Archives par mot-clé : CR de lecture

Lépinard, É. & Lieber, M. : Les théories en études du genre (2020) – CR de lecture par Sophie Rainaut

Dans un climat politique tendant à une compréhension monolithique et stéréotypée des études sur le genre, l’expression vague de « théorie du genre » cristallisant les tensions, Éléonore Lépinard et Marylène Lieber proposent avec finesse et clarté de parcourir dans leur ouvrage les conceptualisations qui ont été proposées sur le genre. Les deux autrices ont choisi, et c’est ce qui les distingue, de mener une étude, non thématique ou nationale, mais par courant épistémologique. Après deux chapitres introduisant l’appropriation du terme de genre par les sciences sociales et ses implications épistémologiques, elles se focalisent ainsi tour à tour sur quatre grands courants sociologiques et sur les conceptualisations du genre qu’ils ont pu proposer, à savoir le matérialisme marxiste, l’interactionnisme, le post-structuralisme et l’intersectionnalité.

Du sexe au genre. L’invention d’un concept

Margaret Mead © Encyclopædia Britannica, Inc.

L’analyse des rôles sociaux sexués, ainsi que la critique des visions essentialistes et biologiques des différences existaient déjà comme objets d’études avant même la constitution du champ des études de genre, ce dès les années 1930. C’est ce que met en valeur le premier chapitre en relevant les travaux pionniers de l’anthropologue Margaret Mead et de la sociologue Viola Klein. Si leurs résultats ont démontré la contingence des caractéristiques attribuées aux hommes et aux femmes, les deux autrices rappellent toutefois l’origine psychiatrique du concept de genre en dehors d’un usage grammatical. John Money et Robert Stroller ont défendu une distinction entre la dimension biologique du sexe et l’identité de genre. Mais pour atteindre une véritable approche critique, il fallut attendre l’introduction en sociologie de ce concept, avec notamment la théorisation proposée par Ann Oakley. Ce chapitre analyse enfin la réception du concept de genre en France, réception compliquée à la fois par la prégnance de l’approche marxiste et à la fois par une certaine défiance à l’égard de la subjectivité, de l’identité et de l’inconscient. Le renouvellement générationnel des chercheur·ses serait cependant l’occasion de dépasser ces oppositions politiques.

Ruptures épistémologiques et nouveaux savoirs

Le deuxième chapitre met en lumière comment cette opération de dénaturalisation du genre a amené une critique épistémologique majeure à partir des années 1970. Il s’agit avant tout de souligner la situation genrée du scientifique : hommes comme femmes disposent d’un point de vue particulier sur le monde. Dorothy Smith défend en 1974 l’idée de « women’s standpoint », selon laquelle les femmes auraient, par une double conscience, une conscience aliénée. Dans sa continuité, les approches de Nancy Hartsock et de Patricia Hill Collins approfondissent cette question, la première proposant en 1983 une « épistémologie du point de vue féministe », tandis que la seconde théorise en 1989 la « pensée féministe noire ».

Patricia Hill Collins, Department of Sociology, University of Maryland © DR

Malgré leurs divergences, l’ensemble de ces théorisations remettent fondamentalement en cause l’épistémologie des Lumières, présupposant qu’un savoir objectif, énoncé par un observateur impartial est possible. Il n’y a pas de savoir innocent, immédiat, qu’il s’agisse du savoir des dominants ou de celui des subalternes. Toutefois, ce dernier semble privilégié par sa tendance à ne pas effacer les traces de sa production. Ces ruptures épistémologiques ne s’en tinrent pas à la critique : elles sont à l’origine de nouveaux concepts et d’un profond renouvellement des études historiques.

