Liotard, « Suspensions : Le corps à l’épreuve. Réflexions sur la genèse d’une pratique corporelle contemporaine », sur son blog Corps Culture Éducation, 13/09/2014 []

Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »

Signalement d’un article de Nicolas Bancel l’un des co-directeurs de l’ouvrage Sexe, race et colonies, paru aux éditions La Découverte le 27 septembre 2018 et qui fait débat.

L’ouvrage Sexe, race et colonies, a ouvert un débat majeur, parfois fortement polémique, souvent passionné. Nous ne revenons pas ici sur les critiques laudatives – nombreuses –, du livre, mais sur des questions posées, et qui nous semblent devoir être discutées, et tranchées. Plusieurs registres de critiques doivent être distingués. Les premières concernent la possibilité même, le droit ou la légitimité à publier des images de la domination des corps esclavagisés, colonisés, racisés. Tout d’abord parce que l’opération reproduirait en définitive la domination elle-même, humiliant à nouveau les représentés.

C’est là une question épistémologique de première importance. Doit-on, ou non, s’arroger le droit de reproduire ces images ? Cette question, on se doute bien qu’elle nous a traversés, faisant l’objet d’intenses débats entre les directeurs de l’ouvrage et plusieurs auteurs y participant, depuis quatre ans. En vérité, il n’y avait que deux options : montrer ou ne pas montrer.

Lire la suite : The Conversation, 17/10/2018.

Lire aussi :

  • Olivier Doubre, « Sexe, race et colonies » : La marque de l’homme blanc, Politis, 17/10/2018. L’ouvrage majeur Sexe, race et colonies montre mille deux cents d’images sexuelles et racistes de la colonisation et leurs effets toujours actuels sur la domination du corps des femmes.
  • Gille Boëtsch, « Sexe, Race et Colonies » est bien un ouvrage d’histoire, Libération, 11/10/2018. Le livre qui entend démontrer comment la puissance coloniale s’est aussi exercée par la domination sexuelle suscite de vives réactions : en publiant de nombreuses images de femmes humiliées, il en réactiverait la violence. L’anthropologue Gilles Boëtsch, un des codirecteurs de l’ouvrage, défend un travail de recherche : on ne peut pas déconstruire le passé colonial sans voir, comprendre et critiquer ces images.

Image « à la une » : Photo de Nadal : « Groupe de femmes Moïs réunies avant le départ au travail des champs dans les plantations voisines »

R. Andrault : La raison des corps – note de lecture

Réf. : Andrault, Raphaële, La raison des corps. Mécanisme et sciences médicales, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, « Problèmes de la raison », 2016. Présentation de l’éditeur.

Autopsie d’une pensée corpusculaire1.

Les travaux de Raphaële Andrault portent sur l’élaboration d’une philosophie corpusculaire et de la rencontre entre sciences, religion et philosophie au XVIIe siècle2.

Spécialiste de Nicolas Sténon [Niels Stensen, 1638-1686], l’auteure pose le tableau. Un débat anime les philosophes et les médecins sur les relations entre l’âme et le corps conduisant à une réflexion d’ensemble sur le corps lui-même, son fonctionnement, sa mécanique et sa possible transcendance, voire sa remise en cause. Qui des mécanistes ou des finalistes va finalement remporter la raison des corps ? Qui donne « corps » au fil du temps à la raison des corps et depuis quand ? Or la difficulté réside dans deux choses : le débat ne semble pas directement posé (par une polémique, par un manifeste, par une position catégorique). Le second point est rappelé par l’auteure dans les premières pages : « […] il est difficile de reconnaître l’unité d’une doctrine ou d’une méthode » (p. 8). D’autant plus que la conception cartésienne sur le fonctionnement du corps est duale et semble, à ce titre, dans un entre-deux, toute provisoire. L’auteure s’attache à répondre à ces débats (inter-livresques se demande-t-on) à travers « quatre questions solidaires » (pp. 25-25) qui, par elles-mêmes révèlent toute la complexité des problématiques qui se posent à la lecture contemporaine des textes du XVIIe siècle et à l’aune des connaissances et interprétations de l’époque.

