Archives par mot-clé : éducation

Christine Détrez : “Il serait temps de s’énerver un peu…”

Introduction de Christine Détrez, sociologue, écrivaine, directrice du Centre Max Weber à Lyon, à l’occasion de l’exposition “24 héroïnes électriques” (Galerie Artemisia, ENS de Lyon).

Christine Détrez à l’inauguration de l’exposition « 24 héroïnes électriques, jeudi 12 décembre 2019. Photo David Gauthier (ENS Culture).

8 philosophes, 8 guerilleras, 8 artistes vous/nous regardent donc ce soir. 24, et il y aurait pu y en avoir beaucoup plus. 24, et il a fallu choisir. Des femmes qui résistent, qui révolutionnent les idées, la musique, la politique. Et pourtant, nombreuses sont les études qui le montrent, elles sont encore absentes, trop absentes, des livres d’histoire, des musées, des encyclopédies de l’art, des programmations de salles ou de festivals, des palmarès divers et variés sacrant les 100 penseurs importants de notre siècle, de notre millénaire, de notre galaxie. Tout un travail de recherche est donc nécessaire, et est entrepris aujourd’hui notamment par des chercheuses et des associations féministes, pour corriger cette myopie, ou pire cette cécité dont souffre notre société quant à la place des femmes. Cécité à laquelle nous sommes tellement habitué.es que nous ne nous apercevons même pas de cette absence, que nous ne la voyons pas. Les historiennes ont d’ailleurs inventé une bien belle expression, celle du « masculin neutre », pour exprimer cet étrange phénomène par lequel nous prenons pour neutre, pour universel, ce qui est écrit, composé,… par les hommes. Ne parle-t-on pas de « littérature féminine », de festival de voix de femmes, etc. ?

La philosophe Michèle Le Doeuff –et peut-être son portrait sera-t-il à l’honneur d’une deuxième édition des héroïnes électriques- décrit comment l’exclusion des femmes se joue en trois manches. Le premier temps est l’interdiction à exister -comme philosophe, comme scientifique, comme autrice, comme musicienne et la liste pourrait être déclinée à l’envi. Si elles existent envers et malgré toutes les embûches et obstacles, intervient ensuite le déni de réalité (non, il n’y a pas de femmes artistes/philosophes, etc…), puis, dans une troisième et ultime éradication, le déni de valeur (elles ne sont pas de bonnes artistes, de bonnes philosophes, de bonnes chanteuses…). Et Michèle Le Doeuff de conclure, « il serait temps de s’énerver un peu… »1.

Et justement, ces regards nous frappent également par leur détermination. Ce ne sont pas uniquement des femmes qui sourient, des douces, des gentilles. Elles sont assurées, déterminées, des femmes en colère. Là aussi, dans une société où l’on continue à élever les filles et les garçons différemment, à réserver le care aux unes et la guerre aux autres, ne pas sourire, ne pas baisser les yeux, s’affiche comme une façon de résister aux normes, auxquelles nous sommes perpétuellement rappelé.es à l’ordre. Il y aurait même parait-il des opérations de chirurgie esthétique destinées à corriger l’expression du visage au repos, quand celle-ci est trop « triste »… Rappel à l’ordre, pour rentrer dans le rang.

Tout cela a des effets très concrets sur les filles ET sur les garçons : un monde où les héroïnes ne sont pas représentées, c’est un monde où les filles ne peuvent pas se projeter, ne peuvent pas s’identifier. C’est un monde où l’on se prive du regard des femmes, ce fameux Female Gaze dont on commence enfin à parler au cinéma, notamment grâce aux films de Céline Sciamma. Nul essentialisme dans cette idée de regard féminin, juste la conscience d’un art et d’une parole toujours situées et contextualisées. C’est un monde où les garçons n’ont accès qu’à une partie des émotions, où l’on est sommé de bien rester à sa place : la colère versus la sensibilité, l’ambition versus la discrétion, et on pourrait ainsi multiplier les séries dichotomiques de notre vision binaire.