Théories matérialistes du genre

L’approche marxiste matérialiste, présentée dans le quatrième chapitre, pose la question de l’exploitation et des hiérarchies que produit et reproduit le genre à partir de sa matérialité, que ce soit par le travail ou par l’emprise sur les corps. En premier lieu, l’appropriation, la dévalorisation et l’invisibilisation sociale du travail des femmes sont conçus comme le lieu principal de production et d’exercice de la domination masculine. C’est ce que démontrent les travaux de Christine Delphy ou encore de Danièle Kergoat, qui contribua à conceptualiser la « division sexuelle du travail ». Non seulement leur travail mais aussi leur corps et leur sexualité sont appropriées, comme le défend Paola Tabet en plaçant l’institution du mariage au cœur de l’oppression et en développant le concept d’échange économico-sexuel. Mais la sexualité féminine ne peut-elle pas être pensée en dehors de la domination d’une culture sexuelle définie par et pour les hommes ? Il ne faudrait pas invisibiliser l’expérience lesbienne et les multiples façons dont les femmes ont résisté aux normes hétérosexuelles, comme l’a souligné Adrienne Rich en 1980. Dans l’ensemble, ces théories ont été critiquées pour leur accent matérialiste et leur tendance à hiérarchiser les rapports de pouvoir au lieu de penser leur articulation dynamique, mais elles présentent selon les deux autrices un cadre de pensée fertile pour penser le néolibéralisme.

Adrienne Rich, théoricienne féministe, essayiste et poétesse (1929-2012) © DR

Interactions, institutions et régimes de genre

Le troisième chapitre souligne l’apport décisif de l’interactionnisme et l’ethnométhodologie dans la conceptualisation du genre. Leur perspective met en lumière comment les normes de genre et de sexualité sont constamment négociées et reformulées, voire contestées. Le genre apparaît comme une pratique socialement construite, un ensemble de pratiques qui prennent sens dans des contextes historiques, sociaux et institutionnels donnés, forgeant les identités sexuées des individus, leur rapport à la sexualité, et participe de leur accès ou non à des formes de privilèges.

Joan Elise Robinson Acker (1924-2016)

L’ouvrage présente les propositions théoriques d’Harold Garfinkel et d’Erving Goffman tout en soulignant leurs limites par l’absence de considération de la dimension du pouvoir. Plusieurs travaux vinrent enrichir leur approche : la notion de « doing gender » de Candace West et Don Zimmerman, les « processus genrés » et « régimes d’inégalité » de Joan Acker, ou encore les « régimes de genre » théorisés par Raewyn Connell. Cette sociologue australienne a également contribué à développer la question des masculinités, en mettant en lumière comment elles se sont construites à l’intersection de différents rapports de pouvoir, comment une « masculinité hégémonique » défavorise les femmes mais aussi d’autres formes de masculinités.

Repenser le sujet et l’identité : théories post-structuralistes du genre

Le post-structuralisme et le linguistic turn des années 1990 proposent une nouvelle approche du genre, présentée au sein du cinquième chapitre, centrant son analyse sur les discours et leurs effets sur la constitution du sujet. Les deux autrices s’attardent en particulier sur les travaux de Joan W. Scott et de Teresa de Lauretis avec son concept de « technologie de genre ». Aussi, Judith Butler vint approfondir l’idée que le genre est performatif : l’identité de genre, instable, fragile, nécessite une constante répétition ; dans ce processus performatif, le corps est central, et c’est justement cette incorporation qui donne l’impression d’une identité de genre naturelle. Ces approches post-structuralistes invitent à ne plus lutter seulement contre le patriarcat, mais également contre l’hétérosexisme : la sexualité, comme le genre, se révèle plurielle et non binaire. Cette critique est notamment soutenue par les études queer, apparues dans les années 1990 et dont les propositions théoriques sont mises en lumière dans ce chapitre. L’« homonationalisme », par exemple, proposé par Jasbir K. Puar pour qualifier la rencontre entre le nationalisme américain et le discours pro-gay dans une même opposition contre l’islam. Plus particulièrement, le chapitre souligne à quel point le champ des études trans*, qui ont connu une révolution théorique et politique en opérant une démédicalisation du discours et en produisant des savoirs par et pour les personnes trans*, n’a encore que trop peu été pris en compte par le personnel médical.