La longue introduction discourt sur le sujet de façon détaillée mais dans laquelle la chronologie semble brouillée. Sensible/insensible, circulation du sang, lois physico-chimiques, phénomènes intérieurs qui, de René Descartes ou de William Harvey, pose le problème ? Le premier chapitre, relativement long, décrypte avec soin le legs cartésien qui apparaît majeur. Il faut cependant attendre la page 62 pour resituer ces questionnements dans une certaine profondeur historique puisque « concernant les analogies entre corps et machines, elles ne sont à l’âge classique guère inédites… ». De même, c’est aux pages 167-168 que les moments clés de l’apparition des concepts de mécanisme et de vitalisme sont rappelés. Ces éléments de chronologie donnent un aperçu de la construction d’une pensée et de ses débats.

A partir de la pensée dominante de Galien (129-circa 216), l’auteure mobilise les auteurs du XVIIe siècle lorsqu’à la suite de Descartes le débat prend forme avec La Forge (qui interprète Descartes), Sténon (le plus convaincant par son approche rationnelle et empirique), Marcello Malpighi ou Robert Boyle. Puis la pensée de Leibniz, un peu plus tardive, inaugurant une nouvelle compréhension du corps humain sur la base de l’analyse et de la synthèse, est convoquée en discussion avec Stahl (1706)3 et Haller (1756).

Poursuivant son analyse, l’auteure effectue un saut volontaire et assumé dans le temps. Pour la période contemporaine, sont mobilisées les analyses et interprétations de Claude Bernard (1856), de Jacques Roger, de Jean Rostand (1939), enfin de Georges Canguilhem (1904-1995) et sa critique de la « déduction anatomique » à laquelle le dernier chapitre est consacré. Curieusement, l’étude ne fait pas écho des éventuelles oppositions et/ou obstacles qui ont (peut-être / c’est une interrogation) porté ombrage à l’élaboration et la linéarité supposée de ces discours. Par exemple, la pensée de Condillac (1714-1780) n’est pas évoquée ne serait-ce que pour signaler que ces diverses théories furent contestées dans son Traité des systèmes (1749) notamment la monadologie de Leibniz4. Quant à Sténon, en s’intéressant à ce qui s’apparente au corps-propre (notion bien plus tardive), ne fait-il pas figure de phénoménologue avant l’heure ?5. Pour autant, chez lui le questionnement entre fonction et finalité des organes du corps ne semble pas totalement figé (p. 93).

L’ouvrage, qui s’avère complexe dans son approche croisant plusieurs problématiques comme dans son écriture pour initiés, relativement dense dans ses questionnements à tiroir, peut apparaître comme une construction philosophique postmoderne. Si le débat a bien eu lieu, quel en fut son ampleur au moment clé de son apparition ? L’auteure ne surévalue-t-elle pas les questionnements de l’époque en y introduisant par son analyse minutieuse une profondeur philosophique contemporaine inédite ? Ne nous y trompons pas, c’est à la fois tout l’enjeu de cette étude, celui de se livrer à une analyse en règle de la pensée du corps et de démêler les enjeux majeurs de la philosophie corpusculaire depuis le XVIIe siècle. C’est en même temps la grande difficulté de l’entreprise, celle de restituer la véritable profondeur du débat d’antan et de mesurer la réalité de cette pensée sans emphase ou, a contrario, trop a minima. Cette complexité n’a pas échappée à l’auteure qui rappelle, en s’appuyant sur Canguilhem, la nécessaire lucidité sur l’historicité, souvent négligée, des termes mêmes de l’analyse corpusculaire et leurs significations originelles :

Outre la manière dont cette étude de G. Canguilhem interroge plus généralement l’idée d’anticipation ou de précurseur dans les sciences médicales, elle souligne l’historicité des concepts qui requiert notamment d’être attentif à l’apparition concomitante d’un terme désignant un phénomène et d’une définition y associant une interprétation relativement déterminée de ce phénomène. Or, s’il est possible qu’à une autre époque l’association phénomène-mot-interprétation ait été radicalement différente, il n’est pas plus légitime d’identifier par la seule persistance d’un mot la continuité du concept – ou au contraire, de reconstruire systématiquement par-delà l’absence du mot la présence cachée et anticipatrice du concept –, que de prescrire à partir de notre intelligence actuelle d’un phénomène l’intelligibilité qui devait lui être conférée à un autre moment, dans un autre contexte théorique et expérimental (p. 176).

