Archives par mot-clé : engagement

Sur les pas des Jeunesses de Choc : une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam

Intervention de François Guillemot au séminaire “Sociétés en guerre” du LARHRA, vendredi 25 octobre 2019. Résumé ci-dessous.

La commémoration du 60e anniversaire de l’ouverture de la piste Hô Chi Minh (mai 1959) a permis de réévaluer l’importance stratégique de ce réseau dans la victoire communiste de 1975. Sur cette “piste mythique” (đường mòn huyền thoại) s’activaient des dizaines de milliers de femmes et d’hommes pour ravitailler le front du Sud en forces et en munitions. L’expérience de la Piste sera considérée ici sous la double perspective de la marge et du genre. En particulier nous soulignerons le rôle essentiel des femmes : démineuses, déblayeuses, conductrices de camion, chanteuses, éclaireuses, infirmières, miliciennes… sans lesquelles la piste aurait été largement impraticable.

Après un survol historiographique rappelant l’avènement d’une histoire des Jeunesses de choc à partir des années 1990, nous relierons entre-elles ces marges multi-situées de la guerre (jungles, villes, campagnes, diplomatie internationale) à la Piste Hô Chi Minh, clé de voûte de la guerre de réunification. Du particulier (cas des Jeunesses de choc) au général (phénomène genre et guerre), nous pensons qu’il reste une histoire de la guerre du Viêt-Nam à écrire dans une perspective genrée, en prenant en compte toutes ses composantes (nord et sud, marge et centre, ethnies minoritaires, stratigraphie de l’armée populaire, engagement des femmes des deux côtés du 17e Parallèle, populations civiles).

FG

Illustration “à la une” : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Chăm lo tốt hơn cho nữ bộ đội, thanh niên xung phong

Mme Đặng Thị Ngọc Thịnh, Vice-présidente de la République socialiste du Viêt-Nam valorise le rôle des femmes pendant la guerre du Viêt-Nam.

Chăm lo tốt hơn cho nữ bộ đội, thanh niên xung phong

Ngày 29-5, tại Phủ Chủ tịch, Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh đã tiếp đoàn đại biểu nữ là bộ đội Trường Sơn, thanh niên xung phong, dân công hỏa tuyến, công nhân giao thông thời kỳ kháng chiến.

Mobilisation des Jeunesses de choc de Hanoi (1965) © DR

Trò chuyện với 66 đại biểu đến từ 32 tỉnh, thành phố trên cả nước, Phó Chủ tịch nước bày tỏ sự tự hào về những chiến công, thành tích của các nữ chiến sĩ đã không quản ngại khó khăn, gian khổ, sẵn sàng hy sinh vì độc lập, tự do của đất nước.

Phó Chủ tịch nước mong muốn các cựu nữ quân nhân, thanh niên xung phong, dân công hỏa tuyến, công nhân giao thông tiếp tục phát huy vai trò gương mẫu trong cộng đồng, giáo dục truyền thống cho thế hệ trẻ, phát huy tinh thần đoàn kết, thi đua lao động sản xuất, học tập, xây dựng đất nước ngày càng giàu đẹp, như mong ước của Bác Hồ.

Phó Chủ tịch nước cũng đề nghị các cấp, các ngành, địa phương cần quan tâm chăm lo hơn nữa tới đời sống của những người có công, đặc biệt là nữ bộ đội, dân công hỏa tuyến, thanh niên xung phong; giải quyết những vấn đề tồn đọng về việc khen thưởng cho những người có công tham gia kháng chiến.

Source : Sai Gon Giai Phong, 30/05/2019.

Elizabeth D. Herman : The Women Who Fought for Hanoi

Signalement d’un article sur l’engagement des femmes du côté de la RDVN (Hanoi) à travers cinq témoignages.