Judth Butler, philosophe américaine dont les travaux portent sur le genre et la théorie queer. 

Vers une théorie intersectionnelle du genre

Bien avant que ne soit théorisé en 1989 l’intersectionnalité par Kimberlé Crenshaw, de nombreuses études avaient déjà adopté une perspective intersectionnelle. Le dernier chapitre de l’ouvrage replace l’origine de cette approche dans la lutte de théoriciennes féministes de couleur pour penser des expériences de marginalisation et d’oppression rendues invisibles dans les récits traditionnels et majoritaires d’émancipation politique. Leur objectif était double : rendre compte de subjectivités spécifiques, et forger un langage pour que ces subjectivités se constituent politiquement contre leur marginalisation. L’intersectionnalité dépasse la simple addition de conditions : l’expérience des femmes blanches ne constitue pas la norme universelle à partir de laquelle le racisme ou la religion viennent se surajouter.

Ange-Marie Hancock Alfaro,
University of Southern California © DR

Certaines chercheuses ont ainsi proposé de nouveaux concepts, telle celui d’une « co-construction du racisme et du sexisme » par Ange-Marie Hancock Alfaro, ou celui d’une « matrice de la domination » par Patricia Hill Collins. Mais cette approche intersectionnelle ne s’applique-t-elle qu’à certains groupes, ou s’agit-il d’une théorie transversale de l’identité et de son rapport au pouvoir ? Surtout, peut-elle être déliée de la question raciale, comme cela semble être encore le cas en Europe ? Dans le cadre de cette dernière, ces débats semblent se renouveler avec le développement des études postcoloniales.

Cet ouvrage proposé par Éléonore Lépinard et Marylène Lieber brille par sa clarté et par l’introduction, concise mais précise, qu’il offre aux lecteurices sur les théories du genre. Leur choix d’une approche théorique et non empirique permet de mettre en valeur avec finesse à la fois les forces comme les faiblesses conceptuelles les différentes approches théoriques. Cet horizon conceptuel nous encourage ainsi à (re)parcourir de manière approfondie ces écrits majeurs et à porter un nouveau regard, plus averti, sur notre contemporanéité comme sur notre passé.

Sophie Rainaut, promotion ASIOC 2020-2021.

Sophie Rainaut est étudiante au sein du Master 2 d’Asie orientale et contemporaine du département des Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Spécialisée en histoire du Japon d’avant-guerre, ses intérêts de recherche portent sur l’histoire des femmes et du genre en contexte non-occidental. Son mémoire a pour projet d’interroger la construction et l’évolution des identités de genre au sein du système éducatif japonais par une analyse des manuels de morale approuvés par l’État, entre l’ère Taishō et l’ère Shōwa d’avant-guerre (1912-1937).

Nathalie Huynh Chau Nguyen : La Mémoire est un autre pays – CR de lecture par François Guillemot

NathalieNguyen_LaMemoireEstUnAutrePays2Voici un ouvrage qui marquera pendant longtemps la nouvelle historiographie de la guerre civile vietnamienne. Publié la première fois en anglais sous le titre de Memory is another country (2009), une traduction française est parue en 2013, chose assez rare dans l’édition d’ouvrages de recherche sur le Viêt-Nam. L’ouvrage est accompagné d’une section de 22 photographies N&B représentatives des fragments de vie des participantes (en pp. 267-275), suivie d’une bibliographie de 155 références (pp. 277-287) et d’un index détaillé (pp. 289-308).