Je conclurai en revenant sur la question de la cécité. Une métaphore souvent employée pour désigner les études de genre est celle des lunettes : on chausserait enfin les lunettes du genre pour voir autrement cette réalité biaisée. Il me semble qu’il serait plus approprié de parler d’opération de la cornée : tant, dès que l’on en a pris conscience, on ne peut plus s’en défaire, on ne peut plus revenir au flou… Garder ces regards fichés en nous, c’est de cela qu’on peut remercier aussi FanXoa.

Je finirai –forcément- par un “Salut à toutes”, réinterprété au féminin récemment avec le groupe Bagarre2, mais également par un titre de sociologie encore d’actualité : Allez les filles !!!3.

Christine Détrez, jeudi 12 décembre 2019. MàJ 03/01/2020.

Quelques ouvrages clés :

  • Christine Detrez, Olivier Vanhée, Mangaddicts, Brill, 2019.
  • Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ? : sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.
  • Christine Détrez, Quel genre ?, Éditions Thierry Magnier, 2015.
  • Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.
  • Christine Détrez, Anne Simon, A leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006.
  • Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Image « à la une » : FanXoa, « Feminist Dazibao », 2019.

Notes

  1. Le Doeuff Michèle, Le sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10 []
  2. NDLR. Comme signalé sur notre blog graphique, le titre « Salut à toi » (devenu « Salut à toutes« ) a été féminisé sur une idée de Pauline Monin de la Compagnie Inanna dont la pièce « La Rivière sous la rivière » sera jouée le 10 mars 2020 au Théâtre Kantor à l’ENS de Lyon à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes []
  3. Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992 []

TS Bùi Trân Phượng: ‘Không tự nghĩ, lấy gì mà viết’

Article sur le nouveau programme éducatif intitulé TEACH, initié par l’historienne Bui Tran Phuong. Entretien à lire en ligne : « Si l’on ne réfléchit pas par soi-même, que peut-on écrire ? »

Dự án TEACH – cùng giáo viên thay đổi – do TS Bùi Trân Phượng khởi xướng đang có những chương trình hấp dẫn giáo viên. TGTT trò chuyện với bà về việc “cải cách giáo dục” thiết thực này.

– Qua nhiều năm làm việc ở trường đại học Sư phạm TP.HCM, rồi đại học Hoa Sen, tôi nghĩ môi trường đại học vẫn là nơi giảng viên và sinh viên ít nhiều còn có tự học, có đọc sách, nghiên cứu, tuy chắc chắn là còn thua xa mức người ta có quyền chờ đợi nếu so với quốc gia khác, dù chỉ là láng giềng. Đại học Hoa Sen trước đây nêu rõ chủ trương ưu tiên tuyển dụng giảng viên tốt nghiệp từ các đại học ở quốc gia phát triển, và ưu tiên người có trải nghiệm làm việc ở nhiều quốc gia khác nhau, chính là vì quý chuộng thói quen nghiên cứu, tự học trong môi trường đa văn hoá mà các đồng nghiệp ấy sẵn có. Thầy cô có quen thuộc với nghiên cứu thì mới mong họ giáo dục, giảng dạy với tinh thần khoa học thay vì áp đặt.

Đối với trường phổ thông, tình trạng ít tự học của giáo viên và do đó, của học sinh là điều không thể phủ nhận. Chính vì thế, đó là một mục tiêu quan trọng của dự án Cùng giáo viên thay đổi (TEACH). Từ khi đề xuất dự án, chúng tôi đã nhận được sự đồng cảm từ một số tổ chức, cá nhân khác cũng nóng lòng vì thực trạng này và đang cố gắng tạo thay đổi.

Lire la suite : Tiep Thi The Gioi, 11/01/2018.

 

 

Sois belle / Sois fort de Nancy Huston dans la collection main de femme [2016]

Paru en septembre 2016. Présentation de l’éditeur. Deux textes courts et un questionnement puissant.

Sois belle / Sois fort est un double essai qui reprend l’essentiel de deux conférences données par Nancy Huston : « Belle comme une image » et « Damoiseaux en détresse ». Point de vue sans concession, il permet de mieux comprendre et accepter les forces et les faiblesses des hommes et des femmes, la part animale qui les assemble et les oppose ainsi que leurs souffrances respectives dans notre monde actuel. Ce petit livre à deux faces nous fait profiter du regard clair de Nancy Huston sur des questions souvent mal posées. Ses propositions concrètes font la part belle à l’urgence d’éduquer. C’est un cadeau à s’offrir et à offrir.

