Archives par mot-clé : expulsion

Dissident Vietnam blogger ‘Mother Mushroom’ released, on way to US

Annonce de la libération de la blogueuse et dissidente Nguyen Ngoc Nhu Quynh emprisonnée depuis octobre 2016 pour « propagande anti-étatique ». Condamnée à dix ans de prison en juin 2017, elle est aujourd’hui libérée mais expulsée vers les États-Unis.

HANOI: A dissident Vietnamese blogger known by the pen name « Mother Mushroom » was on her way to the United States Wednesday (Oct 17) after being released from prison where she was serving 10 years for anti-state propaganda, multiple sources said.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh was freed from jail Wednesday and put on a flight en route to the US to join her children and mother, a US embassy source, friends, and a Vietnam official said.

« Quynh was sent to the US earlier today, » a Vietnamese government official confirmed to AFP, speaking on condition of anonymity.

Family friend Nguyen Lai said on Facebook « congratulations » to Quynh, adding she would soon be in a « free country ».

Quynh, one of Vietnam’s most well-known activists whose recognisable pen name « Me Nam » comes from her daughter’s nickname « mushroom », was jailed in June 2017 in a case that drew ire from the United States, the European Union and the United Nations.

She is an outspoken critic of Vietnam’s one-party state and gained notoriety with her writing about the environment, politics and deaths in police custody – a no-go topic in communist Vietnam.

Read more / Lire la suite : Channel News Asia

Pour en savoir plus :

Table ronde de la BBC Vietnamese sur la libération de Nguyen Ngoc Nhu Quynh

Photo « à la une » :  la dissidente « Me Nam » © Jonas Gratzer/Lightrocket via Getty Images

Dân thắp nhang tế sống cô hồn các đảng côn an cộng sản

Détresse des marchandes du marché de Cái Sao dans la province de Long Xuyên. Ce marché doit être remplacé par un nouveau marché dont le prix d’acquisition des emplacements est exorbitant (près de 30 fois le gain annuel de ces marchandes). Protestations en prières des familles pour que la Police ne détruise pas les étalages.

Hàng trăm tiểu thương chợ Cái Sao (phường Mỹ Thới, thành phố Long Xuyên, tỉnh An Giang) đã phải thắp nhang vái lạy, van xin nhà cầm quyền đừng triệt hạ đường sống của gia đình.

Vụ việc xảy ra sáng ngày 4/6/2016 sau khi lực lượng CA kéo đến nhằm yêu cầu người dân phải di dời sang một ngôi chợ do tư nhân xây dựng.

Trong video ghi lại tại hiện trường, có thể thấy rõ những tiếng van xin và than khóc trên khuôn mặt lam lũ của những người tiểu thương.

Chợ Cái Sao đã có từ trước năm 1975, nằm sát bên bờ sông Hậu, là nguồn thu nhập chính của hàng trăm hộ dân trong vùng.

Vào cuối năm 2015, UBND phường Mỹ Thới đã cấu kết với công ty TNHH Đầu tư và Chế biến lương thực Thiên Ngọc xây dựng một khu chợ mới, sau đó ép buộc bà con tiểu thương phải di dời sang.

Tuy nhiên, đa số bà con không đồng ý di dời vì chợ Cái Sao phù hợp với tập quán mua bán của người dân, các tiểu thương cũng đã gắn bó với chợ hàng chục năm năm trời.

Khu chợ mới do tư nhân xây dựng lại quá xa, không phù hợp với việc buôn bán. Người dân muốn kinh doanh tại chợ mới phải đóng 38 triệu đồng (chưa tính lệ phí hàng năm), vượt quá khả năng của bà con, trong khi mức phí hiện nay tại chợ Cái Sao chỉ khoảng 1,5 triệu đồng/năm.

Do người dân không đồng ý di dời nên nhà cầm quyền địa phương đã dùng nhiều thủ đoạn để quấy phá và ngăn cản việc buôn bán. Ngày 4/6/2016, lực lượng CA tiếp tục kéo đến nhằm ép buộc bà con phải di dời.

Quá phẫn uất, nhiều người dân đã phải quỳ xuống thắp nhang, van xin CA đừng phá chợ.