Comme son titre l’indique, l’ouvrage interroge la mémoire de femmes vietnamiennes pour tenter de retracer par touches mémorielles le parcours de leurs vies « fragmentées » (p. 165) confrontées à la révolution, la guerre et l’exil dans un Viêt-Nam plongé dans la guerre civile entre 1945 et 1975. Organisé en six chapitres thématiques (Photographies perdues / Des sœurs et des mémoires / Des femmes en uniforme / Fragments de guerre / Amours transculturels / Voyages de retour), l’auteure s’intéresse à différentes facettes de la vie de Vietnamiennes aujourd’hui exilées en Australie. Ces six chapitres sont comme autant de moments-clés d’un passé révolu mais profondément inscrit dans les mémoires de ces femmes dont Nathalie Nguyen nous ouvre les portes.

L’ouvrage débute par un avant-propos exposant le processus de recherche de l’auteure, un programme de recherche quinquennal portant sur les « Voix et récits de femmes de la diaspora vietnamienne », lors duquel l’auteure réalisa des entretiens (parfois multiples) avec 42 Vietnamiennes entre 2005 et 2008 (p. 6) à Melbourne, Sydney ou Canberra. Cette somme d’entretiens, comptabilisant 1300 pages de transcription en anglais et en vietnamien, constitue le corpus-source de son ouvrage. A cela, l’auteure combine les extraits d’entretiens avec des analyses renforcées par de solides références (en notes de bas de page) sur l’histoire orale, la question des récits ou de la mémoire [1]. Elle met à profit les analyses d’autres chercheurs qui se sont intéressés aux expériences des anciens pays communistes (Vieda Skultans), de l’Holocauste (Elie Weisel, Inga  Cledinnen, Colin Davis), de la Seconde guerre mondiale (Penny Summerfield) et à celles du Viêt-Nam [2]. Elle fait également appel à d’autres témoignages forts (Barbara Tran, Lam Quang Thi, Andrew Lam, Kim Lefevre, Phan Huy Duong, Yung Krall, Kien Nguyen, Lucien Trong, Nguyen Chi Thien…) que l’auteure maîtrise à souhait pour les avoir analysés dans des recherches précédentes ou mobilise d’autres auteurs qui répondent parfaitement à son propos (Roya Hakakian) [3]. Son texte se focalise sur les récits de 23 femmes (sur 42) en y ajoutant les expériences de sa sœur Hoa, des écrivains Kim Lefèvre ou Andrew Lam. D’une façon générale, l’auteure analyse la fiabilité de ces mémoires, leurs enjeux historiques et sociaux, leur « retraduction » (p. 23), les récits qui en découlent et « leur propre valeur intrinsèque » (p. 28).

L’introduction commence par une ouverture originale et tragique (l’incendie de la demeure ancestrale et familiale) qui explique en grande partie l’intérêt que porte la chercheure Nathalie Huynh Chau Nguyen au destin de ses compatriotes femmes. Par la voix de sa mère mais aussi par ses origines familiales alliant gens du Nord et du Sud, le passé familial douloureux est analysé et motive sa recherche. Elle-même arrivée en Australie en tant que réfugiée, elle s’est mise en quête de cette histoire complètement oubliée de l’historiographie générale de la guerre du Viêt-Nam : le sort des femmes de la République du Viêt-Nam. L’introduction expose la méthode et les concepts utilisés pour analyser les effets de la mémoire et les discours tenus des décennies après les événements. Ces instruments de travail permettent à l’auteure d’interroger la relation entre la mémoire (p. 22) et le récit (p. 25) et d’organiser, au fil de l’ouvrage, les citations retenues avec beaucoup de pertinence. Elle revient sur l’importance linguistique et psychologique du terme « nuoc », terme qui signifie aussi bien l’eau que la patrie (pp. 21-22).