Gen. Vo Nguyen Giap, who had led the North Vietnamese military during the Vietnam War, was looking for the woman who had shot down an American bomber in June 1968. In the nearly four decades that had passed, she had worked many jobs and raised three children. Few people outside her family had heard her wartime stories.

Heroines and striking female figures are not new in Vietnam — they have played an integral role in Vietnamese history for millenniums. In the 1st century A.D., the Trung sisters, often called Vietnam’s earliest national patriots, led a three-year rebellion against the Chinese Han dynasty, which ruled their country. The female legacy persists in the modern era; in all of Vietnam’s recent conflicts, women have been crucial. They fought alongside men and carried heavy loads down the Ho Chi Minh Trail.

Yet as the historian Karen G. Turner notes in her book “Even the Women Must Fight,” “Women warriors, so essential to Vietnam’s long history and so important in the most photographed war in history, have remained invisible.”

Lire la suite / Read more : New York Times, 07/06/2017.

Elizabeth D. Herman is a freelance photographer and a doctoral student in political science at the University of California, Berkeley

D’où crient les dissidents ? – Rencontre avec Dương Thu Hương

[Rencontre entre Dương Thu Hương, la célèbre écrivaine dissidente vietnamienne, et l’artiste Dominique de Miscault, Paris XIII, septembre 2015. Article publié avec l’autorisation de l’auteure].

Dương Thu Hương est venue à ma rencontre dans ma cave de l’avenue d’Italie en septembre dernier.

Dương Thu Hương est radicale, mais il y a en elle quelque chose de doux et de chaleureux. « On doit rire, il faut rire et faire confiance jusqu’au dernier moment – je suis prisonnière à Paris. Je suis seule ici. Au Viêt Nam ma famille est harcelée par la police, mes deux enfants ont fait des études supérieures mais jamais ils n’auront un travail stable. Il faut accepter ».

« Je suis un loup solitaire », on la croit volontiers. Née en 1947 dans la région de Thai Binh au nord Viet Nam d’ « une famille ni riche ni pauvre », élève douée, elle étudiera dans les pays frères mais deviendra chanteuse dans l’armée sur le front de Binh Tri Thien au nord de Quang Tri. « Chanter plus fort que les bombes ». Aujourd’hui, volontaire, excessive, elle agresse volontiers, mais vit de ses romans et rêve de démocratie.

C’est au début des années 90 que les français découvrent Dương Thu Hương avec son roman merveilleusement bien traduit par Phan Huy Duong : les paradis aveugles.

DuongThuHuong_LesParadisAveugles_EditionsDesFemmes

Dương Thu Hương est une romancière affichée comme une dissidente politique vietnamienne qui participe à la renaissance littéraire du Viêt Nam dans les années 1980, tout comme Nguyên Huy Thiêp et quelques d’autres. Son premier roman, c’est-à-dire Histoire d’amour racontée avant l’aube, fut écrit en 1986, mais c’est son second roman Au-delà des illusions en 1987 qui la place rapidement parmi les écrivains les plus populaires du Viêt Nam avec un tirage de plus de 100 000 exemplaires. Au-delà des illusions paru aux éditions Philippe Picquier « est sans doute l’un des plus beaux romans d’amour vietnamiens des deux dernières décennies ». Dương Thu Hương avait rejoint le Parti communiste vietnamien en 1985 non sans réticences ; dès 1989, elle en est expulsée à cause de ses attaques verbales. Viscéralement elle ne supporte pas le mensonge et l’hypocrisie et les dénonce de plus en plus fort.

On dirait volontiers que c’est une « grande gueule » qui se passionne pour la démocratie et la revendique haut et fort pour ce pays qu’elle a quitté en 2006. Elle a reçu le grand prix des lectrices de Elle en 2007 pour son roman Terre des oublis. Tandis que Dương Thu Hương a réussi sa vie de romancière et gagne sa vie, comme elle l’a toujours fait, par son travail et maintenant ses droits d’auteur. In fine le plus important pour elle c’est son combat pour la démocratie au Viêt Nam ; ce rêve d’absolu qui fait chanter les artistes jusqu’à leur dernier souffle.