* Video: Katch John, Nguyen Nguyen, Luôn Đào

Source : Dan Lam Bao

Ta Phong Tan, libérée mais « expulsée » aux États-Unis

Les médias concernés par la protection des journalistes et des droits de l’homme ont annoncé la bonne nouvelle hier. La célèbre blogueuse dissidente Ta Phong Tan, ancienne policière, a finalement été libérée  après trois ans d’enfermement et une grève de la faim éprouvante.

Son cas a été pris très au sérieux par les autorités américaines et sa défense portée inlassablement par son compatriote dissident Nguyen Van Hai lui même libéré et expulsé aux États-Unis en octobre 2014. En mars 2013, alors qu’elle était toujours emprisonnée, Ta Phong Tan avait reçu le prix des « Femmes de Courage du Monde » décerné par Michelle Obama. Lors de son expulsion vers les États-Unis, Nguyen Van Hai avait prévenu qu’il ferait tout pour faire libérer Ta Phong Tan, celle avec qui il avait créé le Club des Journalistes Libres au Viêt-Nam huit ans plus tôt. Grâce à l’intervention américaine auprès des autorités vietnamiennes l’ancienne policière est certes libérée mais comme pour Nguyen Van Hai, elle est expulsée en urgence vers les États-Unis, destination traditionnelle pour les exilés politiques vietnamiens. Arrivée hier soir en Californie, visiblement émue, Ta Phong Tan a pu s’exprimer sur les conditions de son départ devant les journalistes de la communauté vietnamienne qui ont relayé l’information. Comme pour Nguyen Van Hai, la difficulté pour Tan sera désormais de se reconstruire et de s’insérer dans un tissu local encore largement hostile au pouvoir communiste vietnamien. La communauté vietnamienne des États-Unis reste divisée sur le soutien à apporter aux anciens prisonniers d’opinion issus de l’appareil communiste comme c’est le cas pour cette ancienne policière (expulsée du PCV et interdite d’exercer son métier en 2006). Janet Nguyen, la sénatrice de l’État de Californie, très engagée aux côtés des dissidents vietnamiens, se tenait à ses côtés lors de son entretien express à l’aéroport de Los Angeles.

La stratégie des autorités vietnamiennes qui consiste à expulser manu militari les dissidents les plus notoires vers les États-Unis suite aux fortes pressions exercées par ces derniers vise à épuiser les forces de la dissidence intérieure. Cette stratégie appliquée par la Chine populaire s’est révélée payante pour le pouvoir en place. Il est en effet plus difficile d’agir sur la situation intérieure en étant coupé du contexte économique et social tout en étant éloigné du pays. Mais selon la dissidente, il ne s’agit pas d’une expulsion sur le plan juridique mais du résultat de la pression américaine pour la faire libérer, elle s’explique à son arrivée à l’aéroport de Los Angeles :

« Ce n’est pas une expulsion parce que les Américains les ont forcés à me libérer et ils ont décrété « une suspension temporaire de l’exécution de la peine d’emprisonnement«  et non pas une décision d’expulsion ». [1]

Quoi qu’il en soit, Ta Phong Tan est ainsi la troisième dissidente à rejoindre les États-Unis après Cu Huy Ha Vu en avril 2014 et Nguyen Van Hai alias Dieu Cay en octobre 2014. Cependant, cette relative impuissance d’action des dissidents politiques exilés est compensée par leur regroupement dans un même pays et la possibilité de faire entendre leurs voix pour peser de l’extérieur sur l’évolution politique du Viêt-Nam. Ces dissidents parient beaucoup sur la puissance d’internet et, désormais libres de leurs faits et gestes, hissent leur action au niveau international. Symbolique forte : cette libération du 19 septembre intervient huit ans jour pour jour après la fondation du Club des Journalistes Libres à Saigon. Notons qu’il reste une douzaine de cyberdissidents journalistes dans les geôles de l’État communiste.

FG, MàJ 21/09/2015.

[1] Entretien retranscrit par le blog Dan Lam Bao : Blogger Tạ Phong Tần vừa đặt chân đến Mỹ, Dan Lam Bao, 21/09/2015.

TaPhongTan-cpj

La libération de Ta Phong Tan :

Son portrait sur le site d’Amnesty International :