La mère de Tran dans la librairie familiale à Bien Hoa en 1974 © DR
La mère de Tran dans la librairie familiale à Bien Hoa en 1974 © DR

Le premier chapitre renferme à lui seul le drame d’une nation en prise avec la guerre civile et la haine entre les citoyens. La paranoïa s’est infiltrée dans la société du Sud comme une maladie. Celle-ci est distillée depuis 1945 par les forces communistes qui entendent faire le tri entre les bons et les mauvais citoyens. Pour les forces communistes, celles et ceux de la République du Viêt-Nam sont du mauvais côté. Par la peur de représailles sanglantes après la chute de Saigon le 30 avril 1975 – une date charnière pour nombre de ces femmes exilées -, ces citoyens brûlent leurs documents personnels, leurs photos de famille, leurs diplômes. Un passé disparaît à jamais dans les flammes. Immense perte pour l’histoire de ce pays vaincu. Mais ce chapitre s’intéresse aussi à la paranoïa de l’Etat-Parti car les vaincus avaient de fait raison. Le vainqueur poursuit sa tâche obstinée de destruction du passé par de grands autodafés qui voient réduits en cendre la culture intellectuelle, artistique et l’intelligence produite sous la République du Viêt-Nam. La Sécurité publique pourchasse les hommes et les femmes, « réactionnaires », « fantoches », « espions de la CIA »… jusqu’à traquer la culture « dépravée » du Sud. La destruction de la grande maison d’édition Khai Tri à Saigon amorce la campagne « d’extermination de la culture décadente » qui frappe de plein fouet la famille de Tran (pp. 61-62). Le citoyen de la République du Viêt-Nam est un devenu un citoyen de seconde zone. Trois femmes illustrent cette descente aux enfers, aux « vies brisées avant l’heure » aux « avenirs oblitérés » (p. 32). Hoang (1948-), originaire de Sadec, Tran (1957-) née à Bien Hoa et Le (1964-) à Boun Ma Thuot, de conditions sociales différentes toutes trois gardent un souvenir prégnant des « événements de 1975 et de leurs suites » (p. 42). Ces trois destins amènent de nouveau l’auteur à questionner la relation entre le récit et les témoignages oraux.

Le second chapitre interroge la mémoire de deux sœurs, anciennes boat people, qui restent profondément marquées par la perte de leur frère sur le chemin de l’exil et d’une autre sœur terrassée par la maladie. Elles font des récits différents et néanmoins complémentaires de leur vie, de leur choix, de leur relation au père. Nathalie Nguyen s’intéresse aux non-dits de ces histoires, aux silences significatifs sur lesquels a travaillé Vatthana Pholsena lors qu’elle réalisa des entretiens sur des femmes laotiennes victimes de bombardements aériens à proximité de la Piste Hô Chi Minh [4]. Ces pages humainement fortes amèneront le lecteur à s’émouvoir des destins de Kiet et de Nga. Elle offre dans « La perte d’une sœur » (pp. 87-101) le récit particulièrement poignant des derniers jours de Nga qui fut enterré en 2004 avec le drapeau jaune à trois bandes rouges de la République déchue. L’auteure décrypte les souvenirs dans leur différences, les confronte et n’oublie pas que la mémoire « remodèle, cherche à réconforter, à répondre à des besoins en évolution » (p. 79).

Nga, Kiet, Suong et leur cousine Nhan à Saigon en 1957 © DR
Nga, Kiet, Suong et leur cousine Nhan à Saigon en 1957 © DR

Le troisième chapitre s’attache à décrire l’histoire des femmes militaires, disparues des livres d’histoire après la chute de Saigon et de la société sudiste reformatée. Les chiffres sont éloquents : si peu d’entre elles furent incorporées dans le Corps Féminin des Forces Armées (Women’s Armed Forces Corps) et donc envoyées sur le front de guerre, plus d’un million intégrèrent les Forces Populaires d’Autodéfense (p. 113). Elle analyse les motivations de quatre d’entre-elles (Thuy, née en 1936, Hoa en 1935, Quy en 1936 et Yen en 1945), leur formation rapide, leur fonction au sein de l’armée. Contrairement à bon nombre de femmes, militaires ou miliciennes du côté de la RDVN, elles ne forment pas des troupes de combat mais assurent plutôt tout ce qui relève de la logistique de la guerre (p. 123). Leur expérience de la rééducation après 1975 est rapportée en détail en particulier le lavage de cerveau avec la production d’autocritiques hebdomadaire, un « harcèlement mental » (p. 141) comme le mentionne Yen. On a affaire ici à des récits rares sur « la vie au camp pour les femmes du Sud après 1975 » : détention arbitraire, déplacement, isolement, endoctrinement politique et travaux forcés même si aucune atteinte à leur intégrité physique n’est à noter.