La raison des corps, véritable autopsie de la pensée médicale et de ses effets, fait donc ressurgir autant les débats sur les fonctions du corps, la finalité, les causes mécanistes et leurs interprétations philosophiques que la portée historiographique et conceptuelle de cette notion. La raison des corps qui s’élabore au fil de l’analyse se présente comme une révolution dans la philosophie corpusculaire où le rationalisme l’emporterait et discréditerait la conception téléologique des corps tout en la remplaçant par une nouvelle métaphysique que le vitalisme pourrait jouer. Tout l’intérêt de cette étude est de plonger le lecteur dans l’histoire intellectuelle marquée par l’univers concret du fonctionnement des organes (polyvalence et vicariance soulignée par Canguilhem, p. 95, historicité du concept de réflexe, pp. 172-176) et d’en restituer les riches questionnements6 qui trouvent des résonances et un continuum jusqu’à la philosophie contemporaine de Georges Canguilhem et finalement de celle de bien d’autres penseurs du XXe siècle. En effet, mais ce n’est pas le propos du livre, cette problématique sur l’étude du vivant et de sa réception trouve des suites dans la pensée, entre autres, de Maurice Merleau-Ponty ou celle de Michel Foucault et, par delà le bien et le mal, chez Friedrich Nietzsche lui-même7.

« L’articulation entre la finalité des organes et l’accès subjectif aux fonctions du vivant » comme le stipule la quatrième de couverture sont ainsi réexaminés avec minutie, dimension capitale de l’ouvrage, à travers une autopsie des textes (souvent traduits du latin). De « l’anatomie animée » (citée p. 94) de la première physiologie aux « sens biologiques » des mécanismes jusqu’à la démarche radicalement non objective du corps propre de la phénoménologie8, la perception et la connaissance de nos corps se meuvent (à l’inverse de nos corps eux-mêmes qui disparaissent ou de notre corps propre qui définit notre finitude) dans une non finitude exemplaire. Dernière précaution d’emploi, cet ouvrage est à lire avec soin pour comprendre à partir du XVIIe siècle, autant sur le plan charnel que philosophique, de quoi nous sommes faits.

FG, 09/01/2017, MàJ 15/10/2018.

Image « à la une » : Illustrations de Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in Harvey, William (1578-1657), auteur du texte. Planche entre pp. 8-9. Dissection et anatomie. Présentation des veines de l’avant-bras. XVIIè siècle. Cote : BNF C 28692.


Notes

  1.  N’étant ni spécialiste du sujet et ni familier des usages et langages particuliers de la philosophie, cette note n’est pas une recension au sens académique du terme. Il s’agit de la note de lecture d’un néophyte intéressé par ces questions []
  2. Voir sa présentation analytique du texte de Nicolas Sténon (Niels Steensen), Discours sur l’anatomie du cerveau [1669], Paris, Éditions Classiques Garnier, « Textes de philosophie », 2009. Pour ses contributions scientifiques, Raphaële Andrault a été récompensée de la Médaille de Bronze du CNRS en 2018 []
  3. Voir p. 124 et suiv. Objet de la discussion détaillée du long chapitre IV qui décrypte les oppositions fondamentales entre le mécanisme médical leibnizien et sa relation au divin et l’animinisme stahlien []
  4. Voir le texte en ligne sur le portail de l’UQAC : http://classiques.uqac.ca/classiques/condillac_etienne_bonnot_de/traite_des_systemes/condillac_traite_des_systemes.pdf []
  5. Voir l’exploration de cette notion chez Fichte : Jérôme Porée, « Sentiment, corps propre et appel d’autrui dans la première philosophie de Fichte », Revista Filosofica de Combra, n° 44, 2013, pp. 339-368 (voir en particulier pp. 351-356) ; Jean-Christophe Goddard, La philosophie fichtéenne de la vie: le transcendantal et le pathologique, Paris, Vrin, « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1999, § 32, pp. 122 et suiv. []
  6. Voir aux pages 95 et suiv. où l’auteure formule « quelques remarques sur les implications réelles de la priorité heuristique de cette discipline [l’anatomie] dans les pratiques médicales de l’âge classique ». Remarques clés sur le partage entre l’anatomie et la physiologie et l’évolution de cette notion. []
  7. A titre d’exemple, la première partie de l’ouvrage majeur de Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception (1945) nous renvoie au corps, en particulier son chapitre intitulé précisément « Le corps comme objet et la physiologie mécaniste », Paris, Gallimard, coll. Tel, 2004, p. 101 et suiv. []
  8. Notons que cette notion de l’avoir à l’être se rapproche de l’unité de corps que la pratique des arts martiaux propose d’acquérir par l’entrainement, permettant d’accéder à une forme de nirvana bouddhique dans l’action []