Source : Éditions Parole

Témoignage vidéographique de Đoàn Thị Thùy Dương

Constat de la « facebookeuse » Thuy Duong sur la situation sociale et politique du Viêt-Nam sous la direction du Parti communiste. Plaidoyer pour une prise de conscience contre la dictature et pour la liberté d’expression. La parole libre d’une étudiante… désespérée et combattive qui a pris la lourde décision de refuser de se taire depuis la Norvège. Une invitation à l’action.

 

Mis en ligne sur la chaîne 28 (YouTube) et sur sa chaîne personnelle le 3 janvier 2017.

Suivre son interview à l’occasion de la journée des Droits de l’Homme (10 décembre 2016).

DdM : Lame de fond pour l’intégration ou trois femmes passionnées par l’étranger

Lame de fond pour l’intégration ou trois femmes passionnées par l’étranger :

Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales

Par Dominique de Miscault

Le 1er avril, le décor de la demie journée d’étude et de l’exposition est planté : un travail d’universitaires à direction pédagogique. Il n’en demeure pas moins que le sujet dépasse et la région toulousaine et sa visée didactique, puisqu’il s’agit du Viêt Nam qui s’inscrit dans l’Histoire de la colonisation et des guerres qui s’ensuivent avec leurs avatars : expatriation brutale, l’immigration et l’intégration pour ceux qui feront souche.

ExpoIndochinoisGuerresToulouse_LKL
© Photo François Trieu

Trois femmes réunies, passionnées par l’intégration et la pédagogie y afférant. Le sujet est tiré de la thèse de Liêm-Khê LUGUERN soutenue en 2014 à l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction de Gérard NOIRIEL, Les « Travailleurs Indochinois » – Étude socio-historique d’une immigration coloniale (1939- 1945).

Dzu LÊ LIÊU DdM
© DdM

Enseignante au collège de Gaillac (Tarn), Dzu LÊ LIÊU, fille de Cong Binh est enseignante en audiovisuel au Lycée des Arènes de Toulouse, elle a également réalisé le premier documentaire faisant témoigner des travailleurs indochinois requis lors de la Seconde Guerre mondiale : Les Hommes des Trois Ky (Hulot Prod., Cerravhis, La Médiathèque des Trois Mondes, 1996) et Laure TEULIÈRES Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, rattachée au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136) et codirectrice de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire. Spécialiste d’histoire de l’immigration, elle a publié Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées, XIXè-XXè siècles (Loubatières) et coordonné en partenariat les ouvrages Mémoires des migrations, temps de l’histoire (Presses universitaires F. Rabelais), Migrations, mémoires, musées (Éd. Méridiennes)… Elle est membre du conseil d’orientation du Musée national de l’histoire de l’immigration.

Laure TEULIÈRES et Mireille LÊ VAN VÔ DdM
Mireille Lê Van Hô et Laure Teulières © DdM

Trop de monde dans la salle 30 de la maison de la recherche du Mirail, trop de monde au vernissage à l’Espace Diversité Laïcité avec tous les encouragements de la Mairie. Nos trois militantes se sont effacées devant les intervenants : Laurent DORNEL, Mireille LÊ VAN VÔ ou les descendants des ONS (ouvriers non spécialistes), comme elles ont redonné la parole aux sans voix. Les descendants sont mobilisés, à la recherche de leurs origines. Au regard de la mondialisation, le phénomène peut paraître marginal : 200 Vietnamiens sont restés en France après la seconde guerre mondiale et 1 à 2000 après 1952. Mais le sujet est très approfondi et donne des réponses pleines d’espoir avec l’ouverture de ce site https://travindo.hypotheses.org/ qui appelle à d’autres perspectives et d’autres rencontres, ailleurs.

DdM

NB : chaque intervention de cet après-midi mériterait au moins une demi page de CR

Image « à la une » : photographie de Dominique de Miscault