Le quatrième chapitre « Fragments de guerre » expose la vie des citoyennes pendant la guerre, une façon d’élargir le champ d’analyse de l’auteure aux femmes ordinaires. Le chapitre s’articule autour de quatre récits (Kim née en 1933, Bon et Hoa en 1940 et Lan en 1948). Entre la vie fragmentée de Kim, l’obsession du chiffre comme autant de repères existentiels pour Bon, les deux témoignages de Hoa et de la chanteuse Lan, toutes deux de familles réfugiées au Sud en 1954, l’auteure expose le désastre de la guerre dans cruelle banalité, les « pertes irréparables » qui touchent les femmes pendant les trente ans de guerre civile entre 1945 et 1975. Il y est question de survie, de résilience (terme qui revient à plusieurs reprises dans l’ouvrage), d’adaptation mais aussi de désespoir. Ces souvenirs marquants du conflit forment autant de « paysages traumatiques internes qui perdurent dans la vie de ces femmes » (p. 193).

Le cinquième chapitre consacré aux « Amours transculturels » plonge cette fois-ci le lecteur dans quatre récits plus légers (Kien née en 1942, Lan en 1944, Tuyet en 1956 et Hanh en 1967). Il expose les vies alternatives de femmes vietnamiennes ayant épousé des étrangers par choix et décrypte cette relation qui s’inscrit parfois à l’encontre d’une volonté familiale. Nathalie Nguyen examine le rapport complexe des Vietnamiens à l’étranger, généralement considéré comme une intrusion dans le clan familial, voire une altération de la lignée ou de l’ethnie. Se précise alors le racisme sourd que tous les couples mixtes ont pu percevoir dans leurs expériences personnelles. La force de ces femmes est d’enfreindre les règles, en pleine conscience, pour assouvir ce besoin de liberté et de bonheur qui n’existe pas parfois dans les mariages traditionnels arrangés.

Le sixième et dernier chapitre, reprenant une thématique déjà explorée par l’auteure dans Voyages of Hope (Voyages d’espoir), évoque la difficulté du retour à travers six récits [5]. Revenir, ne pas revenir ? Prendre conscience du temps qui s’est écoulé et de ses distorsions mentales ou affectives, tels sont les enjeux indépassables qui se posent aux femmes exilées. Comme le souligne l’auteure en s’appuyant sur Andrew Lam il s’agit pour la plupart du temps de « prendre congé » du pays perdu, de la société bouleversée pour reprendre pied « chez soi », dans l’univers reconstruit de l’après guerre à l’étranger. Une attitude que l’on perçoit chez nombre d’anciens Boat People pour lesquels le pays d’accueil correspond à une reconstruction existentielle. Cette dernière thématique fait écho au processus de retour dans son pays de Le Ly Hayslip et dans une moindre mesure, car plus lointain, celui de Kim Lefèvre [6].