DuongThuHuong_Paris09-2015_DdM
Une écrivaine combattante © 2015 DdM

Si on évoque les procès contre les blogueuses récemment expulsées aux USA :

« Exilées, elles doivent affronter la vie quotidienne… Elles perdent leur statut. Ma vie a été bâtie sur des contingences. En 2006 je pensais rester un mois en France et partir aux USA mais finalement j’ai quitté mon pays pour la lutte. Le succès de Terre des oublis m’a obligé à rester ici. Le principal dans ma vie c’est la lutte pour abattre ce régime. Je ne suis pas diplomate, pas du tout. Nous avons un régime d’insectes sans foi ni loi. Nous sommes gouvernés par des pirates au sens le plus mauvais. Le peuple est contraint à la peur et à la lâcheté. J’ai perdu tous mes papiers à Marseille je suis toujours vietnamienne. Je vois tous les jours la douleur des immigrés et des gens de couleur ; sombres désespérés, les yeux injectés de sang. Je suis observatrice mais toujours soutenue par les autres ».

Les Viêt kiêu français ?

« Ce sont des révolutionnaires de salon. Je ne veux pas perdre de temps avec les Vietnamiens. Je les fuis comme la peste. Moi je suis un loup solitaire et je vis très bien comme cela ».

En conclusion, j’écrirai volontiers que Dương Thu Hương une louve solitaire et blessée, toujours soutenue par son public.

DdM

* * *

Œuvres de Dương Thu Hương traduites en français :

  • Itinéraire d’enfance (1985) ; Sabine Wespieser éditeur, 2009 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2014.
  • Histoire d’amour racontée avant l’aube (1986) ; éditions de l’Aube, 1991 et Picquier poche, 1995.
  • Au-delà des illusions (1987) ; Philippe Picquier, 1996.
  • Les paradis aveugles (1988) Prix Gabrielle d’Estrées ; éditions des Femmes, 1991 ; Sabine Wespieser éditeur, 2012 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2014.
  • Roman sans titre (1991), éditions des Femmes, 1992 ; Sabine Wespieser éditeur, 2010 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2013.
  • Myosotis (1996) ; Philippe Picquier, 1998 et Picquier poche, 2001.
  • Terre des oublis (2005) ; Sabine Wespieser éditeur, 2005 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2007.
  • Au Zénith (2009) ; Sabine Wespieser éditeur, 2009 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2010.
  • Sanctuaire du cœur (2011) ; Sabine Wespieser éditeur, 2011 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2012.
  • Les collines d’eucalyptus (2014) ; Sabine Wespieser éditeur, 2014.

DuongThuHuong_LesCollinesdEucalyptus

Anthologie :

Œuvres, Paris, Robert Laffont, 2008 (rassemble les romans Au-delà des illusions ; Les paradis aveugles ; Roman sans titre ; Terre des oublis).

Oriana Fallaci, film de Marco Turco [août 2015]

A voir cet été.

OrianaFallaci_2015

Biopic consacré à la journaliste et essayiste italienne Oriana Fallaci, le film raconte la vie de cette femme hors norme, des rues de la Dolce vita de Rome au 11-Septembre à New York en passant par le Vietnam, la Grèce des colonels ou l’Iran de Khomeiny. Oriana Fallaci a sillonné la planète et révolutionné le journalisme. Impertinente, drôle et parfois brutale, elle avait ses amis et ses ennemis. Raconter sa vie revient en quelque sorte à raconter l’histoire du XXe siècle.

« Ce destin exceptionnel (…) mérite largement d’être vu et médité : la réflexion sur l’engagement et le sens de la vie pousse le scénario un peu plus loin qu’il n’y paraît, au-delà de ses conventions manifestes. »

Avoir-alire