Sexe, race & colonies. La domination des corps du XVe siècle à nos jours [parution]

A découvrir aux éditions La Découverte. Un ouvrage de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Dominic Thomas, Christelle Taraud.

Présentation de l’éditeur.

Reposant sur plus de mille peintures, illustrations, photographies et objets répartis sur six siècles d’histoire au creuset de tous les empires coloniaux, depuis les conquistadors, en passant par les systèmes esclavagistes, notamment aux États-Unis, et jusqu’aux décolonisations, ce livre s’attache à une histoire complexe et taboue. Une histoire dont les traces sont toujours visibles de nos jours, dans les enjeux postcoloniaux, les questions migratoires ou le métissage des identités.

C’est le récit d’une fascination et d’une violence multiforme. C’est aussi la révélation de l’incroyable production d’images qui ont fabriqué le regard exotique et les fantasmes de l’Occident. Projet inédit tant par son ambition éditoriale, que par sa volonté de rassembler les meilleurs spécialistes internationaux, l’objectif de Sexe, race & colonies est de dresser un panorama complet de ce passé oublié et ignoré, en suivant pas à pas ce long récit de la domination des corps.

Source : La Découverte

Raphaële Andrault : chercheuse en philosophie – Bronze CNRS 2018

Message du CNRS. Toutes nos félicitations à notre collègue de l’IHRIM.

Chaque année, les médailles du CNRS célèbrent les chercheurs, ingénieurs et techniciens qui participent de manière exceptionnelle au dynamisme et à la renommée de l’institution. En 2018, les médailles d’argent, de bronze et de cristal distinguent 82 Talents, 40 femmes et 42 hommes.

Le CNRS, fier de ses talents et de la science qui avance, félicite les 20 médailles d’argent, 42 médailles de bronze et 20 médailles de Cristal qui y contribuent largement.

Raphaële Andrault : Chercheuse en philosophie

Médaille de bronze du CNRS 2018

Raphaële Andrault © CNRS/Vanessa Cusimano

Chercheuse en philosophie moderne à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités et spécialiste du problème corps-esprit dans l’axe Histoire et imaginaire des sciences et des techniques.

Quand j’ai commencé à travailler sur Spinoza et Leibniz, j’ai dû passer du temps en bibliothèque. Là, dans les fonds anciens, j’ai découvert des ouvrages de médecine parcourus par ces deux philosophes. J’ai été impressionnée par la beauté des planches anatomiques. Comment ces illustrations avaient-elles modifié leur regard sur l’âme, le vivant ou la différence entre l’homme et l’animal ? De cette question est née une conviction : on sous-estime le pouvoir des images sur les conceptions philosophiques ; les images façonnent notre compréhension du lien entre cerveau et pensée. J’ai donc décidé de redonner un peu de « chair » aux théories du rapport corps-esprit, notamment de la douleur, en les confrontant à l’histoire de la médecine, de l’anatomie et des techniques d’imagerie.

Source : CNRS

Principales publications de l’auteure :

Image « à la une » : Anatomy Lesson of Dr. Willem van der Meer (Wikipedia)