Yên avec des collègues de l'armée en 1972 © DR
Yên avec des collègues de l’armée en 1972 © DR

Doublement pénalisées en tant que citoyennes d’une République abattue le 30 avril 1975 et en tant que femmes donc consignées à un rôle social plutôt traditionnel (évoqué à plusieurs reprises par l’auteure), leurs paroles, leurs sentiments, leurs actions n’ont retenu que peu l’attention des chercheurs. L’ouvrage a un intérêt historiographique évident car il aborde de fait des sujets peu (voire jamais) étudiés dans l’histoire de cette guerre. Cette injustice historiographique est pour partie réparée dans l’ouvrage de Nathalie Nguyen. En donnant la parole à ces femmes, en l’analysant, en la replaçant dans son contexte historique, elle enrichit notre connaissance du Viêt-Nam réunifié par la force. D’une lecture aisée, l’ouvrage de Nathalie Nguyen est une invitation à mieux comprendre le destin du Viêt-Nam contemporain mais surtout celui de ces habitantes qui, malmenées par l’histoire, n’en sont pas moins déterminées à se reconstruire. Enfin, signalons tout de même que quelques défauts de forme parsèment l’ouvrage sans en altérer le contenu [7].

Entre anthropologie culturelle et histoire sociale, son ouvrage s’inscrit dans une histoire transnationale des femmes plus large, l’histoire des exilées qui, de part les guerres, ont survécu plus ou moins bien à la perte de leur identité (sociale ou politique), de leur famille (brisée le plus souvent) et de leur pays. Pour autant, sur cette terre étrangère, elle ne perdent pas leurs racines. Cette résilience culturelle ressort largement des entretiens. Comme le rappelle l’auteure en conclusion, les femmes sont « les gardiennes  de ses histoires tues et occultées de la diaspora vietnamienne » (p. 265), elles en incarnent l’existence et la survivance. Passeuses de culture, elles transmettent avec modestie et pudeur les fragments d’histoire familiale. Ces « contre-récits aux récits nationaux » (p. 265) sont également essentiels pour mieux saisir les enjeux de réconciliation et de la reconnaissance d’une déchirure nationale qui se posent encore aujourd’hui dans le Viêt-Nam communiste.

Réf. : Nathalie Huynh Chau Nguyen, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve Editions, 2013, 309 p. – ISBN 978-2-36013-137-2

Notes

[1] David Gross, Katharine Hodgkin & Susannah Radstone, Catherine Kohler Riessman, Robert Perks & Alistair Thomson, Paul Antze & Michael Lambeck, Nicola King, Janet Carsten, Susan E. Bell, Judith L. Herman, Lewis P. Hinchman et Sandra K. Hinchman, Michael Humphrey, Stephen Rose, Michel Seidel… ou Maria Tumarkin à qui elle emprunte le terme « paysage traumatique » (p. 27 et 85).

[2] En particulier : John C. Schafer, Hue Tam Ho Tai, Linda Hitchcox, Mandy Thomas, G. Lewy, Nancy Viviani, James M. Freeman & Nguyen Dinh Huu, Heonik Kwon, Nguyen Van Canh, W. Courtland Robinson ou encore Bruce Grant. Les analyses de Hue Tam Ho Tai et d’Heonik Kwon incarnent également les nouvelles études sur cette guerre.

[3] Voir notamment : Nathalie Huynh Chau Nguyen, Vietnamese Voices. Gender and Cultural Identity in the Vietnamese francophone novel, DeKalb, Ill., Southeast Asia Publications, Center for Southeast Asian Studies, Northern Illinois University, 2003.

[4] Vatthana Pholsena & Oliver Tappe (eds), Interactions with a Violent Past. Reading of Post-Conflict Landscapes in Cambodia, Laos and Vietnam, Singapour, NUS Press, 2013.

[5] Le Ly Hayslip, Entre le ciel et la terre, Paris, Seuil mémoire, 1993 ; Kim Lefèvre, Retour à la saison des pluies, Paris, B. Barrault, 1990.

[6] Nathalie Huynh Chau Nguyen, Voyage of Hope : Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona, Victoria, Common Ground, 2005.

[7] On note par exemple une erreur sur l’appellation vietnamienne non contractée de Viêt-Minh (note 2, p. 15, lire « Dong Minh » à la place de « Cach Mang ») ou un repère géographique curieux de My Tho, placé au centre du pays (p. 179).